Cookies

Utilisation des cookies

Pour le bon fonctionnement du site, nous utilisons des cookies techniques qui permettent de gérer votre connexion.
Nous utilisons des cookies Google Analytics pour le suivi anonyme de la navigation. Vous pouvez désactiver ces derniers à tout moment ici.

Confirmation

Par défaut, nous conservons votre acceptation durant 13 mois.
Gérez vos cookies ici.



Personnaliser

Affrontements 22

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Oeil Noir

avatar

Bonjour, ayant toujours jouer à Donjons ou à des jeux similaires, pourriez-vous me dire dans les Stats des monstres qu'est ce qui est l'équivalent de : Facteur de puissance, Puissance, Dangerosité etc. Car je n'arrive pas à bien visualiser quels monstres faire affronter à mes joueurs a L'Oeil Noir. Merci !

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Docdemers
avatar

Bonjour content

Je ne crois pas que ce type de statistique existe dans l'Oeil noir. C'est essentiellement au MJ d'estimer ce qui est opposable à ses PJ ou non. Enfin, il me semble.

avatar
ZonKuthon

En effet, comme le mentionne Ukroni, les monstres de l'Oeil noir n'ont pas de facteur de puissance/dangerosité. Ils sont ce qu'ils sont. Et personnellement c'est bien ainsi. L'univers est cohérent et les monstres se trouvent où ils doivent se trouver, aux PJ de s'habituer à évaluer par eux même les risques inhérents à chaque rencontre possible (il est toutefois fortement conseiller que le MJ les éduques un peu auparavant...). Il est donc tout à fait possible de rencontrer des monstres qui serait bien au delà des capacités des PJ mais qui tout de même présent dans le scénario car ceux-çi sont sur leur territoire naturel. Comme par exemple un troll dans les montagne. À l'Oeil noir les héros ne sont pas tout puissants et ils doivent d'abord apprendre à connaître leurs limites et ensuite apprendre à trouver des solutions autres que des affrontements frontaux si c'est possible, car ceux-ci sont très risqué et très mortels. De plus, il faut comprendre que les combats se termine rarement par la mort des protagonistes. Autants les PJ que la plupart des monstres vont penser à fuir avant la mort. Les PJ (et le MJ) devront apprendre à tenir compte de cette réalité.

En résumé, en tant que MJ, place les monstres dans leurs habitats naturels et laisse les héros apprendre à connaître ces monstres. L'univers aura ainsi sa propre logique et n'en sera que plus crédible. Il est aussi important de mentionner que dans la description de chaque monstres il y a une section pour des épreuves par exemple de "zoologie", "magicologie" ou "sphèrologie". Il est important de faire passer ces épreuves au héros avant le début d'un combat ou lorsqu'ils ont par exemple suffisamment d'informations pour identifier le monstre dont ils suivent la piste. Ces informations leur seront importantes surtout au début pour qu'ils puissent ce faire une idée plus précise de la créature ou de l'animal qu'ils sont sur le point d'affronter ou qu'ils poursuivent (selon leur niveaux de réussite).

J'aime les monstres de l'Oeil noir. Où les autres jeux offre des bestiaire dans lesquels s'empilent de courtes descriptions/tableaux de stats avec plusieurs monstres par page, l'Oeil noir lui offre des descriptions de monstres/animaux riches et détaillées étendues sur DEUX page. Les monstres et les animaux de l'Oeil noir ne sont pas de simples rencontres pour faire du "bashing", ils offrent de vrais rencontres emplis de possibilités et de subtilité qui vont bien au-delà du simple combat. Prend le temps de bien lire leurs descriptions et d'imaginer une rencontre entre eux et ton groupe de PJ, comment les monstres vont réagir face à leurs adversaires, mais aussi comment les héros vont pouvoir en apprendre plus sur le monstre en question avant de décider de passer à l'attaque ou de choisir une autre option.

avatar

Je rejoins complètement le commentaire précédent.

Je complèterais juste en donnant une précision : les règles de l'Oeil Noir font que chaque combat peut être héroïque... que ce soit contre un ours ou un dragon.

Les règles font en effet en sorte que les héros ne soient pas trop fragiles ... un héros ne se fera jamais tuer par un coup d'épée ou une seule attaque d'un dragon. Mais par contre les héros s'affaiblissent et ils vont sentir que le combat se passe mal. Dans ce cas la fuite ou la reddition sont envisageables... c'est pour ça que tous les monstres ont dans leur stats indiqué le moment où ils vont fuir. En effet, à part les fanatiques et certains êtres particuliers personne ne veut mourir ...

avatar

Je pense aussi que l'info du nombre peut être une indication intéressante de la difficulté de la rencontre.

De par mon expérience, j'ai l'impression qu'une "horde" sera déjà un bon challenge pour un groupe de héros.

Quoiqu'il arrive, il faut garder en tête que la difficulté augmente de manière exponentielle avec la multiplication des ennemis. Un squelette est une formalité, une horde un petit challenge, deux hordes un véritable défi.

avatar

Je trouve que cette estimation de puissance manque tout de même. Bien que je partage le point de vue des intervenants au dessus, je le suis deja retrouvé a chercher un opposant pour une rencontre de combat et ne pas avoir de visibilité sur la dangerosité du truc.

C'est pareil d'ailleurs pour des opposants humains...

C'est pas gravissime mais cela ne facilite pas la vie du Mj clairement

avatar

Dans la v1 il existait la classe de monstre (CM) qui te donnait un peu cette indication (et servait aussi à d'autres choses comme résister aux sorts ou donner des PAV)

Il est vrai que ce serait une indication utile aux MJs mais DSA a choisi de s'en passer.

A vrai dire après quelques combats tu seras de toi même capable d'estimer la dangerosité des rencontres.

Un groupe de 4 PJs à 1100 PAV sera probablement capable de se débarrasser d'un troll (mais difficilement). Deux trolls et c'est le wipe/TPK quasi assuré s'ils ne s'enfuient pas.

avatar

Un groupe de 4 PJs à 1100 PAV sera probablement capable de se débarrasser d'un troll (mais difficilement). Deux trolls et c'est le wipe/TPK quasi assuré s'ils ne s'enfuient pas.

Dyvim

Mais c'est ça qui est important de souligner. Une intrigue se résoudra souvent avec au moins un combat mais le combat ne fera pas tout et ne soldera pas forcément par la mort de l'adversaire.

avatar
C'est toujours une bonne idée de mettre quelques points dans des compétences permettant de passer inaperçu. Au cas où ...
avatar

Bon après la lecture de la puissance est moins hasardeuse que certains monstres à DD.

Je pense qu'un regard à quatres stats t'indique le danger.

Le couple Énergie Vitale/protection

Et le couple score d'attaque et dégâts.

Cela te donnera un aperçu de combien de bûcheronnage et faudra de part et d'autre.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Docdemers
avatar

Pour les monstres humanoïdes, il faut comparer les stats d'attaque, parade, EV et impact avec ceux d'un PJ - dans les circonstances du combat Je viens de faire un combat à l'amical dans un bar. Rien de spécial, sauf que plusieurs personnages n'avaient pas de points investis en bagarre, se battant donc avec un minable 7/3 en AT/PA. C'est le moment d'être créatif et de fournir des armes improvisées sur les talents plus efficaces... Mais à 6 contre 5 héros c'était déjà bien rude. Heureusement le gladiateur avec ses CS, sa force et ses points en bagarre a fait le poids.

Morale de l'histoire: tenir compte des scores réels dans les circonstances; le niveau de douleur où les adversaires abandonnent le combat (très important! surtout si ce n'est pas encore le combat décisif de l'intrigue) ET de la nature des héros. Tout personnage n'est pas équivalent en combat en l'ON. Ca aussi c'est important à souligner.

C'est ce qui rend particulièrement dangereux les démons: si le groupe ne dispose pas de l'artillerie magique ou karmique nécessaire, un démon est très très dangereux.

avatar
The ReAl NoOb

Pas tout à fait tors, mais je serais tout de même prudent car ça peut être très trompeur. Pour moi ce sont ce sont les statistiques que tu mentionnes, mais aussi le nombre d'actions possible par assaut, ses capacités spéciales de combat mais surtout les règles spéciales. Celle-çi peuvent être terrible.

Et puis je jette aussi un coup d'oeil si le monstre à des capacité magiques et à son comportement en combat.

Ce sont les détails qui me permet de me faire une idée de la façon dont le monstre va se comporter face aux PJ. Comme par exemple :

  • Pour le Kobold (ok ce n'est pas un adversaire "physique" mais bon...), ce qui me frappe ce sont des détails tels que sa forte Ténacité Mentale (ce qui signifie qu'il est dificile à charmer), ses 100 points d'énergie astrales et sa règle spéciale qui lui permet de régénérer 1D6 PA par assaut (ce qui fait de cette petite créature un puit pratiquement sans fond en énergie astrale), ses fortes valeurs de compétence en acuité sensorielle (donc difficile à surprendre), en furtivité (très discret surtout si en plus invisible), en nature humaine (il sait donc comment aborder les humains en détectant leurs possibles motivations et leurs possibles mensonges). La description mentionne leur côté farceur et aussi le fait qu'il ne sont pas nécessairement méchant dans leur comportement. Mais en regardant ses stats, on voit qu'il savent tout de même manipuler les gens et grâce à leur sorts ils peuvent rendre la vie bien pénible aux PJ. Et il est de toute évidence très difficile à attraper grâce encore une fois à ses sorts, mais aussi grâce à sa forte valeur en furtivité. Tous celà mis bout-à-bout, ont peut dire sans se tromper que le kobold est un adversaire de taille pour un groupe de PJ. Pas "physique", mais très difficile à maîtriser.

Un autre exemple différent celui-çi puisqu'il ne possède aucune magie, une règle spéciale peu pénalisante et qu'il doit donc s'en remettre principalement à ses capacités physique pour combattre:

  • Le Ver des fanges est avant tout un monstre de grande taille, ce qui signifie que ses adversaire ne peuvent que parer avec un bouclier ou alors esquiver. Si les PJ ne sont pas amateur de bouclier ils devront s'en remettre exclusivement à leur esquive qui n'est généralement pas bien haute. Ensuite il y a bien évidement sa puanteur naturelle. Une épreuve de maîtrise de soi (tenir bon) est nécessaire pour les combattants à courte et moyenne portée (donc presque tous les PJ). Sur ce point, si un PJ à l'avantage "sens exceptionnel/odorat", je lui ajoute un malus supplémentaire. Vient ensuite sa non négligeable valeur de compétence en furtivité qui laisse indiquer qu'il sait se fondre dans son environnement pour surprendre ses proies. Puisqu'il a une sensibilité à la lumière, je l'imagine donc chasser la nuit. Qui dit combat de nuit dit malus pour ceux n'ayant pas l'avantage nyctalopie ce qui signifie donc que les PJ auront probablement des malus dû à la visibilité de niveau 2 ou 3 donc quelque chose comme -2/-3 en AT et en défense (le ver ne possède pas l'avantage nyctalopie mais personnellement je considère cela comme un oublie considérant sa description). Pour ce qui est de la confrontation directe au corps à corps, le ver à une bonne valeur de PRotection de 3 et la capacité d'éffectuer 2 actions par assaut ce qui conjugué avec ses 3 modes d'attaques lui confère une bonne force de frappe. Surtout lorsque l'on pense avant tout à la portée de sa queue. La portée da sa queue est longue, ce qui implique probablement un malus d'allonge pour les PJ utilisant des armes de portées courtes et moyenne de -4/-2 respectivement à leurs attaques. (ici, si l'on considère que le combat à probablement lieu de nuit, ça signifie donc que les PJ sont probablement rendu avec des malus cumulés en AT d'environ -4 ou -5 pour une arme de portée moyenne et ce s'ils ont réussi à tenir bon face à sa puanteur. Finalement, le combo coup cinglant I (manoeuvre de base) et morsure acharnée (manoeuvre spéciale) lors d'une attaque par morsure peut s'avéré fatale à bien des PJ puisque celle-çi infligera au premier assaut 2D6+4 PI, 2d6+5 PI au deuxième, 2D6+6 PI au troisième et ainsi de suite tant que le PJ ne se libère pas de l'emprise du ver.

Deux exemples pour démontrer la richesse et la subtilité des monstres à l'Oeil noir. À l'Oeil noir il faut lire la description des monstre attentivement et voir au-delà de l'entête du bloc de stats. Chaque monstre a sa particularité bien à lui de combattre que l'on découvre dans les détails de sa description.

avatar

De mémoire il m'a semblé qu'une bonne moitié des monstres du Bestiaire pouvait très facilement venir à bout de mes pjs. Moi aussi je regarde directement le couple EV et attaque/PI ( multiplié par le nombre d'action) du monstre. Pour me faire une idée de la dangerosité je calcule le total d'EV de tous mes pjs , plus les PI qu'ils peuvent infliger tous les tours et je les compare avec ceux de la créature.

Sinon quelqu'un a une info sur comment on tue un dragon dans ce jeu?? sans déconner quand on voit les caracs des bestiaux ça fait vraiment flipper mort de rire

Il y a vraiment des héros qui ont remporté le titre de tueur de Basilic??? Celui-là il est juste cauchemardesque.

avatar

Je trouve que cette estimation de puissance manque tout de même. Bien que je partage le point de vue des intervenants au dessus, je le suis deja retrouvé a chercher un opposant pour une rencontre de combat et ne pas avoir de visibilité sur la dangerosité du truc.

C'est pareil d'ailleurs pour des opposants humains...

C'est pas gravissime mais cela ne facilite pas la vie du Mj clairement

The ReAl NoOb

Je pense que le "problème" vient justement de ta façon d'aborder les choses, très "classique" façon D&D : tu cherches un opposant pour une rencontre de combat. Or, la logique de l'ON n'est pas nécessairement de proposer de l'affrontement pour épicer le scénario. Comme dit plus haut, la question est celle de la logique : une créature est là parce que c'est son habitat... Il y a toujours une bonne raison. Et du coup, on ne met pas de combat "juste" pour épicer un scénario. Du coup, s'il doit y avoir une rencontre, elle doit découler logiquement. Et donc, tu n'as pas à "chercher" un opposant, il doit te venir naturellement. Si tu n'en as pas à l'esprit, c'est que la rencontre est forcée et que tu veux la placer juste pour qu'il y ait un combat. Ce qui, à mon sens, n'a pas d'intérêt. C'est vraiment une façon différente de faire de la logique de D&D qui est construit sur des rencontres régulières de tel ou tel FP.

avatar

Je te remercie de dire que ma manière de construire une aventure est le problème...beau jugement de valeur.

Le combat est un élément incontournable en fonction des attentes de certains joueurs. Et en tant que MJ je construis mes aventures pour aussi faire plaisir à mes joueurs.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Docdemers
avatar

Je te remercie de dire que ma manière de construire une aventure est le problème...beau jugement de valeur.

Le combat est un élément incontournable en fonction des attentes de certains joueurs. Et en tant que MJ je construis mes aventures pour aussi faire plaisir à mes joueurs.

The ReAl NoOb

Comme tu l'auras noté, j'ai mis le mot "problème" entre guillemets. Ce n'est pas un jugement de valeur, je réponds simplement au "problème" que tu as toi-même posé : comment puis-je déterminer quelle créature utiliser pour créer une rencontre ? Il faut prendre le mot "problème" au sens "difficulté". Je ne juge aucunement ta pratique ou celle de tes joueurs. Chacun joue bien comme il faut et je n'ai pas de problème avec ça. Ma réponse est juste que l'ON n'est pas conçu comme d'autres jeux comme D&D, qui évaluent très précisément le FP, parce qu'ils émulent ainsi une façon différente d'orchestrer les rencontres les rencontres et la façon de jouer de façon de jouer.

Il ne s'agit pas de critiquer telle ou telle façon de jouer. Je pose simplement le fait qu'il y a une logique dans D&D (par exemple) à définir un FP, et que la logique de l'ON est différente et ne nécessite donc pas de FP.

Or, il me semble avoir compris de ton questionnement que tu as une façon de jouer qui correspond bien à la logique de rencontres de D&D, moins à celle de l'ON. Dès lors, cela constitue une difficulté, un "problème" que tu cherches à résoudre, qui vient du faire que tu souhaites faire faire à l'ON quelque chose pour lequel il n'est pas forcément conçu.

avatar

Pour moi ce n'est pas un jugement de valeur que d'indiquer en quoi l'approche de l'ON est différente, et que parfois selon le jeu il faut bousculer un peu ses habitudes ou voir les choses differemment (ou pas). Problème était entre guillemets et Marc a bien indiqué quelle était la logique sous jacente d'une rencontre dans ce jeu. Il n'a pas dit qu'il ne devait pas y avoir de combat si c'est ce que tes joueurs recherchent, mais que ces combats doivent avoir une cohérence avec l'univers. Après chacun en fait ce qu'il veut mais l'avantage de l'ON étant justement la cohérence et la richesse de cet univers, cela serait dommage de sortir tel monstre face aux joueurs juste parce qu'il faut un monstre ou qu'il a l'air sympa ou il faut tel niveau d'adversité. Après rien ne t'empêche de partir de là, un gros combat peut être un élément qui vient proposer un climax potentiel voire la conclusion d'un scénario, mais vu que le combat n'est pas l'élément central de l'ON (dans le sens ou cela morfle pas mal donc difficile d'enchaîner à outrance) cela impose alors beaucoup plus de boulot pour broder autour et rendre le tout cohérent. Après si c'est ta façon de faire (de partir d'une opposition hein je ne veux pas dire ici balancer du combat toutes les 2 min attention) soit, chacun fait comme il veut on est bien d'accord. Marc t'exposait ici, et il a pris la peine de développer ses arguments (comme les autres intervenants d'ailleurs) alors qu'il aurait pu se contenter d'une réponse laconique.

avatar

Arf ninjaté par Marc et on se rejoint pour les guillemets plaisantin

avatar

En soit, le Facteur de Dangerosité (ou quel que soit le nom qu'on lui donne) a quelque chose d'absurde, car souvent bien des choses ne sont pas mesurées par des stats (l'agressivité, l'influence politique, l'ambition à gagner du pouvoir, etc). L'histoire est remplie de personnages qui avaient une dangerosité factuellement énorme, mais qui auraient eu une fiche de personnage qui leur aurait attribué un facteur de dangerosité quasi négligeable ; et l'inverse est aussi vrai. Un gars tout gringalet et qui se bat physiquement comme un écureuil boîteux, mais terriblement rusé, à tendance psychopathe, à l'ambition démesurée et capable d'emporter dans son délire mégalomaniaque des peuples entiers est bien plus dangereux qu'une armoire à glace rompue aux arts martiaux et d'un calme olympien qui aime à cultiver son jardin sans faire de mal aux lapins.

avatar
The ReAl NoOb

Le combat est un élément incontournable en fonction des attentes de certains joueurs. Et en tant que MJ je construis mes aventures pour aussi faire plaisir à mes joueurs.

Bien évidemment que les MJ vont construire leurs aventures pour faire plaisir à leurs joueurs en fonction de leurs désirs et envies. Toutefois, je ne peux que te conseiller d'aborder les combats de L'Oeil noir avec un point de vue différent des jeux tels D&D, Pathfinder, H&D, COF ou autres émules. Dans ces types de jeux, les combats ne sont pas aussi demandant et épuisants sur les héros qu'à L'Oeil noir et ce pour plusieurs raisons.

  1. Les PJ ne sont pas surpuissant comparé aux monstres ou autres PNJ humains ou humanoïdes. Cela implique que les PJ ne pourront pratiquement jamais vaincre rapidement et facilement leurs adversaires au combats. Mon groupe de 6 héros (groupe formé de 3 rôlistes expérimentés et 3 débutants et tous expérimentant L'Oeil noir V5 pour la première fois) ont eut en début de campagne à affronté un groupe d'une douzaine de gobelins montés sur des sangliers et ils s'en frottaient les mains à l'avance en rigolant et en se disant que ça leur ferait une bonne pratique. Ils ont réussit à tuer 4 gobelins et en blesser plusieurs autres avant que les gobelins ne se décident à prendre la fuite. Les héros étaient content de les voir fuirent car ils commencaient à sentir la soupe chaude.
  2. Les combats sont épuisants. Les combats laissent des séquelles qui elles, à moins que le MJ soit plus généreux au niveau de la récupération des PV que le système et l'univers le préconise, sont longues à guérir. Il est donc importants pour les PJ (et dans une certaines mesure le MJ) de tenter d'éviter d'enchainer des combats trop rapprochés. Les niveaux de douleurs accumulés (niveaux qui occasionnent des malus) avec les pertes en point de vie lors des combats vont avoir des répercutions importantes sur l'après-combat en compliquant la capacité des héros à réussir leurs épreuves de compétences. Après l'affrontement contre les gobelins certain membres du groupe d'aventuriers étaient pas mal amochés dont le prêtre de Phex et son frère jumeau (une sorte de voleur/guérisseur) qui sont moins portée sur les armes que 3 des autres membres du groupe (la sorcière, contre toute attente s'en est sortie avec beaucoup de brio). Les jumeaux ont eut beaucoup de difficulté à repousser les attaques de gobelins et encore plus à contre attaquer. De plus après le combat, le groupe entier a constaté l'étendue des dommages lorsqu'ils ont réalisé qu'ils auraient pour la majorité d'entre eux à dealer pour plusieurs jours avec des malus importants causé par la douleur des blessures encaissées lors de l'affrontement.
  3. Le temps de guérison est beaucoup plus lent que bien d'autre jeux de rôles du type fantasy plus populaires (pour ne pas les nommer... à nouveau...). Comme mentionné plus haut, les combats occasionnent sont lots de blessures qui peuvent grandement incapaciter les PJ. Chaque tranche de 25% de PV perdue confère un niveau de douleur aux PJ. Chaque niveau de douleur pénalise les PJ d'un malus de -1 à ses épreuves de compétences. Et à L'Oeil noir, chaque malus de -1 représente une pénalité importante. Beaucoup plus importante que pour des jeux possédant un système similaire au système D&D puisque ce malus affecte toutes les qualités de base du PJ. De plus, le temps de guérison est plutôt lent avec un rythme de récupération de 1D6 PV par période de repos (6 heures de repos total). Un PJ ayant perdu environ 15 PV (probablement la moitié de ses PV donc 2 niveaux de douleur) aura vraisemblablement besoin d'environ une semaine avant de se remettre totalement sur pied. Il est bien évidemment possible de racourcir la période de guérison grâce à des herbes médicinales ou grâce à la magie. Toutefois, si le lore de L'Oeil noir est respecté, il faut aussi prendre en compte que la magie n'est pas omni présente au quotidien de l'aventurien commun. Ce que ça veut dire c'est que les héros ne pourront potentiellement pas faire le plein de potions de guérison sur la place du marché en faisant leurs emplettes du matin avant de prendre la route pour une nouvelle aventure. Les potions magiques sont une denrée peu commune. Donc il n'est pas ici possible de se gaver de potions magiques après un combat. Le groupe de héros amoché redescend la montagne tant bien que mal et, malgré le retard que cela leur occasionne, profite de la tempête de neige qui s'abat sur la région pour passer quelques jours à l'auberge et panser leur blessures grâce aux techniques et aux herbes du jumeau guérisseur (guérisseur qui était ont s'en souvient lui aussi fortement amoché et a peiné pour appliquer ses soins aux membres du groupe)...

Ce que je tente d'expliquer, ce n'est pas la quantité de combat qui compte, mais la qualité des combats. Chaque combats à l'Oeil noir représente un défi. Comme Dany l'a fait remarquer, même un ours représente un défi. Car même si l'ours n'a pratiquement aucune chance de vaincre un groupe de héros, le danger demeure que l'un d'entre eux pourrait être très gravement blessé lors de l'altercation et être forcé au repos pour plusieurs jours.

Si un ours ou des gobelins peuvent causer autants de problèmes à un groupe de héros, comment les héros peuvent-ils espérer vaincre des trolls, des dragons ou des démons alors ? Bonne question.

  • En faisant peut-être preuve de diplomatie ? Car il ne faut pas ici oublier qu'à l'Oeil noir, la majorité des monstres ne désire pas nécessairement eux aussi affronter un groupe de héros bien armé au risque de terminer le combat grièvement blessé et ainsi être plus vulnérable ou encore pire : d'y perdre la vie.
  • En tentant de s'informer adéquatement sur l'adversaire en question ? Comme je l'ai mentionné plus haut, dans la description de chacun des monstres/animaux il a une entrée qui permet aux PJ de passer une épreuve de talent (zoologie, magicologie, spèrologie, etc) pour déterminer ce que leurs personnages connaissent sur leur adversaire. J'invite ici les MJ à enrichir cette portion en ajoutant des niveaux de réussite pour ainsi fournir plus d'information pertinentes aux PJ. Ces informations supplémentaires sont facile à ajouter grâce à la richesse des descriptions.
  • En demandant de l'aide ? Il n'est pas inderdit au PJ de demander de l'aide lorsque la menace est trop grande. Un autre mage d'une guilde qui se porte volontaire pour les accompagner, une petite troupe de mercenaire pour quelques bourses bien remplies ou encore quelques habitants de la communauté voisine qui sont inspirés par la présence des héros.
  • En adaptant leur tactique de combat ? Si les héros savent que le ver des fanges ne supporte pas bien la lumière et qu'il sont de plus très hostile face à d'autre dragons mineurs (épreuve de talent en zoologie/monstres réussit avec brio !), et bien ils pourraient alors peut-être d'abord tenter de capturer vivant un dragon des arbres et s'en servir comme appat pour forcer le ver à sortir de sa tanière en plein jour et ainsi profiter du léger avantage que l'oeil de Praïos (le soleil) leur confère et aussi du fait que le ver va d'abords se jeter sur sa proie et ainsi donner l'avantage de la surprise aux héros.

L'approche des PJ face aux combats se doit d'être adapter à L'oeil noir. Les combats font partis intégrantes du lore aventurien. Le monde est dur, et les combats représentent bien cet état de faits. Comme je l'ai mentionné plus haut, j'adore la richesse des descriptions des monstres de ce jeu. Les créateur n'ont pas créés de descriptions de monstres étalées sur 2 pages pour que la rencontre se résume seulement à un festival de lancé de dés. Il serait dommage de réduire cette incroyable portion du lore aventurien à une simple boite de statistques pour permettre des confrontations aléatoires servant de "filler" entre 2 scènes. Non, le ver des fanges, les ronzes des marais et autres créatures térrifiantes attendent leur proies tapis dans l'ombre des marais et ça, c'est la réalité des habitants d'Aventurie...