CF et PP addict ... c'est grave docteur ? 4682

Forums > Communauté > Les financements participatifs

avatar
Ombreloup

Je ne m'en souviens pas, çà arrive quand çà arrive. La fois où j'ai essayé de lister sur ce fil, j'ai épluché chacun de mes comptes : BBE - Game On, Ulule et KS. Voilou.

avatar
Nonobub

On reprochait à AKA son manque de comm', ils viennent de corriger le tir, rien à (re)dire. oui

avatar
Thomas Robert

Effectivement article très intéressant, j'étais passé à côté, merci du partage. clin d'oeil

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Hiver
avatar
Ragnar

Ha oui, ça serait vraiment dommage de passer à côté d'un article qui livre cette analyse :

Le système des stretch-goals n’est qu’un artifice markéting :

Nous le savons d’autant mieux que nous le pratiquons nous-même. Aujourd’hui les stretch-goals sont déjà prévus dans le plan de financement des campagnes et ne servent que de variable d’ajustement. On les étire ou les ressert en fonction des sommes récoltées, mais ils ne sont jamais des « cadeaux » offerts aux backers. Quel que soit son issue, vous aurez peu ou prou la même valeur en stretch-goals à la fin de la campagne. Autant en finir avec ces artifices marketing et présenter une offre franche, bonifiée de la valeur des stretch-goals d’entrée de jeu.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Julien Dutel
  • et
  • Ombreloup
avatar
Hiver

analyse qui est elle-même un artifice markéting

avatar
Hiver

Oui, mais c'est un outil qui a son intérêt, qui provoque de l'excitation, l'envie d'aller plus loin. C'est une sorte de but à atteindre, et pas juste un clic pour commander sur un site de vente en ligne.

Je trouve que ça dénature un peu le financement participatif...

avatar

Ha oui, ça serait vraiment dommage de passer à côté d'un article qui livre cette analyse :

Le système des stretch-goals n’est qu’un artifice markéting :

Nous le savons d’autant mieux que nous le pratiquons nous-même. Aujourd’hui les stretch-goals sont déjà prévus dans le plan de financement des campagnes et ne servent que de variable d’ajustement. On les étire ou les ressert en fonction des sommes récoltées, mais ils ne sont jamais des « cadeaux » offerts aux backers. Quel que soit son issue, vous aurez peu ou prou la même valeur en stretch-goals à la fin de la campagne. Autant en finir avec ces artifices marketing et présenter une offre franche, bonifiée de la valeur des stretch-goals d’entrée de jeu.

Hiver

On s'en doutait tous hein joyeux

avatar

Autant en finir avec ces artifices marketing et présenter une offre franche, bonifiée de la valeur des stretch-goals d’entrée de jeu.

Mouais bof... surtout ça serait bien de prévoir un palier systématique pour augmenter la quantité d'ouvrages pour ne plus voir de rupture de stock en magasin moins de 8 mois après un CF...
Autant au début je trouvais ça sympa ces paliers qui donnaient pas mal de trucs en plus, mais finalement, je me suis rendu compte que certains éléments très sympa (d'aides de jeu, scénarios, etc) étaient inaccessibles par la suite à ceux qui ne pouvaient pas pledger à ce moment... (mais c'est un autre débat)

Ce message a reçu 1 réponse de
  • CBD
avatar
Nightbird

S'il y a des ruptures c'est parce que les éditeurs ne veulent plus perdre d'argent avec des stocks morts qui leur restent sur les bras.
CF ou pas, Jdr ou Jdp, on passe tous par la case rupture à un moment.
Le CF te permet d'aviter ça en précommandant ton exemplaire.
Et pour les bonus, comme on essaye d'éviter les trucs exclusifs frustrants, tu peux les retrouver sur la boutique plus tard (dans la limite des stocks disponibles: cf ci-dessus. ^^)

avatar

Je connais bien la raison des stocks, mais là, clairement, les CF fournissent les pledgers et il y a une poignée supplémentaire pour les boutiques - il faudrait trouver un juste milieu.
Pour les CF, comme je le disais, on peut pas tous y participer au moment où c'est possible et 99¤ qui revient souvent en contrepartie moyenne, reste une somme à sortir.

Il y a encore des éditeurs qui ne passent pas par le CF, heureusement, mais ça devient rare. content
Pour les bonus, ça dépend des éditeurs, mais la tendance va vers du "plus sage". L'Empire des Cerisiers a par exemple été très bien en terme de paliers.
" Et pour les bonus, comme on essaye d'éviter les trucs exclusifs frustrants, tu peux les retrouver sur la boutique plus tard "
BBE peut-être, mais c'est pas le cas de tous les CF. plaisantin

Si j'ai abordé le sujet des stocks, c'est suite à des discussions avec des personnes qui galèrent depuis la fin de l'année dernière à trouver tous les livres pour Symbaroum et ça faisait écho à un autre jdr (dont j'ai perdu le mon), c'est pourquoi, j'avais ça en tête.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • alanthyr
  • et
  • CBD
avatar
Nightbird

en effet, il semble évident que l'intérêt des CF est d'éviter pour les éditeurs d'avoir du stock qui leur reste sur les bras. Il y aussi une prise de risque financière bien moins lourde sur un projet (vu que le client paye a priori). Les clients acceptent le principe de financer avec un délai de livraison généralement aléatoire que les éditeurs eux-même ont sans doute bcp de mal à fixer.
Pour la tendance d'aller vers le plus "sage", je ne suis pas totalement convaincu même si sur la dernière PP de Deadlands, BBE a évité les goddies (et merci pour ça).

Pour la non disposition de Symbaroum, je ne trouve pas normal qu'il ne soit pas disponible en boutique. On peut me parler d'exclusivité autant qu'on veut, tout le monde n'a forcément les fonds pour acheter des pledges à une période donnée. Et encore, si la gamme était exemplaire en termes de qualité (de traduction, de coquilles) ...
Est-ce qu'une entreprise qui n'édite que des bouquins que de cette manière là (uniquement via des PP) peut-elle vraiment porter le nom d'éditeur ? Je ne suis pas certain ...

avatar
Nightbird

Il est évident que je parle en premier lieu pour ma paroisse car j'en maitrise mieux les chiffres et les process. ^^
Et qu'à partir de cela j'essaie d'en tirer des généralités (banalités ? ^^)

Les "problèmes" de quantité s'expliquent aussi par le fait que le JDR c'est un peu plus "hype" qu'il y a 5 ans. Ca revient un peu la mode. Je pense que les ventes sont aussi meilleures qu'il y a 5 ans. Alors que l'offre semble encore plus diversifiée et que la niche reste malgré tout très petite. Ce qui est plutôt un bon signe. Mais qui est difficilement prévisible aussi. Et comme les éditeurs français sont toujours des PME, c'est quand même moins grave pour l'entreprise de louper des ventes que de surproduire. On essaie de penser à demain aussi...

Et dans le cas de BBE, le fait de changer de distributeur, même si cela a été chaotique au début, nous permet de toucher plus de boutiques. De plus nous avons des partenaires parfaitement compétents en Belgique et au Canada pour revendre nos produits. Et comme, par manque de temps de notre côté, on a du mal à estimer leur quantité, il arrive parfois que notre prod file à l'étranger et soit épuisée plus rapidement que prévu.

Et puis faut pas oublier que les PP c'est aussi de la comm et de la pub et que les produits qui en sont issus se vendent généralement mieux à leur sortie. Les gens en ont entendu parler, ont pu voir/lire plein de choses dessus et donc achètent (ou pas) en connaissance. Alors que sans PP, tu te laisses le temps de la reflexion, tu attends de voir ce que les gens en disent,.. Et donc tes ventes s'étirent sur plusieurs mois (Mais au final l'éditeur a souvent produit la même quantité...)
Les quantités envoyées aux distributeurs ne sont pas négligeables, c'est souvent que ça se vend mieux que prévu.

Pour les éditeurs français ne faisant pas de CF (ou de préco parce que c'est pareil) et qui sortent des produits en boutiques spé, moi à part 7eme Cercle et Edge je vois pas de mémoire... Ca fait peu. Et en terme de sortie par an, on voit aussi que c'est plus calme aussi de leur côté que les éditeurs utilisant le système des précos. La pression est certainement pas la même aussi. plaisantin

Pour la disponibilité en boutique de certains éditeurs: il faut aussi voir que 7eme cercle et AKA games s'auto-distribuent (sauf Chill qui est normalement en distribution chez Abysse.) Donc c'est plus compliqué pour une boutique de faire une commande uniquement de produits chez eux. Alors que pour une commande de bouquins BBE, elle peut aussi prendre du Edge, du Magic, des JDP, des magazines,... Ce qui explique aussi pourquoi les PP d'AKA sont plus suivis par les boutiques aussi.
On le voit de notre côté sur la boutique BBE, on peut faire des commandes de produits Edge toutes les semaines donc on peut travailler en flux tendu. Pour 7C c'est plutôt une par mois au mieux et ça nous oblige à estimer nos ventes pour éviter les ruptures trop longtemps... Bref c'est plus compliqué. Et notre boutique est petite et ultra-spé. Quand le gérant doit aussi s'occuper des jeux de cartes, des plateaux, des goodies,... Je comprends qu'il passe moins de temps (voir pas du tout) à plancher sur sa réappro symbaroum.
C'est une question de choix d'éditeurs. Vendre plus en gagnant moins ou l'inverse. Ca se calcule mais y'a rien de vraiment simple.

avatar

analyse qui est elle-même un artifice markéting

Julien Dutel

....Réponse qui est elle-même un artifice argumentaire, visant à discréditer un propos sans se poser la question du fond.

Perso je ne sais pas si l'affirmation "Le système des stretch-goals n’est qu’un artifice markéting" est totalement vraie ou pas, sincère ou pas, purement marketing ou pas.

Je ne saurais même pas dire si je trouve bien (ou pas) de totalement supprimer le système des stretch-goals des PP, car je suis bien incapable d'en estimer la balance avantages / inconvénients.

Ce qui m'interesse c'est qu'un éditeur de jeu dise que : "les stretch-goals sont déjà prévus dans le plan de financement des campagnes et ne servent que de variable d’ajustement .(...) ils ne sont jamais des « cadeaux » offerts aux backers."

Il existe sans aucun doute des nuances importantes entre éditeurs / PP / produits (je ne parle pas des PP sans stretch-goals). Mais ça veut dire, pour moi, qu'une partie significative du côté participatif des PP est en fait totalement artificiel.

Ce que j'ai envie quand j'achète un truc, et encore plus quand je participe à une PP de JdR, c'est qu'on me dise la vérité sur ce qui est compris ou pas. Je n'aime pas qu'on me fasse croire qu'il faut que je motive mon p'tit frère, que j'achette 10 sets de dés complémentaires et que je partage 120 fois sur Facebook pour décrocher les paliers "cadeaux" 1, 2 et 3...qui sont en fait déjà compris dans le prix de base.

C'est sans doute utile à plein de choses (et c'est tant mieux), mais apparement pas à débloquer du matos supplémentaire... ou pas autant qu'on veut nous le faire croire. C'est pas dramatique hein ? C'est juste une question de confiance. Je ne sais pas pourquoi, mais je n'apprécie jamais vraiment qu'on me prenne pour un jambon.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • alanthyr
  • et
  • CBD
avatar
Hiver

Franchement, croire qu'une entreprise (en l'occurence un éditeur) offre gracieusement je ne sais quoi à tous les pledgeurs, c'est faire preuve d'une grande naïveté. Rien n'est gratuit en ce bas monde. Rien du tout.
En tout cas, je n'y crois pas une seconde.
Toute bonne PP est calculée pour que celle-ci soit alléchante et rentable. Une entreprise est là pour gagner de l'argent en fidélisant sa clientèle. Sinon ça ne sert à rien.

Après il ne fait aucun doute que certains éditeurs sont plus doués que d'autre dans le domaine ...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • CBD
avatar
Hiver

Je pense que cette phrase n'a de sens que pour un produit qui est KS exclusif.
(Ou qui ne fonctionne vraiment que pour les éditeurs de kilo-plastique...)
Une PP qui propose ensuite le même produit en boutique, tu le vois tout de suite si ton bonus il est cadeau ou déjà inclus dans le prix final.

avatar
alanthyr

Ca n'est pas parce que rien n'est gratuit que ça empêche un éditeur de te l'offrir quand même.
Je pense qu'il faut vraiment faire le distinguo entre les produits financés qui sont exclusifs et ceux qui partiront ensuite dans le circuit de distribution classique.
Et croire que toutes les PP financées sont forcément rentables c'est aussi vrai que la sardine qui a bouché le vieux port.

Une PP c'est de la comm, de la pub, une étude de marché et aussi un moyen de financer/améliorer ta production. Elle peut très bien ne pas être rentable une fois fini car les late pledge et les ventes de produits produits en plus te permettront d'pbtenir ta rentabilité ensuite. Et si tes clients sont contents du produit final et de l'opération tu as plus de chances de les retoruver pour financer ton prochain produit. Ce qui n'est pas négligeable non plus.

Bref, je pense que c'est un poil plus compliqué que l'article le suggère. Je pense qu'il faut l'analyser un peu comme une enquête criminel. Qui est le coupable ? Quels sont ses motivations ? A qui profite le crime ? plaisantin

Ce message a reçu 1 réponse de
  • FredDeLyon
avatar
CBD

Tu nous écris la murder party ? 😊

avatar

Montrer à quel point, nous on ne fait pas une PP avec des Strech Goals comme Joe en face qui les inclue dans le prix de base, que nous on est des vrais des passionnés, des authentiques qui ne cherchent pas le profit comme Gerard d'à côté c'est clairement du marketing, mais même du Marketing gros comme une maison comme Quick qui vous dit que Eux c'est le goût pas comme chez Ronald de là bas.

Certains seront sensibles à ce marketing qui joue sur une corde sensible anti-systeme et anti-capitaliste très actuel aujourd'hui mais il ne faut pas se voiler la face non plus.

Lorsque je reçois un crowdfunding, j'essaie toujours d'évaluer la valeur de ce que j'ai reçu par rapport au prix qui sera proposé en boutique et la on voit bien si l'écart est significatif ou non.

C'est uniquement à ce moment que l'on voit si l'éditeur a récompensé les souscripteurs ou s'il s'est juste contenté de vendre son produit en margeant un peu plus (mais généralement, ça se voit rapidement)

Un crowdfunding ou je dois acheter un pack livre +écran à 70 euros sans strech goals, je n'y vais pas, j'estime que l'éditeur se moquer des souscripteurs

avatar

Pour parler du stock également, il est vrai que ça peut être génant ... mais si on prends des périodes comme noel (ou les anniversaire de chacun toute l'année), c'est dommage ne n'avoir rien à demandé à X ou Y car le JDR qu'on voulait n'est plus en stock. Et on peut pas forcément demander à notre moitié "pour noel je voudrais ce CF stp, je l'aurais dans 1 ans mais tkt " (et encore, souvent le CF tombe pas à noel ).

(Dans le genre j'en profite pour relancer les bons d'achats sur le site (valable sur gameon ? coeur). J'en avais parlé à noel dernier, résultat, j'ai pas pu avoir ce que je voulais à noel triste

avatar

Franchement, croire qu'une entreprise (en l'occurence un éditeur) offre gracieusement je ne sais quoi à tous les pledgeurs, c'est faire preuve d'une grande naïveté. Rien n'est gratuit en ce bas monde. Rien du tout.
En tout cas, je n'y crois pas une seconde.

Ok avec ça : "Si c'est gratuit c'est toi le produit"

Toute bonne PP est calculée pour que celle-ci soit alléchante et rentable. Une entreprise est là pour gagner de l'argent en fidélisant sa clientèle. Sinon ça ne sert à rien.

Après il ne fait aucun doute que certains éditeurs sont plus doués que d'autre dans le domaine ...

alanthyr

Ce n'est pas mon propos. Argument de gratuité, ou pas, ce qui me gène dans le mécanisme de certaines PP c'est l'argument : "soyez participatifs, prennez de plus gros pledges, prennez X options, mobilisez X personnes, parce que ça va débloquer du matos en plus"... et qu'en fait il semblerait bien qu'une bonne partie de ce matos soit de toute façon financé dès que la PP passe le 1er palier du seuil de "rentabilité" ou "seuil de prise de risque accpeté par l'éditeur". C'est du baratin >on me prend pour un jambon.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ombreloup