Homme ou femme pour interpréter un PNJ masculin ou féminin ? Et question de la masterisation partagée. 106

Forums > Repaire des trolls (et des liches)

avatar

Pour ma part, je vois une énorme différence mais bon, je suis peut-être un singulier personnage (et mes joueurs/joueuses aussi), ce qui n'est pas pour me déplaire ^^

Et puis j'adore la meilleure immersion que cela nous procure content

Je partage ta "singularité" alors car je vois aussi cette différence et je la trouve également plaisante.

avatar

des mètres linéaires d'études (encore plus avec les neurosciences) pour montrer la différence entre le cerveau masculin et féminin (ni supérieur ni inférieur, juste différent).

Absolument mais ce qui est gênant c'est lorsqu'on en vient à postuler qu'une différence biologique (mineure en intraspécifique comparée à ce que l'on pourrait en interspécifique) peut expliquer une différence sociale etc. (je n'ai pas dit que tu l'avais fait mais cela reste un risque).

Pour revenir au sujet cela tient aussi en effet aux personnes présentes autour de la table et de ce qu'elles attendent de ce moment en commun. Pour rebondir sur l'analogie cinématographique il y a un facteur qu'il ne faut pas oublier c'est l'argent. Le film est une activité économique qui comme de nombreux autres secteurs n'aime pas la prise de risque (ou alors calculé voire quelques "inconscients" qui deviennent alors "visionnaires" en cas de succès). Un réalisateur, casteur ou autre subira plus ou moins ces contraintes selon sa notoriété, image etc. qui lui donneront une plus ou moins grande marge de manoeuvre en terme de risque. Donc pas vraiment la même chose que pour nous.

avatar
Edwin

Ma question était simple : ne pensez-vous pas que l'immersion est meilleure quand c'est une femme qui interprête un perso féminin et un homme un perso masculin (à même degré de maîtrise) ?

Votre réponse est non, pour vous l'immersion est la même, qu'importe la voix, les manières, vous ne faites pas de différence, ça ne vous sort pas de l'immersion, ni ne la diminue.

Voilà, c'est tout ce que je voulais savoir.

Pour ma part, je vois une énorme différence mais bon, je suis peut-être un singulier personnage (et mes joueurs/joueuses aussi), ce qui n'est pas pour me déplaire ^^

Et maintenant que tu as la réponse à la question que tu as posée sur les pratiques des autres, on peut peut-être se demander en quoi ta pratique est singulière.

Par exemple, je suis assez interpelé par le fait que dans ton groupe, une femme joue un rôle féminin et un homme un rôle masculin. Je me demande si tu t'es posé la question des raisons derrière ces choix ?

avatar
Edwin

Ne te formalise pas trop de ceux qui se permettent de te juger pour quelques mots sur un forum. Au final ce sont ceux là qui font preuve d'étroitesse d'esprit.

Pour ma part, je crois bien comprendre que tout se passe au niveau du ressenti pour toi. C'est pas gagné dé lors ! On va avoir du mal à te changer ! Et est-ce souhaitable ?

Je te disais plus haut que je ne faisais aucune différence dans l'interprétation d'un personnage masculin et féminin. C'est vrai... Mais il y a tout de même une différence. Elle existe, mais plus dans le caractère du personnage que dans son sexe. Et c'est là où les joueurs voient le personnage interprété.

Ce qui est beau, c'est que lorsque c'est bien fait, les joueurs peuvent finir par deviner comment réagira un PNJ à une nouvelle info ou à un évènement. Et c'est là que le personnage devient vivant. Peu importe la voix ou l'apparence de celui qui l'interprète, pourvu que l'on retrouve ces "curseurs" qui défnissent le personnage.

Tu semble plutôt perfectionniste. Et tant mieux. Mas tu dis toi même que lorsque tu dois interpréter un personnage féminin, tu ne le fait pas parler. N'est-ce pas frustrant pour toi ? Car pour le coup, l'immersion n'y est pas. Et je crois que même si tu as une voix de stentor, Alice du Pays des merveilles sera plus présente si tu la fait parler avec une voix enrouée que de ne pas parler du tout. plaisantin

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Fytzounet
avatar
Athabaska

Ne te formalise pas trop de ceux qui se permettent de te juger pour quelques mots sur un forum. Au final ce sont ceux là qui font preuve d'étroitesse d'esprit.

Qui juge Edwin ici ?

Oui, il a des critiques mais en même temps, ce n'est pas comme si la question était simple et consensuel, mais je n'ai vu personne dire qu'Edwin était quelqu'un de mauvais, lui dire qu'il devait se taire ou le juger en tant qu'être humain...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Athabaska
avatar
Fytzounet

Excue moi, ma remarque ne te visais pas en particulier. Mais j'ai tout de même vu quelques remarques que j'ai jugé un peu "expéditives"... Je suis sans doute plus susceptible que Edwin... content

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Fytzounet
avatar

Je crois aussi que les différences de ressentis sur ce sujet viennent du fait que le jeu de rôle sur table est un loisir pile à mi-chemin entre la lecture et le théâtre.

Quand on lit un livre, on n'a a priori pas l'idée d'aller demander à une femme de lire les répliques prononcées par des personnages féminins. On fait tout soi-même. C'est même intégré à la convention de la lecture classique, à savoir la lecture en solitaire. Personnellement, je n'ai jamais ressenti ni manque ni imperfection à faire comme ça.

Quand on met en scène une fiction audio (ne serait-ce qu'une lecture à voix haute en public), et a fortiori quand on met en scène un film, un épisode de série, une pièce de théâtre... ou une partie de jeu de rôle grandeur nature où on est "debout sur la table" et en costume, là, les choses sont inversées : le sujet devient important, incontournable. Dans ces contextes-là, plus la proximité est grande entre la voix (et, le cas échéant, la physionomie) de la personne qui incarne le personne et du personnage qu'il/elle incarne, meilleure sera l'immersion. Et cela vaut pour tous les aspects, aussi bien le genre que l'apparence que l'accent etc.

Mais le jeu de rôle sur table, par principe, est à mi-chemin entre les deux. On reste assis autour d'une table et on n'est pas du tout tenus d'imiter la voix de son personnage, ni même de le faire parler (on peut se contenter de narration en style indirect : "Mon perso explique au marchand qu'il n'a pas intérêt à nous embobiner", et pas nécessairement en discours direct : "T'as pas intérêt à nous embobiner !").

Du coup, selon les tables, il y a tout un tas de gradations possibles entre le très méta et le très théâtral/filmique. Edwin est plutôt du côté du très théâtral/filmique.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Gollum
avatar
Tybalt

Tu rejoins ce que je disais avec la différence entre jeu de rôle sur table et film (ou pièce de théâtre - tu as raison)... Et l'entre deux qui se situe plus (à mon humble avis) du côté de l'actual play (car, dans un actual play, il y a à la fois partie de jeu de rôle et spectacle pour l'audiance passive qui regarde).

D'où mon conseil pour résoudre l'éventuel problème : ramener plus l'interprétation du côté narratif que du côté performance d'acteur, en se focalisant sur l'intension plutôt que sur la voix. Parce que quand on joue à un jeu de rôle, à moins d'aimer ça, on fait rarement une performance d'acteur. Par contre, on raconte toujours une histoire...

Ce n'est donc pas tout à fait comme un livre qu'on lirait seul. Quand on lit seul, on le fait généralement sans prononcer le texte à voix haute et, donc, on peut facilement imaginer des voix tantôt féminines, tantôt masculines, parce qu'on en a tous emmagasiné dans notre mémoire...

Le jeu de rôle serait plus à comparer à un audio-livre (ou toute autre forme de lecture à voix haute). Dans un audio-livre, c'est la même lectrice ou le même lecteur qui lit tous les dialogues, masculins comme féminins.

Alors, qu'est-ce qui fait que ça passe sans le moindre soucis ? Eh bien le fait qu'on s'intéresse plus à ce qui est dit et à la façon dont c'est dit qu'à la voix de celle ou de celui qui prononce les mots. Mots qui, au passage, ont été choisis par une seule autrice ou un seul auteur, quel que soit le genre du personnage qui s'exprime.

Bref, là encore, c'est l'intension qui prime.

Alors que dans un spectacle ou le visuel rentre en jeu, à moins de faire une farce satirique, une inversion de genres ne passe pas... Non plus que l'absence de costumes appropriés d'ailleurs ! Chose dont on se moque aussi dans une partie de jeu de rôle...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Fytzounet
avatar
Athabaska

Bah, je n'ai pas dit que j'étais visé mais je n'ai vraiment pas vu du jugement contre Edwin mais des critiques ou des remarques sur une question loin d'être consensuelle.

D'ailleurs, ta réponse rentre dans le même moule, tu considères que le caractère d'un personnage est plus important à interpréter que son genre et ensuite tu remarques qu'il est perfectionniste (ce qui est un jugement d'ailleurs ^^).

D'ailleurs plutôt que de parler d'étroitesse d'esprit et de cacher les remarques "expéditives", ça peut être intéressant de les citer. Pour moi, si on n'est pas capable de les citer, il vaut mieux ne pas en parler plutôt que d'exprimer un jugement ("l'étroitesse d'esprit").

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Athabaska
avatar

Alors, perso, ça ne m'a jamais dérangé de jouer un homme, une femme, un orque, un dragon ou autre. Je suis particulièrement souvent MJ mais quand j'étais joueurs sur certaines campagnes, j'avais parfois des persos féminin et cela ne dérangeait personne autour de la table (homme ou femme). en fait, quand je fais du JDR, je suis un peu comme quand je lis un roman avec des personnages aussi bien masculin ou féminin et j'ai la même approche de réprésentation "dans mon esprit" du truc (je ne sais pas comment préciser ça). Je peux par contre comprendre que cela soit difficile pour certaines personnes de devoir géer un personnage d'un autre sexe. Et pour le reste, je ne cherche pas à "imiter" une voix féminine quand je parle (je ne tenterai pas du tout).

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Jay
avatar
Fytzounet

J'ai tout de même rarement vu quelqu'un s'offusquer pour un jugement "positif"... plaisantin

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Fytzounet
avatar
Athabaska

je poste ici, car j'ai rajouté après coup :

D'ailleurs plutôt que de parler d'étroitesse d'esprit et de cacher les remarques "expéditives", ça peut être intéressant de les citer. Pour moi, si on n'est pas capable de les citer, il vaut mieux ne pas en parler plutôt que d'exprimer un jugement ("l'étroitesse d'esprit").

avatar
Evensnalgonel

Ca me rappelle l'histoire du gamin des années 60, qui sort du cinéma, et se plaint au journaliste venu l'interroger que Tintin n'a pas la même voix que dans les livres. C'est exactement ça.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Evensnalgonel
avatar
Edwin

Moi je met une péruque content

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Jay
avatar
Patrick

mort de rire

avatar
Jay

Quelque part il y a un peu de ça, c'est vrai mort de rire

avatar
Gollum

D'ailleurs, je me suis amusé à essayer un changeur de voix pour jouer un démon sur un jdr en ligne et je trouve que c'était au final plus casse pied pour moi que le gain en immersion.

Bon, par contre, d'après mes joueurs, c'était marrant.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Gollum
avatar
Fytzounet

Il y a certaines voix qu'on arrive bien à faire, en effet. Ça rajoute parfois du piment au jeu (je me rappelle avoir fait flipper un joueur...). Mais on n'est pas doué pour toutes. Et pour les autres, notre voix naturelle est celle qui passe le mieux. Justement parce qu'elle indique clairement aux joueurs qu'on est en mode lecteur de dialogue (bref neutre vocalement) : c'est la même voix que celle de nos descriptions.

C'est ainsi que j'incarne les filles maintenant. Je parle avec ma voix normale, mais à la première personne, tout en essayant de mettre de l'émotion dans ce qu'elles disent. Mais sans chercher pour autant ce qui serait féminin en moi. Juste en tenant compte de ce qu'elles disent et de la manière dont elles veulent le dire.

Je vais prendre un exemple. Extrême. Volontairement.

Imaginons que je doive interpréter une femme que les personnages aident à fuir pour rejoindre son amante... Apparemment, c'est un défi insurmontable pour moi : je ne suis pas une femme et je suis hétérosexuel. Il m'est très difficile de ressentir ce que ce personnage peut ressentir. Et de sortir des représentations forcément fausses, voire caricaturales, que j'ai sur les femmes, et sur les homosexuel(les), puisque je n'en est que des représentations.

Alors, comment interpréter ce personnage de façon à : respecter les femmes, respecter les homosexuels, préserver l'originalité de ce personnage et le tout avec suffisamment de sincérité pour que ce soit crédible ? Ce que je veux absolument faire.

Est-ce seulement possible ?

Eh bien je le pense. Il suffit pour cela que je sorte de mes propres représentations en refusant ces étiquettes.

C'est avant tout un personnage qui en aime un autre, d'un amour interdit par la société où elle vit (ce pourquoi elle doit fuir) et elle aime tellement cette autre personne qu'elle prend tous les risques pour la retrouver. En la jouant ainsi, avec ma voix à moi, je sors de toute caricature car tout le monde monde, femme ou homme, homosexuel ou heterosexuel, moi inclus, peut comprendre intérieurement cela. Je la jouerai donc de façon juste. Et avec le respect dû à une personne considérée pour elle-même, en tant qu'être unique.

avatar

Cette question d'imitation des voix et autres effets me renvoie à celle des VTT avec les cartes tactiques, les images partagées voir ambiance sonores. Il y a un moment où on a remplacé la description par du figuratif un peu réducteur. Je n'imite pas les voix, ni les accents, je n'ai pas la talent pour ça casserait l'ambiance. Je les décris par contre et je parle normalement. Il me semble que la projection de mes joueurs est à la fois plus personnelle et plus immersive. Je fais pareille pour les décors et les personnages. Les images je les utilisent en fin du processus, quand c'est nécessaire.

avatar

Je suis entièrement d'accord avec Edwin, quand j'ai besoin d'interpréter un alcoolo je décents en chercher un dans le bar en bas de chez moi, une caissière? Je vais à l'inter du coin, un voyou? Ca c'est facile où je vis y a cas se baisser, du coup on a fermé la porte à quelques jeux, comme cthulhu par exemple et oui allez trouver un vétéran de la première guerre mondiale....(c'est du 98+ ça non maintenant?).

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Zool