Règles de survie 13

Forums > Jeux de rôle > Dungeons & Dragons ®

avatar

Concernant la compétence survie, les règles indique la chose suivante :

  • Les personnages peuvent récupérer de l’eau s’ils réussissent un jet de Sagesse (Survie). Un jet réussi permet de récupérer (1d6 + modificateur de Sagesse) x 3,5 Litres d’eau.
  • Les personnages peuvent récupérer de la nourriture s’ils réussissent un jet de Sagesse (Survie). Un jet réussi permet de récupérer (1d6 + modificateur de Sagesse) de demi-kilos de nourriture.

Sauf erreur, j'avoue ne pas voir ou est le challenge, même avec seulent trois PJs...

Comment gérez vous la vie des PJs en pleine nature ? Combien autorisez vous les PJs à transporter de nourriture lorsqu'íls partent à l'aventure ?

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Akila
  • et
  • alanthyr
avatar

Pour l'instant je n'ai pas eu de scénario où les PJ partaient suffisamment longtemps en pleine nature pour avoir à m'en occuper. Et j'avoue que le côté Koh-lanta ce n'est pas ce qui m'intéresse le plus dans le jeu, et mes PJ c'est pareil. Du coup on est sur du générique, "vous avez des rations pour X jours" et ça roule.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Coyote
avatar
Coyote

La survie est un challenge seulement sur les premiers niveaux des personnages.

Le challenge vient du DD que tu imposes et pour ToA par exemple, la conservation de la nourriture ou même de l'eau peut être un problème au vue des températures et du taux d'humidité.

Après il faut aussi se dire que les PJs sont des aventuriers et en tant que tel la survie dans des milieux standards ne doit pas représenter un péril insurmontable.

avatar
YulFi

Je ne suis pas non plus un fervent simulationniste, mais c'est difficile de faire l'impasse dessus cette fois-ci vu qu'on joue une campagne d'exploration (Kingmaker).

avatar

Le jeu n'étant pas du tout simulationniste (ce n'est pas du HârnMaster), d'autant plus que Druides, Rôdeurs et autres lanceurs de sorts ont quelques moyens d'obtenir de l'eau et de la nourriture facilement, ces règles me semblent prodigieusement inutiles, sauf dans des environnements hostiles : désert, banquise, radeau perdu au milieu de l'océan, etc. et 9e niveau de donjon labyrinthique, bien sûr. content

avatar

je tire de tous vos échanges que ça ne sert à rien d'avoir la maîtrise de la compétence Survie joyeux

les montant de nourriture et d'eau me paraissent quand même très élevés, si chaque PJ qui fait le test peut rapporter ça en cas de succès surpris

si vous voulez des règles d esurvie/ voyages plus gritty, allez voir du côté d'Adventure in Middle Earth

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Spark5262
avatar
Sama64990

Passé le premier tiers et sur une compo classique de groupe, effectivement ça n'a sert plus a grand chose. Peut être pour l'orientation et encore, pour peu qu'il y ai un rôdeur dans son environnement de référence ben là non plus.

DD5, sans adaptation est un jeu où Mike Horn susciterait au mieux du dédain amusé 😁

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Jay
avatar
Spark5262

Pas exactement. Pour la traversée de l'Antarctique, la survie peut être un tantinet utile. moqueur

avatar

Cela dépend surtout du contexte de ta campagne ou de ton scénario.

Si tu veux que cela devienne un vraie chalenge il faut poser un DD assez élevé...

Par exemple et personnellement, je suis partie du principe que la jungle dans ToA est un milieu particulièrement hostile. Pour le groupe d'aventurier qui joue avec moi, je fais en sorte que cela devienne un vraie challenge en changeant quelques points de régles de base qui ne peuvent être plus joué simplement.

Le challenge vient du DD que tu imposes et pour ToA par exemple, la conservation de la nourriture ou même de l'eau peut être un problème au vue des températures et du taux d'humidité.

Ceci est un bon exemple comme expliqué plus haut. clin d'oeil

Pour moi les personnage n'étant pas natif de la peninsule, il y a quasi nul chance qu'ils aient les connaissances de survie necessaire dans un milieu aussi extrême que la Jungle de Chult. Du coup, leurs repères habituels n'étant pas présent, ils n'ont pas la possibilité d'utiliser leurs compétences comme il le ferait dans un environnement connus.

Par exemple, le fait de ne plus être capable de pouvoir trouver les composents de sorts auxquel ils (Rodeurs & Druides) sont habitués à chercher dans une forêt corespondant plus à leur climat.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • WolfRider4594
avatar
Grand_Ancien
Sur ton dernier point je ne suis pas d'accord. Si tu sais reconnaître une plante c'est valable aussi dans les environnements et climats différends de celui habituel. A condition que la plante pousse dans ces environnements. Donc les rôdeurs & druides ne devraient pas avoir de problèmes autres que la rareté du composant pour le trouver.
Les environnements particulièrement hostiles à l'humain, comme les déserts, jungles, hautes montagnes et arctiques, l'océan, auront forcément un DD très élevé de 20 ou 25 (voir 30 si le mj est sadique). Perso les jungles de Chult c'est DD20 alors que des naufragés en pleine mer sur une embarcation de fortune auront un DD25. Les vastes étendues d'eau salées sont l'environnement le plus hostile qui soit parce-qu'il est très difficile de se procurer de l'eau potable.
avatar
Sur ton dernier point je ne suis pas d'accord. Si tu sais reconnaître une plante c'est valable aussi dans les environnements et climats différends de celui habituel. A condition que la plante pousse dans ces environnements. Donc les rôdeurs & druides ne devraient pas avoir de problèmes autres que la rareté du composant pour le trouver.
WolfRider4594

On est bien d'accord.

Le fait est que la végétation indigéne de la péninsule de CHULT est vraiment particulière à cet endroit.

Qu'il y a une chance quasimnet nul de retrouver la végétation que l'on peut trouver sur la Côte des Epées.

Tout ceci concour au fait qu'ils serat extrêmement difficile de trouver les composents de sorts auxquel Rodeurs & Druides sont habitués à rencontrer sous leur latitude natif. Dans la plupart des cas, ces plantes auront été apportés par "l'homme".

Par contre, il peuvent essayer d'apprendre à utiliser les plantes loclaes comme composents. Mais ceci sera plus compliqué et plus long et leur redemandera un apprentissage. clin d'oeil

avatar
En même temps les composants matériels des sorts sont devenus facultatifs dans D&D5, donc ce n'est pas si grave. Mais si la jungle de Chult est si particulière, ça devrait être un DD20 mini pour tout type de jet en rapport avec environnement. Voir un jet avec désavantage en plus ou la place du DD élevé. Par exemple pour trouver des composants de sorts qui sont très rare à Chult pour un rôdeur ou druide natif de la Côtes de Épées, ce serait DD20 (rareté du produit) et désavantage (non familiarité avec l'environnement). Et c'est là où on est bien content d'avoir la maîtrise de la compétence pour pouvoir appliquer son bonus de maîtrise.
avatar
Coyote

Récupérer de l'eau c'est bien, mais non seulement il faut un contenant mais en plus ça pèse son poids (1 kg par litre hein ?). Et en milieu hostile, ce n'est pas d'un litre dont on a besoin par jour ... mais bcp plus.
si grâce à ton jet de Survie, tu récupère 21 litres d'eau, ça fait 21 kg à transporter si tu as de quoi ... soit 7 kg en plus par PJ ...

Et pareil pour la nourriture. Il faut récupérer de la nourriture, avoir de quoi la transporter, qu'elle ne pourrisse pas (ou même qu'elle n'attire pas des prédateurs)

Pour Rappel : Si vous portez un poids qui excède plus de 2,5 fois votre valeur de Force, vous êtes encombré, ce qui signifie que votre vitesse est diminuée de 3 mètres. Si vous portez un poids qui excède plus de 5 fois votre valeur de Force, sans dépasser votre capacité de charge maximale, vous êtes fortement encombré, ce qui signifie que votre vitesse est diminuée de 6 mètres et vous avez un désavantage aux jets caractéristique, d'attaque et de sauvegarde basés sur la Force, la Dextérité ou la Constitution.


Vous rajoutez à cela le poids de l'équipement, on arrive vite à la limite pour certain personnages avec les niveaux d'épuisement qui vont avec.
Au final, le jet de Survie, tu vas en faire deux tous les jours (eau et nourriture), et rien ne dit qu'ils seront réussis à chaque fois ... et pendant tu cherches à survivre, tu ne progresses pas ... et plus tu restes dans un endroit hostile, plus le risque de faire une rencontre avec la faune sauvage grandit ...
Alors oui, il y a du challenge ... pour peu que l'on fasse preuve de vilénie clin d'oeil
Mais il est certain d'un druide ou un rôdeur sont comme des poissons dans l'eau en milieu hostile, mais après tout, c'est leur boulot ... content