COLLECTIONNITE, C'EST GRAVE DOCTEUR ? 29

Forums > Repaire des trolls (et des liches)

avatar

Il y a des nouveautés toutes les semaines ou presque. Elles donnent envie.

Acheter des jeux et des suppléments c'est bien, créer ensuite ses mondes et ses scénarios c'est mieux, non ?

A mon avis "collectionner" les jeux génère à terme de la frustration. Il me semble préférable de se concentrer sur 1, 2 ou 3 jeux, d'en profiter pleinement, d'approfondir, de développer, de créer...

Qu'en pensez-vous ?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Tebor
avatar

Le sujet me passionne, mais me connaissant je vais éviter d'en parler ici.

En revanche, je t'invite très fortement à lire : https://www.cairn.info/revue-management-et-avenir-2005-4-page-49.htm

avatar
Bertrand13957

C'est mon parti pris. Et même en limitant à deux jeux (DD5 / H&D et Symbaroum), je n'ai finalement le temps de jouer / faire jouer qu'à un seul.

J'ai notamment revendu Numenéra pour ça et résister à la PP de Fragged Empire pour les mêmes raisons.

avatar

Merci pour l'article. Il permet de mettre en phrases certaines réflexions ou intuitions qu'on a et qui ne sont pas encore totalement abouties dans nos esprits.

En plus de mon interrogation sur notre mode de consommation, le propos était aussi un éloge aux vertus du JDR. Je ne sais pas si d'autres loisirs donnent autant de possibilités de création pour si peu d'invrestissements financiers. Il faut en revanche de l'investissement personnel. Et, même si chacun fait ce qu'il veut bien entendu, ne passons à mon sens pas à côté de cette incroyable richesse !

Mais valorisons nous assez les possibilités de créations personnelles des JDR ?

avatar

Ce sont deux choses différentes. Le loisir (partie de) jeu de rôle et la commercialisation de produits (avec sa névrose collectionnite) sont à peu près antinomiques.

avatar

Ou pas. Parce que la consommation n'est pas que celle de matos à collectionner mais aussi celle de matos jouable. On demande du matos pour alléger nos préparations, voire la réduire au maximum, afin que tout cela s'insère mieux dans des emplois du temps déjà chargé.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Evensnalgonel
  • et
  • OSR
avatar
Julien Dutel

Yep, suis d'accord : le matos en plus qui aide la prépa de scénar ou en cours de jeu, je suis pour. Par fois c'est pas grand chose , par exemple une carte décrivant une ville suffit...

avatar

Le produit fini du jeu de rôle, c'est la partie de jeu de rôle, cet événément immatériel, immédiat, unique (non reproductible) et intime, qui nait à la table de jeu, de la rencontre de quelques personnes réunies à cette occasion. Et l'investissement financier nécessaire à cet événement est minimal. Ces événements-là ne se collectionnent pas, ils ne sont pas possédés, ils sont vécus, ils se partagent, ils ne vivent que par le fait d'être offerts à autrui.

Le produit fini du vendeur, c'est l'objet vendu, qui n'est pas du jeu de rôle en soit (le jeu de rôle, c'est la partie de jeu de rôle elle-même, encore une fois), mais un objet qui peut participer à favoriser la qualité des parties de jeu de rôle mais par des moyens qui globalement échappent presque entièrement au créateur et au vendeur du produit vendu, chacun au final piochant ici et là parfois le plus improbable, souvent même inconsciemment.

Pour le joueur de jeu de rôle, et surtout le meneur, tout est affaire de négociation entre investissement personnel (temporel disons, mais pas uniquement), et apport issu de l'extérieur (non nécessairement marchand, il existe de nombreux produits amateurs d'excellente qualité sur le net, y compris chez les gratuits), d'une part parce que, par rapport à plaisir rôliste présumé, nous n'avons pas l'envie de surinvestir en temps et en travail, mais aussi parce que nous savons qu'autrui offre des perspectives qui nous étaient totalement étrangères, et que l'expérience d'autrui enrichit donc notre palette de jeu.

Il est vrai que l'asymptote commerciale actuelle tend vers le beau livre, avec l'idée très intéressée que le beau livre serait gage de beau jeu de rôle. Le collectionneur achète, non pas un produit fini du jeu de rôle, mais un bel objet, un beau contenant (le contenu du jeu de rôle, c'est le contenu de la partie elle-même), il accumule, il possède, il met en exposition, en représentation extérieure (parfois destinée uniquement à lui-même), comme l'intellectuel qui est systématiquement interviewé devant sa belle bibliothèque (si ce n'est celle d'un autre, ou une bibliothèque publique) pour justifier son statut. Dans cette accumulation, il y a exposition d'une médiateté, d'une thésaurisation, au service d'une valorisation narcissique. Posséder, c'est être. Sans jugement de valeur de ma part : je collectionne moi-même, et ne suis pas épargné par cette névrose de la consommation.

Mais j'ai déjà bien plus écrit que je ne le voulais. Je retourne à mes activités. Bonne journée à toutes et tous.

avatar

C'est un point de vue. Je pense personnellement que la partie n'est même pas un produit fini. Il est juste un second produit, qui profite de la présence du jeu. Et s'en émancipe. Il n'empêche que c'est clairement porté par le produit premier. Que l'on consomme tous pour des raisons différente, et pas juste par collectionnite.

avatar
Julien Dutel

Le matos jouable non utilisé est du matos inutile de collection.

Perso, je suis bien content d'avoir volontairement limité ma collection à 1 jeu par genre, et donc de presque 2000 machins physiques (rien que des trucs "jouables" évidemment) à une trentaine.

Je ne me sens pas trop coupable de fomenter la ruine des éditeurs et des boutiques, lorsque je vois le succès incessant des foulancitudes variées et la population grandissante de collectionneurs, je vois bien que la relève des acheteurs frénétiques est assurée !

avatar

Le matos jouable non utilisé est du matos inutile de collection.

Non. D'abord parce qu'il n'est pas forcément non utilisé dans son entier. Ensuite parce que selon les personnes, il est utilisé à terme ou pas. On peut s'en inspirer, on peut ne vouloir que le lire, on peut vouloir l'utiliser avec un autre jeu, on peut l'acquérir dans l'idée de proposer du choix pour la campagne suivante. etc...

avatar

Perso j achète des livres de jdr, en me doutant que je ne vais pas jouer a tout, juste pour le plaisir de lire le livre, parce que l univers, le setting me plait.

Je ne vois pas cela comme de l investissement ludique au sens acheter un jeu, mais beaucoup plus comme acheter un livre pour le lire, que ce soit des ouvrages additionnels de lore ou de livres de règle et en esperee du plaisir (ou non)

La population roliste est tres branché campagne longue qui a raison d une a 2 seances par mois peuvent duré 18 ou 24 mois mois.

Il est plus dur de trouver des joueurs pour un faire 2 one shot par mois de jeux différents et ainsi jouer au moins une fois a 30/40 jeux sur la même periode.

Bref les souhaits de mode de jeux des joueurs sont pour beaucoup content

avatar

L'important est de profiter de ses achats. Pour moi, c'est lire, jouer puis créer mes scénars quand j'achète un JDR. Bref, un jeu peut avoir une durée de vie de 10 ans... Mais tout le monde ne fonctionne peut-être pas comme moi. J'ai acheté quasiment toute la gamme de COF. Elle est top. Ca fait plus d'un an. Je n'ai toujours pas tout lu et j'ai déjà des idées pour plusieurs vies. Et pour moi, le plus intéressant, c'est d'utiliser ce matos pour mes propres créations. Je n'ai donc pas assez de temps pour trop de jeux. Peut-être que d'autres achètent un jeu, y jouent 1 ou 2 fois, ou se contentent de le lire, passent au suivant et sont heureux comme ça. Mais pour moi ils passent à côté de 50% du plaisir. Et je crains qu'ils arrêtent le JDR rapidemment...

Quand je lis sur le forum le nombre de cadeaux JDR reçus pour Noël par certains, je me demande : Qu'est ce qu'ils en font ? Comment en profitent ils ?

Je me dis aussi que le JDR est une activité de fans. On est des passionnés. On veut être experts. On veut appartenir à une communauté. Jouer le jeu des éditeurs qui nous donnent (vendent) du rêve... Bref, que nos motivations d'achat ne sont pas rationnelles... Bref, qu'au bout de "x" mois ou "x" années on regrette ces achats...

avatar

Ou pas. Parce que la consommation n'est pas que celle de matos à collectionner mais aussi celle de matos jouable. On demande du matos pour alléger nos préparations, voire la réduire au maximum, afin que tout cela s'insère mieux dans des emplois du temps déjà chargé.

Julien Dutel

En même temps, la question "qu'en pensez-vous ?" posée était relative à la collectionnite. J'ai essayé de répondre en disant ce que j'en pense, précisément. On peut évidemment parler du matos non à collectionner. Ce serait pertinent, si ce n'était pas hors sujet.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Julien Dutel
avatar
Jay

Tu penses vraiment que, hors petits goodies quelques couvertures en cuir de nubuc plastique, le matos produit et acheté dans son immense majorité n'est pas du matos à jouer ?

Tu oppose le JDR et la commercialisation de produits en général. Je n'abonde pas, simplement. Le sujet parle de "collectionner les jeux". Le sujet part du principe qu'acheter c'est de la collectionnite et que si on ne collectionne pas on écrit ses scénars et on crée ses mondes. Qu'il est préférable de se concentrer sur 2 ou 3 jeux et donc qu'aller plus loin, acheter plus, c'est collectionner.

Ca ne me semble pas hors sujet de parler du contenu, du coup, et des pratique. Du pourquoi l'achat. Collectionner, c'est un acte : on achète pour la collection. C'est ce que je fais dans certains domaines, j'ai mes collections. Mais acheter quelque chose qui ne sera pas joué n'est pas forcément de la collection, il y a plein de raisons de le faire, dont certaines énumérées plu haut. Par exemple, pour moi, lire du JDR ça fait maintenant partie de mon taff. J'achète certains JDR pour les lire et en tirer des leçons (de game design, de design d'univers, etc... ou juste pour savoir ce qui se fait).

Il n'est pas spécialement hors sujet de considérer que les choses ne sont pas aussi binaires que ce que le post premier expose. Non ?

(tout ça ne niant pas qu'il existe des rôlistes collectionneurs)

avatar

Tu penses vraiment que, hors petits goodies quelques couvertures en cuir de nubuc plastique, le matos produit et acheté dans son immense majorité n'est pas du matos à jouer ?
Julien Dutel

Flûte.

JE N'AI PAS ECRIT QUE LE MATOS PRODUIT ET ACHETE DANS SON IMMENSE MAJORITE N'EST PAS DU MATOS A JOUER. J'ai parlé de l'ACTE de collectionner. Après, libre à toi de me faire dire ce que je n'ai pas écrit. C'est juste relou.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Julien Dutel
avatar
Jay

Ah ben zut alors. MOI AUSSI JE PEUX ECRIRE EN CAP LOCK.

TU as dit que la commercialisation et le JDR sont antinomiques. Je réponds que non. Tu insistes en me disant que je suis hors sujet, le seul moyen d'être hors sujet serait que l'on n'ait pas de raison autre que de collectionner d'acheter, puisque c'est antinomique. Je ne suis juste pas d'accord avec toi, acceptes ça au lieu de jouer les divas et de me rentrer dedans gratuitement. C'est tout aussi relou. Sur ce, je vire de ce sujet. Apparement il n'existe aucune réponse possible hors du "oui Jay a raison c'est tellement profond cette analyse".

Bye.

avatar

Je ne te demande pas d'accord avec moi, d'ailleurs je ne crois pas au fait d'avoir raison, comme tu l'as dit, ce ne sont que des points de vue, et je crois en la diversité des points de vue. Je te demande simplement de ne pas me faire dire ce que je n'ai pas dit.

Bref. Je n'ai pas envie de polluer ce topic (ou quelque topic que ce soit) avec ça.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Julien Dutel
avatar
Jay

Acceptes donc qu'une personne puisse mal comprendre et ne lui saute pas dessus avec cette agressivité dès la première incompréhension (désolé je trouve les caps lock agressifs). Un simple "je n'ai pas dit ça" auraor suffit. D'autant que ce que tu cites était une question. Pas rhétorique hein. Une question. Sous entendu "est-ce que je comprends bien le propos".

Je n'ai pas dit que tu avais tort j'ai apporté une tempérance au propos du thread. Il ne me semble pas hors sujet de tenter de sortir un postulat de son choix binaire. (Pas le tiens, celui du thread).

avatar

Disons que j'ai eu une forte impression de déjà-vu, avec le sentiment de lassitude (de ma part) qui lui est conséquente. J'ai probablement surréagi. Je te prie d'accepter mes excuses.