Corsaire et reglement 10

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Pavillon Noir

avatar

Sur la page wikipedia des corsaire, il est écrit :

Règles administratives au retour de la course

  • Le capitaine corsaire déposait à l'Amirauté son rapport de mer dont l'examen par les officiers d'administration déclenchait une procédure de plusieurs jours.
  • Personne n'avait le droit de descendre à terre avant que les officiers d'administration n'aient dressé le procès verbal d'inspection du navire, vérifié que les scellés apposés par l'écrivain de bord sur les coffres, malles et armoires de la prise fussent intacts.
  • Ensuite ils apposaient leur sceau sur les écoutilles pour éviter que des parties du butin de prise ne fussent débarquées à la nuit tombée.
  • Enfin, ils interrogeaient les prisonniers et les menaient vers les prisons de la ville.

Alors seulement, l'équipage pouvait quitter le navire et attendait le verdict du Tribunal des Prises, nécessaire avant la vente aux enchères du butin de prise.

J'aimerai savoir si c'était juste la théorie, ou si, dans les antilles français, ces regles étaient appliqué précisement ? Sinon, est-il choquant de dire que certain gouverneur et/ou capitaine étaient laxiste et laissaient l'équipage déscendre de bord avant la fin de la procédure ?

(J'envisage un scénario qui commence en tant que corsaire durant la guerre de 7 ans)

Merci

avatar
Extrait de la page discussion de ce sujet sur wikipedia :
"S'agissant d'une distinction juridique, elle n'est réelle que dans le cadre d'un Etat de droit, et même d'un Etat de droit bien installé ; aux Antilles, quand la présence étatique et les tribunaux sont physiquement absents ou minimes, la distinction pirate/corsaire vole en éclats pour donner le flibustier. "
Donc je dirais que pour la guerre de 7ans, les règles devaient êtres appliquées précisément même aux Antilles. Pour le 17e siècle et la début du 18e siècle,ama, c'est le contraire les règles sont plus ou moins ignorées ou appliquées de manières assez laxiste aux Antilles. Où le pouvoir royal est plus faible que celui des gouverneur locaux. Et appliquées plutôt précisément en métropole où le pouvoir royal est plus fort que celui des gouverneur locaux.
Pas sur que de telles règles existaient avant Richelieu ou Colbert, donc le milieux du 17e siècle toutefois. La manie de faire des règles pour tout et n'importe quoi et de vouloir tout réglementer, prend naissance avec ces deux là.
avatar
Donc je dirais que pour la guerre de 7ans, les règles devaient êtres appliquées précisément même aux Antilles. Pour le 17e siècle et la début du 18e siècle,ama, c'est le contraire les règles sont plus ou moins ignorées ou appliquées de manières assez laxiste aux Antilles. Où le pouvoir royal est plus faible que celui des gouverneur locaux. Et appliquées plutôt précisément en métropole où le pouvoir royal est plus fort que celui des gouverneur locaux.
Pas sur que de telles règles existaient avant Richelieu ou Colbert, donc le milieux du 17e siècle toutefois. La manie de faire des règles pour tout et n'importe quoi et de vouloir tout réglementer, prend naissance avec ces deux là.WolfRider4594

Pour donner quelques exemples :

- Woodes Rogers fait condamner John Auger et ses hommes, malgré l'absence d'un juge.

- Le gouverneur Spotswood envoit le lieut Maynard attaquer Barbe Noire en toute illégalité : il n'a aucune juridiction sur la Caroline du Nord.

avatar

Quelles que soient les règles en vigueur à l'époque, il faut se rappeler que la corruption était énorme, y compris en métropole. Les charges publiques ordinaires s'achetaient et se transmettaient par héritage, les offices étaient moins dans le commerce mais se transmettaient quand même par héritage lorsque le détenteur s'acquittait de la taxe paulette. Les douaniers étaient hautement corruptibles. A certaines époques, le commerce direct était interdit avec certaines colonies (privilège de la compagnie des Indes ou d'autres compagnies), mais là aussi les fraudes devaient être nombreuses.

avatar

En complément à mon message précédent, il ne faudrait pas croire que cela signifie que les corsaires ou les pirates pouvaient vendre librement leur butin et acheter librement ce qu'ils voulaient. La liberté de commerce était très relative à l'époque. Toute cette corruption implique plutôt que "tout est possible si l'on s'arrange" et donc qu'il faut payer. Cher, très cher. Bref, un corsaire peut parfois payer au gouverneur plus que les taxes sur sa prise, simplement pour ne pas devoir attendre la fin du procès de la prise, qui pourrait durer des années. Un pirate payera peut-être plus cher encore, à moins qu'il se soit entendu avec un "honnête commerçant" local.

avatar

Bref, un corsaire peut parfois payer au gouverneur plus que les taxes sur sa prise, simplement pour ne pas devoir attendre la fin du procès de la prise, qui pourrait durer des années.Sneak

Je ne sais plus quel corsaire a attendu 40 ans pour toucher les parts de prises

avatar

Cassard?

avatar

Cassard?

DSC1978

De mon souvenir, c'est au 19ème siècle.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • DSC1978
avatar
Renaud Maroy

Vue mes connaissances plus que parcellaires sur le 19eme en marine francaise, je ne vais pas t'etre d'une grande aide je le crains...

avatar

Donc, dans la seconde moitié du XVIIIe, même aux antilles, l'administration pouvait être tatillonne à l'excés et privé un équipage de sa prise tant que celle-ci n'avait pas été dument enregistré et validé par un juge.

Du coup, il faut jouer avec la coruption, la contrebande (on cache une partie du butin avant l'arrivé au port), etc. Ce qui peut donné de bonnes histoire annexe à la trame principal. content