QIN vs WULIN 8

Forums > Communauté > Les financements participatifs

avatar

Voilà j'ai envie de participer à la PP de Wulin mais je ne sais pas s'il existe des doublons entre QIN et Wulin un expert pourrait-t'il me (nous) conseiller?

Bonne soirée à tous!

avatar

J'étendrai même ta question a votre avis sur ces Jdr, leur différences, points que vous avez aimez ou pas

  • WULIN
  • QIN
  • WUXIA
  • L5R
  • SHAYÔ
Ce message a reçu 1 réponse de
  • Longane
avatar
Xandrae

L5R D10 Roll & Keep

avatar

Si je peux me permettre, en tant qu'auteur de Wulin, il s'agit d'une question tout à fait légitime.

Dans un premier temps, la différence se situe au niveau de l'époque (et de l'ambiance attenante). On s'imagine souvent la Chine comme une sorte de bloc monolithique, invariable malgré le temps qui passe.

Qin se déroule pendant la période de la fondation du premier Empire de Qin Shihuang, l'ambiance est proche de celle de l'Empereur et l'Assassin ou des Trois Royaumes par exemple. Les Héros évoluent à travers la grande histoire bouleversée par cette unification de force. C'est une fresque épique, proche de nos récits grecques : on a des personnages qui deviennent des héros dans ce tumulte qui fait la part belle au jeu de cour, à la stratégie politique et aux grandes batailles armées. L'ambiance est tragique, l'empire s'est unifié dans le sang, les complots et la douleur.

A contrario, Wulin se situe à la période Song (Xe/XIe siècle en gros) juste avant Genghis Khan (pour ceux qui ont vu la série Marco Polo, c'est juste avant). L'Empire chinois, puissant, s'effondre sur lui-même pour deux raisons, au Nord, le pays est envahi par les cavaliers Jin au Sud, la cour est complètement corrompue. Les héros sont déjà connus et puissants, ils sont des héros du Jiang Hu qui évoluent en dehors de la société. Un peu comme l'image que l'on a de nos mousquetaires à la Dumas, ou de notre Robin des Bois. Face à une armée d'envahisseurs et des fonctionnaires corrompus, les espoirs du peuple se tournent vers ces aventuriers redresseurs de torts, qui défient les lois mais respectent les principes d'honneur, d'amitié et de loyauté. Le roman d'inspiration, c'est Au Bord de l'Eau, qui se situe à la même époque. On a donc des persos héroïques, aux talents hors du commun : stratège génial, combattant hors pairs, courtisanes dont le clin d'oeil fait tomber un empire, espion invisible, artiste capable d'arracher une larme à un bonze tibétain en méditation etc. L'ambiance est donc moins tragique plus aventure.

Comparer les deux, en termes d'univers, revient au final, à comparer Antika avec Seventh Sea par exemple. Autres temporalité, autres enjeux, etc.

En termes de règles, Qin s'appuie sur un système de Dé Yin-Yang et un Carac + Comp.

Wulin n'a pas de compétences, les persos sont définis par leur réputation et leur légende. Si ce pour quoi ils sont connus entre en jeu, ils auront des bonus pour leurs actions spectaculaires. Le contrecoup de cette méthode est qu'ils doivent toujours être à la hauteur de leur réputation qu'ils peuvent perdre. Le système favorise les actions héroïques mais piègent les PJs qui devront toujours faire "plus" pour justifier leur renommée. De plus, une très grande renommée va évidemment multiplier le nombre de personnes qui vont vouloir les défier pour les surclasser.

Il y a d'autres différences entre les jeux, assez nombreuses en vérité, mais ce sont ces deux points qui sont les plus parlants, de mon avis.

avatar

My two cents :

-> Qin possède une place particulière dans mon coeur. C'est le premier jeu que j'ai maîtrisé en campagne, et cette campagne dure depuis plus de 10 ans (à raison d'une partie par an c'est pas compliqué...) Le cadre est génial, les possibilités en termes d'intrigues très larges, la campagne est (complexe et) formidable. Le système de jeu a cette force de fournir une ambiance adéquate, mais se fait un peu vieillot et mériterait une deuxième édition avec des éléments plus narratifs et dynamiques.

-> Wulin possède, lui, un cadre qui (tout-à-fait personnellement) me parle moins, mais propose toujours autant de possibilités d'intrigues et surtout Nicolas écrit quand même vaaaachement bien. Le système de jeu fournit également une ambiance (il va même plus loin que Qin) ET des mécanismes plus "dans l'air du temps". Comme précisé dans la PP, il y a une gestion de jauges un poil pénible si on n'aime pas ça, et on n'échappe pas aux listes d'écoles/techniques/etc. Pour tout ceci, je pense que Wulin est le digne successeur de Qin, et mérite largement le coup d'oeil.

Je trouve que comparer ces deux jeux à L5R et Shayo n'est pas vraiment intéressant - on n'est pas trop dans le même style de jeu, en fait. Par contre j'ajouterais bien celui qui est (malheureusement) régulièrement oublié :

-> Wuxia, qui est également très intéressant. Il possède un système plus "contemporain" que celui de Qin, avec quelques mécanismes plus narratifs et légers. Il manque toutefois ce côté immersif que possèdent le dé Yin/Yang et le dé Baghua. En termes d'univers il est également très générique (si mes souvenirs sont bons). Mais si je devais démarrer une nouvelle campagne d'un jeu asiatique, j'utiliserais probablement ce système.

avatar

Bonjour,

Perso, je suis un grand fan de Qin, son univers (traitement et présentation) et son système de jeu. J'y ai bcp écrit et bcp joué (plusieurs scénarios et la campagne).

Wulin m'a fortement intéressé avec son aspect Jiang Hu et suis déjà impatient de découvrir cela. De plus, c'est une version 2, un gage de qualité et de révision.

Et pour finir, la présence d'Olivier Sanfilippo comme illustrateur m'a fortement poussé à pré-commander. Je le connais depuis fort longtemps et apprécie fortement son travail.

Donc au final, je pense que les ouvrages sont complémentaires et pas "versus" que du contraire je dirai "&" content

pitche

avatar

Merci beaucoup Pitche plaisantin

Sinon pour revenir sur les différences, il n'y a, à mon sens pas lieu de comparer Qin/Wulin/wuxia à des jeux comme L5R ou encore Shayo :

- L5R est un médiéval fantastique orientalisant à la sauce samurai. Le cadre reste fortement inspiré du Japon, même si on dépasse largement le cadre des images d'Epinal. Ca revient à comparer Te deum pour un Massacre aux Ombres d'Esteren/Warhammer/etc.

- Shayo, c'est du post-apocalyptique japonais avec retour du féodalisme. Bref on est dans du Madmax au Japon avec une touche de "surnaturel/mutant" où l'on a collé un vernis "bakufu" et japon féodal sur les restes de sociétés et cultures qui se sont reconstruites. Bref encore une fois aucun rapport avec les jeux en question. content

Voilou content

avatar

Merci beaucoup à vous tous pour ces éclairages !

Très utile !