Système judiciaire à Orlais 13

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Dragon Age

avatar

Bonjour à tous,

Je réfléchis à un scénario qui fait suite à des événenements qui ont conduis à ce que l'un des joueurs a eu le malheur de se faire capturer par la garde de Val-Royeaux (rien que ça) et de plus c'est un Elfe (c'est pas le pied).

Malgré plusieurs recherches je n'arrive pas à trouver d'information sur le système judiciaire à Orlais. A Ferelden, ce sont les Barn ou les Iarls qui font la justice. A Orlais, je suppose qu'il y a des représentants de l'Impératrice qui s'occupe de l'Administration et de la Justice mais il y a surement aussi des secondes mains qui vont appliqué la loi localement ? Il y a les chevaliers pour le civil et les Templiers sous le regard de la Chantrie qui vont s'occuper des mages ?

J'imagine qu'on peut avoir un système de la France pendant la Renaissance avec un officier (chevalier ?) qui juge cela seul en écoutant chacune des parties ? Mais il n'y a pas de jurés et d'avocats ? L'audience est-elle publique ?

Et le fait que ce soit un elfe peut le désavantager et le jugement peut être expédié sans réel écoute de la défense ?

Qu'en pensez vous ?

avatar

Je suis loin de mon pc, de mes documents, romans et autre sources d'infos, mais...

La façon de rendre la justice varie beaucoup selon certains facteurs, notamment le statuts de l'offenseur et de l'offensé.

Si l'offensé est noble orlésien (ou l'empire (ce qui revient à la position de l'impératrice), ou la chantrie, les deux ayant une position très élevée) et que l'offenseur est:

- noble orlésien : ça peut se régler par un duel d'honneur ou une médiation

- noble étranger : ça dépend beaucoup des relations entre orlais et sa nation, ainsi que sa position (un ambassadeur par exemple). il pourra être traité comme un noble orlésien ouun conseil peut décider de son sort.

- issu du peuple : dépend de sa place dans le grand jeu qui est en partie déterminée par la position de son maitre et de son importance pour ce dernier, en partie par ses ressources personnelles dans ce domaine. Si le résultat est insuffisant, il est cuit. Sinon, il peut y avoir médiation.

- étranger : au bon vouloir de l'offensé sauf s'il a des alliés ayant une place importante dans le grand jeu

- non noble, non humain et non orlésien : strictement aucun droit. C'était sympa de te connaitre.

À suivre

avatar

Si l'offensé est noble étranger et que l'offenseur est :

- issu du peuple : dépend de la position de l'offensé et des realations entre orlais et sa nation, ainsi que de la place de l'offenseur dans le grand jeu qui est en partie déterminée par la position de son maitre et de son importance pour ce dernier, en partie par ses ressources personnelles dans ce domaine. Si le résultat est insuffisant, il est cuit. Sinon, il peut y avoir médiation ou un conseil peut en décider si ce sont des intérêts d'état.

- étranger : au bon vouloir de l'offensé sauf s'il a des alliés ayant une place importante dans le grand jeu

- non noble, non humain et non orlésien : strictement aucun droit. C'était sympa de te connaitre.

Si l'offensé est issu du peuple et que l'offenseur est :

- issu du peuple : dépend de la position de l'offensé et des realations entre orlais et sa nation, ainsi que de la place de l'offenseur dans le grand jeu qui est en partie déterminée par la position de son maitre et de son importance pour ce dernier, en partie par ses ressources personnelles dans ce domaine. Il y aura probablement une médiation.

- étranger : une médiation peu favorable à l'étranger sauf s'il a des alliés ayant une place importante dans le grand jeu

- non noble, non humain et non orlésien : strictement aucun droit. C'était sympa de te connaitre.

Si l'offensé est non noble, non humain et non orlésien: pardon? Ou as tu pu bien voir une offense?

avatar

Après à part des décisions, des médiations ou des conseils, je n'ai pas vu de vrai organe judiciaire de mémoire.

Les chevaliers ont droit de vie et de mort sur la plèbe et les templiers sur les mages qui n'ont pas une position particulière dans le grand jeu (sinon ils leur échappent)

Il y'a des mages de cour et des mages nobles qui conservent titres et positions

avatar

Merci pour tout ces renseignements, ça va être très difficile pour le perso.

Un ancien Chevalier orlésien (PNJ) vs une elfe citadine étrangère (mais recuellie et élevée par une famille noble).

Et les faits ce sont passés dans une grande villa noble orlésienne, sous trafic de lyrium et de guerre de territoire.

avatar

Ca se passe à Orlais où le Grand Jeu est omniprésent.....Il doit y avoir pléthores d'avocats, d'entremetteurs, d'intermédiaires, d'ennemis du PNJ capables d'intervenir pour faire du tort au PNJ, sauver le trafic de lyrium, enfoncer encore plus profondément le PJ, sauver le PJ. Et tout cela en même temps!! Et bien sûr le tout en échange de pots de vins, de services rendus ou à rendre....A Orlais ça serait dommage, à mon avis, qu'une scène comme celle là se finisse bêtement devant un tribunal!! Et au côét de l'impératrice, il y a une certaine Briala

avatar

Briala n'a pas atteint sa position du jour au lendemain. Elle a fait des années en tant que servante puis courtisane. Elle a tissé beaucoup de relations dans toutes les strates de la société. Et sa position ne tient (et de façon précaire) que par l'influence qu'elle exerce sur toutes ces strates. (regardes les événement du roman "l'Empire Masqué" et les déconvenues qu'elle avec les elfes "dalatiens", ça accentue encore la précarité de sa position en plus de casser son idéalisme)

Un elfe qui n'a pas tout ce passif et cette influence est hautement sacrifiable sans que que personne ne puisse publiquement s'en émouvoir, même dans son camp. Je ne dis pas que ce n'est pas possible de tirer son épingle du jeu et de retourner la situation, mais il part perdant.

avatar

Tel que je vois Orlaïs, je ne suis pas certain qu'il y ait des avocats. Des orateurs, des émissaires, des bardes, des guildes et beaucoup de joueurs influents prêt à sauter sur une opportunité sans trop de risques pour accroître leur pouvoir, mais je ne me souviens pas d'avocats. Et pour aucun d'entre eux la vie d'un elfe n'a particulièreùment d'importance au delà de l'opportunité qu'elle peut apporter et de l'influence qu'elle possède. Ils l'aideront s'ils peuvent en tirer quelque chose, mais ils n'hésiteront pas à la livrer ou à l'exécuter eux même si les choses ne tournent pas comme prévu. Rien de personnel, c'est juste le Grand Jeu.

avatar

A partir du moment où à Val Royeaux il y a une université, il serait étonnant que le droit n'y soit pas enseigné. Dans les universités d'Europe à l'époque médiévale, le droit était une matière prépondérante!. Il y a donc, à mon avis, tout un cortège de gens diplômés dans cette matière, qu'ils s'appellent avocat, orateur, juge.....

Si je comprends bien les propos de Darksilver, il ne s'agit pas d'une elfe d'un bas cloître comme une autre. Il a bien précisé qu'elle a été recueillie et élevée dans une famille noble. Je crois comprendre (à tort?) qu'il ne s'agit pas d'une simple souillon, mais d'une elfe qui a bénéficié de plus d'égards.

Auquel cas, nous sommes en présence d'un conflit qui oppose un chevalier noble à un membre apparenté à une famille noble. La balance se rééquilibre un (tout petit) peu. Si cette elfe a bien été recueillie et élevée avec tout ce que cela semble supposer en terme de liens, cette famille ne voudra peut-être pas que l'un de ses membres, que son nom soient salis....Bref, de la manière dont je vois les choses, il y a matière à une partie d'échec, au Grand Jeu bien qu'il soit tout à fait possible de scier la branche pourrie de l'arbre!!!

avatar

Tu as raison, mais même si l'enseignement du droit, des jurisprudences et des moyens de moyenner doit avoir une place importante dans l'enseignement, j'ai davantage l'impression que c'est un outil pour tout noble, conseiller et personne importante qui se respecte qu'un métier à part entière.

Après "élevé par des nobles" il va falloir préciser. Elevé comme un outil ou adopté ça n'a pas le même impact.

avatar

Son personnage a été élevé comme leur prope fille. C'était auparavant une orpheline du bas-cloitre de Dairsmuid, la capitale de Riveïn.

Elle a décidé de partir à l'aventure pour prouver par ses actes, qu'elle peut devenir une noble chevalière.

C'est pour cela, que je pense, qu'elle aura quelques chances pour s'en sortir mais il faudra la jouer fine avec l'aide de ses compagnons.

avatar

Bonjour Darksilver - j'adore ce jeu et j'y fais jouer depuis des années - alors voilà comment je vois le truc mais je parle bien sur que pour moi - Le sport national de ce pays c'est les coups tordus et savoir comment tuer le noble au-dessus de toi en faisant porter le chapeau à un autre : comme ça j'élimine 2 concurrents -

La partie avocat j'y crois pas

plan 1 : on achète par tous les moyens le Chevalier ou on promet un service ...ce chevalier il a des ennemis non ? Allez mon ami, on peut s'entendre

plan 2 : en parralèle ,on cherche des choses compromettantes sur lui et sa famille : tout le monde a des secrets en ORLAIS

plan 3 : j'élime le chevalier de l'équation en l'assassinant , en m'alliant pourquoi pas avec le gars qui veut prendre sa place

pas de tribunal pour ce genre de petits conflits - bref ça débouche sur un super sénatio tendu avec plein de roleplay et d'intrigues machiévaliques

avatar

Son personnage a été élevé comme leur prope fille. C'était auparavant une orpheline du bas-cloitre de Dairsmuid, la capitale de Riveïn.

Elle a eu chaud, ce n'est pas dans la partie Qunari de Riveïn ^^