Cookies

Utilisation des cookies

Pour le bon fonctionnement du site, nous utilisons des cookies techniques qui permettent de gérer votre connexion.
Nous utilisons des cookies Google Analytics pour le suivi anonyme de la navigation. Vous pouvez désactiver ces derniers à tout moment ici.

Confirmation

Par défaut, nous conservons votre acceptation durant 13 mois.
Gérez vos cookies ici.



Personnaliser

Ces tropes usés jusqu'à la moelle... 55

Forums > Jeux de rôle

avatar

Salut!

Aujourd'hui j'ai fait jouer un scénar' maison de D&D5 et au cours de la partie, le groupe de PJ est arrivé dans un "village mystérieux avec des gens qui se comportent normalement mais pas tout à fait et une menace invisible qui pèse sur tout le monde". Le genre de village qu'on a déjà vu un nombre incalculable de fois (même si c'était la première fois que j'utilisais ce trope personnellement). Typiquement le genre de village qu'on retrouve dans un scénario Cthulhu/Fantastique, avec une sensation un peu à la Hot Fuzz mais en moins drôle.

L'un des joueurs m'a justement fait la remarque, m'expliquant qu'il en avait marre de constamment tomber sur ce genre de village qu'on lui avait déjà servi à de nombreuses occasions dans d'autres JDR, avec d'autres MJ.

Alors je me suis dit que vous auriez sûrement vous aussi une liste de "tropes", de tics narratifs dont vous êtes lassés, qui vous font rouler les yeux ou lâcher une quelconque onomatopée de déception lorsqu'ils surviennent. ^^

Je vous propose donc d'en discuter ici et pourquoi pas lister ces tropes usés jusqu'à la moelle !

Je commence avec:

- Le village mystérieux et isolé où tout est louche mais apparemment "gentil"

- La fameuse taverne où les héros se rassemblent pour le premier scénario d'une campagne. "Vous êtes 5 gars dans une taverne, vous vous connaissez, le Comte de Monkusurlakomod' vous a demandé de tuer un dragon..."

avatar

Aucun d'eux ne me lasse, c'est très cliché, vu revu, rerevu, mais quel pied!!!!!!!!!!!

Comme du James bond!

avatar

Tiens ça me rappelle une intro à AD&D il y a fort longtemps :

Le MD : "vous êtes tous dans une auberge à la même table quand tout d'un coup ...une nuée de météores s'abat sur vous !!" mort de rire

avatar

Le seul qui m'est jamais lassé, à la mort d'un personnage : "Bin je change le prénom et je dis que c'est le frère du défunt qui vient venger la mort de son frère !"

J'en est même eu un qui m'expliquais que son personnage tenait un journal intime pour le cas où il viendrait à mourir, pour que son "frère" puisse être au courant de tout... surpris

Ingénieux... Mais non ! lol

avatar

Un site en anglais qui devrait t'intéresser, on y trouve notamment la ville avec un sombre secret.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • BobbyMcCouille
avatar

Dans Agone, je ne compte plus combien de baronnies on a sauvé du Masque. Au bout d'un moment, on avait juste envie d'exploser le moindre baron en détresse.

avatar

Bah, y a le méchant récurrent C'est même un profil dans COF.

Le pu... De PNJ amnésique.

Le piège non magique qui n’a pas rouillée en mille ans...

avatar
Madrigal

Merci Madrigal, je connaissais pas et c'est plutôt sympa ^^

avatar

La "Petite fille" dans les scénarios Horreur ^^

Le méchant Allemand dans les scénarios "Pulp"

Bon après, il y a aussi moyen de jouer avec ces codes du jdr et de les prendre à revers pour essayer de surprendre les joueurs plaisantin

avatar

Le seul qui m'est jamais lassé, à la mort d'un personnage : "Bin je change le prénom et je dis que c'est le frère du défunt qui vient venger la mort de son frère !"

Ok je suis d'accord, sur un PJ c'est naze. Cependant, ça reste un très bon moyen de ne pas frustrer les joueurs d'une victoire (innatendue) sur un PNJ indispensable à la suite de la campagne. On peut varier entre le frère/la soeur, le disciple qui reprend le flambeau, le vieux maître venu venger son disciple, le père/la mère, la compagne... Mais l'important c'est de rebondir. C'est peut être un artifice vu et revu mais c'est mieux que de sauver le PNJ coûte que coûte, ou pire le faire revenir d'entre les morts (sauf si on est sur un jeu comme un jeu de super-héros, où ça s'y prête car ils le font sans arrêt dans les comics).

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Athabaska
avatar

Sujet intéressant. Mais pour moi ce n'est pas le sens du mot "trope" ?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • BobbyMcCouille
avatar

L’oncle défunt qui a laissé un héritage et une vieille maison .... le classique de AdC content

avatar

Les PNJ complaisants, aveugles, muets et sourds, qui attendent tranquillement que les PJ se soient reposés 2 heures avant d'intervenir. Quel que soit le scénario et son accroche, c'est toujours un truc qui me rend fou.

avatar
Sammy

Tu définirais comment ce qu'est un trope ? Pour moi c'est un motif scénaristique vu et répété au point d'en devenir une convention un peu facile et évidente, mais en faisant une petite recherche rapide je vois qu'il y a plusieurs utilisations de ce terme.

D'ailleurs, ces conventions sont structurantes pour les genres principaux du JDR. Comment réussir à s'en détacher sans dénaturer un genre ?

Pour en revenir à ce fameux "petit village isolé qui cache un terrible secret", c'est l'un des plots les plus usés et évidents dans les enquêtes cthuluesques. D'un côté, c'est ce à quoi s'attendent les joueurs, sans doute même l'une des raisons pour lesquelles ils jouent à cette table. D'un autre côté, cette sensation de déjà vu devient rapidement lassante et peut faire perdre une grande part du suspense pourtant désiré.

Evidemment, on peut jouer sur les codes et se montrer surprenant en ajoutant un petit twist par-ci par-là, mais on continue de graviter autour des mêmes concepts de base.

Être vraiment innovant au sein d'un genre, à quoi ça tient ? Comment faites-vous ?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Hiver
avatar
jtrthehobbit

Oui je parlais bien d'un PJ en effet... Et pour ce qui est des PNJ important qui ne doivent pas mourr trop vite, en tant que MJ, tu peux toujours décider qu'ils bénéficient du bonus "Kroc le bô" (1 point de vie indestructible) ou alors qu'il s'évade au dernier moment dans un rire satanique à la fantomas ! lol.

Après, au niveau des poncifs, on à l'éternelle "Princesse à sauver en haut de la tour", déclinable sous d'infini combinaison et le "contrat à remplirs par les PJ"

avatar

Être vraiment innovant au sein d'un genre, à quoi ça tient ? Comment faites-vous ?

BobbyMcCouille

Ca m'intéresse. Je ne joue pas depuis assez longtemps pour avoir toujours la même chose, mais y'a un moment où on doit tourner en rond j'imagine (dans une moindre mesure).

Ce message a reçu 2 réponses de
  • BobbyMcCouille
  • et
  • Sanlioc59
avatar
formol

Oui, effectivement. J'ai été longuement MJ sur une campagne de Deathwatch. W40k a beau être mon univers préféré, au bout d'une dizaine de scénarios (d'une durée comprise entre 10 et 24h chacun), il est assez difficile de proposer quelque chose de vraiment frais et inédit. Les PJ ont vu au moins une fois presque chaque aspect de l'Imperium et affronté une grande variété d'ennemis et de menaces.

L'univers est tellement dense qu'il permet toujours d'avoir une approche différente de choses déjà vues, mais voilà : l'effet nouveauté n'est plus présent.

avatar
BobbyMcCouille

J'ai deux ou trois trucs pour bousculer un peu les références trop reccurentes d'un genre, je ne pense pas que ce soit vraiment innovant, mais bon :

- Ne pas avoir peur de partir des bons gros stéréotypes, les présenter en tant que tel, puis leur donner par petites touches des aspects inattendus, qui se révèlent petit à petit : L'intriguant Nosfératu a des visées humanistes ; le grand méchant est le principal mècène de l'orphélinat...

- Parfois prendre totalement le contre pied et créer la surprise : le village qu'on croyait isolé est noir de monde puisque qu'il acceuille le concours international de pèche à la mouche ; la princesse à libérer ... ne veut pas être libérée, la fillette qui a vu l'affreux monstre... est habitée par un mal encore plus terrible, dont le "monstre" essaye seulement de se débarasser...

- Déployer des intrigues "centrées" sur les objectifs et motivations des personnages, et faire contribuer les joueurs pour définir les lieux / Pnjs / types intrigues liés à leurs persos. Quand les stéréotypes viennent des joueurs, ils sont mieux acceptés... et plusieurs cerveaux donnent souvent des idées plus originales et intéressantes qu'un seul.

avatar
formol

Comme Hiver, faut parfois partir de gros stéréotypes pour les bousculer.

Par exemple :

- Sur du scénario Pulp ou années 30/40, donner à un allier un bon gros accent Allemand.

- Sur du scénario Horreur, la petite fille n'est finalement qu'une simple petite fille un poil trop curieuse

Sur un scénario Med-Fan, j'ai commencé avec le poncif de la mission donnée à un groupe de PJ dans une auberge, Sauf que le commanditaire a surtout réussi à se débarasser d'argent maudit (bon ok, j'ai des joueurs qui ont bien plongé dans le piège en allant jusqu'à massacrer ce commanditaire qui étalait un peu trop son or).

Bref, on peut vraiment jouer avec les poncifs du jeu de rôle plaisantin

avatar

Un couple apeuré qui appelle en forêt. Ils auraient été dépouillés par X qui s'est enfui en direction d'un vieux temple... Déjà vu.

A un moment critique (une salle remplie d'ettercaps, d'araignée géantes ou un boss), ils trahissent les PJs et se barrent avec le butin. En laissant les PJs en grande difficulté. Ils les ont juste utilisés pour "nettoyer" le donjon et mettre la main sur tel ou tel objet.

Déjà vu aussi, mais déjà plus fun.

Si tu creuses leurs motivations...Ils ont besoin de cet objet pour blabla (qui est un acte altruiste ou désespéré).

Ça devient plus intéressant.