CASUS BELLI

Yenga ! le JdR et Casus #24 aux abonnés 22/12/2017


Vous avez probablement été sages car voici le premier cadeau de la saison !

Un peu avant Noël, pile pour le week-end et/ou le début des vacances pour les chanceux qui en prennent, voici le PDF de Casus Belli #24 disponible en avant-première pour tous les abonnés. Encore merci de votre fidelité et de votre soutien, vous êtes toujours plus nombreux et ça fait vraiment plaisir.

Pour les autres, il est encore temps de s'abonner (ou de se réabonner !) et donc d'avoir accès immédiatement, pour quelques jours encore, au PDF du Casus #24 qui va partir à l'imprimerie et être livré début janvier dans les boîtes aux lettres des abonnés et aux boutiques.

En plus d'un nouveau scénario "officiel avant Laelith" (voir cette news) d'une tonne de critiques (vraiment il y en a beaucoup dans ce numéro), vous trouverez dans ce Casus un petit JdR complet. Un jeu de rôle ou un jeu narrativiste ? Franchement, la frontière est mince mais pour nous à la rédaction, on considère qu'il s'agit d'un petit jeu de rôle très léger au niveau de sa motorisation mais super inspiré, très créatif et doté d'une ambiance vraiment cool.

Bienvenue dans Yenka!, revenge of the haunted voodoo trinkets (la revanche des bibelots vaudous hantés).

On est ravi de publier ce jeu pour deux raisons : déjà parce qu'il nous a beaucoup plu et ensuite parce qu'il nous a été proposé par une nouvelle auteure, Aurélie Pailhez. A la rédaction, on aime le sang neuf (surtout nos vieilles liches vampires, celles qui rôdent en permanence au piano bar, au fond de la crypte) et on est toujours heureux d'acceuillir une rôliste de plus. Car même si les membres de la rédaction sont aussi accueillants qu'un régiments de hobgobelins (et à peu près aussi propres), il faut avouer que la bande est encore majoritairement masculine. Mais peu à peu ça change. Et tant mieux !

Place maintenant au pitch de ce jeu complet :

Yenka! est un JdR où vous incarnez des objets magiques, vaudous ou hantés ! En pleine Nouvelle-Orléans, quand Kill Bill croise des histoires de fantômes, des zombies et de l’intrigue ! Vous allez passer une nuit de dingue, en compagnie de la superbe Suu qui a la rage pour venger son mari assassiné. Vous êtes prêt à l’aider ?

Cette nuit, tout a changé

Vous n’avez rien vu venir. Des ombres furtives ont explosé les vitrines du magasin. Des voleurs ! Ils ont osé vous piétiner avec leurs chaussures puantes en vous ignorant, pas même un regard, comme si vous n’aviez aucune valeur. Quelle humiliation !

Vous avez vu Tonton Yenka surgir de l’arrière-boutique telle une panthère face à des intrus sur son territoire. Le vieil homme se bat comme un fauve contre ces dizaines de silhouettes. Il fait tomber la capuche de l’un d’eux : un jeune homme noir, le crâne rasé. Son visage est scarifié et porte un tatouage de serpent. Tonton peut s’en sortir, leur donner une bonne leçon avec ses nombreuses techniques d'autodéfense inspirées de tous les horizons. Mais l’un d’eux sort une arme. Et le vise en pleine tête.

L’écho du tir surprend les autres assaillants. « Putain !, hurle l’un d’eux, T’aurais pas dû faire ça ! C’était pas prévu! » Un autre fouille le corps et y trouve quelque chose. « C’est bon je l’ai, on se casse. » Puis tous disparaissent, en marchant encore une fois sur vous.

Et la pluie tombe, l’orage gronde

Deux heures passent. Une silhouette s’approche de la boutique. S’arrête en voyant le verre brisé. Elle court, laissant tomber son sac. Elle s’effondre en pleurant au chevet du corps inerte de Tonton. Elle l’appelle, le secoue, pleure toutes les larmes de son corps, en vain. Vous assistez impuissants à cette scène déchirante et reconnaissez Suu, la femme de Yenka.

Les pleurs se transforment rapidement en colère. Elle serre les poings, les dents, gronde puis hurle de rage. Sa main se pose sur un objet, puis un autre, au hasard, puis sur vous. Suu ne réfléchit pas, tout est blanc dans son esprit. Elle se redresse. Le rimmel coule, se mêlant sur sa joue au sang de son époux.

Dans l’encadrement de la porte de la boutique, sur un fond de pluie battante, Suu fait le serment de se venger. Plus loin dans la Nouvelle-Orléans, une bande de malfrats sent un frisson glacé et terrifiant lui parcourir l’échine...

Si ça ne vous donne pas envie de vous abonner dès maintenant pour lire ce jeu, ça...

Bonne lecture à toutes et à tous !

Commentaires 11

Marc S
le 22/12/2017 à 22h26
Trop bien, la couv' ! :p

Ajouter un commentaire

Fil d'infos CASUS

Boutique Boutique PDF Annuaire des associations

.

Paiement
Expédition

SAV

.

En direct du forum

Sans Détour perd la licence Call of Cthulhu

10/12/2018 04:09, Julien Dutel a écrit : Si Chaosium dit vrai, [...] ou bien Chaosium ment pour se débarrasser de SDRhialto49848M ême si nous n'avons que leur son de cloche, en l'état, nous n'avons aucune raison valable de douter

10/12/2018 04:01, Rhialto49848 a écrit : Pardonne moi d'arriver un peu après la bataille, mais compte tenu des informations dont nous disposons, qui sont certes parcelaires et issues uniquement d'un des partis dans le conflit, et don

PB avec la magie D&Dienne

10/12/2018 02:12, Julien Dutel a écrit : "Bonjour j'ai ouvert ce fil et bon on est hors sujet""non on est pas hors sujet parce que"Les gars, si l'auteur du fil dit que vous êtes hors sujet et que le sujet c'est qu'il demande

Questions techniques

10/12/2018 01:58, Vega a écrit : Ah autant pour moi, quand je parlais de prêtre/psioniqu e, je voulais dire que c'est deux classes qui portent une armure métallique, je ne pensais pas à un hybride entre ces classes. J'ai édit

Vampire: la mascarade

10/12/2018 01:39, WolfRider4594 a écrit : Il y a celui de la V5.Je conseille pas, sauf si tu tiens a jouer une pédophile.nergh ull GQuand on balance ce genre d'affirmation sans l'étayer par un minimum d'argumentation , ça fait très jugement p