Suite de la Gamme 198

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Trudvang Chronicles

avatar

Je ne sais pas vous, mais j'attend d'avantage d'un JDR qu'il me fasse découvrir un univers, des ambiances, plutôt qu'il m'assome avec des pages et des pages et des pages de listes de compétences ou de sorts dont je ne vais au final n'utiliser qu'une infime partie dans mes scénar.

Egill

Tu as Runquest qui est pourvu d'un enorme background ... tout devrais etre dispo debut 2021, le LDB est deja disponible pour les pledgeures et c'est du lourd ! maintenant dans le ldb tu as les competences et les sort etc ... mais il fait pas loin de 500 page donc il y a de la marge pour les descriptions

avatar

Je comprends le souhait d'avoir plus de background, et j'y souscris. Ceci dit, le "manque de background" dans le livre de base n'est pas une nouveauté et n'est pas spécifique à Trudvang Chronicles. En fait, en 35 ans de JdR, je ne n'ai pas vu beaucoup de JdR qui proposent un univers détaillé dès le livre de base. Tout simplement parce qu'un livre de base n'est pas assez gros pour pouvoir contenir les règles, les éventuels sorts (qui prennent souvent de la place) et la description de l'univers. Bien souvent, pour avoir une description satisfaisante d'un univers, il faut plusieurs livres. C'est ce qui se passe dans le cas de Trudvang Chronicles, avec un ouvrage de 150 pages dédié aux Stormländer, par exemple, sachant qu'un ouvrage du même type arrive prochainement en VO sur les nains, qu'il va y avoir la même chose sur les elfes, et j'imagine sur le Mittland et Vastermark. Donc en gros, on parle là potentiellement de 750 pages de description des cultures et de géographie, voire un peu (mais vraiment un peu) d'histoire. Autant dire que ça ne tient pas un livre de base. Ce dernier contient donc le monde dans ses grandes lignes. Après, peut-être que les auteurs auraient pu écrire 20 ou 30 pages de plus consacrées à l'univers, mais quand on considère la masse de choses à aborder, soit ils n'en auraient traité qu'une fraction infime de façon détaillée, soit ils auraient écrit quatre lignes par lieu, ce qui aurait été tout aussi frustrant et insatisfaisant que les 20 pages actuelles.

Pour ce quie est des Stormländer en VF, ça vient... Encore un peu de patience. content

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Seorus
avatar
Marc S

Bonjour Marc,
A mon avis, il y a quand même quelques gros manques sur l'univers qui ne sont pas habituels des livres de base. Typiquement dans tous les jdr de fantasy que je connais, les dieux qui offrent des sorts aux PJ sont un minimum décrits dans le livre de base afin que le joueur sache quel dieu il prie. Ce n'est pas le cas dans le ldb de Trudvang où le joueur peut prendre la tablette d'un dieu sans avoir les moyens de savoir qui il est. Ce genre de manques rend le livre de base un peu "incomplet" et va obliger le MJ à inventer si un PJ lui demande des infos.

Et j'ai l'intuition que c'est une stratégie un peu volontaire de la part des auteurs originaux, qui veulent ainsi inciter les MJ à acheter les autres livres de la gamme en créant des dépendances entre les bouquins. On voit que ce phénomène se reproduit dans les livres régionaux : par exemple dans le livre des Stormländer, on nous parle du peuple des Arks régulièrement en guerre avec les Stormländer du Nord. Mais les Arks ne sont pas décrits dans ce livre régional, ils sont décrits dans un livre de scénario. Ce qui veut dire que sans ce scénario, un MJ ne peut pas faire jouer les Arks ou il va devoir inventer qui ils sont.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Runir
  • et
  • Marc S
avatar
Seorus

Et faire preuve d’imagination… c’est pas mal non plus, non ? clin d'oeil

Un livre de jeux de rôle n’est pas un livre saint. Il n’est pas indispensable d’attendre la parole sacrée des auteurs pour faire la moindre chose. Chaque meneur de jeu peut créer sa propre version du jeu et interpréter l’univers comme il l’entend. S’il créait quelque chose qui est contredit par la suite, rien ne l’empêche de maintenir sa version ou de la modifier selon ses désirs, et ça, sans forcément "trahir" l’esprit du jeu. De toute façon, un univers quel qu’il soit ne peut pas être intégralement informé, même si l’on y consacre toute sa vie. Le travail de Tolkien en est la preuve.

L’une des plus belles caractéristiques de notre noble passe temps est certainement la liberté de créer, et je peux te dire que jusque là je ne me suis pas privé. Il faut donc, et c’est mon intime conviction, considérer que les ouvrages qui nous sont proposés sont plus des guides et des boites à outils que des livres sacrés dont il faut respecter chaque parole, aussi bien faits soient ils. Que se passerait-il si pour X raison la collection s’arrêtait là ? Je pense pour ma part que l’essentiel est dans le livre de base et les magnifiques illustrations qui l’accompagnent…

Il n’empêche que j’attends tout de même avec impatience la suite des traductions de Marc pour nourrir encore mon imaginaire et trouver de nouvelles inspirations pour mes prochaines aventures dans cet univers fabuleusement beau.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Croklune
  • et
  • Egill
avatar
Runir

Tu as tout à fait raison mais je pense que tu interprètes mal nos propos. Il ne s'agit pas tellement d'attentre la parole sacrée des auteurs mais plutôt d'avoir leur vision. Trudvang est un jeu avec une ambiance très particulière et un folklore dépaysant. Et c'est ça qui est intéréssant, que vont faire les auteurs de cet immense bac à sable ? Ce que je cherche en partie dans un jeu c'est qu'il me fasse découvrir un monde qui va me surprendre et m'émerveiller.

Bien sur qu'on doit utiliser cette merveilleuse liberté de créer, d'improviser, d'interpréter que nous offre le jeu de rôle. Et si je déplore quelque peu ce manque de lore dans le livre de base c'est pour la raison que tu évoques, nourrir mon imaginaire. Et c'est justement parce que j'ai été séduit par cet univers que j'en veux plus.

En tout cas très content de savoir que le supplément des Stormländer est en route et que la gamme va s'étoffer, j'ai hâte d'avoir ça dans les mains.

avatar
Seorus

Il est vrai que tous les dieux dont on voit les noms dans les pouvoirs divins ne sont pas décrits, et c'eut été utile. En fait, si j'ai commis une erreur de genre en traduisant Tyrd, c'est probablement parce que rien n'est dit à son sujet et son qualificatif m'a fait pencher pour un homme...

Après, je ne pense pas qu'il s'agisse d'une politique commerciale, c'est juste que les auteurs ont fait un choix, criticable, mais bon.

Pour les Arks, normal qu'ils ne soient pas plus décrits que ça dans Snowsaga, ils viennent de l'opposé du continent et seront décrits avec Vastermark j'imagine. En attendant, on en sait largement sur ces Sauvages pour les incarner dans la campagne.

Franchement, je comprends que vous auriez aimé en avoir plus, j'ai réagis comme vous parce que j'aime énormément cet univers. Mais après, comme Runir, je me dis qu'en attendant, j'ai déjà de quoi faire entre les descriptions du Livre des règles et mon imagination. content

avatar

Il n’empêche que j’attends tout de même avec impatience la suite des traductions de Marc pour nourrir encore mon imaginaire et trouver de nouvelles inspirations pour mes prochaines aventures dans cet univers fabuleusement beau.

Runir

C'est gentil, mais rendons à César ce qui lui appartient : je n'ai traduit qu'une faible partie des bouquins, mes compères Guilhem et surtout Jean-Cyril sont aussi à la manoeuvre, même si effectivement, je suis responsable des choix éditoriaux et de traduction et que j'ai orienté fortement sur l'aspect nordique.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Runir
avatar

Après, je ne pense pas qu'il s'agisse d'une politique commerciale, c'est juste que les auteurs ont fait un choix, criticable, mais bon.

Franchement, je comprends que vous auriez aimé en avoir plus, j'ai réagis comme vous parce que j'aime énormément cet univers. Mais après, comme Runir, je me dis qu'en attendant, j'ai déjà de quoi faire entre les descriptions du Livre des règles et mon imagination. content

Marc S

C'est aussi la concurence avec des "vieux" jeux deja bien remplit (j'evoquais Runequest par exemple) qui est compliqué

là il faut patienter afin que les auteurs nous pondent un univers original, a la hauteur de ce qui a deja été fait.

Avec Lex Occultum de la même maison d'édition le background était quasiment fait, le XVIII siècle Occulte... plus facile

Certes ils peuvent utiliser les légendes nordique mais un univers médfan nécessite du fantastique "original"... donc plus de jus de neurones ... clin d'oeil

avatar
Marc S

Et bien bravo à toute l'équipe et bon courage pour la suite clin d'oeil !

avatar

Et bien bravo à toute l'équipe et bon courage pour la suite clin d'oeil !

Runir

Faut juste etre patient, moi je ne le jouerais que lorsque une majorité de supplements seront sorti, pour en tirer le meilleurs.

avatar

Et faire preuve d’imagination… c’est pas mal non plus, non ?

C'est exactement ce que je me suis dit en lisant les remarques. Je me souviens d'une époque à mes 12/13 ans j'en ai maintenant 46 ou on faisait avec ce que l'on avait cad une boîte de base voir des polycop. Pas de livre d'univers, de contexte, de bestiaires. Ben on a tout inventé avec les potes... La logique est maintenant différente.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Croklune
avatar
Gilles5067

Encore une fois ça n'a rien à voir avec un manque d'imagination. On dit simplement que sur un bouquin de presque 400 pages on aurait aimé un univers un peu plus creusé. Maintenant on nous a répondu que les suppléments arrivaient donc tout va bien, pas la peine de commencer avec des " de mon temps on faisait des dés avec des pattes de corbeau et nos cartes en bouse de vache."

Chacun a des envies différentes de ce qu'il veut trouver dans un livre, règles ou univers. C'est pas pour ça que les uns manquent d'imagination et que les autres sont des fanatiques simulationistes.

avatar
Runir

L'imagination parlons-en....

Avoir un cadre précis qui supporte cette imagination peut être on ne peut plus intéressant. Mettre un cadre sur cette imagination, lui donner des repère pour la laisser s'exprimer me semble d'ailleurs plus intéressant et gratifiant que le "tout est permis".

En outre, si je veux imaginer, je crée.... j'ai un univers à moi (très proche de Trudvang d'ailleurs, puisque les cultures scandinaves et celtiques anciennes sont des passions depuis très longtemps et que j'ai mis ce qui me plaisait le plus dans cet univers) depuis plus de 10 ans que je peaufine de temps en temps. J'ai des centaines de pages à son sujet, et dès que j'ai une idée, je la note et j'y reviens régulièrement, j'extrapole, je veille à mettre ça en cohérence avec ce qui existe déjà....etc.

Mais quand j'achète un JDR, j'achète un univers. Je demande à ce qu'on me fasse rêver avec une démarche similaire, mais où je n'ai justement pas à imaginer ce qui se trouve dans cet univers, un peu comme si celui-ci existait et qu'on m'offre de le découvrir.

Si je peut y mettre ce que je veux, comme il nous est rabbaché dans nombre de publications de JDR "faites en ce que vous voulez", à chaque fois moi je me dis "euh, non, c'est à vous de me montrer cet univers que vous me proposez".

Et entre nous, si je dois créer, je n'ai pas besoin de livres qui coûtent tout de même un certain prix. Quand j'investis sur Trudvang, je veux voyager dans Trudvang. Si c'est moi qui doit créer l'univers à partir de 20 pages de background, ben autant créer quelque chose d'entièrement nouveau, j'y aurai plus de liberté.

Sinon, je viens de recevoir la bête et l'ambiance qui s'en dégage est vraiment chouette. Ce sont de beaux objets en tous cas.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Marc S
avatar
Egill

Je suis assez d'accord avec toi, Egill : quand j'achète un jeu, c'est uniquement pour son univers, le système, je le prends avec. Un jeu sans univers ne m'intéresse pas. Du coup, je comprends parfaitement l'attente d'un univers dans le livre de base. Dans Trudvang, l'univers est présenté, et comme tu le dis, il n'est pas présent que dans les 20 pages de présentation brute, il transparaît aussi un peu partout dans le bouquin, du matos aux sorts et pouvoirs divins. Une fois encore, je conçois qu'on en veuille plus. Et comme beaucoup de jeu, ce "plus" va venir petit à petit par les suppléments de background. Là-dessus, Trudvang reste très classique et nécessite de la patience. Ceci dit, je trouve que ça en vaut la peine. content

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Colonel Moutarde
avatar
Marc S

Et il ne faut pas bacler ... donc ca ne peux venir que si l'auteur prend le temps de poser sur le papier son univers, ca prend des mois ... sinon je suis d'accord avec Egill j'adore rentrer dans des univers orginaux comme une bonne paire de charentaises et les former à mes pieds petit à petit

avatar

Tout à fait d'accord avec vous, surtout quand tu dis qu'en achetant un jdr tu achètes un univers.

Pour revenir au sujet initial savez-vous si dans les suppléments il existe des informations sur des organisations criminelles ? Je trouve assez fun de jouer un malfrat dans un univers où la force, le courage et les valeurs guerrières sont aussi mises en avant.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Marc S
  • et
  • Egill
avatar

Ah mais aussi je comprends l'attente d'un univers plus complet. Maintenant on fait avec ce que l'on a, et nos frustrations. Vivement le supplément stormlander ! En tout cas c'est une très belle gamme.

avatar
Croklune

Dans Trudvang Chronicles, jusqu'ici, on n'a pas d'organisation criminelle à proprement parler, dans la mesure où les organisations sont souvent liées à l'urbanisation et à la structuration de la société. Dans Trudvang, la société reste encore relativement "sauvage". Ce qui n'empêche pas d'avoir des des brigands, des voleurs, des maraudeurs... bref, toutes sortes de criminels. Dans les Stromländer, il est question des Loups des mers, des pirates, par exemple. Mais il ne s'agit pas d'une organisation criminelle en tant que telle, juste de groupes de criminels. Tout comme il y a des groupes de brigands, des choses comme ça. Il s'agit donc plus de groupes de taille plus ou moins importante plutôt que "d'organisations criminelles" au sens moderne du terme.

avatar
Croklune

D'autant que si on a pas beaucoup d'éléments sur les sociétés humaines de Trudvang, si on prend les inspiration de cet univers, on a plutôt affaire à des roitelets, des petits seigneurs qui tirent leur pouvoir de leur prestige, de leur réputation et de leur richesse, et pas d'institutions bien définies avec des lois et un Etat centralisé.

Du coup, développer une réelle "organisation criminelle" dans ce constexte n'a pas beaucoup de sens. Inutile d'être dans la clandestinité quand le pouvoir n'est basé que sur des rapports de force et d'influence entre des clans et des petits roitelets. Et la différence entre un raid de pillage et une opération "criminelle" (vu qu'il n'y a pas d'Etat centralisé, à priori, le "crime" ne sera pas perçu pareil d'une vallée à une autre) ne sera pas forcémment évidente à faire.

C'est peut-être dans le Westmark qu'on va trouver ce genre de choses. La religion unique pose déjà un cadre légal plus contraignant, et peut donc engendrer des organisations "parallèles". Et j'ai l'impression que les habitants du Westmark sont plus urbanisés et centralisés que les Mittlanders ou les Stormlanders.

Mais on voit bien avec ces quelques considérations à quel point un minimum de description des structures sociales et des modes de vie est important pour bien cerner un univers.

avatar

Merci, vous confirmez la vision que je me faisais du banditisme dans Trudvang.

Mais je me posais la question car dans les descritpions des malfrats on peut voir plusieurs choses intrigantes :

"Au Vastermark, où les grandes cités ont une population importante, les voleurs à la tire et les « belwenpollers » se rassemblent avec les «skuggdri- vares » qui utilisent les cités comme base opérationnelle pour leurs missions."

"Les « eitrspatters » sont, dans la mesure du possible, encore plus minutieux que les assassins. Ils ont appris à tuer avec du poison, et ont une grande connaissance en botanique et en toxicologie."

Donc il y'a bien des rassemblements au Vastermark même s'il ne s'agit pas véritablement d'organisation. Par contre les assassins du Mittland sont intéréssants. "N'importe qui" peut devenir un tueur, mais utiliser des poisons ça devient beaucoup plus technique. On peut s'amuser à imaginer des sectes où on forme ces futurs assassins.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Marc S