[A Votre Avis] Devenir auteur, envie, étapes - Partagez votre expérience 18

Forums > Créativité

avatar

Bonjour a tous,

Arrivé récement dans le monde du JDR (2 ans maintenant), je découvre petit a petit les plaisirs de la création.

Que ce soit, un PNJ, un scénario, une région, une carte ou même un jdr amateur, on est tous passé par la, et l'envie de partager cela se fait ressentir de plus en plus. Le fait est que si je veux publier quelque chose de concret au tout public, il va falloir que commence a réflechir, à penser, mise en page, simplifications et homogénéisations des informations.

Je ne me définirai pas en tant qu'auteur, hein, loin de la, mais c'est aussi une question qui me trotte dans la tête.

Je voulais donc connaitre vos avis a tous mais et surtout celui d'auteur(e)s dont c'est le métier de tous les jours

Pour les amateur(trice)s / auteur(e)s

  1. Voudriez vous devenir un jour un auteur(e) reconnu? ( la question ne se pose pas si vous en êtes déjà un -.-)
  2. Quel est votre parcours professionnel ? (pour les auteur(e)s)
  3. Quand avez vous commencé a écrire ?
  4. Quel(s) logiciel(s) utilisez vous (word, acrobat, autre)?
  5. Comment vous organisez vous ?
  6. Quels sont vos conseils pour bien commencer?

Voici les première questions qui me viennent a l'esprit. On abordera le sujet de la rémunération dans un autre sujet, merci.

Merci du temps que vous prendrez pour me répondre.

avatar

Demande de précision : tu parles d'auteur dans le milieu du jdr ou de manière générale ?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Xandrae
avatar
kyin

A priori oui, on parle de jdr, même si cela m'interesse tout autant, il m'apparait évident que s'organiser pour ecrire du jdr est différent.

avatar

De bonnes questions. J'avoue aussi être intéressé des répônses, même si je ne suis que novice dans la matière, et je me sens donc impropre à répondre à ces questions.

Le plus difficile je pense, est de savoir si ce quon fait à du potentiel ou si c'est de la merde^^ J'ai publié plusieurs scénarios sur mon blog, mais faute de retours, je n'ai aucune idée de si c'est intéressant, si ça lit bien, si ça donne envie de faire jouer. C'est pourtant essentiel si je veux pouvoir proposer quelque chose d emeilleure qualité à l'avenir.

Ce n'est pas le but du sujet, mais si ma complainte attire de bonnes âmes, n'hésitez pas à aller jeter un coup d'oeil^^ : Scénarios d'averse de dés prévus dans la soirée

Sinon, même moi en temps que novice, je peux répondre à la question 6 : mon conseil est d'écrire quelque chose d'agréable à lire. Un scénar peut-être très bon, mais si c'est une vrai gageure à lire, peu de MJ iront jusqu'au bout et encore moisn le feront jouer. C'est pourquoi pour ma part j'ai pris le pari d'écrire des scénarios qui -je l'espère- se lisent comme un roman. Combien de fois j'ai vu sur le net des scénars sans doute très travaillé par leurs auteurs, mais qui ne donnaient pas envie d'être lut jusqu'au bout...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Xandrae
avatar
Troll Traya

Petit truc que personnellement je trouve important aussi, les illustrations.

Pour moi les mentalités d'aujourd hui ont besoin d'illustrations. On le voit de suite avec les financements participatifs, des fois il suffit que la couverture soit suffisament alechante pour que l on s'interesse d'avantage a notre travail. C'est triste a dire, mais pour moi un texte sans images (dans le jdr), ben je trouve qu il manque quelque chose.

avatar

Ah, ça, quand on est nul en dessins...^^ et qu'on veut respecter la loi en n'utilisant pas des oeuvres qui ne sont pas libres de droit, il est dur de trouver de quoi illustrer un scénario^^ remarque je fais des progrès : je propose des cartes -moches^^- de mon cru maintenant^^

avatar

Sur la question organisation, je conseille la lecture de l'article 'Créer un scénario' de Tristan Lhomme dans Mener des parties de jeu de rôle. Les fiches de synthèse sont disponibles ici pour se faire une première idée.

avatar

J'ai une formation de chercheur et j'ai donc du rédiger pas mal de matos dans mon domaine (thèse / articles dans journeaux scientifiques etc). Je ne peux pas te donner de conseils en ce qui concerne le JDR mais j'ai été payé pour écrire à une époque.

Déjà essaye d'écrire régulièrement (tout les jours dans l'idéal mais il faut avoir du temps). Même si ce n'est que quelques lignes et même si le lendemain tu les reprends de A à Z. Il va falloir que tu te créé des habitudes d'écriture en gros.

Deuxième conseil : ne pas essayer d'en faire trop. Il vaut mieux quelque chose de conscis mais de très bonne qualité que du matos au kilomètre qui ne captive pas le lecteur. C'est un coup à ce qu'il s'arrête en plein milieu et ne lise pas la super fin que tu a pondu. C'est un peu la KISS philosophie (keep it simple, stupid).

Je pense que tu auras des réponses bien plus complètes et adaptés aux JDR par des gens comme Julien Dutel ou Laurent Bernasconi.

avatar

Je pense que tu auras des réponses bien plus complètes et adaptés aux JDR par des gens comme Julien Dutel ou Laurent Bernasconi.

Zemb

En effet, si ils sont dans les parages, ils sont bienvenus

avatar

J'écris des scénarios depuis longtemps pour ma part, mais j'ai pris le parti de rester amateur parce que le jeu de rôles est une passion pour moi. Et ça dois le rester. Je ne veux donc m'imposer aucune contrainte.

Pour ce qui est d'écrire, oui il faut le faire un peu chaque jour, au moins par période, lorsque que tu as le temps et l'envie. Et même lorsque tu n'écris pas, réflchis à ce que tu écrirais. Comme pour un auteur au sens général, l'inspîration vient souvent du quotidien, de ton vécu, d'un fait divers ou d'histoires vues, entendues, racontées... Bref, nourris ton imaginaire.

Pour ce qui est de savoir ce que vaut tes écrits, il y a trois solutions : ton cercle de joueur, c'est le B.A BA, les conventions avec des concours qui te permettrons de te faire une bonne idée, et aussi les magasines, comme Casus. S'ils te prennent un scénar c'est que ça plait.

Voilà ma petite pierre... content

avatar

Être auteur, c'est un fantasme que je traîne depuis longtemps ^^ J'ai le bonheur d'être game designer pour une boîte qui bosse sur des jeux vidéo assez conséquents pour me dire que beaucoup de monde pourra voir, jouer, ressentir ce que j'ai voulu transmettre. D'un autre côté, la taille des productions et le nombre de personnes impliquées dans le processus créatif fait que je ne suis qu'une fourmi à l'échelle du projet. Je ne peux pas dire "Ca, c'est moi qui l'ai fait" simplement parce que c'est un travail collectif. Les intentions de chacun se diluent mutuellement.

Être auteur, que ce soit de manière générale ou pour du jdr, ce serait la cerise sur le gâteau, le moyen de partager des créations vraiment personnelles. Finalement je suis déjà auteur d'une certaine manière, quand je décris des personnages ou des lieux qui apparaîtront dans un jeu auquel je contribue à petite échelle. Mais pouvoir écrire de A à Z mes propres contenus et savoir qu'ils seraient lus par d'autres, ce serait le meilleur moyen d'évacuer la (toute relative) frustration liée à mon activité pro.

Du coup, pour répondre à tes questions :

1 : Oui, oui et ouioui

2 : J'ai fait un bac L option cinéma-audiovisuel, puis un DUT services et réseaux de communication et une licence activités et techniques de communication, où j'ai pu mettre les mains dans la réalisation vidéo. Ensuite j'ai fait ISART Digital à Paris, cursus game design pendant 3 ans. J'en suis sorti il y a un peu moins d'un an et aujourd'hui je travaille pour Virtuos.

3 : J'ai commencé à écrire au début du collège (je vous laisse imaginer la qualité), quand j'ai découvert des bouquins comme Harry Potter, Eragon, le Seigneur des Anneaux, etc. Il fallait bien commencer quelque part ^^ J'étais déjà très inspiré par les jeux vidéo et ça se ressentait dans mes médiocres productions qui tournaient généralement autour de "quêtes" ressemblant fortement à celles qu'on aurait pu trouver dans un Zelda ou un Golden Sun. Ensuite j'ai découvert le jdr à travers D&D 4 au début du lycée et je suis devenu MJ aussitôt, parce que personne ne pratiquait notre hobby préféré dans mon entourage. J'ai fait jouer mes cousins et mon frère, nettement plus jeunes que moi, alors que je n'avais aucune expérience du jdr. En première année de game design, j'ai rencontré plusieurs personnes interessées par le jdr (et qui sont depuis devenus de très bons amis). L'un d'eux a été MJ pour un one shot fonctionnant avec Dungeon World et j'ai pu être joueur pour la première fois de ma vie. Enthousiaste, j'ai proposé à la table de MJ la prochaine partie qui se jouerait dans mon univers préféré, Warhammer 40.000 (Deathwatch). A partir de ce moment là je me suis lancé dans l'écriture d'une campagne qui a été un beau succès à la table, beaucoup de grands moments pour 6 sessions (et environs 100h de jeu). J'ai vraiment beaucoup écris pour cette campagne en la créant entièrement (scénarios, PNJ, lieux, etc) et j'en arrive à un document de presque 300 pages, que je suis toujours entrain d'améliorer avant de le diffuser. En parallèle je me suis lancé sur une nouvelle campagne D&D5e pour laquelle encore une fois je fais tout en partant de 0 en faisant un effort particulier sur le worldbuilding.

4 : J'écris sous Word/Open Office Writer et je mets en page avec Indesign. J'utilise beaucoup Google Drive pour ses documents "dynamiques" qui peuvent être modifiés facilement à la volée et depuis n'importe où en passant sur le cloud.

5 : J'ai une approche assez laborieuse. Pour du worldbuilding je commence toujours par décrire les fondations les plus essentielles, même si elles ne serviront pas beaucoup : géologie, climatologie cosmogonie, etc. Ca me semble être un socle indispensable pour éviter les incohérences. Je pars donc du macro vers le micro, du grand plan vers le détail. Tout découle naturellement de quelques éléments initiaux, j'ai à coeur d'avoir un univers crédible même lorsqu'on l'examine sous toutes les coutures. Tout est là pour une raison précise. Quand il s'agit de créer des peuples, je prends un ou deux exemples de la vie réelle que j'adapte à mon univers. La pyramide de Maslow, même si elle est imparfaite, est très utile pour poser les bonnes questions et n'oublier aucun élément essentiel. Si besoin j'ajoute un peu d'exotisme et le tour est joué.

Pour des scénarios je me demande quel genre d'histoire je voudrais raconter, qu'est-ce qui serait inspirant. Je définis un point de départ et un point d'arrivée solides, puis j'ajoute des jalons scénaristiques entre deux en imaginant des péripéties qui valent le coup d'être vécues. Je laisse des blancs pour stimuler l'improvisation et pour pouvoir m'amuser autant que les joueurs. Mes personnages ont toujours des liens forts avec le scénario. Je déteste les introductions artificielles du genre "Vous êtes 5 aventuriers et vous vous êtes rassemblés dans une taverne pour accomplir une mission au nom du baron X." D'ailleurs, je suis convaincu que les personnages sont la meilleure source de scénario possible pourvu qu'ils soient bien écrits. Donner un point de départ, mettre deux ou trois personnages interessants ensemble et regarder ce qu'il se passe, c'est souvent payant. J'essaye aussi de créer mes jalons scénaristiques en les reliant fortement aux personnages, pour créer de l'implication.

En dehors de ça le processus d'écriture n'est plus que du remplissage ^^ Si c'est un scénario de jdr, les joueurs vont eux-même combler les blancs entre les jalons que j'ai posé sur leur chemin. Si c'est une oeuvre de fiction, je relie moi-même les jalons en essayant de faire ça le plus naturellement possible.

Tout au long de l'écriture, j'essaie aussi de puiser dans la réalité (merci Wikipédia) pour m'inspirer et apporter des détails qui rendront mes sujets crédibles. Qu'il s'agisse d'un culte d'une tribu obscure de Papouasie ou du mode de reproduction d'un oiseau étrange, le monde réel est inépuisable en termes d'inspiration et me donne tout les outils pour apporter de la saveur à ce que j'écris.

6 : Difficile à dire. Pour ma part, je n'ai jamais réussi à écrire entièrement une histoire façon roman. Je me lasse trop vite. Le problème c'est que lorsque la lassitude survient je me sens coupable et je me force à écrire. C'est à ce moment là que l'écriture devient pénible, de moins bonne qualité aussi. Je me dégoûte moi-même du projet que j'essaye d'accomplir, et finalement je n'y retouche plus jamais. La différence entre le passe-temps et le travail se situe là, je pense. A chacun de savoir s'il est capable d'écrire en se fixant des contraintes de production ou pas.

Voilà, c'était l'avis d'un pas-vraiment-auteur-mais-un-peu-quand-même. En espérant avoir pu aider !

avatar

Pour moi, quand on créé son JDR, le système est la clé.

Je me suis attaqué à la création d'un système de jeu personnel. Bien sûr, il faut comprendre ce qui nous plaît dans les JDR que l'on pratique afin de savoir ce que l'on veut mettre dedans, réfléchir aux probabilités, penser au lien règles - univers...et c'est ce que je trouve le plus dur !

Par exemple, cela fait plusieurs mois que je peaufine et réfléchi à mon système qui se veux simple, léger et qui propose une grande liberté au joueur. Je penses y être parvenu, ça reste fluide, les 16 traits (compétences) sont répartis en 4 groupes (= même nombre de dés lancés pour les traits du même groupe), la lecture de la fiche personnage est simple (elle tient en plus sur une feuille A5 parceque les livrets en fiche perso c'est le bien) et les joueurs sont accompagnés dans la création de leurs atouts par un système simple de coût et 4 types d'atouts à respecter. Bref, j'en suis très content. Simple, libre, et pas de "classe" fermée ou autre mais de quoi tout simuler de manière équilibrée et juste entre tous les joueurs!

Et puis c'est le drame, je prend du recul, je réfléchi à changer mes traits en compétences (mettre combat au lieu de combattif ou perception au lieu de attentif) et je relis FATE, et je me rend compte que mon système y ressemble quand même énormément...C'est dans ces moments que le jeune auteur prend en pleine tronche le "syndrôme de l'imposteur": tout à coup, ton bébé fait avec amour n'est plus légitime à tes yeux et tu as l'impression d'être un vil plagieur.

Du coup je suis bloqué car il faut déterminer le système (selon moi) en amont ou en même temps que l'univers afin de réussir à créer une cohérence entre les deux.

Et j'en suis là, à me demander si mon bébé ne se fera pas lyncher comme une pâle copie d'un JDR existant, et si je dois remettre les mains dans le camboui pour transformer le tout encore une fois.

Bref, le système est la clé, et c'est pas facile.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • kyin
avatar
saerzin

"Auteur" ne veut pas nécessairement dire "Créateur d'un jeu". Écrire un scénario pour un jeu existant est un travail d'auteur (et c'est même le meilleur moyen de commencer à se faire publier avec la rédaction de critiques)

Ce message a reçu 1 réponse de
  • saerzin
avatar
kyin

Je le comprend bien, je parles simplement de mon cas personnel: je passe pas mal de temps à réfléchir à des campagnes ou des settings personnels qu'il me plairait de faire jouer, et afin de me motiver à les finaliser, j'ai réfléchi à un système de jeu associé (puisque la partie création de système est quand même je trouves vachement intéressante!).

Je ne dénigre en rien la création de scénarios, bien au contraire!

Ce message a reçu 1 réponse de
  • kyin
avatar
saerzin

Je rebondissais sur ta dernière phrase, le système est la clé, que je prenais pour ta réponse aux questions de Xandrae.

avatar

Alors déjà, la règle d'or : tu n'en vivras jamais. Si tu n'en a pas, trouve un vrai emploi, genre responsable de rayon chez Carrefour avec des espèces sonnantes et trébuchantes qui tombent chaque mois.

Ensuite, commence doucement, avant de te lancer dans ton propre jdr d'héroïc-fantasy cyberpunk avec un peu d'uchronie et des ninjas. Ecris des scénarios pour des jeux récents et populaires pour augmenter tes chances, propose-les à des mags (il n'y en a pas 50 il n'y en a que 2), qui te répondront quoi qu'il arrive. Déjà, tu sauras si tes idées sont originales, et si tu es au niveau requis sur la forme. Les mags te le diront (avec tact et gentillesse, ils ont l'habitude des égos délicats). Et parfois le scénario est accepté même si tu ne fais pas partie de la rédaction, je peux te le confirmer.

S'ils sont intéressés par ton scénar, c'est un bon moyen de te familiariser avec les règles de mise en forme : le gabarit, la taille du texte, tout ça. Mais aussi avec les modalités de paiement en droits d'auteur. Les scénar pour des magazines, pour moi c'est la meilleure porte d'entrée parce qu'en plus de faire la main, ça te permet de faire connaitre ton nom (les scénarios sont généralement soumis aux éditeurs pour validation).

Quand tu auras tellement pris la confiance que tu voudras conquérir le monde, tu peux soit proposer tes services aux éditeurs, ou bien penser à créer ton propre jdr et le soumettre à un éditeur, ou le publier en amateur. Beaucoup l'ont déjà fait. Mais pour ça je te conseille de réunir une team, un peu comme pour un braquage, de gens compétents dans chaque domaine (édition, relecture, illustration...) parce que faire un jeu tout seul, c'est casse-gueule. On n'est plus dans les années 80-90 où on se lançait comme ça sur un coup de tête.

Pour du concret je te renvoie à une interview du 3e Oeil qui reflète bien toutes les galères auxquelles on peut se retrouver confronté si on lance un projet seul.

avatar

J'ai pu lire tout vos conseils, merci. c'est vraiment interessant.

Pour ceux qui n'ont pas encore partagé leur experience, n'hesitez pas

avatar

Je crois que tous les MJs qui se sont lancés dans l’ecriture de campagne , voire de monde ... ont un jour pensé à écrire pour de bon.

Personnellement j’avais écris un gros bout d’une nouvelle dans l’univers de Prophecy... mais je n’ai jamais fini ce projet.

Si on se focalise sur la création en JDR, je crois qu’il y a 2 ou 3 choses évidentes auxquelles faire attention.

Si tu crées carrément ton propre monde tu as l’avantage de la totale liberté. Mais attention à la cohérence et à la lisibilité. Le plus dur pour un auteur qui naturellement connaît son travail par c½ur , c’est d’arriver à saisir comment les autres vont comprendre et percevoir sa création. A ce niveau le plus efficace des luxes c’est d’avoir quelqu’un d’exterieur qui puisse lire le travail et ainsi apporter un éclairage avec recul sur la perception de ce dernier.

Si il s’agit de créer dans une ½uvre existante... je dirais que le problème s’inverse. L’essentiel est alors de saisir au mieux le boulot des auteurs originels pour en tirer les meilleures choses. Bien sûr on peut écrire des scénarios pour un monde qu’on maitrise mal, mais c’est non seulement dommage culturellement, mais en plus cela fait perdre du potentiel qualitatif et ... de toute façon ... bien connaître son sujet doit par nature être une ambition instinctive d’un créateur.