Cookies

Utilisation des cookies

Pour le bon fonctionnement du site, nous utilisons des cookies techniques qui permettent de gérer votre connexion.
Nous utilisons des cookies Google Analytics pour le suivi anonyme de la navigation. Vous pouvez désactiver ces derniers à tout moment ici.

Confirmation

Par défaut, nous conservons votre acceptation durant 13 mois.
Gérez vos cookies ici.



Personnaliser

Un savoir unique rien que pour vous 84

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Pavillon Noir

avatar

Ce fil n'a pour objet que d'attirer votre attention sur quelques éléments cruciaux et tellement méconnus des pirates qu'on n'en parle jamais

avatar

On va se regaler!

avatar

J'attire votre attention sur les uniformes et les vêtements dans La Révolte pages 299 à 301.

Le premier élément que personne ne pense savoir se trouve page 301, dans le paragraphe commençant par "des baudriers". Elément semble-t-il inconnu. Pourtant, Barry Clifford en a retrouvé un exemplaire (avec les pistolets attachés !) dans l'épave du Whydah de Samuel Bellamy, prouvant que c'était utilisé avant 1717. Le doute subsisterait si l'on ne trouvait pas ce même élément dans la description de Roberts au moment de son dernier combat en bas de la page 289 de "Les chemins de fortune", attribué à Daniel Defoe et plus probablement l'oeuvre de Nathaniel Mist.

J'ai essayé d'expliquer cet élément de costume à l'usage crucial à BBE, mais impossible de me faire comprendre des illustrateurs. J'ai donc fait faire une illustration qui les montrent en combat. Malheureusement, le rendu de l'illustration n'était pas compatible avec la gamme. Si j'ai l'accord de BBE, je le mettrais dans ce fil.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ombreloup
avatar

Le second élément se trouve dans Les Carnets du Capitaine Francis de Vercourt volume 2. Il concerne un objet mythique que des chasseurs de trésor cherchent encore... pour rien.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • DSC1978
avatar
Renaud Maroy

Je serai fana, car je ne visualise pas bien, et pour mes costumes de pirate en GN ce serait nickel.

avatar
Renaud Maroy

J'espere que ta source principale en tant que chercheur de tresor n;est pas Barry Clifford, parce que recemment hein, c'est pas ca...

*Humour inside hein*

avatar

J'espere que ta source principale en tant que chercheur de tresor n;est pas Barry Clifford, parce que recemment hein, c'est pas ca...

*Humour inside hein*

DSC1978

En histoire, ce n'est pas le dernier qui a parlé que l'on retient, c'est le plus pertinent. En la matière, l'objet parle de lui-même : une écharpe dans un riche tissus, à peu rigide, avec des languettes aux deux bouts, lesdites languettes étaient fixées par un noeud sur un pistolet de chaque côté, passant autour de la crosse et dans l'anneau de protection de la gachette.

avatar

Je serai fana, car je ne visualise pas bien, et pour mes costumes de pirate en GN ce serait nickel.

Ombreloup

Je ne sais pas comment mettre une illus en ligne. Ce n'est pas bien compliqué, tu poses les deux (ou quatre, ou six, ou huit comme pour Teach) sur le torse et l'abdomen, et tu fait passer l'écharpe derrière la tête. Comme ça les pistolets sont suspendus sur le torse et l'abdomen, et il n'y a plus qu'à les saisir pour tirer.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ombreloup
avatar
Renaud Maroy

Pour l'image c'est assez simple, voir ci-dessus.

Du coup pour l'écharpe, ça passe derrière la nuque, et ça reste ouvert devant ? Pas de tour autour du coup, pas de jointure entre les extrémités comme une écharpe d'élu, juste une écharpe posée sur la nuque ? Et ça ne glisse ou ne tombe pas ?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Renaud Maroy
avatar

Il me semble avoir vu dans un film ou une illustration le principe mais avec une cordelette... En gros Ombreloup, tu prends une corde, et tu attaches a chaque extremité un pistolet, et tu la passes autour de ton cou, comme un foulard qui pendrait sur le torse. Ca permettait au pirate d'avoir deux pistolets (ou plus d'apres les dires de Renaud), qui se balancaient effectivement sur ton torse, mais que tu pouvais saisir rapidement pour t'en servir et relacher si tu avais besoin de tes mains - sans perdre les dits pistolets en le lachant, ou sans perdre de temps a les rengainer. C'est vrai ceci dit que ca n'avait pas l'air ultra-pratique, et qu'on peut se poser la question de la cordelette ou echarpe qui glisse d'un coté ou de l'autre, ou meme qui te generit en combat vue que les pistolets se balladent de droite et de gauche en balancier. Maintenant, je suppose que si c'était utilisé, c'est qu'il devait y avoir un certain interet pratique.

@ Renaud: pour Barry, c'est pour cela que j;ai ajouté "humour inside". Ses premieres decouvertes ont été interessantes, mais je sais pas trop ce qui s'est passé sur Madagascar, mais a priori le travail n'a pas été aussi "serieux". Maintenant je ne remets pas en question la decouverte et la collection d'objets du Whydah.

avatar

Le pirate de gauche.

avatar

D'accord ! Bon à tester.

avatar

Petit apparté pour briller avant le début de la partie :

Il est officiellement interdit de hisser le pavillon pirate en France, même pour de rire. Un texte de décembre 1926 prévoit même le paiement d'une amende et une peine d'emprisonnement de 6 à 180 jours pour le contrevenant. Cela dit, le respect de cette loi n’est évidemment guère suivie.

Reste qu’il existe une exception tout à fait légale et très officielle qui autorise un batiment français à arborer le Jolly Rodger !

Et par n'importe lequel puisqu'il s'agit du Commandant L'Herminier de la Marine Nationale !

C'est un aviso de type A69 spécialisé dans la lutte anti-sous-marine. Il porte le nom du commandant du Casablanca, un sous-marin ayant participé à la libération de la Corse. En récompense de ses actions, Jean L’Herminier a reçu un Jolly Rodger des mains du capitaine Fawkes, commandant de la huitième flottille des sous-marins britanniques auquel le Casablanca était rattaché. Il est en effet de coutume, et toujours actuellement, pour les sous-mariniers anglais d’aborder le Jolly en rentrant à la base, signifiant ainsi qu’ils ont accomplis avec succès leurs missions. Cette tradition date de la première guerre mondiale.

En baptisant l’aviso Commandant L’Herminier en hommage au héros, la Marine Nationale a aussi fait officialiser l’usage du Jolly pour le navire.

Nous aurons peut-être la chance de voir ça cet été du côté de la rade de Brest, le Commandant L'Herminier étant retiré de la Flotte active et devant s'y rendre pour y être démantelé. Connaissant l'attachement de la Marine à ses traditions, il ne serait pas étonnant qau'une petite cérémonie soit prévue. Si un Brestois peut enquêter sur le sujet...

avatar

Interdit de le hisser sur une embarcation ou bien même chez soi ?

avatar
Du coup pour l'écharpe, ça passe derrière la nuque, et ça reste ouvert devant ? Pas de tour autour du coup, pas de jointure entre les extrémités comme une écharpe d'élu, juste une écharpe posée sur la nuque ? Et ça ne glisse ou ne tombe pas ?
Ombreloup

Exactement. Non, ça ne glisse pas, et ça n'a aucune chance de tomber. Je rappelle que les pistolets, ça pèse très lourd et ça fait 50 cm de long. Ca protège également le torse, et vous retrouverez l'écharpe dans certaines manoeuvre de Combat de pont.

avatar

Interdit de le hisser sur une embarcation ou bien même chez soi ?

Mark Twang

En tout cas, pas aux USA, car on trouve de nombreux pavillons noirs hissé sur les navires de guerre et les sous-marins.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Phil
avatar

Le pirate de gauche.

DSC1978

Oui, c'est à peu près ça. Pour la ceinture, par contre, vous oubliez, tout comme le pistolet dans la ceinture ornementale (mauvais goût + mauvaise tenue + danger pour les jambes)

avatar

Le pirate de gauche.

DSC1978

Peux-tu me dire d'où vient cette image ?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Grand Strateger
avatar
Renaud Maroy

D'une vidéo de National Geographic sur Clifford ? (moi je l'ai trouvée là en tout cas)

Edit : carbonisé par Phil content