Article Le Fix : pour en discuter 58

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Pavillon Noir

avatar

http://lefix.di6dent.fr/archives/5265

Qu’en dites-vous ?

avatar

Personnellement, j'ai donné mon avis en bas de l'article. Pour moi Pavilly Noir répond parfaitement à ce que j'attends d'un financement participatif.

On me décrit un projet, j'avance une somme d'argent et lors de la concrétisation du projet, j'obtiens un peu plus (bon dans le cas de Pavillon Noir c'est beaucoup plus) que si j'avais attendu la sortie en boutique.

Je suis prêt à avancer une somme d'argent durant n années mais il faut que je sois gagnant dans l'affaire.

Après, le Fix déteste le crowdfunding et le marché du JDR, j'ai toujours l'impression de lire du "c'était mieux avant" alors que lorsque j'ai débuté le JDR il n'y avait rien a vendre dans les étals...

Et pourtant on voit qu'aujourd'hui, mis à part de très grosses licences comme Star Wars il est difficile pour certains jeux de vivre après une sortie directe en boutique.

avatar

Je ne le trouve pas vraiment négatif cet article. Oui, il met en avant certaines choses "qui agacent", après je n'ai pas l'impression qu'il tire à boulet rouge sur le jeu, bien au contraire...

avatar

Il y a peu d'ironie dans cet article et de la résignation face à ce mode de financement qui apparaît désormais indispensable pour avoir accès à certains jeux de rôle. Mais il reconnaisse que sans celui-ci un jeu comme PN2 n'aurait pu avoir un tel développement.

avatar

Ce que je trouve dommage, c'est que c'est article, à part revenir sur la PP et son retard, ne dit absolument rien sur le fond, à savoir ce qu'ils pensent du jeu en lui même et de ses suppléments. A ce stade, je pense que ce qui peut intéresser les rôlistes, c'est plutôt ça.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • BeauBarbu
avatar
Marc S

En même temps, il faut le temps de lire le volume de page, de les ingérer pour pouvoir critiquer le fond. Là, cela marque la sortie tant attendu d'un long projet. Il faut laisser le temps maintenant.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Benoit
avatar
BeauBarbu

D'où la maladresse de rédiger un article "à chaud".

Ce message a reçu 2 réponses de
  • LeoDanto
  • et
  • Marc S
avatar
Benoit

En même temps la prétention de l'article n'est pas de faire une critique de PN2 mais de rebondir sur sa sortie pour pointer du doigt ce que l'auteur estime être des dérives générées par les CF, non?

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Derle
  • et
  • Marc S
avatar
LeoDanto

C'est aussi mon avis, et cet article le fait de maniére assez juste, après le filancement est doucement en train d'intégré les critiques mêmes s'il reste du chemin

avatar
Benoit

C'est exactement ça : quel intérêt d'écrire un article si c'est juste pour dire que le projet a 5 ans de retard blablabla... ? Ca fait quelques années maintenant que tout le monde a fait le constat et regretté le retard d'un certain nombre de financements participatifs, généralement dûs au manque de maîtrise de l'outil, à l'inexpérience des éditeurs, qui souvent, ont été enthousiastes et se sont laissés emporter par l'interaction avec les clients, qui, ne l'oublions pas, sont les premiers à en demander toujours plus.

Bref, le constat a été fait il y a maintenant un moment. Quel intérêt d'enfoncer le clou aujourd'hui alors que le produit est là. Maintenant, ce qui intéresse les gens, c'est la qualité du jeu et du matos proposé. Donc plutôt que de se précipiter sur le clavier pour sortir un article à toute vitesse pour ne rien dire, à mon avis, il vaut mieux prendre le temps de bien lire ce qu'il y a à lire pour en faire la critique quand ce sera possible.

avatar
LeoDanto

Plutôt que "dérives", comme je le disais ailleurs, PN2 comme d'autres CF et PP de l'époque a fais les frais du manque d'expérience des éditeurs avec cette technique de financement. C'est un bel outil, mais il faut le maîtriser, et ne pas se laisser embarquer. A l'époque, plusieurs éditeurs se sont fait piéger par l'enthousiasme, et ensuite, eux et d'autres ont vu qu'il fallait être prudent et mieux maîtriser, quitte à "frustrer" certains, qui n'hésitent pas à critiquer les projets qui ne proposent "pas assez" de matériel. En gros, certaines personnes veulent le beurre, l'argent du beurre et la crémière...

avatar

Plutôt que "dérives", comme je le disais ailleurs, PN2 comme d'autres CF et PP de l'époque [...]

Juste pour être sûr que je comprenne: de quelle époque parlons-nous? Des retards records par inexpérience comme PN2 ne sont heureusement pas/plus la règle mais peut-on dire que le modèle est aujourd'hui maîtrisé par les éditeurs?

Qu'on adhère ou pas au propos de l'article, je pense sincèrement qu'il faut s'en détâcher et ne pas le voir à charge spécifiquement de PN2 mais dans un contexte plus large. Personnellement je suis très content des CF et de ce qu'ils permettent d'accomplir mais j'ai trouvé cet article plutôt intéressant sur ce qu'il pointe.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Sanlioc59
avatar
LeoDanto

Cet article est d'autant plus intéressant quand on relit leur article sur Mutant Year Zéro. Ils regrettaient le fait qu'un jeu qui sort sans crowdfunding ne parvenait plus à fédérer.

Et c'est un peu symptomatique des auteurs du Fix, ils regrettent un peu"le bon vieux temps" et perdo je trouve ça très fatigant.

À un moment il faut changer de disque et accepter que les choses évoluent.

avatar

"Les jeux qui sortent sans crowdfunding ne parviennent pas à fédérer" n'est pas vrai, ok on a les jeux à licences comme Star Wars qui en sont le parfait exemple mais d'autres, sans licence, y arrivent très bien aussi, je pense notamment à Barbarians of Lemuria qui s'en sort très bien.

Un jeu qui ne trouve pas son public est un jeu qui ne plait pas tout simplement, faut juste accepter la chose, qu'il soit en boutiques ou non. Pas certain par exemple que si MAZ avait bénéficié d'un financement il aurait cartonné en PP. Certains jeux ne trouvent pas leur public, tout simplement. clin d'oeil

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Erestor
avatar

Comme Marc S, je trouve l'article assez vain, aussitôt lu aussitôt oublié, je n'ai aucune disposition à le critiquer davantage moqueur

avatar

Pas certain par exemple que si MAZ avait bénéficié d'un financement il aurait cartonné en PP. Certains jeux ne trouvent pas leur public, tout simplement. clin d'oeil

Ragnar

Ou pas: les CF ont aussi l'avantage de créer des communautés en amont. Correctement menée, une telle campagne peut créer une émulation intéressante qu'on ne retrouve pas forcément sur une sortie boutique classique.

(Et ça peut aussi retomber comme un soufflet raté)

avatar

Oui, il n'y a qu'à voir la dynamique des parties de Symbaroum en conv ou en club pour s'en convaincre !

avatar
Ragnar

Moi, MAZ me plait à fond... Mais sans le matos, bof. Et sortir un tel matos sans Crowdfunding, dur dur.

Donc il faut comparer ce qui est comparable : BoL, que j'apprécie aussi énormément, c'est 2d6 en lecture directe et classique, il n'y a besoin de rien d'autres.

Mais du FATE sans les dés, pour prendre un aure exemple, c'est vachement plus compliqué à vendre.

Donc le choix de Sans Détour autour de MYZ est très très bizarre. Surtout que des boites avec du matos et des petits tirages, ils savaient en faire même sans CF (Bimbo, Les Lames du Cardinal). Ce sont vraiment leurs choix éditoriaux comme de financement qui font que MYZ doit avoir du mal.

L'article du Fix, il faut le prendre pour ce qu'il est : un article polémique, avec la violence, l'ironie mordante et le second degré qui vont avec. De moins en moins ma tasse de thé avec le temps, le clivage que cela entraine inévitablement étant bien souvent assez stérile au final.

avatar

Moué, my two cent :

Je suis d'accord sur pas mal de points, comme dit au-dessus, les CF ont l'avantage de créer des communautés autour d'un jeu, de susciter l'envie, de rêver un peu à ce qu'on va avoir. D'un côté, comme dit au-dessus, j'avance de l'argent pendant un certain temps, en retour j'attends d'avoir quelques bonus.

Néanmoins, là où j'ai beaucoup de mal avec les CF, c'est les retards et les périodes affichées. Autant, un CF qui me dit " livraison estimée dans 1 an ", ça va m'ennuyer, j'ai des passions volatiles, et peut-être que le produit ne m'intéressera plus dans 1 an, donc je vais éviter, ou du moins réfléchir. Ou alors (c'est le cas pour monstrueusement mignon par exemple), je me dit que ça servira toujours, que c'est un beau bouquin, et que de toute façon c'est pas très cher.

Par contre, les CF qui disent "livraison rapide dans 2 mois", je vais me laisser tenter plus facilement : je suis dans le mood du jeu annoncé, je commence à teaser mes joueurs (pour du JDR) ou à me "hyper" (pour des bouquins), et ça va vite me gonfler sur les retards. Sur une BD (dungeon skippers), je suis censé le recevoir depuis janvier, ça commence à me gonfler sévèrement, c'était le cadeau que ma copine devait me faire pour Noël. J'ai tendance à un peu plus comprendre, car le mec est seul et travail en même temps car ce n'est pas son métier. Néanmoins, ma copine ne voudra plus jamais m'offrir ce genre de truc.

Pour BBE, clairement, ça tape dans le potentiel sympathie que j'ai pour la boite. Je prends l'exemple de starfinder, affiché comme livré "très rapidement, car on a appris de nos erreurs, on ne vous donne pas de bonus (bon ok le prix, mais les petits cadeaux en plus c'est top aussi ça fait rêver joyeux), car on veut que ça arrive rapidement". Moi, j'appelle ça un argument de vente. Concrètement, ma décision d'achat s'est faite à 70 % là dessus : je voulais jouer à un jeu de ce type rapidement avec mes joueurs : reçu fin mars, lu et digéré de avril à mai pour commencer en juin. Résultat : pas là. Soit je doit donc racheter un autre JDR de ce type pour pouvoir satisfaire mon appétit et celui des joueurs, soit je passe à un autre jeu, avec un potentiel de "hype" qui descend en flèche. Je peux comprendre les différents retards, mais la gestion de projet et surtout la communication est, excusez-moi, vraiment naze. Moi, au taff quand j'ai du retard, je préviens le client le plus rapidement possible. Au bout d'un certain temps, je connais mon taff, et je sais anticiper les retards ou faire en sorte qu'il n'y en ait plus. (Bon PN2 est un cas à part, c'est de la création, etc.) Mais SF ? on nous annonce qu'il n'y a plus que le maquettage, qui aura finalement pris des mois. Ok, y'a des soucis d'imprimeur, mais au final, quand on avance un argument de vente basé essentiellement sur le temps de livraison, on s'en donne les moyens (freelance supplémentaire, autre imprimeur ?). Au taff en tout cas, c'est ce que fait ma direction si on a annoncé des délais et que c'était l'argument de vente principal, quitte à ne pas marger, afin de ne pas perdre la confiance de nos clients.

Clairement, si les délais était plus respectés, ma CB chaufferait plus souvent (donc en fait c'est bien non ? ^^)

Désolé pour le pavé ^^

avatar

La différence avec ton taf c'est surement que le client ne paye qu'un fois le boulot livré. Un éditeur de Crowdfounding 😈 peut se permettre un peu de délai étant donné que le projet est financé. Je pense qu'avant la pression était plus forte pour que le jeu sorte en boutique.

Ma crainte c'est qu'un jour les jeux n'arrivent même plus en boutiques... s'il y en a encore... on achèterait sans aucune idée de ce que l'on va recevoir ni quand...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • formol