Eurynomos # Les offrandes calcinées 3

Forums > Jeux de rôle > Pathfinder > Pathfinder les campagnes > L'Éveil des Seigneurs des runes

avatar
Pris d'une violente envie, je partage avec vous les aventures de mes joueurs dans le monde merveilleux de PathFinder. Mes trois premiers joueurs sont tous de jeunes habitants du paisible village de Pointesable. Amis de longue date, c'est ensemble qu'ils participent à la fête des machaons en l'honneur de la nouvelle cathédrale du village.
Laissez-moi vous présenter la petite équipe.
Vladys Kesk, guerrier (spécialisé épée deux mains), adorateur d'Abadar. Il est le premier né de la famille Kesk, une aimable famille bourgeoise de bijoutier, qui souhaiterait faire, pour leur fils, un bon mariage dans la noblesse. Complètement de l'avis de ses parents, Vladys courtise depuis quelques mois l'énigmatique Amaiko Kaijutsu, aussi belle qu'exotique.
Vladys est une montagne de muscle, assez éduqué, mais qui manque clairement de la sagesse requise pour s'éviter les ennuis. Fanfaron, ses amis passent beaucoup de temps à l'excuser pour lui des mots malheureux qui sortent plus que de coutume de sa bouche. C'est d'ailleurs ce trait de caractère qui lui refusa les faveurs du clergé d'Abadar et la carrière de paladin de l'ordre. Venant d'une famille bourgeoise et fortunée, il peut se montrer hautain et suffisant envers ceux qu'il considèrent comme des inférieurs ou des domestiques et il montre une sérieuse prédisposition au racisme envers les halfelins "tous des voleurs, ces gens-là !"
Leny Gandéthus est une évocatrice adulant, à la nuit tombée, les charmes et les faveurs de la déesse Desna. Orpheline, elle grandit à l'académie de la Turandarok, élevée sous l'égide du puissant mage Ilsoari Gandéthus. Plus que brillante dans les sciences standard, la vieux mage lui enseigna la magie, pour laquelle elle révéla très tôt une sorte de don. Passé autant maîtresse dans les tours de magie que dans les véritables évocations arcaniques, elle tourna ses compétences et son ardeur toute gnome, vers la confection de potion à base d'herbe et d'algue locale. Elle en fait le serment, un jour, ses boissons sauveront le monde ! C'est à l'âge de 16 ans que le vieux mage lui proposa de devenir sa fille légitime, faisant d'elle son unique héritière. Intrépide et volontaire, se sont ces qualités et sont incroyable charisme qui en fit rapidement la chef du groupe. "toi, là, porte-moi sur ton dos, on ira plus vite !"

Mirka Bevaniky
est le rôdeur de l'histoire. À la peau et à la culture métissée, Mirka qui est moitié de sang Shoantis, et malgré les protestations de sa mère, revendique cet héritage par une coiffure typique des peaux rouges. Cependant, c'est auprès du nain Aesrik Cor-de-bataille qu'il apprit la précision indispensable au chasseur, et c'est donc larme de prédilection de celui-ci, l'arbalète, qu'il maîtrise et non pas l'arc traditionnel des tribus sauvages. Pour gagner sa croute, il travaille parfois pour la guilde des bucherons, les accompagnant en forêt pour tenir les gobelins à distance, une sale engeance des bêtes là. C'est Aesrik qui lui à enseigner de toujours boire sa pinte en l'honneur Cayden Cailéan.
Feu et Festival

Durant la fête, tout le monde s'amuse et danse, on goûte les plats des différentes tables, on raconte les potins.
Au loin, un chien commence à aboyer, mais personne n'y fait attention. La mairesse prononce un discours soporifique que personne n'écoute, et les amuseurs essaient de couvrir le bruit de la foule avec force instruments de musique et chanson.
"UN, DEUX, UN, DEUX, A ON M'ENTEND ENFIN"... Le grand prêtre Zantus, pointe une baguette contre sa gorge et celle-ci semble amplifier sa voix. "JE VOUDRAIS VOUS INTERROMPRE DANS VOS CONVERSATIONS POUR VOUS PARLER DES... MAIS ATTENTIONS DES GOBELINS !!!!!!!!"
Quatre gobelins viennent d'apparaître à l'angle de la rue du centre, monté sur un âne effrayer, tenant en main des torches improvisées qu'ils lancent sur les tables et le chaume des maisons. La foule hurle de terreur et se précipite en direction du nord et de l'ouest. Les prêtres attrapent les enfants du premier rang et font rentrer le plus de monde dans la cathédrale qu'ils referment derrière eux.
"ARRÊTE !" Cri un des gobelins avant de briser la nuque de l'âne avec son tranchechien. Les trois autres sautent sur les tables de nourriture, et un essaie de mettre le feu à la bijouterie.
Les Pjs remarquant qu'il reste les seuls sur place capable d'empêcher un tel désastre commencent un petit ménage de la place. Provenant de la rue du centre, un second groupe arrive. Suivant les groupes de gobelins ils vont redescendre la rue jusqu'à celle du festival, qu'ils vont remonter jusqu'à la sortie de la ville. Malgré une embuscade d'un technicien gobelin dans l'allée boueuse, les Pjs arrivent devant la porte de la ville, à côté de la tannerie. Là un groupe de quatre gobelins encercle un homme bien habillé protégeant deux jeunes enfants. Les gobelins sont encouragés par un Commando chevauchant un horrible chien-gobelin.
La poussière du combat s'achève avec un placement judicieux d'un sort de sommeil, même si le guerrier a failli laisser une partie de son nez dans la gueule béante et plein de dents du commando.
Le noble se présente : Mon nom est Aldern Ganrenard ! J'ai été attaqué par les gobelins, mais grâce à la magie d'une aussi puissante magicienne que vous, j'ai pu, ainsi que ces misérables enfants, pû sortir indemne de cette altercation. Ma vie vous appartient, enchanteresse, demandez, et je comblerais le moindre de vos désirs dans l'espoir d'amoindrir la dette contractée envers vous.
C'est sur ces mots que le prévôt ciguë ainsi que deux adolescents, arrive. Constatent le carnage, il félicite, les joueurs et leur demande s'ils sont blessés. Ils indiquent que ses "hommes" le sont, et qu'il ne veut pas les laisser sans protection. Si les Pjs pouvaient les raccompagner vers le temple pour y être soigné, il va finir de faire un tour d'inspection dans l'espoir de faire fuir les derniers monstres, mais visiblement, ce sont les Pjs qui ont tué le chef !
Après une séance au temple, pour soin des blessures et pour finir la consécration de la cathédrale, les joueurs vont faire le tour de leur proche pour savoir comment "ça va?". Les parents de Vladys les remercient d'avoir protégé la boutique et leur remettent 30 pièces d'or chacun (sauf Vladys, qui a commencé la partie avec 900pièces d'or d'équipement grâce à son Trait de background). Savah Bevaniky vas bien, elle s’est barricadée dans la boutique, l'arbalète en main, mais tenue à l'envers... Elle remercie son fils de l'avoir sauvé.
Enfin, c'est en descendant à la Turandarok que les PJs sont le plus surpris. L'édifice est complètement fermé. Pour éviter de faire peur aux enfants, Le vieux sage à transformer la fuite en course, puis leur a préparé le goûter dans une pièce chaleureuse à l'écart du bruit des combats et des fuyards. C'est durant cet épisode que Leny s’est rendu compte qu'un mystérieux "locataire" occupé la chambre d'ami de l'académie, l'un des rares endroits qui lui sont interdits, pour "protéger la sérénité de nos hôtes de marques" (voir, seconde séance). C'est durant cette conversation que les autres joueurs se sont rendu compte de l'obsession paranoïaque que Leny vouait au noble Aldern Ganrenard. "Cet homme est étrange, trop mièvre et trop mielleux, et d'ailleurs, que faisait-il à cet endroit, et avec ces enfants ! Cet homme est louche et, foi de Leny, je découvrirais ce qu'il cache !"
En sortant de l'académie, et en remontant la grande rue en direction de la cathédrale, les pjs se rendent compte qu'une telle situation est absurde. Pourquoi quelques gobelins auraient-ils attaqué la ville, quel pouvaient être leur but. Après plusieurs heures de traques et de fouille, les pjs (dont un rôdeur spé gobelin) reconstituent le trajet des gobelins en ville et se rendent compte qu'ils n'ont été envoyés que dans un seul sens pour faire fuir la foule et profiter du calme. En recoupant les informations trouvées, ils identifient le cimetière comme lieu important sur le chemin des gobelins. En s'y rendant, ils découvrent la profanation de la tombe de Ezakien Tobyn, l'ancien prêtre.
Pleurant à chaude larme sur sa tombe, le fossoyeur et dévot de Pharasma, Naffer Vosk, se demande encore ce qui à bien pût se passer. Le père est celui qui le ramena d'entre les morts et lui offrit une vie honnête et pieuse. La profanation est pour lui insupportable, et malgré ses manières habituellement rustres, ce géant s'effondre dans les bras de Mirka. La pierre tombale est profanée de graffiti ainsi que les murs du cimetière. Après un formidable 20 naturel sur son jet de perception, notre rôdeur identifie les empreintes de pas d'un humanoïde de taille M, particulièrement habile pour marquer ses traces. Regardant sa carte, Leny s'écrit, "L'enflure de Ganrenard, je suis persuadé que c'est lui qui à fait le coup !" (Et le MJ de pensée, hahaha).
Annonçant la nouvelle au prévôt Cigüe, il envoie un oiseau messager à une "amie" qui pourra surement leur en dire plus sur les mouvements des tribus gobelines locales.
Et c'est sur ces mots que la partie s'arrête.
avatar
Et un nouveau CR qui débute ! Cool ! Smiley
avatar
Héhé, j'ai la seconde partie, assez épique au chaud, mais je suis trop fatigué se soir Smiley En plus la joueuse de Leny m'a téléphoné se soir pour me demander si elle pouvais changé l'apparence de son personnage car, je cite "jouer un truc petit et rose, c'était rigolo au début, mais là, ton "jeux de rôle" ça deviens bien, alors j'ai pas envie d'avoir l'air débile..."