[SPOILER] Scénarios gazettes Rôle n'play 205

Forums > Communauté > Rôle'n Play

avatar
Julien Dutel

Je voulais pas continuer dans le HS, mais non, cela n'a pas "amusé" ma table, c'est insultant !

J'ai été prof d'histoire, ma table est contituée notamment d'historiens (dont 3 femmes) et donc on resitue des éléments par rapport à nos connaissances des moeurs d'époques approchantes.

On était donc dans une logique de crédibilité et de mise sous tension, pas du tout gratuite car, d'une part, il y avait peu de risque pour que la roublarde se laisse assomer (mais une des brutes a fait un critique) et, d'autre part, le reste du groupe, allait intervenir avant que rien ne se passe.
Ceci a juste permis au chef du village de ruser et d'éliminer presque deux PJ.

Tu as de la chance que je ne veux priver ma table du reste de la campagne, sinon j'arrêterais là après tes insinuations abjectes.

Autant dire que j'attends des excuses.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Grand Strateger
avatar

J'édite pour alléger le truc vis à vis de l'intervention de la modération.

1 - quand je parle de "s'amuser", je parle de la partie. J'ose imaginer que vous jouez pour vous amuser, même si parfois les situations mises en scène sont difficiles. Je n'insinue absolument rien.

2 - quand je parle de la manière dont les personnages ont été écrits, c'est une explicitation d'auteur. Je t'explique que cela ne correspond pas aux personnages tels qu'écrits. Mais...

3 - tu fais ce que tu veux à ta table. Et je ne le répéterai jamais assez. Tout le monde fait ce qu'il veut à sa table. Cependant...

4 - on peut aussi considérer que quand l'auteur explique son intention, c'est un enrichissement. Quand je parle de l'univers, je parle d'un point de "sachant", bien au-delà de tout prof d'histoire. L'univers n'est pas historique. Il a ses propres traditions, et ses propres dynamiques sociales. Par exemple :

5 - c'est un univers où, par exemple, l'homosexualité n'est pas taboue et où la morale ne vient pas se mêler au mariage qui est purement économique et social, mais qui permet l'idée d'avoir amants et maîtresses en dehors comme un droit et une normalité. Le tout avec une structure de reconnaissance filiale qui fait qu'il ne permet pas l'existence du concept de bâtard et d'enfant caché qui pourrait vouloir accéder au trône. On est assez loin de beaucoup des problématiques (notamment sur l'héritage) de nos société médiévales européennes.

6 - l'expliquer n'est en soi qu'une manière de faire comprendre que justement, le point de vue posé, et par les scénarios, et l'univers, tente d'être un peu différent.

7 - Mais... chacun voit midi à sa porte et jouera l'univers comme il le veut. Je ne peux que, personnellement, donner à réfléchir avec le point de vue d'écriture. Ce n'est pas un concours de quoi que ce soit, c'est une discussion d'auteur. S'il est problématique qu'un auteur te parle de la manière dont il voit les choses, j'en suis fort désolé.

8 - enfin, si jouer les scénarios que j'écris te débectent par égard pour ma personnalité, ne te force pas. Ce n'est pas grave. Et ça ne va pas me toucher, de quelque manière que ce soit. Donc fais ce qui te semble le plus approprié.

avatar
Edwin
avatar

Sans vouloir paraître prendre partie pour l'un ou l'autre. Tu avoueras Julien, que dans la mesure où tu as été en retard sur l'écriture (ce qui peut se comprendre hein, le problème n'est pas là, tu as été transparent là dessus) le fait de ne pas avoir les bouquins sur Pangee et par conséquent les billes sur l'univers complique grandement la tâche des MJ. Je me suis à plusieurs reprises retrouvé à ne pas savoir quoi répondre à mes joueurs (qui pourtant ont regardé au moins en partie RnP et ont donc une connaissance basique de l'univers). Du coup, forcément, on doit parfois improviser totalement et s'éloigner de la base et du monde tel que tu l'a conçu... et parfois même se retrouver le bec dans l'eau avec le scénario suivant qui vient contredire ce qu'on avait imaginé pour répondre à nos PJs.

Ce n'est pas la première fois que tu reprends de manière un peu condescendante je trouve un MJ qui s'éloigne du cadre tel que tu l'as imaginé. Pour aucun d'entre nous je pense ce n'est une volonté de remettre en question ton taf, au contraire on ne se serait pas lancés dans l'aventure sinon. C'est plutôt qu'on est probablement plusieurs à se sentir un peu démuni face à certaines situations.

avatar

Je ne vais pas en faire des tartines par égard pour l'intervention de Grand Strateger, donc je vais essayer d'être concis.

- je me suis excusé je ne sais combien de fois de ce retard. Je réponds à toutes les questions, je suis sur le pont pour assurer le plus possible le suivi, toute personne qui pose des questions sur l'univers, que ce soit ici, sur FB, sur twitter et sur Discord, a des réponses en général dans la journée, parfois dans les deux ou trois jours. Il suffit de poser les questions et je suis là et je donne la réponse.

- Edwin et moi avons un passif, qui transparait certainement dans les messages.

- comme je le dis, chacun fait comme il l'entend à sa table. Je ne fais qu'expliciter la manière dont j'ai pensé cette écriture. Mais tout le monde est libre de transformer le scénario à sa guise et même de ne pas avoir envie de se rattrapper aux branches. Mais admettons que quand l'auteur dit "ceci est noir" et qu'on lui répond "je vais t'expliquer, historiquement, ça c'est blanc", ça n'enlève rien au fait que "ceci est noir". Et ce qui n'empêchera pas tous les MJ du monde de le jouer blanc s'ils le veulent, parce que c'est leur sauce, leur table.

Maintenant, c'était clairement le dernier fil que je suivait réellement sur le forum. Je vais m'abstenir de ce fil désormais. Pour tout renseignement, se rendre sur discord sera plus simple et rapide.

Et malgré l'écriture qui peut sembler sèche, c'est sans énervement ou sècheresse que j'écris.

avatar

A mon tour de faire un compte rendu de la gazette 3 ! donc, bien évidemment *attention aux spoilers*

Déjà, ça a été un très bon moment pour tout le monde : on a changé complètement d'ambiance après la longue série d'enquête de la gazette 2, et j'ai l'impression que ça a été très apprécié. Les persos se sont donc retrouvés devant maman hydre qui ne bougeait pas trop (soupir de soulagement), jusqu'à ce que les petits se réveillent et commencent à arriver vers eux sous l'oeil bienveillant de maman (oups !). Et plouf, les petits disparaissent dans l'eau, sans réapparaître (re-soupir de soulagement). Sauf que maman hydre n'aime pas ça du tout et commence à leur courir après. J'ai eu du mal a faire ressortir le côté impressionnant de l'hydre, je pense, parce qu'ils n'ont pas tout de suite commencé à courir. Il faut dire que j'avais décrit la forêt avec des arbres gigantesques, et ils pensaient que ça suffirait à bloquer l'hydre. Mais bon, ils ont quand même fini par déguerpir.

Pendant toute la fuite (et même tout le scénario, si on va par là), ils ont eu une chance d'enfer sur tous leurs jets de dés. Il n'y a eu que quelques points de vie perdus jusqu'à ce qu'ils arrivent à la falaise. Ils ont plongé, ont pris quelques dégâts (sauf le moine - ils sont niveau 4), et ont pu voir débarquer un énorme tyrannosaure qui a désossé l'hydre (j'avais compris que c'était un T-Rex, pas que cétait la Tarasque, je viens seulement de le réaliser en lisant Julien ! j'étais un peu à côté, mais le principal était là : les PJs ont bien vu qu'il y a plein de vilains bestiaux dans le coin).

Ensuite, pendant l'errance dans la forêt, ils prennent systématiquement les bons embranchements. Après la rencontre avec les harpies (qui n'arrivent à charmer qu'un seul des joueurs), ils foncent vers la tour en ruine et ses worgs, non sans avoir récupéré de l'eau de la source de guérison (j'ai estimé qu'elle perdrait ses pouvoirs en dehors de Teros, mais qu'ils pouvaient l'utiliser entre temps). Ils en disposent assez vite, mais un des worgs fuit et rameute des congénères. Pour accélérer un peu les choses, je les ai poussé en direction du berceau en mettant une énorme meute de worgs à leurs trousses. J'ai utilisé un peu le même système que pour la fuite face à l'hydre : des tests d'athlétisme pour définir qui se faisait rattraper et mordre, avec quelques points de dégâts à la clef. Là encore, il y a eu pas mal de très bons jets de dés, avec des 20 naturels. Les derniers jets se sont fait avec désavantage, car j'ai estimé qu'ils couraient depuis pas mal de temps et qu'ils avaient récupéré un niveau de fatigue. Les worgs stoppent la poursuite quand ils arrivent en vue du Berceau.

Là, ils peuvent se reposer, et repartent en direction de la caverne des loups. Ils réussissent leurs jets de discrétion pour passer, mais loupent leurs jets de perception qui leurs permettraient de remarquer que les harpies tiennent des louveteaux. Ils ne s'étaient pas approchés du combat, j'ai pensé que ça méritait un jet pour les remarquer. Arrivés de l'autre côté de la clairière, le barde du groupe rejette un coup d'oeil en direction des loups et des harpies, et réussit son jet. Il décide d'aller sauver les louvetaux, et est suivi par le reste du groupe. Ca a duré une action : deux jets d'attaque à 23 et 24 (10 de plus que leur CA, donc coups critiques), dont un de la part du roublard avec attaque sournoise, et les harpies font partie de l'histoire ancienne. Ils sympathisent avec la louve arctique, qui les fait emmener directement vers la tour protéenne, en évitant le minotaure.

L'exploration de la tour m'a bien fait rigoler, ils ont touché à tout ce qu'ils pouvaient : ils ont poussé le vice jusqu'à prendre le temps d'appuyer sur tous les boutons qu'ils voyaient sur les tables. Au final, ils ont ouverts le portail et s'y sont engouffrés pendant que la tour s'éffondrait derrière eux. Dans la prison, là aussi, ils ont tenté tout ce qui était possiblement imaginable pour obtenir des effets : ils sont entrés dans tous les cercles des salles rondes, ont essayé d'ouvrir les cercueils (mais ne se sont pas allongés dedans, quand même), essayé de coincer les mécanismes de la sphère dans l'avant dernière salle. Bref, c'était bien marrant de les voir supposer quelle action aurait quelle conséquence.

Au final, après une discussion assez sereine avec l'enfant des châtiments, ils ont pris la décision de le libérer. Leur motivation était uniquement de prévenir l'Ordre Rouge que quelque chose allait se passer, ils n'ont pas cherché à en savoir trop sur l'esprit.

Comme je disais au début, on a passé un très bon moment. Je n'avais pas l'habitude de maîtriser des scénarios pour lesquels je n'ai pas tous les tenants et aboutissants, et je dois avouer que c'est plutôt sympa de changer de méthode (les impros ne sont pas faites en fonction de ce que je sais, mais de ce que je suppose, et j'essaye ensuite de tout relier, par exemple). Du coup, j'essaye de noter un maximum de ce que je dis, et on va voir si mes suppositions sont exactes en lisant la suite. Au final, d'une certaine manière, je me retrouve comme un joueur, et c'est assez agréable.

Encore une fois félicitations à toute l'équipe derrière ces gazettes, on se régale à les jouer. J'attends avec impatience la gazette n°4 mort de rire Compte tenu des congés de Noël, est-ce qu'on aura un peu plus de temps pour faire jouer le scénario ?

avatar

Des nouvelles pour la gazette 4 ?

avatar

il y a eu une news sur la page Game On du second cf. On la prévoit pour lundi. Je ne développerai pas plus mais la période a été... complexe, pour le moins, et problématique chez moi, et j'ai en fait pris un très gros retard sur beaucoup de choses.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Iceberg
  • et
  • Ombreloup
avatar
Julien Dutel

Bon courage à toi, Julien !

avatar
Julien Dutel

J'ai raté cette information. Bon courage.

avatar

Bonjour à tous,

Je trouve ce sujet fort intéressant, merci de partager vos séances, cela peut parfois me donner des idées pour les miennes, sachant que je suis un peu en retard par rapport à la sortie des gazettes (avec mon groupe nous sommes actuellement à la fin de l'acte 1 de la gazette 2).

Même si en effet je suis parfois un peu perdu sur l'ensemble des informations données, je trouve le travail de Julien remarquable ! De ce fait, je trouverais dommage que ses interventions disparaissent de ce topic...

D'ailleurs, à part sur ce sujet, où peut on trouver des discussions/informations sur les aventures des gazettes ? Le Discord je suppose (il faudra que je jette un oeil), mais encore ?

Je peux vous faire un petit CR. Nous jouons en COF. Mon groupe est composé de 4 PJ, dont un PJ que je contrôle (je trouvais que 3 PJ était peu, et je me permets de placer quelques aides grâce à mon PJ) :

Aely :Elfe noir, Duelliste

Virsannah : Aasimar, Psionique

Seth : Félis, Ensorceleur

Ebroïn (moi) : Nain, Moinainvocateur (profil personnalisé pour le fun)

En se balladant à Vercol, Aely a fait peur à Helle en la menaçant d'une dague sous la gorge pour lui faire comprendre que l'aventure c'est pas pour n'importe qui. Donc évidement... elle s'est enfuie !

Au relais, Anaxos a essayé de voler une rapière à mon duelliste, celui ci c'est réveillé, Anaxos c'est fait rattraper. Il a été contraint de les emmener à l'orée de la forêt où il avait rendez vous le soir avec les poignards verts pour rejoindre leur groupe. Mes PJ se sont cachés pour tendre une embuscade, relativement réussie même s'ils ont pris quelques vilains coups. Le dernier bandit vivant à fuit, Anaxos aussi... Sur ce ils ont continué leur chemin jusqu'au lieu de l'embuscade, et se sont dirigé vers le camp des engoulevents.

La nuit, une sorte de chauve souris géante (sortie de la surface d'un lac, donc provenant d'un monde miroir) les a attaqué, faisant tomber notre Aasimar à 0PV. Elle a réussie ses jets contre la mort (J'ai inclu ça dans COF, je trouve cette règle intéressante). La nuit se passe et ils vont donc chez les engoulevents.

Ils arrivent à discuter calmement avec Kuanysh, il les aide à renverser Daniar. Le combat n'est pas trop difficile, tout le monde meurt sauf Kuanysh qui s'enfuit pendant le combat (une fois Daniar mort). Les Orcs trop blessés pour se battre se font tuer de sang froid les uns après les autres pour obtenir des informations. Charmante compagnie !!

Direction Norpont, sans péripéties. Première nuit passée dans une auberge quelconque, ils décident ensuite de faires quelques emplettes tout en demandant des informations. Fort heureusement, Seth voulait s'acheter une jolie tenue et est donc tombé sur un tailleur qui a pu lui donner quelques bonnes infos. Direction directement chez Perriala, qui n'est pas convaincu par ces inconnus... Elle les envoie voir Naleos pour prouver leur bonne foi, qui... les envoie chez Posides pour prouver leur bonne foi !! En chemin, un gamin des rues accoste Seth pour lui dire qu'un certain Balus peut les aider. Une fois partis, Seth se rend compte que sa bourse à disparu... direction donc chez Balus, qui leur propose un marché (et rend la bourse à Seth pour prouver sa bonne foi). Ils décident tout de même d'aller voir Posides. Celui ci leurs accorde sa confiance (ENFIN). Donc chemin inverse, Naleos (petit mot de confiance), Perriala (laisser passer) et enfin direction la cité intérieure.

En passant par dessus le mur du jardin de Philoxenos, Seth tombe dans un rosier, -1 PV ! (ça râle, ça râle...). Après investigation, ils prennent l'argent de la caisse, seulement la moitié des lingots (qu'ils sont gentils), et trouvent Philoxenos. Ils ont donc à se moment là uniquement " C-Than " pour les guider pour la suite !

Et la suite demain !!

En tout cas, merci encore Julien pour tout ce que tu fais ! Et bon courage à tous !

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Lumpawaroo
avatar
Sinagan

Pour les infos de la gazette c'est essentiellement ici et sur le discord, certains la joue en ligne et l'enregistre comme fred boot https://www.youtube.com/watch?v=codz6d_gaeY

avatar

Bonjour,

Je viens ici pour faire un petit CR de nos parties autour du scénario de la gazette. J'ai peu de temps dispo avec la vie de famille, mais je vais essayer de noter notre avancée. Je vous demande de m'excuser pour le style (pas le temps de faire des ronds de jambe, sinon, je n'écrirai plus... La préparation des séances de jeu est déjà très chronophage !)

Je découvre les règles (ainsi que l’ante-univers, car j’ai découvert la série tardivement et j’en suis seulement à la Saison 4 dans mon visionnage). Donc soyez indulgent.e.s svp.

Comme les personnages de ces parties ne seront que 2 (ma femme en physique et son frère en distant), il est important pour moi de faire attention à la difficulté (surtout pendant les combats). Ils sont tous les 2 habitués aux jdr, mais n’ont jamais joué à D&D et encore moins à H&D. Moi j’ai joué à D&D3.5 il y a longtemps (et j’ai plutôt eu l’impression de jouer à un wargame qu’à un jdr, j’étais, avec le MJ, le seul à faire de RP…)

Ma femme prévoit dès le départ d’être Rôdeuse/Elémentaliste (mais d’abord Rôdeuse). J’accepte, même si je sais que je vais devoir trouver une solution pour rendre ça crédible et utiliser cette info dans son background. J’ai déjà quelques pistes, mais je ne lui dis rien à ce moment.

Les protagonistes :

Lalial « Shasca » Elin, Demi-Elfe rôdeuse (lvl 1) ma femme

Et

Kaor Krilyn, Demi-Orc, Rôdeur (lvl 1) mon beau-frère

Je leur pose quelques questions, leur demande de créer leur histoire sans se brider (je décide de tout faire pour que leurs choix soient respectés au mieux) et nous arrivons à ces backgrounds :

« Je m’appelle Shasca.

Lalial Shasca Elin.

Je suis demi-elfe et j’en suis plutôt fière car cela me donne l’impression d’être unique, différente. Parfois je joue à masquer mon ascendance elfique en cachant mes oreilles un peu pointues sous mes longs cheveux noirs « Regardez-moi je suis une humaine ». Mes yeux me trahissent cependant car des inclusions dorées parsèment leurs iris bleutées. Les elfes de la lune de mon village ont des regards similaires.

Nous sommes quelques familles demi-elfe à vivre ici, parmi eux. Le village de Nouëlling est paisible. J'y ai passé une enfance joyeuse et tranquille, élevée par ma mère, Elosha, une humaine au caractère doux et par mon père, Réval, connu pour sa bonté de cœur.

Mon père est un elfe. Il a quelque peu été mis à l'écart par les gens de son village quand, revenu après des années d'absence, il leur présenta ma mère et mon grand frère Hwarang. Ils regagnèrent confiance et estime en s’investissant dans la vie du village et personne ne s'offusqua de ma naissance ni de celle de Fina, ma petite sœur. Les enfants du village et moi nous entendions bien et nous passions nos journées au grand air. La forêt au cœur de laquelle notre village avait été construit n'avait plus de secret pour nous. Chasse, cueillette, rêverie au bord du ruisseau rythmaient notre quotidien. Il y avait peu de visiteurs dans ce petit village vivant en quasi-autarcie.

Un jour, alors que je venais de fêter mes 17 ans, je passais une journée complète à pister un daim. Je m'étais beaucoup éloignée du village et je ne parvins à rentrer qu’au crépuscule. Je me réjouissais à l'idée de déguster la soupe d’airelles et de champignons que ma mère cuisine si bien. J'écartais la dernière branche qui me masquait la clairière quand je vis un spectacle de désolation. Les maisons étaient détruites, pillées, certaines brûlées... Mais surtout c'était le silence inhabituel qui me hurlait cette catastrophe : pas un cri de détresse, pas un appel au secours, il n'y avait trace d'aucune personne fût-elle blessée. Rien. J’étais seule. Au désespoir, je fouillais le village et ses environs, essayant de mémoriser et d’interpréter chaque disposition d'objet éparpillé, chaque inclinaison de branche cassée, chaque touffe d'herbe piétinée. Je ne trouvais aucune piste m'indiquant où chercher les êtres disparus Je campais dans les ruines de ma maison, ne pouvant empêcher mes pensées de rejoindre les miens. Au matin naissant, un bruit sec de brindille écrasée me surpris dans ma torpeur. Un demi-orc que se tenait devant moi, me scrutant méthodiquement. Son air impassible ne me permettait pas de reconnaître en lui un ami ou un ennemi. Mon corps entier se tendit, j'étais prête à me défendre lorsqu'une voix basse et gutturale me cloua sur place « Tu vis ici petite ? ». Je déglutis avec peine et lui fit un signe d'assentiment de la tête, la raideur de ma nuque me rappelant vivement à la pénibilité de la nuit C'est alors que j'ai aperçu l’insigne épinglé à son torse pourtant en évidence sur sa cape : Un Ouroboros rouge. « Viens avec moi. » Je le suivis, répondant à ses questions sur les lieux de vie du village, nos habitudes, les récents événements de la vie de ma communauté. Il tiqua lorsque je lui parlais des lanceurs de sorts si habiles à nous protéger d'ordinaire. Une troupe de miliciens de l’Empire s'activait dans le village à la recherche d’indices. Il y avait aussi un gnome, Notang, qui marmonnait en agitant les bras, le seul à avoir le même insigne que le demi-orc. Le gnome inspecta des marques laissées dans les bois : « Svassingard, regardes ça ! » nous interpellé ce dernier. le demi-orc grogna un borborygme que j'ai hésité à valider comme une marque d'intérêt ou une incitation à lui ficher la paix. Il se pencha et acquiesça d'un hochement de tête. « La piste est bien celle des gnolls que nous avons identifiés et ce sont bien l'empreinte de leurs armes. Il n’y a plus rien à faire. Allons-y ». Alors qu'il s'éloignait et rassemblait ses hommes, je courus me joindre à eux. Svassingard tenta de me laisser derrière eux mais je m’entêtais et il finit par céder. Je ne savais pas alors que ce n'était que la première des bien nombreuses fois que je talonnerais celui qui allait devenir mon mentor. La piste qui menait à ma famille était perdue et je crois que Svassingard se sentait coupable et qu'il essayait de compenser cet échec en prenant soin de moi. Il fut à mon égard aussi bienveillant qu'il était bougon et taciturne en société. Il m’enseigna tout ce qu’il connaissait : c'est-à-dire sa manière toute personnelle de pratiquer son métier de limier. Ses collègues de l’Ordre Rouge se prirent d'affection pour moi. Je leur fus très utile, étant discrète et agile : ils m’employaient à de petite tâche d'éclaireuse ou de messagère. Les missions devinrent de plus en plus ardues au fil du temps mais aussi de plus en plus variées : exploration, figuration en société…

Un matin d'automne Svassingard vint me voir il semblait soucieux. Il m’annonça qu'il partait pour une quête qui risquait d'être longue et qu'il ne fallait pas que je l'attende. Tout ce que je savais c'est qu'il allait affronter des orques car je surpris une bribe de sa conversation avec l'un de ses collègues.

Je m'appelle Shaska, je suis demi-elfe et ça fait maintenant deux ans que mon mentor a disparu. Au cours de mes enquêtes mes collègues se moquent gentiment de moi me comparant à Svassingard. Il faut dire que je suis aussi têtue que lui, que je peux être taciturne et rêveuse tant que je n'ai pas résolu une affaire. Mais je deviens euphorique et enjouée dès que j'en ai découvert l'issue. Je supporte mal l'autorité notamment lorsqu'elle me contraint dans mes méthodes alors que j'aime utiliser les techniques un peu spéciales de mon ancien mentor mais je me contiens car l’Ordre Rouge passe avant tout. »

et pour le second, l'accouchement du Background a été plus laborieux et en plusieurs phases :

« Je porte un masque en permanence pour cacher les cicatrices honteuses laissées par le combat contre mon frère, j'ai décidé de porter ce masque jusqu'au jour où j'aurai vengé mon honneur en battant ce dernier.

Ayant passé ma vie à errer dans la forêt ou à voyager, je suis très mal à l'aise en ville particulièrement en la présence d'orcs, je sens le poids de leurs regards.

Forcé à mes 20 ans à affronter mon frère pour déterminer le nouveau chef de clan, je perds le combat et suis contraint à l'exil. J'èrre alors dans la forêt avant d'être pris son l'aile de chasseurs nomades venus du sud qui m'emmènent avec eux dans leur périple. Plus tard des Fièlons attaque la caravane, je les traque avec l'aide de mon père adoptif Akhram et de mon mentor en devenir (Tokaï) qui me permettra de sauver les survivants. à l'issue de cette épisode je décide avec l'aval de mon père adoptif de suivre Tokaï pour entrer dans l'ordre rouge. Mon père me lègue alors son cimeterre, une arme comportant des runes dont j'ignore la signification. »

Nous travaillons alors ensemble sur le développement de la partie « après tes 20 ans » dont voici la prise de notes :

« A tes 20 ans, tu as subi la défaite contre ton frère jumeau qui te vaut l'exil de ton clan. Tu as erré pendant quelques semaines, vivant comme tu le pouvais, subissant la faim et le froid à travers la forêt. L'envie de vivre t'avais presque quitté lorsque tu fus recueilli par une famille d'humains, un clan de nomades chasseurs venus du Sud (typés sarrasins), fuyant une guerre tribale. Ils accompagnaient une caravane marchande. Chacun y trouvait son compte : les nomades étaient plus facilement tolérés aux abords des grandes villes et la caravane étant massivement accompagnée d’une petite tribu de 30 âmes (dont 8 femmes et 12 enfants) avait moins de risques de se faire attaquer par des bandits. Quelques années plus tard, tu as 27 ans un triste jour d'été, (ta communauté nomade avait quitté depuis longtemps la caravane), vous avez été attaqués par des (race ou type au choix qui te fera un bon ennemi en plus de ton frère. Tu peux regarder dans le livre de règles à la section "rôdeur" pour t'aider) au pied des Montagnes Ocres (entre Syl Gaedrim et l'Empire, proche de ta forêt natale). Tu avais à peine 27 ans et ta nouvelle famille s'est fait attaquer alors que tu étais parti vendre des peaux avec ton père adoptif à la ville. A votre retour, vous avez retrouvé le campement détruit, pillé. Les hommes morts, femmes et enfants kidnappés. Vous avez suivi leur piste et rencontré en chemin une personne (Tokaï, un Sangdragon d'une soixantaine d'années, 2 mètres. Ses écailles sont oranges tirant vers le rouge à leurs extrémités. Des yeux verts flippants quand on croise son regard de nuit. Une voix caverneuse. Il garde toujours le contrôle de lui-même en toute situation, un flegme incroyable) Portant une longue cape noire élimée et un insigne en guise de fibule : un ouroboros rouge. Il a suivi avec vous la piste des kidnappeurs (qu'il suivait déjà depuis 1 mois) et vous êtes tombés sur leur camp. Ce nouvel allié refusait de vous laisser attaquer le camp, il disait qu'il fallait en référer au magistrat compétent et faire intervenir une troupe dédiée au combat... Ton père et toi étiez insensibles à ce discours et vous avez attaqué. Malgré votre infériorité numérique, tu te refusais tellement à mourir sous leurs coups que tu as fini par les mette en fuite. Tu as clairement compris que l'aide de votre nouvel allié avait sauvé la vie de ton père. Ce nouvel ami est resté quelques jours avec vous, semblant vouloir sonder ton âme, savoir si d'où te venait cette rage de vivre et cette bonté. On ne croise pas tous les jours quelqu'un prêt à mourir pour un clan qui ne semble pas être le sien et dont les membres ne sont pas de la même race ! il finit par te proposer de vous accompagner vers un monastère pour mettre tout le monde en sécurité. Au fil des soirées au coin du feu, ton nouvel ami te raconte ses aventures et son métier : il travaille pour l'Ordre Rouge. Il enquête et traque tout ce qui sort du "normal". Les démons qui viennent des mondes miroirs, les sorciers fous qui veulent acquérir le pouvoir par la force et la fourberie, etc. c'est son rayon. Ton père voit les étoiles dans tes yeux lorsque tu entends toutes ces histoires, et il te lègue son cimeterre le jour de ton départ de la tribu. Tu as, à présent un mentor qui t'apprend son métier depuis 3 ans et tu vas bientôt entrer dans l'ordre... »

Le joueur a ensuite voulu ajouter :

« Tokaï a très vite considéré que les bases de mon entrainement à ses côtés consistaient avant tout à apprendre à contrôler mon tempérament impulsif par des exercices de méditation et de combat en phase défensive.

L'un de ses exercices préférés consistait à m’attacher à un arbre et à m'insulter copieusement pour exciter ma rage, je réussissais l'épreuve si je ne broyais pas l'arbre auquel j'étais attaché. Un autre exercice consistait à me tapoter le front avec une petite cuillère jusqu’à ce que celle-ci soit trop pliée pour pouvoir continuer, ce faisant il répétait sans s'arrêter la phrase : "la cuillère n'existe pas, la cuillère n'existe pas...". Je tentais alors vainement de lui expliquer que la bosse sur mon front attestait de l'existence de cette $*#!$? de cuillère, sans résultats.

Il m'a enseigné la technique de la "course accroupi", une technique incroyablement efficace permettant de diminuer sa hauteur de plusieurs pieds, "le secret c'est de bien monter les genoux" avait-il précisé. »

Voici leurs notes d'une première séance de près de 3h :

Départ de FLAAR pour retrouver vos mentors à VERCOL

Rencontre caravane, des gnolls ont attaqués la caravane de messire Garmont. On a tué 2 gnolls (la matriarche).

Nous sommes arrivés à Vercol, avons fait du shopping (flèches et mug). A l'auberge du renard apaisé, nous avons fait lavés nos vêtements, nous sommes restaurés, avons joué aux osselets. Puis l'heure de l'arrivée de nos mentors est arrivée mais eux pas. Inquiets car l'aubergiste avait entendu les mentors dire que nous "les retrouverions", nous décidons de partir à leur recherche en prenant la route de Norpont. Nous emmenons aussi Helle, une villageoise que Kaor voulait absolument sauver de son destin de mariage forcé. Après une nuit agréable passée dans une forêt sensée être hantée selon les rumeurs circulant à Vercol, nous arrivons au relais du Corbeau d'or. Visiblement nos mentors ne sont pas là.

Passage lvl2

Shasca prend 1 niveau d’ensorceleuse (draconique)

Kaor prend un niveau de rôdeur

J’ai hésité avant d’acepter le lvl d’ensorceleuse comme j’en ai parlé plus haut. Le monde avec la magie strictement contrôlée peut desservir ce choix. Mais je compte tenter de le rendre intéressant dans l’histoire du personnage.

Afin de justifier le lvl d’ensorceleuse de Shasca, je rédige cette ADJ qu’elle trouvera sur les restes de son mentor dans quelques séances :

Journal de Svassingard

(…)

Je reprends la recherche de la Dracomancienne qui a fui l’Empire. J’ai appris récemment que son mari, Réval, était en réalité un ancien membre des « Manteaux Gris ».

Selon mes espions, la Dracomancienne et son mari ont eu un garçon qui doit avoir un an tout au plus. Ils se sont réfugiés en Syl Gaedrim.

L’Ordre Rouge me demande de cesser les recherches en Syl Gaedrim pour ne pas créer d’incident diplomatique. Réval a joué de son influence pour se cacher au palais de la Reine Eternelle.

(…)

Malgré les instructions de L’Ordre, je continue en territoire Elfe. Quand le lapin sortira de son terrier, je serai là…

(…)

Après une année de planque en Syl Gaedrim, je suis escorté par les gardes de la Reine qui ont fini par me repérer. Raccompagné à la frontière Impériale, je suis attendu par Notang, un Gnome-ensorceleur. (…) Il m’annonce que nous devrons travailler ensemble à présent. Je comprends par-là que l’Ordre veut me surveiller.

(…)

Plusieurs histoires au cours desquelles Notang et Svassingard deviennent amis, inséparables. Souvent, ils s’affrontent verbalement sur la meilleure façon de gérer les situations, Notang étant plus « gentil » et Svassingard plus « expéditif » dans leur vision de la justice Impériale.

Svassingard en veut un peu à Notang d’avoir un jour laissé filer une jeune fille adepte de magie noire, profitant que Svassingard s’occupait de vérifier que le petit frère ne cachait rien dans ses intestins…

Dix-Huit ans ce matin, je fête le dix-huitième anniversaire de mon « rapatriement » musclé et voilà que ressurgit ma proie. Les nouvelles arrivent comme une écaille dans mon gruau : La Dracomancienne est toujours en Syl Gaedrim, avec son mari, un fils de dix-neuf ans, et maintenant deux filles, l’une dix-sept ans et la dernière fête ses treize ans. C’est cette dernière, Fina, qui intéresse l’Ordre. Les Oracles ont détecté sa présence et souhaitent qu’elle soir amenée de toute urgence à Mystiantrios.

(…)

Les recherches avancent bien, entre le tact de Notang et mes interrogatoires plus « musclés », nous retrouvons la trace de la chère petite famille.

L’ordre reçu est simple : élimination de la famille à l’exception de Fina que nous devons ramener sous bonne garde. Je fais venir des miliciens de l’Empire et nous obtenons un laissez-passer pour notre intervention.

(…)

La Dracomancienne a utilisé sa magie cette nuit. Elle a créé une faille et un monde miroir s’est ouvert tout autour de leur village, comme une douve pleine de la fange putride d’outre-monde. Mais cette magie est instable elle n’avait pas prévu que cela pouvait se retourner contre elle. Une armée de Gnolls en a surgit et a tout emporté sur son passage. Notang et moi nous sommes cachés, impuissants face à la supériorité numérique de ces monstres à tête de chacals. Nous avons envoyé un message aux miliciens que nous avions mis en poste dans un village proche. Le temps qu’ils arrivent, le monde miroir s’était refermé et il ne restait rien. A part une jeune fille Une jeune demi-elfe nommée Shasca.

Notang l’a sondée et m’a affirmé qu’elle ne faisait pas partie de la famille de la Dracomancienne et qu’elle ne possédait aucun pouvoir magique.

J’ai décidé de la garder avec nous. Je perçois en elle une force et une rage qui me rappellent un peu moi à son âge. Bien formée, elle pourrait devenir un excellent membre de l’Ordre.

(…)

Journal de Notang

(…)

J’ai fait entrer mon esprit dans un mulot qui réside sur leurs solives. Pourquoi Elosha a-t-elle lancé un sort de suggestion à sa fille afin qu’elle parte chasser ?

(…)

Elosha n’aurait jamais dû ouvrir ce portail. Elle a voulu protéger sa famille j’en suis certain, mais à quel prix.

(…)

La Matriarche Gnoll est une guerrière extrêmement puissante. Je n’en avais jamais vu de pareille : sa toison est rouge sang, elle dépasse tous les membres de sa troupe d’une bonne tête, sa gueule semble avoir été brûlée à l’acide sur tout le côté droit et elle porte une armure noire comme la nuit.

(…)

Je ne peux pas me résoudre à laisser Svassingard tuer cette gamine. J’utilise mes pouvoirs sur lui afin qu’il l’épargne, il ne doit jamais savoir qui elle est. J’utilise alors un puissant rituel sur elle aussi, afin qu’elle ne parle jamais devant Svassingard de sa famille. Je sais que si un jour ce secret est découvert, elle et moi seront exécutés.

(…)

Shasca est devenue une recrue incroyable. Je regrette tellement qu’elle ait encore subi la perte d’un membre de sa famille. Svassingard n’a jamais fait montre de beaucoup de tendresse envers elle, mais je vois bien dans son regard qu’elle revit les mêmes émotions que lors de la disparition de sa « vraie » famille. Elle avait déjà une haine féroce envers les Gnolls, maintenant c’est le tour des Orcs. Il ne faut pas qu’elle vive dans la haine. Je ne trouve pas les mots. Je ne sais que faire.

(…)

Je dois assurer seul sa protection et son apprentissage. Il voulait tellement la garder près de lui qu’il refusait de l’inscrire pour Mystiantrios., mais Shasca est prête à faire son noviciat.

(…)

Ils trouveront aussi ces objets magiques à l’atelier de miroirs à Norpont (oui, à l'atelier, pour 2 raisons : leur donner un avantage lors des prochaines rencontres et parce que je considère que les mentors ont été désarmés à la miroiterie, pour ne prendre aucun risque...) :

CARQUOIS DE L’INFINI

Objet merveilleux, Unique

(harmonisation requise)

Carquois en cuir noir. Il est orné d'un symbole de l'infini : un dragon noir en métal qui se mord la queue en formant un "8".

Il contient en permanence 20 flèches. Dès qu'un flèche sort du carquois (quelle qu'en soit la raison) une nouvelle flèche y apparait. Si on le retourne, les flèches ne tombent pas. Chaque flèche est magique et réalise une réussite critique sur 19 ou 20.

Au bas du carquois, 3 lettres d'argent : LSE

PIERRE D’ENERGIE

Bague, Rare

(harmonisation requise)

Bague en Or sertie d’un rubis.

Permet de stocker 3 niveaux de sorts en bonus.

GANT DU SERPENT

Objet merveilleux, Unique

(harmonisation requise)

Gant en cuir rouge. Un serpent gravé en fait plusieurs fois le tour. En le regardant attentivement, on peut le voir bouger. Lors d’une attaque portée au CàC, le serpent se déplace vers l’ennemi et le mord.

Confère +1 en Attaque CàC et inocule un poison qui fait 2 pts de dégâts par Rd pendant 10 Rds (non cumul).

Nourrir le serpent : Il faut lui donner à minima l’équivalent d’1 kg de viande chaque semaine (en 1 fois) sous peine de perdre ses avantages.

Cela peut sembler un peu fort pour les personnages, mais ils ne sont que 2 et resteront 2. Je dois donc leur permettre de se sentir capables de lutter dans les rencontres… En plus, ils ont voulu joeur (sans se concerter) la même classe. Il va falloir compenser les manques au fur et à mesure. Je dois leur trouver le moyen de se soigner pas la suite (potions, objets magiques... je ne sais pas encore comment je vais gérer)

Seconde séance (3h) :

Arrivée au relais du corbeau d'or

Rencontres :

  • Skapti - demi-ogre, "homme à tout faire"
  • Gorgias TENODAMON - tenancier du relais
  • Katina TENODAMON - tenancière du relais
  • Elpir TENODAMON - 13 ans, fille de Katina et Gorgias. Négociatrice en culotte courte du relais qui veut acheter les ingrédients de Tymenes pour « pouvoir faire des potions revigorantes pour les héros !). Elle leur vend une potion 25 PO (« mais si papa apprend que je vous l’ai vendue si peu cher, je vais me faire disputer ») (ils ne savent pas encore qu’ils ne regagneront qu’1 seul PDV… Mais ce sera sûrement suffisant pour leur sauver la mise)
  • Anaxos PARIMEDES - demi orc, Rôdeur qui commerce avec le relais
  • Tymenes ARCHOLEPTOS - nain, commerçant coincé avec chariot cassé

Shasca achète un mug gravé pour son mentor Notang. Belle rigolade autour de cet aspect « touriste »du personnage qui s’en veut d’être parfois difficile avec son mentor et qui lui fait de temps en temps un cadeau. J’ajoute le carquois de l’infini dans les objets magiques (de toutes façons, je ne souhaite pas avoir à compter les flèches et bloquer encore plus les personnages dans leurs actions, donc cet objet ne me « coûte » rien et ajoute un aspect sentimental fort d’un mentor qui a fait créer un objet magique sur mesure pour Shasca)

Départ vers NORPONT avec Helle

Matin seconde journée, découverte faille + fiole cassée = embuscade ? Sang séché, traces au sol de brancards, objet au sol

suivi de la piste des brancards

laissé Helle à l'entrée de la forêt.

Découverte camp des Engoulevents (Orcs).

Les personnages attaquent (sournoisement) et tuent tout le monde sauf le soigneur nommé KUANYSH après l'avoir interrogé (mais pas de pacte entre eux pour tuer qui que ce soit.)

trouvé dans l'équipement des Orcs et pris armes elfiques d'origine inconnue.

retour vers Helle à l'entrée de la forêt.

retour vers relais corbeau d'or pour se reposer avant d'aller (enfin) vers Norpont

Nous joueront demain la suite, ils vont donc découvrir le Relais du Corbeau d'Or ravagé...

J'ai peu de temps avec la vie de famille, mais je vais essayer de tenir des notes au fur et à mesure pour vous dire ce qui se passe à notre table plaisantin

Wilfrid

avatar

Je précise qu'à cette heure, j'en suis encore au milieu de la S4 de RnP. Je n'ai donc pas encore vue les épisodes de la S5 (je ne dis pas çapar peur des spoils, juste parce que je n'ai QUE les gazettes pour me diriger)

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ronan2505
avatar
Evil Wilfrid Coyotte

POur ton problème de soin sache que le rodeur a quelques capacité de soin magique

Sort niveau 1 : baies nourricières( crée 10 baie qui nourrie une personne pour la journée et guérie 1PV, une seule ingestion efficace par jour), soins des blessures( portée toucher soigne xd8 par niveau d'emplacement de sorts utilisé+ bonus de sagesse PV)

Sort de niveau 2: protection contre le poison( durée 1h portée toucher), restauration inférieure( soigne les maladies ,ou bien met fin à un état spécial qui l’affectait, parmi aveuglé, assourdi, paralysé ou empoisonné.avec une portée toucher)

Les emplacements de sort de niveau 2 sont accessible au niveau 5( donc gazette 4 ) pour lancé soit des sorts de niveau 2 ou lancé un sort de niveau 1 en emplacement de niveau 2 ( par exemple un soin soignant 2d8+ modificateur de sagesse)

Au vu de l'univers avoir un personnage qui a la compétence premier soin est un plus si tu veux que les héros ne se fatigue pas trop vite ( voir l'ajout de règle figurant dans la gazette 1)

edit j'oublie : les rodeurs ont accès à 2 emplacement de sort de niveau 1 quand ils passent au niveau 2. Hors le demi-orque, personnage que joue l'élu du coeur de ta frangine est niveau 2.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Evil Wilfrid Coyotte
avatar
Ronan2505

Merci pour ces précisions, je les ai laissé gérer leurs persos, mais je vais m'y intéresser de plus près pour les aider un peu

avatar

bonjour,

dans la gazette n°4, il est dit que Chrysée a certainement les Ouroboros des mentors lui permettant d'accéder à la forteresse. Mais, normalement, dans le scénario 2, les personnages ont récupéré les Ouroboros sur les cadavres de leur mentors... n'avais-je pas bien compris?

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Lumpawaroo
  • et
  • Julien Dutel
avatar
Sansfi

non c'est juste ce que croit Ctiménée, elle n'est pas omnisciente, donc c'est ce qu'elle en a déduit du rapport des éclaireurs sur les mentors des pjs

avatar
Sansfi

Déjà ils ne les ont pas forcément récupéré. Mais c'est surtout la conclusion de Ctiméné. Charge aux PJ de dire "ah non, c'est nous".

avatar

Et si Chrysée justement n'a pas les ouroboros des mentors, comment accède t-elle à la forteresse? On suppose qu'elle a attaqué d'autre représentant de l'ordre?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Julien Dutel