BBE approved

On a testé Starfinder ! 04/04/2017

par Damien C BBE


David (le boss) et moi (le roux) avons eu la chance de tester Starfinder, l'adapation de Pathfinder à la thématique du Space Opera, en avant-première, dans les locaux de Paizo à Seattle !

Comme tout bon français un brin méfiant de nature, nous étions plus que réservés sur la pertinence de faire un dérivé de l'excellente gamme Pathfinder à la sauce Star Wars, quand bien même il était promis à un énorme succès outre-Atlantique. Trop de concept marketing tue le jeu, c'est souvent ce que l'on pense ici, chez BBE...

Cela étant, avant de commencer cette partie test donc, nous avions bien conscience de la qualité des équipes de Paizo. Nous avons bonne mémoire et nous souvenons qu'ils ont réussi à publier régulièrement des campagnes et des scénarios de grande qualité, à un rythme jamais vu dans le monde du JdR.

Ayant lu les premières informations (rassemblées ici sur le site), nous savions déjà que l’univers promettait d’être beaucoup plus intéressant que prévu (la disparition de Golarion, le gap temporel lié à cette disparition engendrant une recherche de ce qu’il s’est passé pendant ce gap, etc.). Bon point donc, mais qu’en était-il des règles ?

La partie de test

J’ai eu la chance de jouer Wothor Ironstar, un personnage dont la classe était le fameux "Solarian", cette sorte d’adepte d’un pouvoir cosmique dont l'équilibre se fait entre deux forces opposées : la gravitation ("Graviton") d’un côté et les photons ("Photon") de l’autre. Ici, la dualité entre les deux aspects qui fait immédiatement penser à la Force devient donc une dualité qui n'est pas liée au bien et au mal, mais est fortement liée aux forces primordiales « de la galaxie » (ce qui donne tout de suite de la substance et permet de s'éloigner du concept du Jedi tout en puisant dans son imagerie incontournable). N'y allons pas par quatre chemins, ce personnage fut super fun à jouer, puisque je devais choisir à quel aspect harmoniser Wothor Ironstar pour utiliser ses différents pouvoirs. Devais-je attirer à moi les forces de la gravité pour empêcher un ennemi de fuir ou concentrer mon énergie solaire pour l'expulser autour de moi et frapper mes ennemis ?

Parmi les autres joueurs, on peut citer un personnage "hacker" accompagné d’un drone, sorte de "familier" version Space Opera, dont le fun et l'utilité en jeu s’est révélé très vite (capacités intéressantes, possibilité de personnaliser le drone, envie immédiate de lui donner une personnalité, etc.), un as du pistolet laser, et un "Operative", sorte de roublard de l'espace.

Originalité ?

David et moi avons tous les deux trouvé que le fait de pouvoir retrouver toutes les races classiques ou presque de Pathfinder dans un setting de Space Opera se révélait finalement original, au sens où le vieux Spelljammer n'a guère laissé de souvenir impérissable dans l'histoire du JdR (pour ceux qui ne connaissent pas, cherchez sur le net !). Un homme-rat hacker avec son drone, un nain invoquant les forces de la gravité, des gobelins mutants bricoleurs de l’espace… Nous n’avons joué qu’un petit scénario mélangeant le principe du film Event Horizon (exploration d’un vaisseau spatial inconnu dérivant dans l’espace) et - croyait-on au départ - de 2001, L’Odyssée de l’espace (une IA ayant pris le contrôle du vaisseau ?). Tout cela pour finir opposés à un ennemi digne des meilleurs films de la pop culture des années 80 dans un final aussi fun que prenant (mais impossible de spoiler à cette heure, désolé !).

Conclusion

Au final, la rencontre des règles d’un Pathfinder remodelé (puisqu'il y a quand même pas mal de nouveautés, sans changer évidemment les bases du jeu) avec un univers de jeu à la fois fun et intéressant donne une bonne imbrication générale. Nous n'avons jamais eu la désagréable impression de jouer à Pathfinder dans l’espace, mais bien à un jeu à part, Starfinder, proche mais différent, et typé selon le contenu d'un background imaginé par la team Paizo.

Pour nous, Starfinder devrait être un très bon jeu (la version finale devrait être disponible pour nous très prochainement), d'autant qu'il sera accompagné - et c’est un luxe que peu de jeux se permettent malheureusement - de campagnes réellement prêt-à-jouer (comme les Campagnes Pathfinder).

Sachez que le livret du RPG Free Day de Paizo cette année sera évidemment dédié à Starfinder. Il contiendra 16 pages de races bizarres et d’aperçu du jeu, qui seront traduites comme tous les ans par la team du site Pathfinder-FR et proposées en PDF gratuit sur le site de BBE/Casus à la fin du printemps.

D’ici là, un peu de patience, mais n’hésitez pas à suivre les previews (nous allons parler planning, campagne et figurines, oui, oui) qui ne manqueront pas de soulager notre impatience avant la sortie du jeu aux USA pour la Gencon en août... et peu après en France, assurément !

Commentaires 38

Grand Strateger
le 05/04/2017 à 09h40
Alain 6567 : comme tu ne sais pas à quelle date le jeu a été testé dans les locaux de Paizo, "en bon rôliste français" tu trolles en fait sans savoir ? smiley
Alain6567
le 05/04/2017 à 08h40
"Comme tout bon français un brin méfiant de nature, nous étions plus que réservés sur la pertinence de faire un dérivé de l'excellente gamme pathfinder à la sauce Star Wars,"
Tellement méfiant que vous aviez décidé de le traduire avant même de l'avoir testé visiblement, après tout on c'est jamais c'est peut-être nul mais tant que ça se vends.
Est ce une annonce commercialle ou un véritable avis de test ? Parce que comme tout bon français une brin méfiant de nature, je suis plus que reservés sur la pertinence de ce billet de test
Genseric15662
le 05/04/2017 à 08h09
Ce n'est pas si original que ça. Par bien des aspects, Star Wars est du med-fan à la sauce SF. Il y a des magiciens, des chevaliers en armure, des peuples proches des Orques (avec face de groin et tout et tout : les Gamorréens) et même un paysan appelé à sauver le monde. Mais l'expérience a déjà été tentée avec Dragonstar, un setting D&D3.5 situé dans l'espââââce avec les races classiques de D&D et des dragons qui dirigent des consortiums galactiques. Spelljammer, pour moi, ce n'est pas de la SF, c'est juste les bonnes vieilles races dans des bateaux magiques.
Zagig Yragerne
le 05/04/2017 à 03h01
Le logo reste moche. ^^
Je doute acheter le bouquin de base si les règles sont vraiment proches de Pathfinder. Par contre, j'ai un pote qui le prendra sûrement, donc j'aurai l'occasion de tester. Et les campagnes effectivement ça peut le faire, et certainement se savagiser facilement avec le SCIFI Companion.
Sinon, moi j'aime bien Spelljammer. Pas spécialement connu en France, mais elle a été rallongée aux US vu son succès plus important que ce qui était attendu. Et le logo était mieux. ^^
ypikaye
le 04/04/2017 à 22h37
Je n'ai pas tout compris : c'est une info-commerciale de BBE ou un avis de rôliste roux ?
Cela posé, il y a un vrai travail graphique de qualité, ainsi que la volonté de combat spatiaux d'après les figurines de vaisseaux présentés récemment et surtout, pour ce différencier fortement des autres concurrents la production de campagnes à la PAIZO.
Mais pour moi l'intérêt de la SF, c'est avant tout, de s'éloigner du Med-Fan et je crains, malgré les premiers avis, ô combien de valeur, des nobles explorateurs de BBE , que Starfinder avec ses niveaux, ses PV, ses sauvegardes etc... exhale trop le parfum de Pathfinder.
De même les campagnes de SF à progression de niveau bornent à mon sens le genre à un simple escalier rectiligne alors que le genre permet généralement par la puissance des technologies en vigueur de se projeter dans un histoire à n'importe quel niveau de puissance.
Bref, je demande vraiment à voir tout en espérant que les campagnes de Starfinder soient au niveau de celles de Pathfinder sans cet aspect progression par niveau.
ephan
le 04/04/2017 à 22h20
En effet smiley
alanthyr
le 04/04/2017 à 20h58
Et merde ... ça va pas améliorer mon sevrage ...smiley
PierreB
le 04/04/2017 à 19h15
Kegron : j'prépare ça... smiley
Laurendi
le 04/04/2017 à 18h39
Du coup, prochain participatif serait-il COG ?
Laurent Kegron Bernasconi
le 04/04/2017 à 18h33
C'est chouette ça va faire des campagnes pour COG smiley
C'est vrai que les vrais bonnes campagnes de space op, ça ne cours pas les rues...

Ajouter un commentaire