[Joan of Arc] Premières impressions 478

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Joan of Arc

avatar
joer

Juste deux petites remarques :

Il est bien expliqué en préambule que JoA n'est pas vraiment conçu à destination des débutants, il y a même un petit chapitre qui indique quelques JdR d'initiation.

Tu as galéré pour créer un PNJ parce que tu es parti du principe qu'il fallait suivre les règles de création d'un PJ. Un PNJ peut être beaucoup plus simple à créer.

Déjà il y en a un certain nombre tout faits à la fin du livre, et ensuite tu peux broder autour des PNJs tout construits à la fin du livre pour les modifier et en créer des personnages uniques... Par contre effectivement je n'ai pas souvenir que le processus pour créer/modifier des PNJs ait été décrit en détail, j'espère que ce n'est pas un oubli !

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Julien Dutel
  • et
  • joer
avatar
MRick

C'est pas un oubli, c'est une question de place. content

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Dohnar
avatar

Je viens de m'apercevoir d'un petit manque, pas grand chose et je peux me tromper : il me semble que la notion d' "arme de guerre" n'est pas définie dans JoA. J'ai dû me référer à H&D pour la retrouver. Donc, si jamais il y a un jour une deuxième édition, n'oubliez pas.

avatar
Julien Dutel

C'est un choix plutôt. C'est dommage pour un livre censé être autonome.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Julien Dutel
avatar
Dohnar

Bien sûr que c'est un choix : le choix de créer une série de profils de PNJ aussi complet que possible pour que le jeu soit bien plus plug and play.

Il y a 39 profils de PNJ rien que dans le livre de base couvrant quasi toute la société médiévale, plus des variantes, plus des PNJ singuliers qui montrent aussi comment personnaliser un PNJ... Plus le système piétaille/sergent/capitaine qui permet de varier encore un peu.

Il n'est pas super dur de trouver un profil qui va bien et de l'ajuster un peu, de rajouter une compétence ou deux, de changer les sauvegardes et les aspirations, etc... Dire que le livre n'est pas autonome c'est un peu exagéré. On peut partir de n'importe quel profil du bestiaire pour créer un PNJ quasi sur mesure.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Atlatch
avatar
Julien Dutel

Oui, et pour le coup c'est un choix plutôt intelligent : je serais surpris qu'il y ait énormément de gens qui débutent le JdR avec JoA...

avatar
joer

Si ça peut te rassurer, ça fait presque 30 piges de je suis MJ, et j'ai testé du AD&D2, D&D3.5 sur plusieurs univers, H&D plus récemment et décidément je n'arrive pas à me mettre dans la logique de ce système, ça me paraît toujours alambiqué et fouillis sous un vernis de simplicité. Bon, j'en prends acte, j'y suis hermétique, c'est pas très grave, et je joue sur d'autres jeux.

Quant à JoA, quand je le recevrai (en français), ce sera pour bouquiner et rêver (je fais confiance à Thomas pour ça), pas pour jouer a priori. Ou alors il faudra que j'invente un autre système de règles.

avatar

D'accord avec cela.

D&D a quelque chose du système axiomatique, et c'est encore plus vrai avec D&D 5. Pour comprendre l'application de l'usage de telle arme dans telle condition, il faut croiser une information de la page 17, avec une information de la page 219, un tableau de la page 54, et les appliquer à la règle de la page 57 sans oublier la règle page 32 car le particulier prime sur le général, mais pas dans ce cas-là, c'est écrit dans l'autre livre page 234. En somme : en vertu de l'application de tel axiome, de telle proposition, selon tel lemme, on obtient telle résolution. C'est beau, mais ça demande une certaine gymnastique de l'esprit.

De surcroit, le système ressemble à un patchwork de compromis, avec leur historicité. Par exemple, la valeur des caractéristiques ne sert à peu près plus à rien (sauf pour leur progression, et le calcul du poids portable, si ma mémoire est bonne), elle est surtout une survivance sédimentaire des éditions précédentes.

PS : sauf que j'adore ce système. Allez comprendre.

avatar
MRick

Mea cupla, j'ai écris PNJ par erreur mais c'était bien un PJ que je créais "pour tester", le premier quoi - inconsciemment s'en est un de PNJ car il ne sera pas joué, je laisse tuoujours bien sûr les joueurs libres de leurs créations sauf à créer des pré-tirés dans une optique partagée de jeu rapide-

Donc oui je suis d'accord avec Julien et toutes les réponses suivantes. Les PNJ sont assez nombreux et bien ficelés, ce n'est pas un gros soucis, je critiquais plus la création de PJ, désolé de la petite confusion, laquelle permet quand meme au passage de souligner qu'il y a eu un bon effort de fait sur les PNJ plaisantin

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Julien Dutel
avatar

D'accord avec cela.

D&D a quelque chose du système axiomatique, et c'est encore plus vrai avec D&D 5. Pour comprendre l'application de l'usage de telle arme dans telle condition, il faut croiser une information de la page 17, avec une information de la page 219, un tableau de la page 54, et les appliquer à la règle de la page 57 sans oublier la règle page 32 car le particulier prime sur le général, mais pas dans ce cas-là, c'est écrit dans l'autre livre page 234. En somme : en vertu de l'application de tel axiome, de telle proposition, selon tel lemme, on obtient telle résolution. C'est beau, mais ça demande une certaine gymnastique de l'esprit.

De surcroit, le système ressemble à un patchwork de compromis, avec leur historicité. Par exemple, la valeur des caractéristiques ne sert à peu près plus à rien (sauf pour leur progression, et le calcul du poids portable, si ma mémoire est bonne), elle est surtout une survivance sédimentaire des éditions précédentes.

PS : sauf que j'adore ce système. Allez comprendre.

Jay

De mon côté, ton retour me rassure. J'avais l'impression d'être débile, après avoir fait du jdr pendant 20 ans et arrêté (disons à part 1 ou 2 parties par an) pendant 10 ans, j'avais l'impression de n'être plus assez bon en assimilation de règles, pas assez en tout cas pour me sentir capable de gérer celui là (juste la partie règles et fiches PJ bien sûr, pas l'époque ni les scénarios)...

En conclusion, je pense qu'il va me falloir m'habituer, et faire mon tri entre "les bonnes" règles à garder et tout le reste à abandonner ou à simplifier. Si pour l'écriture de scénarios ou aides de jeu, je prendrai en compte toutes les règles, il me semble salutaire de simplifier tout ça pour que mes parties restent gérables et sympas (pour ne pas stresser avec trop de régles spéciales à tiroir ou avec des oublis de règles). Je pensais pas avoir à devoir reprendre le système mais c'est sûr que pour les passages de niveaux, ces pouvoirs automatiquements gagnés (pas même choisis) ne me plaisent pas du tout. Je ne connais pas d'autre jdr où on te force à gagner des bonus "non choisis" en progressant.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Thomas Robert
  • et
  • MRick
avatar
joer

Je te propose un truc : crées les PJ en utilisant l'ordre du livre. Pas d'allers-retours. Laisses-tois guider. Tu as une idée globale ? Très bien. Mais laisses toi guider par le livre.

Choisis ton origine, puis ton historique, puis ta classe. notes les bonus, tires tes caracs... et hop. Le livre (je trouve, et ce n'est pas moi qui ai écrit cette partie) guide bien, en réalité. Et faire les choses dans l'ordre est même très intéressant parce qu'il construit ton personnage de sa naissance au jour où l'aventure commence. On peut avoir un historique totalement différent de sa classe, créant son histoire morceau par morceau (historique de soldat et Sage, on a un ancien soldat entré dans les ordres, par exemple).

Ca demande de changer un peu la manière de faire, ne pas concevoir un personnage en background puis tenter de faire coller la technique, mais laisser les choix techniques former ton perso. C'est un peu la force, je trouve, de cette 5e édition.

Et honnêtement, vraiment, les règles ne sont pas compliquées. Les aspirations ajoutent une couche mais comme tu n'as pas de sorts (les rituels sont des mini règles, mais à la charge du joueur et surtout limités en nombre), c'est quand même quasiment toujours 1d20+bonus vs difficulté pour toute action quelle qu'elle soit.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • joer
avatar
joer

N'hésite pas à utiliser les tables aléatoires, aussi, pour la création de perso. Je le fais quand je créé des groupes de prétirés, et ça me fait gagner un temps considérable.

Après, je comprends que ça paraisse intimidant au début. Cela dit, on s'y fait. Et il faut aussi comprendre, côté MJ, que c'est un outil de partage de la compréhension du système. Le MJ n'est pas vraiment censé connaître sur le bout des doigts les capacités de chaque perso avant le début de l'aventure. Il faut que les joueuses s'impliquent dans la connaissance de la technique de leur perso, et profiter du fait que la progression en niveaux permet un apprentissage par paliers. content

avatar
joer

C'est amusant parce que moi aussi je suis un peu frustré par ce côté "bonus obligatoires" donnés à chaque niveau, mais pour avoir testé d'autres JdR offrant beaucoup plus de choix, clairement ça complexifie beaucoup la chose.

Donc j'accepte ces "choix imposés" par soucis de simplification. Du coup je trouve ça antinomique avec le besoin de "simplification" évoqué... plaisantin

Si à chaque niveau tu dois choisir parmi 36 options, chacune ayant des pré-requis et des conséquences différentes je doute fortement que ça simplifie le jeu.

avatar

Lorsque j'ai préparé ma partie de test à JoA pour mon club de JDR, j'ai fait la classique création des pré-tirés que j'allais fournir en choix a mes joueurs testeurs.

Pour donner du contexte, j'ai été pendant un temps (aujourd'hui un peu lointain) un meneur satisfait à DD3.5 ... mais par le biais de la gamme D20 Dragonlance et ses spécificités.

Plus récemment je me suis rendu compte que j'avais grand peine à m'intéresser à D&D ... les niveaux et la magie vancienne ne me parlant plus vraiment.

Par dessus j'ai découvert la nouvelle édition de D&D (DD5 donc) et comme certains autres j'ai pressenti une aridité des options de jeu peu plaisante pour moi a priori.

Je me suis intéressé à JoA car la magie vancienne a disparue et parce qu'il propose des éléments de jeu en plus pour les combats et les gestions de compétences ... particulièrement une gestion de ressources et de risques pour les joueurs plus grande que dans DD5.

La création de JoA m'a paru assez simple et fluide (bon attention je suis meneur à Eclipse Phase et l'Oeil Noir V5 .. donc rodé aux systèmes purs de création de personnages par allocation de points ) ... et si les diverses combinaisons entre historiques et classes donnent des profils très intéressants , j'ai ressenti tout de même le fait que les variantes nettes de personnages qu'on peut créer ne sont pas si nombreuses.

Jetais très satisfait de mes pré-tirés, mais pour tirer une expérience assez variée et avec assez de capacités entre les mains des joueurs j'ai renoncé à faire des niveaux 1 ... j'ai créé des niveaux 4 pour qu'un don en plus vienne apporter un échelon de capacité supplémentaire (mais bon pour rappel les systèmes de niveau j'ai du mal en ce moment )

A l'usage ensuite, le TRÈS gros point positif de JoA a été pour moi les jauges de foi / superstition / pragmatisme . Leurs capacités à modifier les jets de dé apporte un vrai défi de gestion au joueur. Et en bonus cela peut apporter de vrais réflexions tactiques en parallèle avec les règles de combat (par exemple compenser l'effet de désavantage d'une man½uvre spéciale par l'effet d'avantage d'un point de foi dépensé ).

La belle cerise sur le gâteau ce sont les pouvoirs de foi, l'alchimie et les malédictions qui apportent un mysticisme totalement séparé de notions de classes de personnage. Mes problèmes avec la magie vancienne expliquent peut être ce goût.... en tout cas je regrette qu'il n'y en est pas plus de disponible dans les règles .

Donc au final pour moi JoA rajoute des éléments de gestion et de réflexion aux joueurs ... rendant ce jeu moins aride qu'un DD5 tel que je l'ai ressenti à la lecture (mais c'est une impression uniquement je n'ai jamais mener un DD5).

Par contre ce n'est pas un JDR que je vois pour mener une longue série de campagnes avec un même groupe de personnages.... pour moi (pour pleins de raisons de règles mais aussi de background) JoA est surtout adapté pour une histoire conçue spécifiquement pour un certain groupe de personnages. Donc plutôt un scénario où une campagne isolée amenant les joueurs jusqu'à un clap de fin définitif.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Atlatch
avatar
Dany40

Je suis encore loin d'avoir tout lu (je savoure) mais je suis d'accord avec toi au moins sur les jauges et la créa des personnages, que je trouve très bien fichues. Moi qui aime les setting low fantasy et le d20, j'ai peut-être bien trouvé la perle rare.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • WolfRider4594
avatar
Atlatch

Ce n'est pas du D20 mais du D&D5 SRD. Il y a quand même beaucoup de de différences avec le D20 dont il vaut mieux prendre conscience si on ne veux pas bêtemùent transposer les mauvaise habitudes du D20 et perdre ce qui fait les avantages du SRD.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Dohnar
avatar
WolfRider4594

Le D20 en tant que système ça veut un peu rien dire non ?

avatar

Le d20 c'est un dé :

Le d20 System, c'est un système de règles, comme BASIC, ou FATE, ou 5e (SRD D&D5) par exemple :

On parle de quoi précisément ici ? clin d'oeil

avatar

Alors attention .... habituellement quand on parle de "système D20" on fait référence à l'OGL D20, la version Open licence de DD3....

Ce message a reçu 1 réponse de
  • MRick
avatar

Oui, héhé je parlais bien du dé 20 ! L'objet ! ^^