Cookies

Utilisation des cookies

Pour le bon fonctionnement du site, nous utilisons des cookies techniques qui permettent de gérer votre connexion.
Nous utilisons des cookies Google Analytics pour le suivi anonyme de la navigation. Vous pouvez désactiver ces derniers à tout moment ici.

Confirmation

Par défaut, nous conservons votre acceptation durant 13 mois.
Gérez vos cookies ici.



Personnaliser

Gravité de la nécromancie au sein du noir sceau 6

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Héros & Dragons

avatar

Bonjour, petite question à la communauté : j'ai soumis l'un de mes joueurs à un dilemme : sa mère était mourante, et pour la soigner le groupe a administré un remède trouvé dans un laboratoire nécromant. Le Paladin du Noir Sceau a clairement cautionné le geste, même s'il ne l'a pas effectué lui même. Je ne joue pas avec les règles de H&D mais un système personnel qui définit d'un péchés sur une échelle : Mineur, Majeur et Mortel. Mortel signifie un rejet permanent de la déité jusqu'à l'accomplissement d'une grande quète, et justifie même une chasse à l'homme de la part du culte. Selon vous, on est ici sur un péché mineur ou majeur? Sachant que je n'ai pas encore clairement défini ce que ce la signifiait, en dehors bien sur de la gradation évidente de la gravité des actes. Merci!

avatar

déja en quoi consistait le remède? Le noir-sceau ne vénère aucune déité mais il est contre les morts-vivants, il faut voir en quoi consistait le remède pour voir si il allait à l'encontre des principes du noir-sceau

avatar

SPOIL!!!!!

Et bien le nécromant est Jung, le pretre défroqué de la campagne de Roquesaltes. Afin de mieux lutter contre la fièvre des goules, il a cherché à développer un remède . Pour ces besins en cobayes, il a kidnappé et zombifié des villageois (dont la mère). Ses recherches n'ont mené a rien, et il se tourne à présent vers la démonologie pour obtenir plus de connaissances. Cependant le Baron de Roquesaltes (fils de Meyrom) commence à s'intéresser de trop près à lui, i s'allie donc a Angus et au mage pour le supprimer. Quelques jours après, nos héros enquètent sur des feux follets vus par les vilageois (en réalité il s'agit d'une partie du rituel d'invocation mené par Jung). Ils remontent la piste, conjointement à celle de la série d'enlèvements, et mettent à jour le laboratoire de Jung, à présent déserté du pretre mais pas de ses cobayes. La mère est la seule sauvable, et le remède de Jung ne sert qu'à la stabiliser jusqu'à ce qu'il l'emmenènent à Maria, sage femme/druidesse de village (issue du scénrario les enfants/adolescents de Gois, d'un des premiers CB) qui mène la guérison au bout.

La nature même du remède est inconnue (#échec critique) mais il est clairement identifié comme maléfique par une détection. De mon point de vue il est clairment issu de magie nécromante maléfique, ce qu'abohore le NS.

avatar

Pour moi rien dans le crédo n'interdirait de combattre le feu par le feu ou ici la nécromancie par la nécromancie

Le credo du Noir-Sceau
»» Je suis enclin à faire le mal ou à y succomber. Je me suis moi-même marqué du Noir-Sceau, me
rendant ainsi indigne des dieux ;
»» Étant un être faible, je suis soumis à toutes sortes de tentations ;
»» Le monde est un espace dangereux où rôdent des êtres et des créatures tourmenteuses et tentatrices
;
»» Je dois apprendre à lutter contre ces tentations et à combattre sans pitié les tentateurs ;
»» Je dois expier les fautes de mes Anciens en me soumettant à l’ordre naturel des choses. Chercher
à le renverser revient à défier les dieux eux-mêmes car ce sont eux qui l’ont institué ;
»» Je dois expier mes faiblesses par un dur et honnête labeur : le travail est tout autant une pénitence
qu’un moyen d’expiation et un acte d’humilité nécessaire envers les dieux ;
»» Je dois être juste envers mes semblables tout en n’étant point faible dans mes jugements et mes
actes ;
»» Ce que je dois endurer doit l’être sur cette terre, le suicide ou les offrandes sacrificielles me sont
interdites ;
»» Je dois toujours favoriser l’intérêt général et systématiquement agir en ce sens sans tenir compte
de l’intérêt individuel ;
»» Si je cède à mes faiblesses et aux tentations, alors je ne trouverai pas la quiétude et ne permettrai
pas à l’Humanité de vivre dans la lumière des dieux.
»» Il n’y a rien, et ne doit rien y avoir, dans la Quiétude sinon l’intransigeance, le souvenir et le respect.

Comme l'un de leur domaine c'est la mort, je les vois un peu comme les prêtre de Pharasma, qui sont contre la non-vie, donc utiliser un remède qui soignerait un mort-vivant n'irait pas à l'encontre de leur précèpte

avatar

Sa mère est devenu une mort vivante, et le remède peut la sortir de cet état. C'est très clairement quelque chose que doit faire quelqu'un du noir sceau, surtout s'il n'a aucune information sur la manière de concevoir le remède.

avatar

Le Noir-Sceau considère qu'il n'y a rien aprés la vie.

La nécromancie va à l'encontre de ce precept : "Il n’y a rien, et ne doit rien y avoir, dans la Quiétude sinon l’intransigeance, le souvenir et le respect."

Les morts-vivants et Cie sont donc à détruire. C'est d'ailleurs pour purger le Talban que le NS et Alarien se sont alliés.