[CR] Barbarians of Lémuria: Chroniques de l'Epée qui devait tuer la Mort. 4

Forums > Repaire des trolls (et des liches) > Comptes-rendus de parties

avatar

voici le CR d'une suite de scénars de Barbarians Of Lémuria.
c'est en fait une suite de one-shot reliés par un fil rouge.
les Persos:
un forgeron barbare de Valgard - Erghil "poing de bronze"
un noble exilé de satarla devenu voleur - Cassian le rapide
un chasseur festreli - Ghan-buridan
et un shaman Céruléen - Tark des thazaars.


Les Chroniques de l'Epée qui devait tuer la mort.

A l’antique âge des Rois-Sorciers, aveuglés par leur arrogance, succéda l’âge des ténèbres qui vit la quasi destruction du monde après que fut éveillé le Dieu Sombre par de noires incantations.

Le porteur de l’OrbeLame, l’épée forgée par les dieux, renvoya le Ténébreux au néant et l’humanité reprit son essor et ce fut l’âge de l’homme.

Puis vint le retour des Rois-Sorciers pervertis par leur sorcellerie impie et leur désir de domination. L’Orbelame perdue fut retrouvée et, lors de la bataille finale du gouffre d’Hyrdral, la puissance des Rois-Sorciers fut abattue au prix de la destruction de l’épée des dieux.

Dans ce monde à nouveau dévasté, les rescapés s’en allèrent fonder de nouvelles cités et l’humanité se prit à espérer, ce nouvel âge de l’homme fut l’âge des héros, un âge farouche de sorcellerie et de combat.

Sache, ô Prince, qu’entre ces âges anciens et l'avènement des fils d'Arius, il y eut une période de l'histoire fort peu connue dans laquelle vécut Erghil « Poing de bronze », destiné à poser la couronne de fer glacée du Valgard, ornée de gemmes blanches, sur un front troublé.

C'est moi, son chroniqueur, qui seul peut raconter son épopée.

Laissez-moi vous narrer ces jours de grandes aventures…

En ces temps-là, Cassian le rapide parcourait les routes en vivant de son verbe et de sa lame, exilé loin de sa vie de luxe et poursuivi par des assassins pour avoir trop aimé.

Erghil, obéissant à une prophétie lui ordonnant de « forger la Lame qui devait tuer la Mort », allait de ville en ville pour parfaire son art de la forge et accomplir son destin. A son poing droit se trouvait un gantelet de plaques en bronze antique recouvert de runes inconnues, artefact découvert dans une sombre crypte du Nord, son pays natal.

Tark le shaman, issu du peuple des géants nomades des plaines, les rencontra tous deux quand son peuple les engagea pour retrouver la Femme-Esprit, l’élue shamanique albinos, enlevée par des esclavagistes du Sud : ils affrontèrent des sauvages, des pirates, des renégats et de sombres maléfices oubliés dans une jungle hostile pour la délivrer et Tark sut grâce aux esprits qu’il devait les accompagner loin des siens sur un long chemin.

Ensemble, Ils allèrent de par les routes et hors des routes.

Tark emmena Erghil au c½ur des montagnes suite à une vision et ils cheminèrent un temps avec Arakh le rôdeur maudit avant de prendre possession au c½ur des profondeurs rocheuses de la Gemme écarlate faite de sang pétrifié de dragon après avoir affronté des horreurs sans noms issues d’un autre âge.

Pendant ce temps, Cassian faisait équipe avec un sauvage tatoué, Ghan-Buridan, aussi prompt à gagner de l’or qu’à le dépenser en alcools. Ensemble ils s’introduisirent dans la Tour Pourpre pour le compte de la sulfureuse et retorse Zéthara ; Cassian ayant le fol espoir de renouer avec sa belle et de retrouver sa vie passée en cas de réussite. Ils durent combattre des mercenaires venus du bout du monde, des plantes et des félins ensorcelés , de nombreux pièges vicieux issus du sombre savoir du propriétaire des lieux, avant de pouvoir s’emparer du grimoire convoité… pour s’apercevoir qu’ils n’étaient que des jouets pour Zéthara et au c½ur d’une querelle de sorciers qui se termina dans les flammes et la fuite.

Une fois réunis, Erghil, Tark, Cassian et Ghan-Buridan furent embauchés par un roi pour mettre fin à l’existence d’une sorcière des marais qui menaçait l’existence de la blonde princesse Crysania. Guidés par Ghan-Buridan dans une faune et une flore hostile, ils firent des rencontres amicales et d’autres beaucoup moins avant de comprendre que la sorcière était leur alliée et le conseiller corrupteur du roi leur ennemi. Ils attaquèrent l’Antre de la folie où un culte impie retenait Crysania pour la sacrifier. Ils affrontèrent des sectateurs fanatiques et un démon de la démence avant que le temple du dieu de la folie ne s’écroule et soit englouti par les marais.

Ils purent goûter durant un temps un repos mérité au sein de la cité de pierres blanches pour avoir sauvé la princesse et délivrer la ville de l’influence corruptrice du dieu fou mais aussi pour avoir permis au prince le plus méritant d’accéder au trône. Malgré les liens qui se tissaient entre Erghil et Crysania, les quatre exilés reprirent la route lorsque Cassian et Tark, grâce aux ouvrages millénaires de la bibliothèque royale, localisèrent la Source de vie cachée dans le désert dont l’eau est un ingrédient requis pour la trempe de « l’épée qui doit tuer la mort ».

Ils durent parcourir bien des lieues et vivre bien des aventures avant de pouvoir fouler les lointaines dunes de sable infini du grand désert.
Alliés au nomade Khalid, ils déjouèrent les embuscades des Ombres jaunes et les pièges de l’esprit retors de l’Alchimiste au sein de l’ancien temple d’un Roi-sorcier pour pouvoir s’emparer que quelques larmes de l’Eau de la vie au prix de l’espoir d’innocents.

Erghil « Poing de Bronze » prit la route du Nord accompagné de ses fidèles compagnons, tous poursuivis par les assassins toujours sur les traces de Cassian pour peine de son passé.

Au pays du lichen bleu, ils sauvèrent la vie de Bûlvaï le cavalier des steppes qui les remercia en pillant leurs possessions avant de s’enfuir puis de revenir leur sauver la vie avant de les accompagner dans leur périple glacé. Ensemble ils durent s’aventurer au c½ur de la grande forêt et affronter les gardiens du royaume putride pour qu’Erghil puisse accéder à la forge de Fer froid. Et c’est là qu’il forgea l’arme de son destin « l’épée qui doit tuer la mort » ; il utilisa le métal alchimique acheté grâce au butin de leurs différentes aventures, enfin avec ce qu’il en restait après qu’ils aient à chaque fois fêté leurs succès !

Il passa la lame au feu magique fourni en fioles hermétiques par la sorcière des marais avant de tremper sa création dans la glace et l’Eau de vie puis il y traça des runes de mort avec une encre faite de poussière de deux-fois morts avant d’y enchâsser la Gemme écarlate.

Enfin il avait accompli sa destinée ; du moins le pensait-il en offrant l’arme à son roi comme il l’avait tant rêvé et comme il l’avait tant rêvé, il devint garde et champion de son roi quand celui-ci commença à rassembler les clans… mais les rêves et les visions shamaniques de Tark étaient tout autre.

Loin du regard du trop loyal Erghil, Tark ayant mis Cassian et Ghan dans la confidence de ses inquiétudes, rechercha la vérité et finit par la trouver : le roi n’était que la macabre marionnette d’un Roi-Gardien du royaume putride qui voulait répandre la mort dans le Nord puis vers les terres du Sud.

Les exilés mirent leur ami face à la vérité en le forçant à espionner discrètement les appartements royaux ; là, Erghil ne put que contempler l’horreur de la situation lorsqu’il vit son roi se nourrir en dévorant l’une de ses concubines sous le regard avide du Roi-Gardien maléfique.

Cassian, Ghan et Bûlwaï faisaient tomber le sombre Roi-gardien dans un piège d’acier et de feu au moment même où Erghil, épaulé et soutenu par Tark, défiait son roi en combat rituel devant le conseil des chefs.

Le roi semblait invincible même lorsqu’Erghil couvert de plaies sanglantes réussit à s’emparer de l’épée qu’il avait lui-même forgé et à la retourner contre son souverain.

C’est alors que Tark, guidé par les esprits, comprit que « l’épée qui doit tuer la mort » n’était pas la lame forgée par son ami, ô non, mais que toutes ces aventures, toutes ces épreuves étaient destinées à le forger lui :

Erghil était « l’épée qui doit tuer la mort » !

Le shaman hurla à son ami de lâcher toutes armes et de tuer son adversaire à mains nues.

Erghil bien qu’affaibli par ses plaies sanglantes serra ses mains sur le cou du roi maudit, main de chair et main de bronze se refermèrent tel l’étau du destin et dans un dernier effort héroïque Erghil écrasa la gorge de son suzerain puis dans une explosion de rage lui arracha la tête avant de la jeter au feu.

Au moment même où le roi qui voulait gouverner les morts et détruire la vie perdait la tête, Erghil gagnait sa couronne.

Il fallut des mois pour imposer le nouveau roi et sa puissante épée aux clans de nordiques mais il put compter sur les savoirs et les savoirs faire de ses compagnons d’aventure en diverses occasions.

Aujourd’hui, Tark, emmitouflé dans ses fourrures, regarde la route du Sud depuis le haut des remparts, il guette le retour de Cassian et de Ghan partis chercher et escorter la promise de leur ami. Le shaman espère que son compagnon Erghil sera un roi avisé et sage auprès de Crysania et qu’ensemble ils apporteront un peu de paix dans ce monde barbare et surtout il espère que les esprits lui diront que c’est à son tour de rentrer auprès des siens car depuis longtemps il rêve d’une silhouette féminine à la peau blanche comme la lune…

avatar

Une magnifique chronique qui donne envie de jouer, ou d'en lire les romans clin d'oeil

avatar

Wouah ! Formidable : aussi passionnant que bien écrit !

Bravo et merci

avatar

merci clin d'oeil

c'est un excellent jeu et une très belle gamme: Ludospherik assure un max à tous les niveaux.

http://www.legrog.org/jeux/barbarians-of-lemuria

http://www.ludospherik.fr/285-barbarians-of-lemuria

il reste le scénar "mariage" à faire et puis (pour les survivants^^) on va sans doute attaquer la campagne toute récente Le Dieu Voilé avec les persos qui ne seront pas "à la retraite" et les nvos persos de remplacement.