Les concepts ou mécaniques de jeu avec lesquels vous avez de plus en plus de mal... 371

Forums > Repaire des trolls (et des liches)

avatar

Je n'ai jamais vraiment été fan de l'idée de gagner de l'expérience en tuant (des monstres, des gens, des animaux, peu importe), et encore moins quand il s'agit de la seule façon, ou presque, de gagner de l'expérience, mais je dois dire que plus je vieillis, plus ce concept m'écoeure, j'en suis venu à en refuser tout simplement l'idée. Je ne veux plus jouer ainsi, quelque part, cela m'est devenu l'un de mes critères de non-jeu.

Avez-vous, vous aussi, des mécaniques ou des concepts, que vous acceptez de moins en moins ?

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Florent
  • et
  • Casimir
avatar

Personnellement, ce sont les alignements qui me sortent par les yeux.

L'idée même d'une moralité objective me semble d'une prétention effroyable et avec des implications malsaines.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Plateo
avatar
Jay

Après, il y a des jeux qui remettent en question la moralité du personnage en fonction de ses actions. MOURNBLADE, VAMPIRE où on perd peu à peu son Humanité, et même soyons fous STAR WARS quand on bascule du Côté Obscur.

avatar

Les jeux à niveaux, surtout quand ça gonfle les PV.

La magie vancienne, je préfère de loin les points de magie.

Le jet unique qui compte comme attaque/parade/esquive et protection de l'armure.

Enfin la faculté pour les classes combattantes d'avoir des sorts ou des facultés qui s'en rapprochent...

>>>> bon d'accord, pour faire court D&D ^^

avatar

Les jeux à niveaux, surtout quand ça gonfle les PV.

La magie vancienne, je préfère de loin les points de magie.

Le jet unique qui compte comme attaque/parade/esquive et protection de l'armure.

Enfin la faculté pour les classes combattantes d'avoir des sorts ou des facultés qui s'en rapprochent...

>>>> bon d'accord, pour faire court D&D ^^

Edwin

Je me reconnais quasiment à 100% dans ce propos ... sauf peut être le point sur l'accès à des capacités magiques pour les combattants qui ne me gênera pas si c'est cohérent dans l'univers de jeu content

avatar

Les jeux trop simulasioniste, ou on passe des heures à regarder les tables qu'à jouer, c'est d'un chiant. Je pense à Rolemaster comme exemple.

avatar


Je ne vais pas répondre sur la moralité/alignement dans le JDR, c'est un coup à vriller plaisantin
Perso, ce sont les usines à gaz du type Pathfinder qui est une purge pour les MJ à partir d'un certain niveau ... où ton PNJ va avoir 25 dons ...
D&D5 est un bon compromis du coup ... moqueur

avatar

Pour ma part, c'est le coté scripté des combats (initiative, attaque, défense, dégâts, encaissement, à répéter). Je m'en accomode bien dans les jeux à vocation ludiste/stratégique avec battlemap comme D&D, mais je n'arrive pas à y intégrer un attachement particulier au delà de celui que j'aurai pour un jeu de société.

Sans doute un effet de mon âge avançant, car ça me convenait parfaitement il y a 10-15 ans quand j'avais plus de temps (voir du temps tout court). Ma recherche est de plus en plus vers une résolution en peu de passes, et si possible en y intégrant des enchères entre les opposants avant de tout résoudre par les dés.

avatar

Comme pour beaucoups d'autres apparemment : les niveaux, les alignements "réducteurs", les persos "magasins à PV à hauts niveaux" ...

avatar

La question étant précisément sur les systèmes "qu'on supporte de moins en moins" je vais devoir cibler large pour faire une réponse honnête :

Je n'arrive plus à faire abstraction des incohérences dans une système de règles. Sûrement un effet secondaire de mon regard très analytique que j'ai toujours eu sur les mécaniques de jeu ... mais c'est un petit peu gênant car cela me gâche la possibilité de me mettre à certains jeux.

Alors ... en plus des soucis que j'ai comme Edwin avec les principes schématiques de type "niveaux" ... je n'arrive vraiment pas à m'intéresser à D&D5 car le déséquilibre de logique que provoque la bounded accuracy m'en remet une couche.

Je me vois toujours expliquant à un architecte que je veux faire un escalier ... mais que je veux réduire la différence de hauteur entre la première et la dernière marche, et la hauteur de chaque marche. Et je le vois me répondre surpris : "pourquoi tu fais pas plutôt un plan incliné dans ce cas ?". Et moi : parce que les gens s'attendent à un escalier...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • alanthyr
avatar
Dany40

en fait, la problématique est simple : soit tu es un donjoneux, soit tu ne l'es pas clin d'oeil

avatar
Jay

Plutôt l'inverse, il y a des mécaniques qui me gênaient et ne me gêne plus maintenant.

Même les points de corruption qui restreignent les choix du personnage, je trouve que l'approche dans Monstre est intéressante.

C'est plus des questions de présentation des ouvrages qui m'irritent de plus en plus (taille de police, notes de conception).

avatar

en fait, la problématique est simple : soit tu es un donjoneux, soit tu ne l'es pas clin d'oeil

alanthyr

Le soucis c'est que je suis fan de Dragonlance et j'ai fait jouer à AD€D2 puis D&D3 pendant des années content

Mais avec du recul je me rend compte que Dragonlance me permettait déjà à l'époque de tempérer ces tropes de D&D pouvant me gêner (classes de PNJ lissant le principe de niveau, classes de prestige bloquantes et univers limitant l'impact des magies haut niveau, alignements spécifiquement justifiés mais remis en cause etc ....)

avatar

Pour moi, la mécanique la plus gênante est la construction de personnages par classes et niveaux. On est en effet obligé de suivre un parcours fléché et, du coup, on ne peut pas créer le PJ qu'on a dans la tête.

Je veux créer un "Gandalf" comme dans le film qui sait manier la magie et se battre à cheval avec une épée... Réponse : Ah non ! Si tu es magicien, pas d'épée... Ou alors il faut que tu sois bi-classé magicien-guerrier...

Bref, quand on a une idée de personnage en tête, on est obligé de prévoir tout un plan de carrière à l'avance pour qu'il arrive à y correspondre... A peu près... Dans un futur plus ou moins lointain... Et il devra au passage prendre tout un tas de capacités qui ne nous intéressent pas forcément et qui font qu'il ne ressemblera de toute façon plus à ce que l'on imaginait au départ.

Mais, bon, certains jeux arrivent quand même à offrir une grande souplesse de création dans ce type de système. Chroniques Oubliées Contemporain par exemple.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Docdemers
avatar

Sans doute un effet de mon âge avançant, car ça me convenait parfaitement il y a 10-15 ans quand j'avais plus de temps (voir du temps tout court). Ma recherche est de plus en plus vers une résolution en peu de passes, et si possible en y intégrant des enchères entre les opposants avant de tout résoudre par les dés.

Otoko

Fate mon ami, Fate ! Ca y est, v'là que Gollum a une nouvelle lubie avec laquelle il va nous bassiner... mort de rire

avatar

Je pense qu'on peut changer le titre par "Pourquoi vous n'aimez pas D&D ..." clin d'oeil

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Senrad
avatar
alanthyr

Et compléter ledit titre sur un mode psychiatrique :

"Pourquoi vous n'aimez pas D&D... et pourquoi vous y jouez malgré tout!"moqueur

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Gollum
avatar

Alors ... en plus des soucis que j'ai comme Edwin avec les principes schématiques de type "niveaux" ... je n'arrive vraiment pas à m'intéresser à D&D5 car le déséquilibre de logique que provoque la bounded accuracy m'en remet une couche.

Je ne vois pas vraiment en quoi il y a un déséquilibre de logique avec cette mécanique.

J'ai remarqué que toi et Edwin aviez régulièrement tendance à parler au nom de la logique et de façon analytique, mais je ne suis vraiment pas d'accord, il n'y a pas d'analyse ni statistique, ni ergonomique des règles dans vos interventions, bref, c'est du "à votre avis" que vous tentez de cacher derrière une pseudo rationalité et je trouve ça fatigant.

Donc si c'est une analyse rationnelle, donnez des vrais arguments qui sont refutables et non un pseudo argument d'autorité disant que vous avez raison car c'est logique, merci.

Sinon, je ne supporte pas les jeux avec une tripotée de compétence comme l'adc et où tu finis avec peu de chances de réussites dans chaque car tu es obligé de repartir un tant soit peu avec beaucoup d'options.

EDIT : à noter que vous pouvez simplement donner un avis subjectif sans invoquer la rationalité ou la logique et dans ce cas là, vous n'avez pas à donner d'arguments rationnels et refutables.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • WolfRider4594
avatar
Senrad

J'allais le dire ! Excellent. oui

avatar

Les jeux à niveaux, surtout quand ça gonfle les PV.

La magie vancienne, je préfère de loin les points de magie.

Le jet unique qui compte comme attaque/parade/esquive et protection de l'armure.

Enfin la faculté pour les classes combattantes d'avoir des sorts ou des facultés qui s'en rapprochent...

>>>> bon d'accord, pour faire court D&D ^^

Edwin

À l'exception du dernier point je rejoins Edwin.

J'ajouterais -

  • les classes de personnages (très contraignant, très stéréotypé et surtout justement très classifier).
  • les XP attribué pour avoir vaincu au combat un adversaire (donner des XP pour avoir vaincu des monstres ou autres encourage les combats alors que ceux-ci devraient être en fait la solution ultime).
  • les systèmes dans lesquels il faut "calculer la puissance" de l'opposition pour un combat (pour moi l'univers d'un jeu représente un tout cohérent. Un monde dans lequel les PJ, les PNJ et toutes les autres formes de vies évoluent tous en même temps. Si je dois penser à éviter de mettre tel ou tel monstre sur la route des PJ parce-que ça ne correspond pas à leur "niveau" actuel, et bien pour moi ça enlève cette notion d'ensemble. Si la "créature" que les PJ rencontre est trop puissante, et bien c'est à eux de le réaliser et d'agir en conséquence car elle, elle est exactement là où elle est sensée être).