Cookies

Utilisation des cookies

Pour le bon fonctionnement du site, nous utilisons des cookies techniques qui permettent de gérer votre connexion.
Nous utilisons des cookies Google Analytics pour le suivi anonyme de la navigation. Vous pouvez désactiver ces derniers dans votre navigateur.

Confirmation

Par défaut, nous conservons votre acceptation durant toute la durée de la session de votre navigation sur notre site.
Si vous êtes identifiés, nous conservons votre acceptation jusqu'à la prochaine modification de notre politique de cookies indiquée ci-dessus.


Recherche historien du jeu de rôle 27

Forums > Communauté > Actualité JdR

avatar
Bonjour,
je suis actuellement en train de travailler sur un projet de mini reportage vidéo pour présenter le jeu de rôle aux personnes externes à ce milieu et qui le considérent parfois comme un loisir bizarre.
N'étant pas de la génération de ceux qui ont vécu la naissance et les événements marquant de notre loisir préféré, je me tourne vers vous pour répondre à mes questions si ce la ne vous dérange pas.
-Quel fut votre premier jeu de rôle et en quel occasion l'avez vous acheter ?
-Pourquoi jouer vous au jeu de rôle ?
-Considérez vous que l'émission "Bas les masques." de Mireille Dumas et l'arrivée sur le marché ludique des jeux de cartes à collectionner a eu une influence trés néfaste sur notre loisir ou au contraire n'a pas vraiment changé la situation telle qu'elle était auparavant ?
-Quels sont les dates ( à peu près, pas exact exact les dates) importantes selon vous de l'histoire du jeu de rôle ?
-Quels sont les univers les plus importants que je devrait présenter selon vous aux néophytes ?
Voilà, en éspérant que vous me répondrez.
EDIT: je tiens à préciser que ce mini-reportage que je compte faire est en amateur.Ne vous attendez donc pas à de la haute qualité ( ce sera la qualité maximum que je pourrai produire  Smiley)
TOUS vos conseils sont les bienvenus ainsi que vos idées de questions !
avatar
Allez, je m'y colle !  Smiley
- Premier jeu de rôle. (je vais détailler, si tu le permets)
J'ai joué pour la première fois à "l'Oeil Noir" ce devait être en 1991-1992, j'avais onze ou douze ans. C'était chez un copain du collège.
Mon premier jeu de rôle (pro) acheté était INS/MV (2nde édition) en début 1993, pas d'occasion particulière (si ce n'est que je commençais à jouer en club).
J'indique, même si ça ne compte pas vraiment, que j'avais acheté auparavant (genre 1990), sur une brocante, un supplément de "L'Empire Galactique" - j'aimais beaucoup ce bouquin (que j'ai toujours) même si je ne savais pas vaiment de quoi il en retournait.
- Pourquoi le jeu de rôle ?
Complexe comme question. Parce que j'aime ça ! Pourquoi ? Parce que c'est convivial (j'adore me retrouver avec des potes autour d'une table) ; parce que j'aime lire, que j'aime la création imaginative qu'il y a derrière ce loisirs.
- Bas les Masques ! (je divise la question)
Je me rappelle que ça avait eu une mauvaise influence sur la vision du JdR par les médias, il y a eu une petite "mode" des faits divers (réels ou non) autour de cette influence néfaste. En revanche, je n'ai jamais trop vu les effets négatifs concrets de ces dénigrements.
Certaines personnes nous interrogeaient mais comprenez bien vite que c'était bidon et je n'ai jamais eu vent d'un jeune dont les parents ont refusé qu'il le pratique à cause de ces émissions.
- Magic (pour ne pas le citer)
Oui et non. Moi j'ai surtout l'impression que ça a diversifié le domaine ludique (hors jeu vidéo). Je ne suis pas certain que ça ait "pompé" des rôlistes ou potentiels rôlistes. Il y a eu beaucoup de jeunes qui se lançaient là-dedans, pas sûr qu'ils auraient fait du JdR. Par ailleurs, je connais assez peu de rôlistes qui ont lâché le JDR pour ne faire que du JdC.
En revanche, le JdR a (selon moi) commencé à perdre de la vitesse à cette époque. Selon moi, le lien avec les JdC tient plutôt au vieillissement des rôlistes, qui avaient moins le temps de faire des parties alors qu'un JdC ou un JdP est plus facile à organiser (et on peut mixer avec des non-rôlistes). C'est du moins comme ça que je l'ai vécu dans mon entourage.
J'indique, au surplus, que pour moi la perte de vitesse du jeu de rôle (qui elle-même est un sujet de discussion à lui seul, y'a-t-il vraiment eu un "âge d'or", loisirs confidentiel mais jamais mort) est plutôt lié au développement de la génération fast-food, jeux vidéos dans laquelle on veut tout et tout de suite...
Mais je fais mon vieux con là...
- Dates ? Quelques unes alors... ou période
1974 : Gary Gigax et DnD of course.
1980 : Création de Casus Belli - LE magazine français du JDR
1990's : ce que j'ai vécu comme l'âge d'or (mais c'est subjectif) - les premières grosses bombes françaises avec INS, Bloodlust, (et donc Croc) ou Nephilim
1999 : Dernier Casus (n°122) - le début de la fin ?
2003 : Multisim se casse la figure. Pour moi tout un symbole de la crise du JDR (mais c'est un peu subjectif).
Depuis c'est plus flou pour moi (vie pro et familiale). Le JdR semble reprendre du poil de la bête (sans exagérer son succès non plus, ça reste du loisirs de niche) et commence même à avoir la côte...
Causes en vrac (et au jugé) : sortie de LOTR, Harry Potter et cie (le fantastique devient à la mode), le développement des jeux INDIE qui a diversifié la manière de faire du JDR, génération 80 et la mode du rétro (ex: mode du remake) et par extension la mode geek.
- Univers "incontournables". Je parlerai plutôt de jeux mais c'est un peu pareil. Pour moi ils sont très emblématiques (même si moi ce ne sont pas - tous - mes préférés).
D&D, Cthulhu, Warhammer, Star Wars, Vampire (MdT) + Shadowrun et L5R peut-être...
Voilà. J'espère que ça aidera. Si ça rebondit, je compléterai, détaillerai !
Bon courage !
avatar
Rahyll à très bien synthétisé (dates, titres importants, etc)  Smiley
que peut on rajouter ?
on peut également parler des clubs à "l'époque" (les dates ? Alors là pfiouuu) et l'explosion du fanzinat papier qui était très important dans les 80's et 90's, sans oublier les titres majeurs de la presse rôliste hormis Casus Belli qui étaient Dragon magazine et Backstab.
Aujourd'hui on peut parler de "revival" grâce à l'apparition d'internet qui à permis à la fois l'émergence des e-zines grace à une facilité au niveau de la diffusion et l'accès à l'info continue à permis également de rapprocher les joueurs mais également de faciliter les ventes sur le net.
Dans le dates clés on pourrait également parler du system D20 en OGL qui permettait aux éditeurs d'exploiter le système D&D et qui a bien aidé le milieu pendant plusieurs années mais cet aspect est sujet à débat.
La mode "geek" et la démocratisation des univers imaginaires à tendance fantasy (et autres : fantastiques, SF, horreur) à la fois au ciné (Le Seigneurs des Anneaux, Harry Potter ...), dans les séries TV (Le Trône de fer ...) et dans les jeux vidéos consoles et PC (Wow ...) sans oublier la littérature (avec les éditeurs Bragelonne/Milady, Mnemos, etc qui ont énormément contribués à l'expansion du "genre" en France) et la mode du Bit-lit/Urban fantasy chez les jeunes ado/girls (Twilight ...) sans oublier la BD et les mangas (qui regorgent désormais de titres fantasy) ont contribués à l'acceptation du genre en France.
La plupart des JdR et le plus connu étant D&D ayant un thème fantasy il est désormais mieux accepté je pense, de jouer et d'initier au JdR. Tout le monde ou presque sait désormais ce qu'est un elfe, un nain ou les vilains orques et gobelins .
Le coté sectaire (vivace dans les 80's et 90's) à disparu au profit d'un aspect plus ludique, plus fun et les univers proposés attirent toute une nouvelle génération de joueurs habitués à côtoyer ces univers imaginaires sur d'autres supports (ciné, séries TV, BD, mangas, jeux vidéos, etc).
On pourrait  également parler des ouvrages actuels qui se sont nettement améliorés niveau qualité et qui contribuent certainement au renouveau du JdR (tout couleurs, papier de qualité, couvertures dures brochées et reliées, etc).
AMHA voilà quelques éléments en plus à ajouter au sujet mais corrigez moi si je me suis trompé.  Smiley
avatar
J'ai un probléme tout con  Smiley je ne sais pas quelle image mettre au générique.J'aimerais bien ne faire référence à aucun univers hormis celui du jeu de rôle.Des D20 ne serait pas très esthetique je pense.
avatar
une belle envolée d'un dé de chaque type.... tu peux jouer sur les coloris et pour le coup, ça c'est représentatif!
avatar
je vais essayer de trouver ça  Smiley merci pour l'idée
avatar
Dans les univers à présenter, je mettrais bien un ou deux classiques français et un ou deux jdr amateur pour être sûr d'élargir le spectre de ce qui est joué. Une mention sur les jeux historiques pour bien montrer qu'il ne s'agit pas seulement de mondes imaginaires pourrait être sympa aussi.
avatar
Rahyll a très bien expliqué la chose, et le complément de Rag Nar fait qu'il n'y a pas énormément de choses à rajouter. Mais j'ai quand même trouvé quelque chose.
Certains parlent de périodes noires, d'âge d'or etc. Il faut bien comprendre qu'il y a plusieurs périodes, et qu'elles ne correspondent pas toutes aux mêmes phénomènes.
Du point de vue des simple joueurs, il y a eu une période un peu difficile à vivre suite à Mireille Dumas et autres journalistes en mal de sensation, mais ça n'a pas fait diminuer le nombre de joueurs à mon avis, ça les a juste rendu plus discrets. Avant on parlait de notre loisir à qui le voulait, après on faisait attention à qui on en parlait.
Du points de vu des éditeurs Américains (mais aussi vrai en France au moins pour les boutiques), il y a eu une période difficile à la fin des années 90, et la mise en concurrence du JdR avec d'autres jeux (JCC), jeux vidéos. Je ne pense pas que le nombre de rôlistes aie beaucoup baissé à cette époque, mais il a peut-être cessé d'augmenter aussi vite, et peut-être qu'il est devenu un loisir moins exclusif. Par exemple certains joueurs font moins de JdR parce qu'il font aussi du JCC à côté. Et ils dépensent moins dans le JdR, c'est ça qui était difficile pour les éditeurs de JdR. Même si certains rôlistes ont pu arrêter complètement pour passer à autre chose, je connais aussi l'exemple inverse, des gens qui on commencé les JCC et puis en boutique on découvert le JdR et s'y sont mis. Cette période a été marquée par le rachat de TSR (le premier éditeur de D&D) par Wizards of the Coast (qui ont fait fortune grâce à Magic).
Enfin je plussoie sur l'année 2000 comme date importante, et c'est aussi une conséquence de la vague Magic. En effet, WotC après avoir racheté TSR, a décidé de faire une nouvelle édition de D&D. Et ce D&D3 a été accompagné de la licence OGL qui a permis à plein d'autre éditeurs de faire des choses compatibles. Il y a eu au début des années 2000 un foisonnement de nouveaux éditeurs qui se sont lancés.
Et il y a donc mécaniquement eu une plus grosse concurrence, les moins bons n'ont pas survécu.
Les standards ont évolué aussi, maintenant la plupart des JdR on l'intégralité de leurs pages illustrées en couleur, alors qu'il y a 15 ans, il n'était pas rare de voir du 100% noir et blanc, avec assez peu d'illustrations. Du coup les livres coûtent aussi plus cher à produire, et leur seuil de rentabilité n'est plus le même.
Cependant globalement, je ne pense pas que le JdR aie jamais été en régression. Il est fort possible que les nouvelles gammes se vendent moins bien que celles des années 80, mais il faut voir aussi l'immense choix qu'on a maintenant.
Il me semble que dans les années 80 il était possible de connaitre tous les JdR qui existaient, et d'y avoir joué au moins une fois. Maintenant ça me semble impossible (surtout si on prend en compte les JdR amateurs diffusés uniquement sur le net).
Même si le nombre de rôlistes n'augmente pas ou peu, je pense qu'ils continuent à jouer, mais comme il y a aussi plus de JdR, il est difficile pour un éditeur de s'en sortir.
avatar
-Quel fut votre premier jeu de rôle et en quel occasion l'avez vous acheter ?
-Pourquoi jouer vous au jeu de rôle ?
-Considérez vous que l'émission "Bas les masques." de Mireille Dumas et l'arrivée sur le marché ludique des jeux de cartes à collectionner a eu une influence trés néfaste sur notre loisir ou au contraire n'a pas vraiment changé la situation telle qu'elle était auparavant ?
-Quels sont les dates ( à peu près, pas exact exact les dates) importantes selon vous de l'histoire du jeu de rôle ?
-Quels sont les univers les plus importants que je devrait présenter selon vous aux néophytes ?
Karoom

Plein de choses très intéressantes et plutôt complètes ont été dites, je ne vais donc pas revenir dessus. Je vais donc juste rajouter quelques éléments plus "personnels" sur les premières questions. Smiley
- 1er jeu ? L'Oeil Noir, en 1985. Je pratiquais les Livre dont on est le héros depuis leur arrivée sur le marché français (1983 ou 1984 ?) et j'ai découvert L'Oeil noir, que j'ai aussitôt adopté avant de me trouner vers d'autres jeux que j'ai découvert ensuite... Smiley
- Pourquoi nouer au JdR ? Au fond, j'ai toujours adoré créer des histoires avec mes amis, que ce soit en les dessinant sur une feuille A3, avec des légos ou des playmos, ou tout simplement en "live" (façon GN mais non organisé !!!). Le JdR est l'un des moyens de faire celà, et celui que personnellement, je préfère. Smiley
- Bas les masques ? C'est vrai qu'on a parlé de "chasse aux sorcières" ou de choses du genre à l'époque. En regardant en arrière, je n'ai pas l'impression que ça a été aussi terrible que ça. En tout cas, en province, je n'ai pas "mal vécu" cette période, même si, comme ça a été dis, lorsque j'évoquais ce loisir, j'avais toujours l'impression qu'il fallait que je me justifie ! Ceci dit, j'ai souvenir d'un épisode d'une série policière française, "Le commandant Nerval" (qui n'a pas laissé un souvenir impérissable !) qui parlait d'un meurtre en lien avec le JdR. Mais le scénariste ne connaissait pas son sujet, avait mélangé plein de choses (satanisme, GN, JDR) pour en faire une bonne grosse bouillioe infecte. J'avais écrit un article pour le zine auquel je contribuais à l'époque, tellement ça m'avait énervé ! En tout cas, dépuis, l'effet Mireille Dumas s'est largement estompé ! Smiley
- les dates : je n'y reviens pas, tout a été dit comme il faut, me semble-t-il.
- les univers importants/jeux à citer : même si ça "m'énerve" (n'étant pas un inconditionnel !), je dois reconnaître qu'on ne peut pas ne pas parler de D&D, qui n'est pas un univers en soit (très loin de là d'ailleurs !), mais bon. Aujourd'hui, on a la chance d'avoir Pathfinder, qui est doté d'un univers qui et/ou une gamme qui m'attire beaucoup plus que D&D (est-ce une impression ou la réalité ?), et donc, c'est bien de le présenter aux néophytes !
A côté de ça, j'ai toujours constaté que l'Appel de Cthulhu passait très bien en jeu de découverte. De but en blanc, les joueurs néophytes ne sont pas trop destabilisés par les années 20, le côté "enquête" qui débute chaque partie. Et ensuite, on sombre petit à petit dans le fantastique, ça se fait en douceur. Bref, celui là, j'y tiens.
Après, y'a-t-il vraiment des jeux à préférer pour des néophytes ? Je ne suis pas sûr, ça dépend des goûts et des couleurs, de ce que les néophytes en question aiment en matière de littérature ou de cinéma (sont-ils déjà conquis par des genres comme le fantastique, l'heroic-fantasy, la SF ...
Voila ! Smiley
avatar
Et hop, un petit coup de "jdr générique" c'est pas bien. Ça manquait. C'est marrant qu'on entende pas ça pour Gurps, Savage Worls ou autre...
Et c'est pas comme si les univers ça manquait pour D&D...
Bref...
avatar
-Quel fut votre premier jeu de rôle et en quel occasion l'avez vous acheter ?
-Pourquoi jouer vous au jeu de rôle ?
-Considérez vous que l'émission "Bas les masques." de Mireille Dumas et l'arrivée sur le marché ludique des jeux de cartes à collectionner a eu une influence trés néfaste sur notre loisir ou au contraire n'a pas vraiment changé la situation telle qu'elle était auparavant ?
-Quels sont les dates ( à peu près, pas exact exact les dates) importantes selon vous de l'histoire du jeu de rôle ?
-Quels sont les univers les plus importants que je devrait présenter selon vous aux néophytes ?
Karoom

1) 1er JDR: Strombringer 1ere Ed acheté d'occase à un copain en 1991, peut de temps après mes premières parities de JDR (de Strombringer donc)
2) Pour jouer au JDR: Je suis un éternel enfant ayant toujours aimé s'inventer des histoires à base d'épées de guerriers etc... quand j'ai découvert le JDR, ce fut la révélation et un loisir évident.
3) Bas les MAsque? trop novice en JDR à l'époque ou en tout cas, pas interressé à "l'avenir" ou à "la place du JDR dans la société" à ce moment là. Ce que j'en sais je l'ai appris par des tiers, j'ai pas vu le roportage... et en fait, je m'en fout.
4) Je dirais la date de 'inventsion du JDR par le Père, mais je n'ai aucune idée de la date exacte... faudrait que je regarde sur Wikipedia...
5) aux néophites?... a mon avis un univers porteur qui leur parle et qui bénéficie déjà d'une solide notoriété hors JDR; genre Starwars ou Le seigneur des anneaux
avatar
(...) D&D, qui n'est pas un univers en soit (très loin de là d'ailleurs !), (...)
Marc S.

(Si, si... Les "règles" de D&D véhiculent leur propre univers, c'est un des rares jeux à savoir aussi bien intégrer système de jeu et setting dans un même mouvement (ce devrait être le cas de tous les systèmes qui cherchent à coller à un thème bien précis). Quand on crée et quand un utilise un perso de *D&D*, on joue *de fait* dans l'univers de D&D - le Dungeonverse -, et tout ce que ça suppose comme conséquences/paradigmes ludiques (et Crom sait qu'ils sont nombreux), sinon il faut modifier plus ou moins lourdement le système de base (attention, je parle bien de *D&D* et *pas* de ses déclinaisons...).
Alors certes, les modalités d'exposition de cet "univers" sont un peu particulières, et pas du tout classiques, par rapport à ce qu'on entend en général quand on parle "d'univers de JdR", = un ensemble d'informations indépendantes du système de jeu, présentées dans un mode très "académique" : histoire, géographie, religion, société, ambiance, etc. Le système de jeu, dans un monde idéal, doit modéliser cet univers et lui est totalement soumis. Ce n'est pas le cas dans D&D : le système *impose* l'univers de jeu et le gameplay/l'ambiance qui va avec. C'est ni "mal" ni "bien", c'est juste un autre moyen de manier les concepts de "règles" et "d'univers" de jeu (comme d'habitude, D&D suit et crée sa propre voie, et est même toujours à deux doigts d'envoyer balader le concept classique "d'univers de JdR", tant il se suffit à lui-même, en terme de gameplay et de scénarisation).
Du coup, contrairement à ce qu'on croit souvent, D&D n'est pas du tout un système générique. Il fait du D&D, avec un gameplay ultra orienté/cadré... (C'est aussi ce qui fait sa force, quelque part : "il fait du D&D", mais il le fait très bien.) D'autres systèmes "génériques" ont choisi une voie plus modulaire (GURPS ou le BRPS par exemple).
Désolé pour ce long HS...)
avatar
-Quel fut votre premier jeu de rôle et en quel occasion l'avez vous acheter ?
WarsaW, suite à une partie d'initiation avec un pote. Difficile poru moi de dire vraiment qu'elle fut mon premier JDR, car j'ai pas mal tatonné et espionné de parties avant de me lancer réellement.
-Pourquoi jouer vous au jeu de rôle ?
D'une part car il s'agit pour moi d'un loisir facile à mettre en oeuvre, mais aussi un loisir qui me permet de stimuler mon imagination et conçevoir mon propre matériel.
-Considérez vous que l'émission "Bas les masques." de Mireille Dumas et l'arrivée sur le marché ludique des jeux de cartes à collectionner a eu une influence trés néfaste sur notre loisir ou au contraire n'a pas vraiment changé la situation telle qu'elle était auparavant ?
Mireille Dumas: Là je me mets en contre-pied des commentaires réalisés par les contributeurs m'ayant précédés. Pour ma part, mes parents ont été très inquiets vis-à-vis de ce loisirs à cause des diverses critiques négatives, et par précaution m'ont savament tenu éloigné des boutiques et aassociations/groupes gravitant autour de ce milieu. A n'en pas douter, j'aurais accroché sur les JDR à mon adolescence, donc sur le tard des années 90. Ajoutez à cela le fait que nombres d'autres camarades de classe ou d'ailleurs ont eu le même genre de restrictions par leurs parents.
Cette découverte s'en est trouvé décalé d'une grosse dizaine d'années (vers 2005), indéniablement, cette découverte sur le tard est pour moi bénéfique car j'ai maintenant des envies de loisirs bien moins versatile qu'auparavant.
JCC: C'est un peu cela qui m'a permit de me lancer dans le JDR à vrai dire. Venir jouer en boutique avec quelques camarades, discuter cartes avec d'autres amis pratiquant le JDR, et de fil en aiguille, j'ai fini par tomber dedans.
J'ai pas vraiment l'impression que l'un parasite le public de l'autre, c'est plutôt que les souhaits et désirs des joueurs évoluent dans le temps et parfois on en arrive à devoir choisir l'un ou l'autre.
A noter que dans mon entourage roliste, certains s'inspire du JCC qui "fabriquer" leurs aides de jeu à utiliser directement en parties (cartes magic recyclés en cartes de sort D&D par exemple).
-Quels sont les dates ( à peu près, pas exact exact les dates) importantes selon vous de l'histoire du jeu de rôle ?
Peut-être parler de quelques dates autour de la virtualisation des tables de JDR? Je pense notamment à l'apparition des logiciels tels que Rolistik ou Fantasy Grounds (liste non exhaustive). Ces logiciels ont à mon sens un rôle indéniable dans les possibilités d'organisation de parties, et donc dans la démocratisation du JDR. Faut-il y voir un lien de causalité avec la reprise du JDR? Je ne m'y risquerais pas, mais il doit quand même y avoir un impact.
-Quels sont les univers les plus importants que je devrait présenter selon vous aux néophytes ?
Je rejoins les propositions déjà faites. Des univers jouissant déjà d'un succés dans d'autres domaines, mais par contre ne pas tomber dans un autre excés, à savoir vanter (trop), les licences commerciales (évitons de brusquer les intégristes de l'anticommercial  Smiley)
avatar
Par rapport à Bas les Masques et la campagne anti-jdr qui a suivi, ça a été plutôt bénéfique par chez moi puisque l'assoc' locale avait été très réactive et tout de suite chercher à entrer en contact avec les collèges, lycées, etc. Donc ça n'a pas vraiment pris.
Au niveau des parents, ils s'inquiétaient plus quant aux risques d'accidents en mobylettes, l'alcool, les joints, le tabac et autres conneries d'ados que de nous voir tourner satanistes suicidaires.
Ceci dit, c'est vrai qu'on jouait plutôt à Warhammer qu'à Kult.  Smiley
avatar
Par rapport à Bas les Masques et la campagne anti-jdr qui a suivi, ça a été plutôt bénéfique par chez moi puisque l'assoc' locale avait été très réactive et tout de suite chercher à entrer en contact avec les collèges, lycées, etc. Donc ça n'a pas vraiment pris.
Au niveau des parents, ils s'inquiétaient plus quant aux risques d'accidents en mobylettes, l'alcool, les joints, le tabac et autres conneries d'ados que de nous voir tourner satanistes suicidaires.
Ceci dit, c'est vrai qu'on jouait plutôt à Warhammer qu'à Kult.  Smiley
nico

Alors par rapport à cette émission, de mon côté je venais de reprendre le club de JDR du lycée et j'ai été convoqué par le proviseur pour m'expliquer sur ce qu'était le JDR (parce que suite à l'émission plus le battage médiatique de l'époque...).
Bon ça s'est bien passé et notre club a pu continuer tranquillement son existence...
avatar
-Quel fut votre premier jeu de rôle et en quel occasion l'avez vous acheter ? Karoom
Donjons & Dragon (la boîte bleue dite "version Holmes")
De toute façon, il n'y avait rien d'autre en France en JdR à cette époque. Pas le choix.
Je ne l'ai pas acheté, c'est un oncle qui me l'a offert au retour d'un de ses voyages aux USA. Il savait que j'aimais tout ce qui est mythologie grecque et médiévale (j'avais déjà lu Tolkiens)
-Pourquoi jouer vous au jeu de rôle ?
Parce que c'est une meilleure raison de se réunir entre potes que d'enquiller des bières (ou pire si affinité).
Parce que c'est un meilleur moyen de se défouler et se changer les idées que d'enquiller des bières (ou pire si affinité).
Parce que ça me permet de me décharger de mon besoin de créativité. D'autant plus intéressant qu'il permet de pratiquer plusieurs activités créatives (ou imaginatives) différentes : lecture, écriture, illustration, échanges verbaux, math, etc.
-Considérez vous que l'émission "Bas les masques." de Mireille Dumas et l'arrivée sur le marché ludique des jeux de cartes à collectionner a eu une influence trés néfaste sur notre loisir ou au contraire n'a pas vraiment changé la situation telle qu'elle était auparavant ?
-
Pour moi, Bas les masques (qui n'avait pas une grande audience) a plus marqué les rôlistes que le reste de la population qui, un mois après, l'avait oublié. L'affaire de Carpentra a sans doute été plus marquante pour la population, parce qu'elle revenait régulièrement au 20h sur toutes les chaînes (à l'époque, pas de satellite ni de TNT) et a donc plus retenu l'attention. Personnellement, sur le coup, j'ai pris cette émission comme une agression qui a induit un rejet des médias et une interrogation sur leur pertinence (pour tous les autres sujets). A posteriori (et plusieurs mois plus tard), il m'a permis de comprendre deux choses : que mon loisir (comme tout autre chose) pouvait présenter des dangers (peu de loisirs sont totalement exempts de dangers) et qu'il faut faire attention à l'image que l'on renvoie aux autres car elle peut être mal comprise, en particulier si c'est "pour de rire". En tout cas, à l'heure actuelle, seuls les rôlistes se rappellent encore de Bas les masques sur le JdR.
Les cartes ont sans doute influé sur la régression du JdR mais pas tant que ça. Les jeux vidéo accompagnant la montée des nouvelles technologie (l'ordinateur devenant accessible à tous, cartes graphiques permettant des images couleur de qualité, réseaux, etc) ont sans doute eu un e bien plus grande influence, entre grace à la facilité d'accès qu'ils apportaient.
Un autre facteur important, à mon avis, c'est que le JdR s'est regardé le nombril. Dans les années 90, les éditeurs sortaient des titres pour leur public habituel. Ils n'ont pas essayé d'élargir l'éventail, de sortir des jeux avec des thèmes qui auraient pu intéresser d'autres publics. Par exemple, il y a eu très peu (quasiment pas) de jeux d'initiation pour débutants à cette époque, comme on avait pu en voir avant. Le marché frileux s'est recentré sur son noyau dur et le noyau s'est peu à peu étiolé.
--Quels sont les dates ( à peu près, pas exact les dates) importantes selon vous de l'histoire du jeu de rôle ?
-
(pour les dates exactes, voir le GROG)
- D&D en Amérique :
- arrivée de D&D dans les boutiques en France
- AD&D : qui permettait de passer vraiment à du rôle et a contribué à sortir des donjons en proposant des classes comme illusionniste, rodeur ou barde
- Runequest avec son système de compétence (Basic System) qui ouvrait la porte à la vie du personnages en dehors des combats (et autres scénes d'action). Une révolution qui est passée dans l'oublie aujourd'hui mais qui, à l'époque, divisait la communauté entres les donjonneux bourins et joyeux qui lattaient du monstre dans les souterrains et les "roleplay" runequestiens élitistes (dont votre serviteur, toute honte bue) qui se voyaient comme l'évolution de ce loisir.
- Casus Belli (et les articles sur le JdR dans Jeux & Stratégie) qui a permis, bien avant Internet, de faire un lien entre les joueurs plus efficace et étendu que ce que pouvait faire clubs, boutiques et conventions (permettant d'ailleurs à ces trois structure d'exploser).
- L'explosion des titres au début des années 80 avec une diversification des univers et des thèmes, même si le med-fan restait (et reste toujours) dominant et emblématique.
- Les premières traductions en français (D&D) et les premiers jeux français (L'ultime épreuve, Légendes celtiques) rendant les JdR plus accessible à la majorités, en particulier aux plus jeunes.
- Mega : pas transcendant dans ses règles mais pour la forme : premier JdR en kiosque (donc à portée de tous) avec trois émissions sur FR3 avec Guiserix en MJ (pour Mega 2).
- l'Oeil Noir, Talisman, Terre de Légendes : dans la mouvance des Livres dont vous êtes le héros (très populaires à l'époque) premiers JdR en librairie, à un prix très accessible, conçu pour être accessibles à des débutants. Le pied à l'étrier pour une majorité de nouveaux rôlistes de l'époque.
- Empire Galactique : premier JdR français en librairie, au format best seller, avec les superbes illustrations de Manchu, qui s'est encore amélioré pour le suite avec les deux Encyclopédies Galactiques.
- ShadowRun qui a introduit les JdR évolutifs, dont le background évoluait au fil des scénario, des suppléments et des versions.
- Vampire la Mascarade qui s'est aussi lancé dans le JdR évolutif mais surtout a introduit la vague des JdR sombres où les joueurs incarnent des personnages pas vraiment clairs.
- SimulacreS : précurseur dans les jeux "licence Open" qui laissait libre court aux créateurs pour concevoir et diffuser leurs propres jeux avec ses règles, ce qui a lancé une vague de jeux amateurs étonnante en cette époque pré-Internet. En plus, les auteurs avaient l'assurance d'un (court) article de présentation de leur jeu dans Casus Belli, publicité inespérée pour un jeu amateur.
- D&D 3 (et 3.5) et le D20 avec sa licence OGL qui a créé un tsunami dans son sillage, pour le meilleur et le pire, mais qui a incontestablement réveillé le marché de l'époque et boosté les ventes.
- Les jeux amateurs, au début des années 2000, ont apporté un souffle neuf au JdR. La vulgarisation d'Internet a permis à tout un chacun de pouvoir diffuser ses créations et les faire connaître. Beaucoup de déchets dans cette vague, mais aussi le tremplin pour de nombreux auteurs qui y ont fait leurs premières armes et y ont acquis un savoir faire et une notoriété, ce qui a aboutit à la commercialisation de nombreux jeux d'une grande originalité dans leurs règles, leurs thèmes ou leur mode de diffusion (compte d'auteur, éditeurs associatifs, PDF payants, rançon, etc.).
Il y a d'autres jeux qui ont marqué leur époque, dans une moindre mesure : Star War (et son système D6), Traveller (un des premiers gros succès du JdR non med-fan), James Bond 007 (système à table de résolution unique).GURPS (avec sa pléiade d'univers différents), Cyberpunk, Paranoïa, Animonde (jeu quasiment sans combats), Bitume (ultra-violent), INS/MV (jeu bipolaire), etc.
-Quels sont les univers les plus importants que je devrait présenter selon vous aux néophytes ?
Ca dépend ce que tu entends par "important".
Si tu veux dire par là ceux qui sont les plus répandus dans le domaine du JdR, tu peux voir les grands domaine de classement du GROG, de la Vouivre, de Ludik Bazar ou autres sites référençant des JdR : med-fan, space opera, Epouvante, contemporain fantastique, post-apocalypse, futur proche. Avec ces 6 là, tu as déjà de quoi classer 90% des jeux édités.
Si par "important", tu entends ceux qui pourraient intéresser des néophytes qui n'ont pas eu jusque là des contacts avec le JdR, voir les univers proposés sur ce site :
http://reves-de-menhir.vacau.com/mirage
les titres majeurs de la presse rôliste hormis Casus Belli qui étaient Dragon magazine et Backstab. rag nar
On peut aussi citer les Chroniques d'Outre Monde qui a quand même eu une belle carière.
Mais, pour moi, celui qui a eu le plus d'importance à l'époque, c'est (et de loin) Dragon Radieux.
J'ai un probléme tout con  Smiley je ne sais pas quelle image mettre au générique.J'aimerais bien ne faire référence à aucun univers hormis celui du jeu de rôle.Des D20 ne serait pas très esthetique je pense. Karoom
La couverture de SimulacreS n°1 (je veux dire le premier sorti en kiosque) signé Caza était très "multi-univers". Il faudrait voir si tu peux obtenir l'autorisation de l'utiliser.
Sinon, tu mets trois figurines au milieu d'une poignée de dés différents et le tour est joué.
Cependant globalement, je ne pense pas que le JdR aie jamais été en régression. Il est fort possible que les nouvelles gammes se vendent moins bien que celles des années 80, mais il faut voir aussi l'immense choix qu'on a maintenant. MRick
Je ne suis pas d'accord avec toi sur ce point. Aussi bien en nombre de jeux (hors jeux amateurs), qu'en quantités vendues, le JdR a baissé depuis la fin des années 80. Plusieurs critères objectifs permettent de le vérifier : dans les magasins qui vendent du JdR (si l'on excepte deux ou trois grandes boutiques parisiennes) le JdR, c'est trois ou quatre étagère sur un mètre de large, au fond de la boutique, derrière les manga, les comics, les produits dérivés ou les jeux de société. Dans les années 80, ça pouvait être une pièce pleine, une cinq ou six mètres de rayonnage et quelques bacs. Aujourd'hui, un JdR qui se vent à 1000 exemplaires, c'est un gros succès (Tigres Volants a eu du mal à atteindre ce chiffre) et certains éditeurs se satisfont d'un tirage à 500 exemplaires pour un jeu. Dans les années 80, il n'était pas rare qu'un jeu dépasse largement les 2000 exemplaires.
Autres chiffres révélateurs : le nombre de boutiques proposant du JdR et de clubs (du moins dans les villes où je me rends régulièrement).
Il faudrait aussi qu'un ancien parle du nombre de visiteurs dans les conventions. Je ne pratique plus trop ces regroupement mais il me semble, pour ce que je peux en lire, qu'il y avait quand même beaucoup plus de participants dans les années 80.
avatar
Merci d'avoir pris le temps de me répondre et de m'avoir éclairer.Je commence l'écriture du texte et la planification du tournage.
avatar
En tant qu'ancien (rôliste depuis 1986) et organisateur de conventions sur Strasbourg (15ème convention cette année) je peux donner quelques infos à ce propos:
- il y a un public de routards, de vieux rôlistes et des plus jeunes initiés par ceux-ci, qui viennent aux conventions pour les soutenir et (faire) vivre leur passion.
- il y a aussi quelques nouvelles têtes, ou des curieux, mais bien plus minoritaires.
La participation reste peu élevée par rapport au potentiel de joueurs, ce qui est souvent du à des problèmes d'emploi du temps pour ceux qui sont pris par leur boulot ou leur famille.
Par exemple, avoir 200 participants maxi sur un week-end, je trouve ça faible pour une ville comme Strasbourg.
Néanmoins chaque convention est généralement très sympa, un peu comme un fête où tout le mode s'amuse dans la bonne humeur.
Il devient de plus en plus difficile d'organiser une convention.
Malgré son but non lucratif, notre association a des frais énorme d'organisation, notamment pour la location de salles. Il nous est arrivé d'avoir un bénéfice net de 40€ alors que nous avions engagé près de 3000€ de fais.
De même, les éditeurs sont de moins en moins généreux en tant que sponsor.
Je tient néanmoins à remercier ici Ludik Bazar, Asmodée et Editions sans détour qui nous ont toujours soutenus. Un grand merci à eux.
Autre problème : difficile de trouver une relève.
Organiser une convention c'est prenant et stressant quand on travaille avec des bénévoles qui font ça en plus de leur boulot et de leurs loisirs.
C'est usant, et personne de sérieux ne veut vous remplacer.
Et si je laisse tomber, c'est une convention qui disparait.
Il y aussi les querelles de clocher, les trolls qui bavent sur votre travail sans n'être jamais venu, les ragots mensongers... tout ça tend à vous démotiver (c'est sans doute propre à la population de Strasbourg, à ne pas généraliser donc).
On a parfois l'impression d'avoir fait des jaloux, alors que notre but est de faire plaisir aux joueurs.
En bref, organiser une convention, c'est avoir les problèmes et contraintes d'une société à but lucratif, mais sans en avoir les avantages.
Désolé, d'avoir été aussi long.
N'hésitez pas à me contacter en MP pour toute question.
avatar
Algeroth : heureusement qu'il y a encore des gens comme toi pour organiser des conventions et faire vivre notre passion  Smiley
avatar

Il y aussi les querelles de clocher, les trolls qui bavent sur votre travail sans n'être jamais venu, les ragots mensongers... tout ça tend à vous démotiver (c'est sans doute propre à la population de Strasbourg, à ne pas généraliser donc).
On a parfois l'impression d'avoir fait des jaloux, alors que notre but est de faire plaisir aux joueurs.
Algeroth

Tiens c'est marrant, ta phrase peut aussi s'adapter à certains forumistes face aux éditeurs  Smiley (faut juste changer "sans jamais être venu" par "sans jamais avoir lu nos bouquins".
Et je ne pense pas que ce soit propre à Strasbourg, j'ai déjà entendu la même chose sur pas mal de conv.
Et bravo pour la motivation, c'est cool de voir que certains se démènent !