[Notes de conception] Jeanne et ses dragons 151

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Joan of Arc RPG

avatar

Comme promis et comme la question de Ragnar dans l'autre fil m'y a fait penser, un fil pour discuter un peu du contenu et vous présenter ce qu'on fait au fil de l'eau. Je ne sais pas quelle fréquence je pourrai tenir. Laurent et Julien pourront sans doute aussi participer parfois en amenant leurs propres billes sur certains sujets, vu qu'on s'est réparti le travail.

Avertissement important: les extraits que je vais montrer, lorsque extraits il y aura, sont vraiment issus directement du doc de travail. Donc c'est toujours à prendre avec beaucoup de recul. Ça peut beaucoup bouger jusqu'à la version finale. Ce sera plus pour illustrer le propos qu'autre chose.

avatar

Premier sujet : le contexte, quel contexte ?

Ça a été un de nos premiers sujets de discussions, car autant le jeu de plateau se permet d'être un peu "all over the place", avec des figs pour William Wallace ou Vlad Tepes, mais en jeu de rôle, ça a quand même un côté impraticable de vouloir faire un jeu sur deux siècles entiers. Il n'y a qu'à regarder des cartes de l'Europe en 1300, en 1400 et en 1500 pour comprendre qu'il se passe quelques menus détails sur la période.

Bref, il nous fallait une date.

Comme le jeu s'appelle Joan of Arc, il a semblé naturel à tout le monde de le localiser à la même période que la vie de la pucelle. Or...

1) Quand on s'intéresse à sa vie, on s'aperçoit que telle une flamme qui brûle un peu trop fort, ça va vite. Un peu trop vite. Arrivée à Chinon en 1429, visite au bûcher en 1431... Ça ne laisse pas beaucoup de place pour des campagnes au long cours content

2) On est hyper méfiant du syndrôme "PJ spectateurs de l'histoire", et on voulait une période avec un peu plus de latitude pour nos héros. Parce que vu l'importance du personnage dans l'histoire de France, autant dire que les deux années en question sont pas mal détaillées question récits historiques.

On a donc cherché une date assez stable pour laisser le temps au MJ de développer quelque chose, assez instable pour avoir des trucs à faire pour les persos. Et là, une date a attiré notre attention. 1422.

Henri V d'Angleterre meurt le 31 août 1422. Charles VI de France le suit de près, le 21 octobre 1422. À partir de là, et jusqu'au sacre de Charles VII à Reims, il y a une période de flou. Armagnacs et Bourguignons se sautent à la gorge suite à l'assassinat de Jean sans Peur en 1419. Heureusement, les Anglais ont un enfant comme roi et ne peuvent pas vraiment en profiter. Enfant qui est d'ailleurs aussi roi de France légitime par le Traité de Troyes de 1420, confirmé par l'Université de Paris. Légitime oui, mais pas sacré, ce qui fera une énorme différence.

Bref, entre 1422 et 1429, on a une période où des acteurs majeurs avancent leurs pions mais ne sont pas encore sur le devant de la scène, où toute une série d'acteurs majeurs ont disparu subitement de la carte. Où la noblesse française est décimée, qui plus est, après le désastre d'Azincourt en 1415 (ce qui laisse de la place à des seigneurs cadets ou des aventuriers).

Et nous avons donc notre contexte de départ par défaut : l'Hiver 1422-1423.

(je ferais un autre post ultérieurement pour parler de comment ça colle aussi avec ce qui se passe ailleurs en Europe, et comment tout le continent est plus ou moins pris dans une "stase" de cinq ou six ans - le calme avant la tempête)

avatar

Je verrai bien une période alternative, à developper ou proposer, celle de la période 1356-1380, c'est à dire de la Bataille (perdue) de Poitiers, 10 ans après celle de Crécy, à la mort du Connétable Du Gesclin et du roi Charles V avec un grand méchant (ou pas) le Prince Noir du côté Anglais.

On part donc d'une défaite et d'une situation catastrophique pour la France (Père gardez vous à gauche...Père gardez vous à droite....) jusqu'à une lente reconquête des territoires perdus, avec comme déjà dit des personnages hauts en couleur à cotôyer, Du Gesclin (quand même), l'exemple type du chevalier devenu connétable qui est toujours resté fidèle à la Bretagne puis à la France, un roi pas trop guerrier mais fin stratège, Charles V, et un ennemi en puissance le Prince Noir comme farouche guerrier....

Période de grandes batailles mais aussi d'escarmouches, pour reprendre à la hussarde des chateaux et places fortes perdus.

Cette période permettrait (peut être) de jouer les parents ou grands parents des futurs PJ de l'époque 1422-1423, à la Pendragon : la période Uther avec celle d'Arthur!

avatar

C'est aussi la période que j'avais reperée comme très intéressante (et même en commençant un peu avant avec la peste noire), mais c'est très éloigné de Jeanne. Cela serait plutôt un projet à part à mener personnellement. Les personnages et les batailles (ou escarmouches et entourloupes, notamment de du Guesclin) multiples de cette époque sont passionnant(e)s et sont à peine croyables.

avatar

Oui, c'était une alternative. Et une qui fera sans doute qu'on donnera les stats pour Du Guesclin, le Prince Noir et quelques autres de cette période. Mais en 1422, vous noterez que l'état du Royaume de France n'est pas bien meilleur, avec les Anglais qui tiennent le nord de la Loire, les Bourguignons leurs alliés, et Charles VII à Chinon dont le règne ne tient en grande partie qu'à la loyauté des familles princières et la force de caractère de sa belle-mère.

avatar

Source d'inspi pour les mj: le batard de Kosigan de Fabien Cerutti. (vers 1420 si je me souviens bien).

avatar

Très intéressant ce fil.

Je pense que l'idée de choisir une période de référence est très utile, mais c'est vrai qu'il faudrait au minimum quelques indications pour les MJ qui voudraient jouer un peu plus tôt ou un peu plus tard dans l'histoire.

Je ne sais pas si c'est prévue et/ou faisable, mais voilà, juste mes 2 centimes...

Personnellement, en tant que Breton, la période de la guerre des deux Jeannes (1341-1364) m'intéresse, mais aussi la période qui marque la fin de l'indépendance, la Guerre de Bretagne.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Nome
  • et
  • Don Quigeek
avatar
MRick

Tout à fait, les guerres de Bretagne font écho à la Guerre de Cent ans car la France et l'Angleterre en font un "terrain de jeu" secondaire, avec leur propre prétendant, leurs propres objectifs. La guerre de succession de Bretagne (vers 1341-1364)est aussi très suggestive pour le fond historique (grande chevauchée,nombreuses batailes meurtrières, y compris pour les chefs, folie, assassinat, doute aussi sur la succession en France...).

Autre source d'inspi: Les compagnons du crépuscule, de Bourgeon (une campagne clef en main ?)... Le problème est que tout le monde l'a lue...

avatar
MRick

Je pense, au contraire, qu'il est préférable que le livre de base se concentre sur une seule période intensément décrite et exploitée plutôt que quelques pages, qui risquent d'être fortement lacunaires, sur les autres (nombreuses) périodes potentiellement intéressantes. Ceux qui ne sont pas versés dans l'histoire n'y trouveront guère d'intérêt et pour ceux qui le sont, ça n'apportera pas grand-chose. En revanche, je trouverais intéressant de proposer une chronique ambitieuse en x suppléments couvrant toute la guerre. Ça permettrait de jouer l'évolution du conflit et du monde, de proposer un jeu en lignée suivant les péripéties d'une maison à laquelle les personnages seraient tous liés, un peu sur le principe des Alliances d'Ars Magica (ou de Birthright). Mais je rêve tout haut. joyeux

Ce message a reçu 1 réponse de
  • MRick
avatar

Il est cependant important de se souvenir que le système de jeu (même s'il contient aussi du contexte) reste le SRD5 (donc il a besoin d'un peu de place) et que le livre ne fera pas 500 pages. Du coup le choix d'une unique prériode permet de la développer, mais la pagination ne nous permettra pas d'écrire une thèse historique sur l'époque. content

avatar
Don Quigeek

Alors moi ma référence en terme de campagne au long cours, c'est LA grande campagne de Pendragon (qui s'étale sur 50 ou 60 ans, et dans laquelle on fini par jouer le fils, puis le petit-file de son personnage initial).

.

Pour revenir sur la Guerre de succession de Bretagne, ce que je trouve excellent dans cette histoire, c'est que d'un côté on a Jean de Montfort qui est plutôt pro-anglais, mais légitime selon les règles de succession à la française, et de l'autre Charles de Blois, qui est pro-français, mais qui est légitime selon les règles de succession à l'anglaise !!! mort de rire

Si les mecs ils avaient des principes, ils se feraient des politesses pour laisser la place à l'autre !

Mais non ils ont tous les deux leur Jeanne (Jeanne de Penthièvre et Jeanne de Flandre) qui les poussent à se battre pour obtenir la couronne. D'ailleurs selon la lecture qu'on a des événements, on peut penser que ce sont ces deux femmes, qui nourrissent le plus d'ambition et qui sont acharnées à pousser leurs maris respectifs pour s'emparer du trône. D'où le nom de "guerre des deux Jeannes".

avatar

D’un autre côté, ce n’est pas un fil (tout comme pour son voisin) pour que chacun exprime ce qu’il aimerait avoir dans le livre. Je pense que notre trio d’auteurs a son cahier des charges, leurs contraintes (c’est un supplément KS d’un jeu de figurines) et leurs idées pour y parvenir.

Thomas la gentillesse de nous monter le côté cuisine qui peut intéresser les concepteurs, mais c’est tout. C’est plus à voir comme un blog, pas un fil de doléances. clin d'oeil

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Thomas Robert
avatar

Tout à fait ! Mais cela permet aussi de voir que le jeu va visiblement permettre de faire beaucoup de choses et comblera apparemment un trou du côté médiéval pseudo historique ! (au moins en jeu français récent) Et ça, c'est encore plus mieux! content

avatar
Sigfrid

Que ça ne vous empêche pas de discuter. On a effectivement notre angle et nos contraintes, que je justifierai occasionnellement, mais c'est quand même intéressant de voir ce que cette période évoque pour chacun. C'est je trouve un des intérêts des jeux historiques ou quasi-historiques : la quantité de matériel récupérable content

Sur les conflits en Bretagne à l'époque, effectivement, ce sont aussi des terrains intéressants, mais ça reste quand même du conflit par proxy. Comme l'a été la guerre civile en Castille. Nous préférions viser le conflit principal. Aussi, une chose qui a fait pencher la balance pour le début du XVe plutôt que le milieu du XIVe... S'il aurait été vraiment intéressant de se positionner au moment des épidémies de peste noire (ambiance garantie), à un niveau plus géopolitique le XVe présente un intérêt majeur, qui s'appelle Bourgogne. Avoir ce troisième acteur au milieu de la guerre, qui penche d'un côté puis de l'autre, avec les coups bas à la Game of Thrones, la "trahison" d'Isabeau de Bavière, la folie de Charles VI et ses conséquences, ça donne une situation explosive propice à propulser les PJ dans des trucs de grande envergure.

Une note aussi : n'oubliez pas non plus que le jeu ne s'adresse pas qu'au public français. Couvrir très légèrement de multiples périodes, c'était le risque de se disperser et de perdre tout le monde en route. Se concentrer sur une période emblématique, ça permet de se reposer sur une fondation solide et une référence commune (le personnage de Jeanne reste connu même des américains, c'est le cas d'assez peu de grandes figures européennes en fait).

avatar

Merci pour ces éclairssisements, après vous pouvez également proposer 3-4 périodes alternatives (la guerre de Bretagne, la période 1356-1380....) chacune développée sur une page pour prendre 4 pages au final sur les 500 en donnant quelques références historiques (le contexte historique et les enjeux) sur la période, les personnages principaux.

Cela semble évident de se consacrer et bien développer une période centrée sur Jeanne d'Arc vu le titre du livre.

Après chacun piochera et jouera selon ses envies, celles de ses joueurs et de son affiinité ou pas avec une période.

L'idée d'avoir ouvert ce fil de discussion (à mon sens), c'est bien de discuter voire de proposer des éléments pour que chacun puisse s'y retrouver, enrichir le propos

et que les idées fusent...

avatar

pour prendre 4 pages au final sur les 500 en donnant quelques références historiques

Zaoutir30560

J'ai dit que ça ne ferait PAS 500 pages. :p

(on aura beaucoup moins de place que cela pour développer, malheureusement.)

Ce message a reçu 1 réponse de
  • MASTER
avatar

J'ai dit que ça ne ferait PAS 500 pages. :p

Pas grave : 4 pages sur 200....

avatar
Julien Dutel

450 ce n'est pas 500 ! moqueurclin d'oeil

détournement ; détournement !

La période hiver 1422 me semble très bien .. un flottement royal entrainant Ducs, Comtes et autres a tisser leurs intrigues pour prendre le pouvoir. Ce qui présage de bons scénarios politiques , si en plus on ajoute l'Eglise et un soupçon de fantastique via le Malin .. ça permet de revoir l'histoire ! Parfait pour des mécréants de PJs pour gagner leur titre ou être traqué , bannis à jamais du royaume ! Les bannis des uns sont les hommes des autres. démon

En tout cas .. il y a de l' idée de supplément à venir : Périodes de jeu alternatives

avatar

Merci pour ces éclairssisements, après vous pouvez également proposer 3-4 périodes alternatives (la guerre de Bretagne, la période 1356-1380....) chacune développée sur une page pour prendre 4 pages au final sur les 500 en donnant quelques références historiques (le contexte historique et les enjeux) sur la période, les personnages principaux.

Zaoutir30560

Alors plus que les références historiques de périodes alternatives, ce qui me semble intéressant, c'est de définir ce qui va changer dans la vie des héros par rapport à la base (1422) si on change de période.

Une ou deux page du genre :

Si vous jouez sur la période 1356-1380, les arquebuses ne sont pas encore disponibles, les Harnois sont encore très rares et coûtent 25 livres, les mercenaires ne sont pas encore courants, leurs prix sont doublés par rapport aux prix de base.

Pendant la période de la grande peste, la pénurie de main d'oeuvre est criante, tous les salaires sont multipliés par deux. Le prix de la plupart des biens manufacturés sont multipliés par deux. En revanche le prix des terres et des logements sont réduits de 25%, car de nombreuses terres sont désertées les logements vides sont courants en raison du dépeuplement.

Si vous jouez sur la période après 1450, les bombardes deviennent plus courantes et on peut les trouver pour seulement 50 livres. Les canons font leur apparition au prix de 80 livres vous trouverez leurs caractéristiques dans l'encart XYZ.

Je dis un peu n'importe quoi, mais bon c'est pour donner un exemple (j'ai mis ça à moitié au pif, enfin disons comme je m'intéresse à l'histoire ça ne doit pas être complètement déconnant, mais les dates et les prix sont probablement faux).

Voilà mes 2 derniers ! plaisantin

avatar

Deuxième sujet : les origines / cultures

Dans la perspective d'un jeu quasi-historique, il semblait évident de se limiter aux humains. Par contre, nous voulions quand même qu'il y ait une possibilité de personnalisation, à la fois pour le côté ludique, mais pour montrer aussi la mosaïque de peuples qu'est l'Europe à cette époque. Dans une première itération, nous sommes même partis sur une liste relativement "régionale" qui pouvait ressembler à ceci :

  • Anglais
  • Écossais
  • Irlandais
  • Breton
  • Bourguignon du Sud (Nevers / Bourgogne / Jura)
  • Bourguignon du Nord (Artois / Flandres / Brabant)
  • Normand (Normandie / Alençon / Maine)
  • Auvergnat
  • Provençal
  • Guyennais
  • Pyrénéen (Navarre, Bearn, Aragon)
  • "Français" (Dauphiné, Champagne, Orléans, Blois, Touraine, etc.)
  • Gênois / Vénitien
  • Lombard (toute l'Italie du Nord)
  • Etc.

Puis est venu le temps de commencer à bosser dessus. Et la liste régionale a commencé à poser problème. Déjà parce que ça provoquait une vraie dissymétrie entre la France et le reste de l'Europe, mécaniquement. Parce qu'autant on pouvait facilement séparer la France en groupes régionaux, autant dès que ça s'éloignait un peu, c'était plus compliqué (et si on voulait être cohérent, ça impliquait de splitter aussi d'autres origines, genre pour les Écossais aller vers la distinction lowlands / highlands / islands - vous imaginez le bordel à la mesure du continent).

De plus ça pouvait donner des choses pas forcément évocatrices pour beaucoup de monde (la différenciation entre un Picard et un Normand, pas sûr que ça parle beaucoup au rôliste transatlantique content ).

Enfin, ce n'est pas tout de séparer en régions, il fallait aussi trouver une particularité pour chaque, avec une capacité spécifique à chaque fois. Inflation du nombre d'origines possibles rimait avec inflation du nombre de signes, mais aussi explosion de l'effort de développement pour un truc somme toute relativement mineur et qui au moment du fil de fer était apparu comme léger en terme d'effort.

Et puis, j'ai commencé le boulot, et une des premières tâches sur lesquelles je me suis penché sont les langues. Et en explorant cet aspect, je suis arrivé à des regroupements et des recoupements relativement logiques, et une liste un peu plus "générale" qui donnait un panorama de l'Europe un peu plus uniforme. Alors bien entendu, certains recoupements sont toujours discutables, mais je pense qu'on arrive à un compromis intéressant. Voici la liste actuelle, qui peut encore bouger un peu :

Liste des origines de Joan of Arc

Allemand

Anglo-normand

Bourguignon de par-deçà

Bourguignon de par-delà

Byzantin

Celte

Français

Hanséatique

Hongrois

Ibère

Italien

Maure

Méditerranéen

Montagnard

Provençal

Scandinave

Slave méridional

Slave occidental

Slave oriental

Teutonique

Restaient ensuite à développer les capacités liées à chaque origine. Et à ce niveau, nous avons voulu intégrer certaines des mécaniques qui viennent se greffer au SRD, histoire que le choix d'une origine ou d'une culture soit vraiment en interaction avec le reste.

Voici un exemple de ce que ça donne :

Bourguignon de par-deçà

Vous êtes originaires des territoires qui constituent le nord du Duché de Bourgogne et des régions périphériques. N’étant pas réellement au c½ur du pouvoir bourguignon, soumis à l’influence des royaumes voisins ainsi que de la Ligue hanséatique, la vie économique et sociale y tourne principalement autour du commerce et de quelques villes puissantes et autonomes, qui n’hésitent pas de temps en temps à se rebeller contre leur prince.

Tout comme les anglais, votre région a pris le parti du pape de Rome, et le concile de Constance a donc été vécu comme une victoire. Située au carrefour des influences germaniques, anglaises et françaises, cette région que l’on nomme aussi les Pays-Bas est un terreau fertile d’évolutions sociales, artistiques et intellectuelles, en train de commencer à forger sa propre identité. Une identité tournée en grande partie vers la Mer du Nord et axée sur la liberté d’entreprendre.

Régions d’origine : Artois, Brabant, Flandre, Groningue, Hainaut, Liège, Luxembourg, Picardie, Utrecht.

Langues principales : anglo-normand, français, thiois, vieux frison.

Aspirations : Pragmatisme +2.

Aptitude : Esprit rebelle

Lorsque vous utilisez un point de Pragmatisme contre un membre de l’aristocratie ou du clergé, le score de votre test devient automatiquement [10 + votre score de Pragmatisme] (au lieu de 10). Ceci inclut vos tests d’attaque et tout test de compétence qui vous oppose directement à un tel personnage. Dans le cas d’une compétence ou d’un outil que vous maîtrisez, votre bonus de maîtrise s’ajoute bien entendu à votre résultat.

Patronymes masculins

Arnoud, Aubert, Baudouin, Berna, Bertoul, Daniel, Eustache, Guillaume, Heriger, Hubert, Hues, Jacobus, Jan, Reingot, Rogier, Thierry, Uten, Wautier, Werimbold, Yvan

Patronymes féminins

Adèle, Adelise, Aldegarde, Antoinette, Béatrice, Berthe, Blanche, Catherine, Charlotte, Gudule, Ida, Isabeau, Jacqueline, Janne, Margarethe, Marie, Mathilde, Sainte, Suzanne, Yolande

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Thomas Robert