Le véritable prix d’un jeu de rôle 107

Forums > Jeux de rôle

avatar

Je ne sais pas si cet article a déjà été discuté. Mais si tel n’est pas le cas, je pense qu’il le mérite.

http://www.psychee.org/blog/cher-un-livre-de-jdr-si-vous-saviez/

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Grand Strateger
avatar

Ha oui, quand même !

avatar

Si tu crées tout maison je pense que le jeu de rôle peu ne rien te coûter.

avatar

Il peut très bien ne rien te coûter (ou très peu) - mais l’article parle plus d’amortir l’investissement (notamment en temps), et du coup, si tu le fais de manière professionnelle, ben y a un paquet d’heures passées. Mais c’est justement pour ça que le prix de vente ne reflète en aucune mesure l’investissement car ça ne serait pas viable autrement.

C’est un peu la même problématique que le théâtre. Quand tu payes ta place mettons 10 euros, les gens pensent toujours aux coûts de la pièce, mais jamais aux longs mois de répétitions (d’ou en la matière le statut d’intermittent qui permet un revenu pendant les répétitions).

avatar

Mon seul souci c'est le salaire horaire médian à 20¤. J'avoue ne pas avoir trouvé de chiffre en accord avec cette affirmation, plutôt moins.

Mais sur tout le reste je ne découvre rien, et oui en effet, le jeu de rôle est peu cher et ne paye pas son homme.

avatar

Le salaire médian net en France est de 12¤ l'heure. Et encore, il est surévalué car il y a beaucoup de bénévolats voulus ou subis.

20¤ l'heure ou plus, c'est juste pour 1/5 de la population active.

Maintenant, c'est un peu un choix de vie, il y a deux écoles pour être bien professionnellement :

1. Faire un travail passionnant mais peu payé
2. Faire un travail barbant mais bien payé

Vous me direz, le mieux est d'avoir un travail passionnant mais bien payé... (Mais là, rares sont les élus, il y en a plus qui ont un travail à la fois inintéressant et peu payé).

Pour ma part, ça ne me dérangerait pas de faire un travail passionnant mais peu payé, comme écrire des scénarios de JDR ^^ (mais bon, je suis pas certain, à certaines exceptions près, que l'on puisse se faire un SMIC).

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Carmody
avatar
Edwin

12¤ l'heure j'imagine que tu parles de ce que le salarié gagne, mais c'est assez différent de ce qu'il coûte à son employeur plaisantin

avatar
20¤ de l'heure, en comptant les charges patronnal (on parle d'indépendant), ça ne me semble pas deconnant...
surtout que ça inclut le matos professionnel, et même si l'informatique est pas ce qu'il y a de plus couteux, certaine licences peuvent faire mal (et en pro on paye les licences...)
Ce message a reçu 1 réponse de
  • Zonamage
avatar

Même à 20¤ de l’heure, comme il y a de nombreuses heures non payées, à la fin, le taux horaire réel est bien moins élevé. C’est ça le véritable problème, en plus du fait que le rôliste n’est pas près à payer le prix réel (moi, le premier). Car s’il fallait payer 100¤ un livre, il n’y aurait plus grand monde...

Donc à la fin, c’est l’auteur qui trinque. Et un peu l’éditeur aussi. Pas trop les boutiques (même si de toute façon, je ne suis pas persuadé que ce soit formidable pour autant).

Bref, l'équilibre de l’économie du JdR semble bien difficile à atteindre. Ce qui n’est pas réassurant pour notre passion commune !

avatar
FredDeLyon

Oui au moment de la PP du jeu de Psychee il me semble.

avatar

La solution ce serait que les gammes se vendent pas à moins de 1000 exemplaires, mais ça voudrait dire uniquement 3-4 gammes

avatar

C'est clair qu'en France c'est compliqué, après quand on parle de traduction il faut relativiser, le coûts des textes et des illustrations est déjà rentabilisé par la VO et on paye le boulot de traduction (qui prend du temps mais quand même beaucoup moins) et l'impression/goodies.

avatar

Le salaire médian net en France est de 12¤ l'heure. Et encore, il est surévalué car il y a beaucoup de bénévolats voulus ou subis.

20¤ l'heure ou plus, c'est juste pour 1/5 de la population active.

Au vu du calcul, je pense qu'elle ne parle pas de 20 euros brut salarial, mais de 20 euros toutes charges comprises pour l'entreprise.

Maintenant, c'est un peu un choix de vie, il y a deux écoles pour être bien professionnellement :

1. Faire un travail passionnant mais peu payé
2. Faire un travail barbant mais bien payé

Non. Il y a un troisième choix : faire un travail passionnant et bien payé. Parce que la passion n'excuse pas l'incapacité de certains à payer le juste prix d'un boulot.

Je le sais, je l'ai fait ce choix de vie. Et aujourd'hui, hors du JDR que je fais par envie, et pas pour payer mes factures, mon travail est un travail passion et je suis bien payé. Alors oui, ça m'a demandé de galérer sévèrement pendant des années, mais il n'empêche que désormais, je suis bien payé, parfois très bien payé. Parce que le travail a une valeur (et que certains le reconnaissent...)

Le problème de cette équation, et de réduir eles gens qui son passionnés ET correctement payés à une sorte d'exception, c'est qu'elle enterrine l'idée que pour gagner des sous il faut faire des trucs chiants et que du coup le travail doit rester un labeur. Elle donne aussi des remarques comme j'en ai eu : "tu galères mais toi au moins tu as de la chance, tu fais ce qui te plait". Ce à quoi je me suis toujours énervé : je n'ai pas eu de chance, j'ai eu de la persévérance, et la conviction que malgré la galère, malgré des moins à 700 balles, je devais tenir le coup et aller de l'avant. C'est de l'abnégation, pas de la chance. C'est pas une chance de faire ce qu'on aime pour une misère. C'est un sacrifice consenti et plus facile quand ce que l'on a à côté rapporte, mais très coûteux à vivre si ce que l'on a c'est juste ça.

avatar

(d’ou en la matière le statut d’intermittent qui permet un revenu pendant les répétitions).

DSC1978

Ce qui est un petit dévoiement du système.

L'intermittence, à la base, c'est surtout pensé pour permettre aux artistes et techniciens du cinéma et du spectacle d'avoir un régime d'indemnisation des jours chômés adaptés à leur rythme de travail et à leurs paies (en gros, si on était au régime général, on sertai peu à toucher le chomage et on toucherait des sommes très supérieures).

A la base, les jours de répétitions sont payés, ils ont même un barème propre dans la convention collective.

Mais effectivement, certaines petites structures ne peuvent se le permettre et du coup, les jours de répétitions sont des jours travaillés mais chômés. Mais ce n'est pas le but du statut, loin de là.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • DSC1978
avatar
mantel

20¤/h chargé c'est même plafond bas pour un salarié !

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Laurendi
avatar
Zonamage

Ça fait un salaire à chargé autour de 2800¤ par mois...si l'analyse de la somme est une question personellle, elle comprend une couverture sociale inexistante dans d'autres pays : couverture santé et retraite.

Lorsque vous avez l'habitude de voyager, c'est une sacrée différence. Je ne sais pas combien sont payés les salariés de Paizo mais ils n'ont pas cette couverture sociale. C'est quand même une chance d'avoir un système éducatif et de santé accessible. L'intermittence est une valeur ajoutée également pour le développement de la culture, même si ce n'est pas non plus la panacée.

Je suis en phase avec Julien. La réussite ça se mérite et ça tombe pas comme ça entre tes mains. Dans mon activité, on développe beaucoup le concept de valeur immatérielle : en créant une richesse quantifiable, il y a également une richesse immatérielle qui est générée.

Pour rappel, le facteur qui dépose les colis dans les boîtes aux lettres n'est pas à 2800¤ brut par mois. Ça fait un salaire annuel d'environ 34k¤.

Dans le cas du JDR, si le critère est uniquement le temps passé à jouer, l'indicateur est tronqué et l'analyse fausse. Sans pour autant créer une pléiade d'indicateurs, le sujet mériterait d'être approfondi.

avatar
Julien Dutel

Bien d’accord mais en l’occurence, dans la pratique, c’est l’une des rares choses que je trouve valable au dit statut vue la réalité que subissent (certains) intermittents. Mais bon, c’est le genre de discussion a avoir autour d’un verre plutôt que sur un forum de jdr (a plus forte raison quand on a une grande gueule souvent de mauvaise fois et une personne partie prenante avec un intérêt avéré plaisantin ). Donc on va arrêter la, mais si on se rencontre. L’occasion, ravi de discuter de la chose (même si j’espere que ce ne sera pas le premier sujet!).

pour le reste, d’accord avec les grandes lignes des interventions précédentes: on peut faire ce que l’on aime en étant bien rémunéré. Alors ça demande déjà de savoir ce que l’on aime (vraiment), d’etre un minimum réaliste, et d’être prêt à bosser. Mais la encore, je vais éviter de rentrer dans la discussion.

Pour ce qui est du sujet: j’ai l’impression que les heures données sont assez hautes (mais je n’y connais rien, n’etant ni auteur, ni graphiste ni maquettiste pro). Par contre 20¤ en brut, c’est au dessus du minimum, mais ça reste tranche basse (et bizarrement, il en va de même aux USA ou U.K., même si les charges sont différentes - enfin pas en UK).

La réalité c’est que le jdr est un loisir confidentiel, et que financièrement, à part quelques exceptions, ce n’est pas viable pour tous dans le milieu (et peut être encore moins maintenant avec la pluralité de l’offre).

avatar

C'est bien gentil comme article mais finalement ce qui importe n'est pas ce que ça coûte à l'entreprise mais ce que ça coûte au client ... point barre. Venir expliquer pour justifier un prix élevé, ça ne sert strictement à rien. Au final, c'est le client qui décide si c'est cher ou pas, et tu auras beau expliquer tout le mécanisme de création, de production, d'édition etc ... la très grande majorité se dira "ah oui c'est vrai ...mais bon tant pis hein... je ne veux pas payer ce prix là .."
Si je sais que ce mois ci, je peux mettre 40 ou grand maximum 50 ¤ dans un bouquin de JDR, et bien celui de 60 ¤ va rester gentiment dans le stock du vendeur ...
Donc à celui qui propose un JDR d'en proposer le prix max "convenu" sur le marché, quitte à faire un bouquin de 280 pages et de proposer par la suite un supplément de 100 pages à 30 ¤ ...
Un exemple en tête :
L'Anneau Unique avec un LdB à 50 ¤ (332 pages) et les suppléments de 140 pages à 30 ¤

Ce message a reçu 2 réponses de
  • DSC1978
  • et
  • FredDeLyon
avatar
alanthyr

Je ne pense pas que ce soit le sens de l’article, vue que de tete, elle admet elle-meme qu’elle ne paierait pas le « vrai »prix. Mais je pense que des fois il n’est pas inutile de rappeler ou d’enoncer meme ne serait-ce que quelques chiffres. Ca donne a reflechir et remet le tout en perspective.

Je rapproche ca du: je vais faire une partie de 3h - ben une fois que tu as mis le temps de trajet, le temps de preparation du scenario pour le MJ, peut etre de lecture des regles etc, ben ta partie de 3h, c’est en fait souvent 5h d’investies...pareil pour une crea de jdr.

avatar
alanthyr

Si c’était vraiment le cas, cela voudrait dire que pour payer les auteurs correctement il faudrait soit réduire la pagination, soit réduite la qualité, soit ne faire que de la traduction de blockbusters américains (déjà amortis). Pour le même prix d’achat...

Et je ne suis pas certain que tu sois prêt non plus à faire ce sacrifice...

Mais si les lois de l’offre et de la demande étaient respectées, et si tout le monde était payé correctement, c’est ce qui devrait logiquement arriver. Ou l’autre alternative, ce serait la baisse des ventes pour ne garde que les grosses locomotives.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • alanthyr