Laelith pour les nouveaux voyageurs 04/11/2016


Comme vous avez pu le constater hier, le teasing préparant le lancement de la précommande participative pour la publication d’une nouvelle version de Laelith, la cité mystique, a commencé. Mais si vous n’êtes pas familier de la ville (publiée initialement dans le numéro 35 de Casus il y a… 30 ans !), pas facile de se laisser prendre au jeu !

Alors que vous soyez un jeune rôliste souhaitant comprendre l’engouement de la vieille garde pour ce monument de notre loisir ou un "incroyant" n’ayant jamais mis les pieds (ni un oeil !) dans la célèbre cité sainte, voici quelques informations qui vous permettront de suivre (et comprendre !) le teasing, d’autant que dans les messages publiés sur le Facebook de Laelith seront révélés (ou cachés !) des informations de première importance sur ce qui vous attend dès mardi 8 novembre à 20 heures lors de l’ouverture de la précommande participative.

Laelith pour les rookies

Au siècle dernier, au tout début de l’année 1986, alors que les joueurs anglo-saxons arpentaient sans relâche les villes incroyables que sont Sanctuary, Haven, Pavis, Greyhawk et bien d’autres, les rôlistes français étaient un peu moins bien lotis. C’était sans compter sur la rédac Casus Belli de l’époque qui, sans doute sans le savoir, allait marquer le paysage du JdR français de sa ville la plus emblématique, Laelith, dans son numéro 35. Une cité (sainte) écrite pour l’aventure, un tour de force de 36 pages et une carte, des idées à chaque ligne et une ligne éditoriale qui s’éloigne des standards américain et anglais, un peu trop « donj ». Le tout servi par un casting de superproduction hollywoodienne : Bilal, Tignous, Ségur, Guiserix, Gerfaud, Rosenthal, Durand-Peyrolles, Balczesak, Pernelle, Foussat et bien d’autres.

En 1991, le saint graal de nombreux rôlistes arrive dans les kiosques : le Hors-série n°2 de Casus Belli, une version augmentée de 106 pages dédiées à la ville. Ce hors-série rassemble le meilleur de tout ce qui a été écrit sur Laelith depuis le n° 35, enrichie d’un conséquent nombre d’anecdotes vécues par ses visiteurs du monde réel, les joueurs et les maîtres de jeu. Ces « marges » contribuent à rendre encore plus vivantes les grandes originalités de cette ville. D’ailleurs, quelles sont-elles ces grandes idées ? Pour faire simple :

  • D’abord, c’est un lieu bizarre tout pentu, tout cassé par des séismes anciens ; les quartiers s’étagent les uns au dessus des autres et vu leurs structures on les appelle des « Terrasses » ; de même les rues sont si souvent envahies d’escaliers qu’on les appelle des « Echelles » ; et comme ce site est loin des grands axes de civilisation, il a fallu imaginer, avec l’aide des Dieux bien sûr, quelque chose d’atypique pour se développer.
  • Et pourquoi pas la religion ? Pas mal… Pour cela, la ville s’érige en Cité sainte, se voulant un hâvre de paix pour toutes les religions du monde connu ; elles sont donc réparties en quatre Grands Temples basés sur les éléments (eau, terre, feu, air) ; et qui dit Grands Temples, dit pèlerinage : chaque pèlerin qui foule le sol de la ville – et ils sont des milliers –, s’affilie à l’un d’entre eux.
  • Bien sûr, qui dit lieux de pèlerinage, dit marchands du temple ; le développement commercial va donc de pair avec l’affluence et c’est un second ressort de la ville qui se met en place avec l’artisanat et le commerce ; l’un et l’autre, cosmopolites, sont florissants.
  • Alors, forcément, les aventuriers viennent à leur tour y chercher fortune ; la ville, ses intrigues religieuses ou profanes, ses relations avec les régions environnantes, tout cela offre un nombre presque infini de scénarios.
  • Sans oublier les petites et grandes affaires politiques. A sa tête, Laelith a un monarque de droit divin, le Roi-Dieu ; pas mal de secrets tournent autour de lui, sur ce qu’il est réellement, sur son élection au trône, sur ses pouvoirs… Même les quatre Grands prêtres qui l’assistent ont parfois les dents longues ; il faut dire qu’ils sont toujours candidats à la succession.
  • Et puis enfin, il y a les Litos. Vous voudriez bien savoir ce que sont ces pierres étranges qu’on retrouve disséminés dans la ville et autour ? Et surtout quelles sont leurs relations avec le Lithoracle ? Un taquin bien intentionné, qui, lui, en sait un peu plus que vous, vous a dit que c’était super important. Eh bien, désolé mais nous ne dirons rien… pour le moment. :)

« Construite sur le versant abrupte d’un plateau rocheux qu’un formidable séisme a jadis fait basculer sur lui-même, encerclée de régions inhospitalières qui la rendent presque inaccessible aux pèlerins, Laelith impose de véritable épreuve à ceux qui souhaitent la découvrir. La voie principale qui mène à la ville est celle qui semble la moins sûr. Il s'agit d'une maigre route taillée à flanc de falaise, à l'ouest. Quiconque souhaite éviter les bousculades de cette route doit prendre le risque de s'aventurer dans les voies périlleuses et détournées qui mènent au lac d'Altalith par l'est ou aux portes de l'Ivresse Enchanteresse et de l'Immense Solitude Septentrionale par le sud. Bien des souffrances sont à endurer pour atteindre la Ville sainte, mais quel moment inoubliable quand, harassé, sale, peut-être meurtri, vous pourrez enfin embrasser du regard celle que tout vrai croyant doit contempler au moins une fois dans sa vie : Laelith la très sainte, prête à accueillir son enfant prodigue.

« Merveille parmi les merveilles, la cité n'en est pas moins inhospitalière par certains aspects topologiques. Tout d'abord, Laelith est une ville pentue. Monter des berges du lac à la terrasse du Nuage représente une marche éprouvante, notamment lors d'évènements climatiques (pluies torrentielles, orages, crues du lac, etc.). Ensuite, la Ville sainte est fracturée en deux par une immense faille enjambée par plusieurs ponts de plus ou moins bonne réputation, rendant le passage d'une partie à l'autre de la cité parfois compliquée. Enfin, son célèbre sous-sol est parcouru de multiples galeries sordides s'enfonçant profondément dans la plateau rocheux : le cloaque. Appelé aussi la 7e terrasse, cet immense dédale sous-terrain est la demeure des parias, des races monstrueuses, des conspirationnistes et des adeptes de la Taupe.

Commentaires 10

Zarovitch
le 07/11/2016 à 12h26
C'est une très bonne nouvelle ...
Cela serait fort de la part de BBE de mettre en préface pourquoi pas, un hommage à ce dessinateur de génie qu'était Tignous, qui nous a quitté tragiquement en janvier dernier.
Francois3274
le 05/11/2016 à 13h03
@Skank, une ville complète, ça fait mal !!!
Sanlioc59
le 05/11/2016 à 12h46
Du coup j'ai une petite question.Le livre sera au format Chroniques Oubliées ou bien Héros et Dragons? (Ou les deux?)
fendragon
le 04/11/2016 à 21h13
ça donne un coup de vieux mais cette nouvelle version est un super nouvelle ! J'en viendrai presque à me remettre à jouer si je trouve le temps smiley
Daemon
le 04/11/2016 à 19h01
On peut pas avancer la PP? smiley
Damien C
le 04/11/2016 à 18h19
C'est fort probable... smiley
Tebor
le 04/11/2016 à 18h17
Le site AideDD est-il lié à ce projet dans la mesure où eux aussi fournissent documentations et règles pour Laelith ?
JM MJ
le 04/11/2016 à 18h05
Allez, y'a pas de raison, faut se faire plaisir ! Je veux dire : je me fais plaisir.
Ma toute première contribution à Casus Belli, en ces temps héroïques, a été de dessiner un logo au magazine qui jusqu'alors n'avait pour titre qu'un texte, sans particularité que le dessin de cette police (Algerian pour les connaisseurs et pour les autres, vous pouvez la repérer, inexplicablement survivante, sur plein de façades de troquets… peut-être parce que de nombreux Tabacs s'appellent Au Khédive, niveau zéro du second degré graphique). Bref. Savez-vous quand a eu lieu la première parution de ce logo ? Je vous laisse deviner. Mais, moi, j'ai tendance à penser que je suis marqué. Par une bénédiction du Roi-Dieu bien sûr.
Skank
le 04/11/2016 à 17h37
j'avais achete le premier Laelith a l'epoque et c'etait top on ne le savait pas vraiment car c'etait nouveau ,la ville est restee dans les anales content de voir quelle revient (tout ca ne nous rajeunis pas..)
Rhapsode11794
le 04/11/2016 à 17h06
Excellent ! Bravo ! Houra !

Ajouter un commentaire

Fil d'infos CASUS

News des projets participatifs

14/12ecryme News de décembre
8/12L'¼il noir Un vampire à Havena... mais en quelle année ?
7/12Laelith Recueil Denis Beck et... une relique
1/12Caph Ils sont arrivés !!!
1/12Chill Le Guide de la SAVE

Boutique Boutique PDF Annuaire des associations

.

Paiement
Expédition

SAV

Mongol et Gota

.

En direct du forum

[Savage Worlds] Savage Worlds Livre de base PDF v2

17/12/2017 23:55, Zagig Yragerne a écrit : J'étais pas fan au départ, mais après l'avoir testé, j'ai adopté ce changement de règles. C'est mieux à plein de niveaux.

Expérience - exercice d'un métier

17/12/2017 23:41, Maman a écrit : Salut,J 'applique la regle suivante, 1 point XP dans la ou les compétence de metier utilisées durant le scéance.Dans la régle, il est dit que si le perso à fait usage de son métier, tu peux attrib

Necessary Evil

17/12/2017 23:29, Merlyn a écrit : Bon, ça sera pas Necessary Evil, on a fini la campagne D&D ce soir et j'en ai parlé et aucun des joueurs ne veut jouer un super-méchant.. . je vais revoir ma copie... Le seul autre setting que j&#

Trudvang

17/12/2017 22:16, Judge Ju a écrit : Reçu oui. Je suis fan de la présentation, maquette, illustrations, ambiance. Ils ont aussi choisi de faire des livres avec une pagination faible (moins de 200 pages) quitte à les multiplier (guide du

Questions techniques

17/12/2017 22:06, Nidhogg a écrit : Bonsoir,A la lecture du supplément de règle compagnon j'ai plusieurs question qui me viennent en tête sur différents points de règles.1/ Les capacités qui permettent d'aller chercher d'aut