Cookies

Utilisation des cookies

Pour le bon fonctionnement du site, nous utilisons des cookies techniques qui permettent de gérer votre connexion.
Nous utilisons des cookies Google Analytics pour le suivi anonyme de la navigation. Vous pouvez désactiver ces derniers à tout moment ici.

Confirmation

Par défaut, nous conservons votre acceptation durant 13 mois.
Gérez vos cookies ici.



Personnaliser

Questions : campagne les cinq soleils 29

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Pavillon Noir

avatar

Je continue de potasser les cinq soleils avant de commencer la campagne et j'ai quelques questions.

La première sur Églantine. Dans les annexes on indique qu'elle peut temporairement occuper le poste de chirurgien à bord. On est d'accord qu'on parle de quelqu'un qui n'a, suivant son pré-tiré, ni compétence de chirurgie, ni compétence de premier soin ? Tout au D20 j'ai pas confiance mort de rire​​​​​​

Sinon dans le scénario l'enfer vert, on lit au début que Cosme de Laserna vogue sur une frégate... Mais qu'il refuse d'engager une corvette ? Il est lâche au point d'avoir peur d'un navire d'une taille inférieur, ou j'oublie de tenir compte d'un truc ?

avatar

Il s'agit d'un navire de guerre.
Il n'y a aucun intérêt pour un pirate d'engager un navire de la Royal Navy : risque très important de perdre/se faire capturer/mourir, aucune cargaison à voler, armement inférieur, sous-nombre...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ombreloup
avatar
Benoit

Armement inférieur ? Il avait une frégate. Et si la mitraille lui fait perdre 60 hommes c'est qu'il avait en plus l'avantage numérique, donc il aurait pu monter à l'abordage.

Qu'en à l'intérêt, outre le fait de prendre un navire de l'oppresseur, il y a au moins les canons, la poudre, les biens des officiers, les cartes.

avatar

Tu raisonnes en terme de nombre relatifs en occultant l'aspect psychologique, au combien beaucoup plus déterminant.
Monter à l'abordage d'un navire marchand qui a rendu les armes ou tenter l'abordage face à des hommes dont le métier est de combattre, c'est clairement pas la même chose.
Les navires de guerre sont plus résistants à la cannonade.
Les pirates disposent de navires rapides et peu armés, misant sur la peur qu'ils peuvent générer pour passer à l'abordage et conquérir les esquifs adverses sans réellement combattre.
Les soldats étant plus efficaces lors d'une bataille rangée, il me semble qu'affronter un navire de guerre présente plusieurs inconvénients.
Les navires de guerre étant spécialement affrêtés pour protéger les convois marchands ou partir à la poursuite de pirates, ils ne vont pas se rendre aussi facilement qu'un navire de commerce.


Sur le navire marchand, il y a en plus des denrées qui pourront être vendues à prix d'or, assurant de jolis moments de détente au sein d'une vie ultra rude.
Les cartes, les biens des officiers, on peut aussi en trouver sur les navires marchands plus faciles à prendre.
Les canons? Il était très compliqué de prendre possession de pièces supplémentaires car leur calibre/poids généralement différent n'était pas adapté et risquait de mettre à mal la structure du navire pirate.
Prendre un navire de l'oppresseur? Un navire marchand est plus facile à prendre et entrave l'économie d'une nation.

avatar

Et la position du capitaine pouvant être révoquée par l'équipage, un risque trop important avec un gain pas assez avantageux pour tous et on risque de commencer à semer le doute sur le capitaine et sa capacité à commander dans l'intérêt de tous.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ombreloup
avatar
Julien Dutel

Ah nan mais l'équipage a été radicale avec lui je te rassure mort de rire​​​​​​

Pour répondre à Benoît, ils ont une frégate, qui est aussi un navire de guerre, et presque deux fois plus gros. Avec un sloop j'aurai compris...mais là je comprends tout à fait le fait que son équipage le considère couard.

avatar
La première sur Églantine. Dans les annexes on indique qu'elle peut temporairement occuper le poste de chirurgien à bord. On est d'accord qu'on parle de quelqu'un qui n'a, suivant son pré-tiré, ni compétence de chirurgie, ni compétence de premier soin ? Tout au D20 j'ai pas confiance mort de rire​​​​​​

C'est une erreur, Eglantine fera un bon cambusier. Tu peux lire la nouvelle des Carnets... vol 1 pour t'en assurer.

Sinon dans le scénario l'enfer vert, on lit au début que Cosme de Laserna vogue sur une frégate... Mais qu'il refuse d'engager une corvette ? Il est lâche au point d'avoir peur d'un navire d'une taille inférieur, ou j'oublie de tenir compte d'un truc ?

Ombreloup

Oui, il fait preuve de lâcheté, mais l'affrontement ne dépend pas que de la taille des navires, il dépend aussi du nombre de canons et des compétences d'artillerie de l'équipage. Je rappelle qu'un navire de guerre anglais recharge deux fois plus rapidement qu'un navire de guerre d'une autre nationalité, qui s'entraîne à la recharge tous les jours.

avatar

Les soldats étant plus efficaces lors d'une bataille rangée, il me semble qu'affronter un navire de guerre présente plusieurs inconvénients.

En combat naval, oui, à l'abordage, c'est beaucoup moins net. Tout dépend du pirate. Teach a fait des ravages sur les deux navires du lieutenant Maynard (le vil hors-la-loi !)

"Les navires de guerre étant spécialement affrêtés pour protéger les convois marchands ou partir à la poursuite de pirates, ils ne vont pas se rendre aussi facilement qu'un navire de commerce."

Plus encore que ça : ils ne se rendent pas, ou alors lorsqu'ils ne sont plus qu'une poignée. Le capitaine risque doublement sa tête : si les pirates le laissent en vie après tout ce qu'il a fait enduré à son équipage, la cour martiale pourra demander sa tête.

"Les canons ? Il était très compliqué de prendre possession de pièces supplémentaires car leur calibre/poids généralement différent n'était pas adapté et risquait de mettre à mal la structure du navire pirate."

C'était pourtant ce que les pirates faisaient, lorsque le calibre n'était pas trop gros pour leur navire. Il faut garder à l'esprit que les navires ne portent pas des canons tous de la même taille. On met en général les canons les plus lourds aux deux extrémités, pour éviter d'être ballotés par les vagues.

"Prendre un navire de l'oppresseur? Un navire marchand est plus facile à prendre et entrave l'économie d'une nation."

Pas nécessairement non plus. Samuel Bellamy a cherché a avoir un navire de plus en plus gros, pour détruire tous les navires de guerre du Nouveau Monde. Là, il aurait mis fin au commerce dans les Amériques. Une tempête en a décidé autrement.

avatar
Samule Bellamy, ce n'est pas celui qui est mort dans le naufrage de son navire dans une tempête au large de la Nouvelle-Angleterre ? Ça fait loin de la Caraïbe quand même.
avatar
Samuel Bellamy, ce n'est pas celui qui est mort dans le naufrage de son navire dans une tempête au large de la Nouvelle-Angleterre ? Ça fait loin de la Caraïbe quand même.WolfRider4594

Samuel Bellamy est un des plus grands pirates des Caraïbes, à côté d'Hornigold et de Teach. Son ascension au pouvoir a été fulgurante, il a même pris la place d'hornigold à la tête du Flying Gang. Son but : vaincre rois, gouverneurs et capitaines, sans qui le peuple se sentirait bien mieux. C'est ça qu'il a perdu. Son dernier navire, le Whydah, transformé en machine à détruire les navires de guerre, remontait mal au vent et dérivait, comme tous les navires à voiles carrées.

Après avoir semé la terreur dans les Caraïbes (les gouverneurs de la Jamaïque et des Îles Sous-le-Vent n'osaient plus faire leur tournée annuelle), il a décidé de s'implanter dans le Maine : riche en bois de construction, vidé de toute présence humaine après les dernières guerres européanno-indiennes, et proche de Terre-Neuve, LE lieu pour recruter (vous retrouverez tout ça dans Les Carnets vol 1)

avatar

Question ou errata : dans les évènements à relater nous avons page 12 au 9 avril :

9 avril 1718 (Bahamas). Teach boit en compagnie de
son second Israël Hands et d’un autre pirate. Teach
sort deux pistolets qu’il met sous la table (l’autre
pirate le voit faire et quitte la salle du conseil), puis
fait feu sur Hands, dont il fracasse le genou. Il dira
plus tard : « Si je n’avais pas tué un des deux, ils
auraient oublié qui j’étais ». Comme Hands était un
ami de longue date de Teach, on peut se demander
s’il ne cherchait pas ainsi à le préserver de la corde.

et page 140 au 9 mai :

9 Mai 1718 (Caroline du Nord : Cape Fear). Teach boit en
compagnie de son second Israël Hands, du pilote et d’un
autre pirate. Teach sort deux pistolets qu’il met sous la
table (le troisième pirate le voit faire et quitte la salle du
conseil), puis fait feu sur Hands, dont il fracasse le genou. Il
dira : « Si je n’avais pas tué un des deux, ils auraient oublié
qui j’étais ».

L'erreur, si s'en est bien une, est également présente dans l'aide de jeu (et c'est comme ça que je l'ai remarquée. Quelle date est la bonne ? Ou alors ce pauvre Israël Hands est il une cible d'entrainement pour son capitaine, ami de longue date ?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Mathieu
avatar
Ombreloup

Sauf à être unijambiste, ledit Israël Hands était livré, au départ, avec deux genoux.

Aussi me semble-t-il un peu hâtif de conclure à l'erreur mort de rire

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ombreloup
avatar
Mathieu

Dans ce cas on est sur un bon niveau de masochisme mort de rire

avatar
Dans un biopic sur Barbenoire vu sur Arte ou la 5 il y a pas mal d'année, c'est en Caroline du Nord que Teach tire sur Hands. Ce qui oblige Hands à débarquer et donc il est absent quand Maynard tue Terach et capture les survivants de son équipage.
Dans ce biopic il était aussi question du mousse de l'équipage de Barbenoire, qui était en fait une fille se faisant passer pour un garçon. Elle reste avec Hands quand il est débarqué et survit aussi à Maynard. Par contre aucune idée si ce mousse est historique ou de la pure fiction.
avatar

Je ne sais plus où j'ai trouvé cette date ni ce lieu (il faut parfois s'accrocher pour séparer le vraisemblable du farfelu), mais cet événement dans les Bahamas est impossible, car Teach n'y a pas fait un saut après Charlestown. Le 9 avril est également impossible, car Hands a été mis dans la confidence quand Barbe Noire a décidé de se débarrasser de Richards (qui a désobéi à Teach et lui a fait manquer sa parole) et des fâcheux (qui ont fortement émis l'idée de marronner Teach quand il était en Nouvelle-Espagne) à Topsail Inlet.

La Caroline du Nord est le plus probable puisque c'est là que Teach passait la plupart de son temps après être devenu "un homme respectable". Concernant la date, j'aurais a posteriori (il s'est écoulé du temps depuis que j'ai écrit les 5 Soleils) dit que c'était autour du 20 novembre, puisqu'il a été mis comme hypothèse que c'était pour sauver Hands du combat avec Maynard que Teach l'aurait blessé.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ombreloup
avatar
Renaud Maroy

Tu modifieras pour la V2 ? ange​​​​​​

N'oublies pas que tu as fait abandonner Hands par Teach le 12 mai.

avatar

Tu modifieras pour la V2 ? ange​​​​​​

N'oublies pas que tu as fait abandonner Hands par Teach le 12 mai.

Ombreloup

Oui, bien sûr. Pour que j'y pense, ce serait bien de faire remonter l'erreur dans les errata.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ombreloup
avatar
Renaud Maroy

C'est créé.

avatar

Question sur le trajet de l'or dans le chapitre 8. J'avais un peu de mal à visualiser l'histoire des deux rivières au nord et au sud de Vera Cruz pour atteindre soit Rapatitlan, soit Yacatlan. Et vu que bien sûr ces localités n'existent plus, que les monts et les rivières ont changés de nom, j'ai bien galéré avec d'anciennes cartes de l'époque (et leurs erreurs) et les cartes modernes pour trouver un peu à quoi ça correspondait.

Est ce qu'avec cette carte j'ai plutôt bien compris l'idée générale ?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Cindoc
avatar
Ombreloup

Merci beaucoup Ombreloup pour le travail minutieux que tu fais sur tous les ouvrages !