BBE approved

On a testé Starfinder ! 04/04/2017

par Damien C BBE


David (le boss) et moi (le roux) avons eu la chance de tester Starfinder, l'adapation de Pathfinder à la thématique du Space Opera, en avant-première, dans les locaux de Paizo à Seattle !

Comme tout bon français un brin méfiant de nature, nous étions plus que réservés sur la pertinence de faire un dérivé de l'excellente gamme Pathfinder à la sauce Star Wars, quand bien même il était promis à un énorme succès outre-Atlantique. Trop de concept marketing tue le jeu, c'est souvent ce que l'on pense ici, chez BBE...

Cela étant, avant de commencer cette partie test donc, nous avions bien conscience de la qualité des équipes de Paizo. Nous avons bonne mémoire et nous souvenons qu'ils ont réussi à publier régulièrement des campagnes et des scénarios de grande qualité, à un rythme jamais vu dans le monde du JdR.

Ayant lu les premières informations (rassemblées ici sur le site), nous savions déjà que l’univers promettait d’être beaucoup plus intéressant que prévu (la disparition de Golarion, le gap temporel lié à cette disparition engendrant une recherche de ce qu’il s’est passé pendant ce gap, etc.). Bon point donc, mais qu’en était-il des règles ?

La partie de test

J’ai eu la chance de jouer Wothor Ironstar, un personnage dont la classe était le fameux "Solarian", cette sorte d’adepte d’un pouvoir cosmique dont l'équilibre se fait entre deux forces opposées : la gravitation ("Graviton") d’un côté et les photons ("Photon") de l’autre. Ici, la dualité entre les deux aspects qui fait immédiatement penser à la Force devient donc une dualité qui n'est pas liée au bien et au mal, mais est fortement liée aux forces primordiales « de la galaxie » (ce qui donne tout de suite de la substance et permet de s'éloigner du concept du Jedi tout en puisant dans son imagerie incontournable). N'y allons pas par quatre chemins, ce personnage fut super fun à jouer, puisque je devais choisir à quel aspect harmoniser Wothor Ironstar pour utiliser ses différents pouvoirs. Devais-je attirer à moi les forces de la gravité pour empêcher un ennemi de fuir ou concentrer mon énergie solaire pour l'expulser autour de moi et frapper mes ennemis ?

Parmi les autres joueurs, on peut citer un personnage "hacker" accompagné d’un drone, sorte de "familier" version Space Opera, dont le fun et l'utilité en jeu s’est révélé très vite (capacités intéressantes, possibilité de personnaliser le drone, envie immédiate de lui donner une personnalité, etc.), un as du pistolet laser, et un "Operative", sorte de roublard de l'espace.

Originalité ?

David et moi avons tous les deux trouvé que le fait de pouvoir retrouver toutes les races classiques ou presque de Pathfinder dans un setting de Space Opera se révélait finalement original, au sens où le vieux Spelljammer n'a guère laissé de souvenir impérissable dans l'histoire du JdR (pour ceux qui ne connaissent pas, cherchez sur le net !). Un homme-rat hacker avec son drone, un nain invoquant les forces de la gravité, des gobelins mutants bricoleurs de l’espace… Nous n’avons joué qu’un petit scénario mélangeant le principe du film Event Horizon (exploration d’un vaisseau spatial inconnu dérivant dans l’espace) et - croyait-on au départ - de 2001, L’Odyssée de l’espace (une IA ayant pris le contrôle du vaisseau ?). Tout cela pour finir opposés à un ennemi digne des meilleurs films de la pop culture des années 80 dans un final aussi fun que prenant (mais impossible de spoiler à cette heure, désolé !).

Conclusion

Au final, la rencontre des règles d’un Pathfinder remodelé (puisqu'il y a quand même pas mal de nouveautés, sans changer évidemment les bases du jeu) avec un univers de jeu à la fois fun et intéressant donne une bonne imbrication générale. Nous n'avons jamais eu la désagréable impression de jouer à Pathfinder dans l’espace, mais bien à un jeu à part, Starfinder, proche mais différent, et typé selon le contenu d'un background imaginé par la team Paizo.

Pour nous, Starfinder devrait être un très bon jeu (la version finale devrait être disponible pour nous très prochainement), d'autant qu'il sera accompagné - et c’est un luxe que peu de jeux se permettent malheureusement - de campagnes réellement prêt-à-jouer (comme les Campagnes Pathfinder).

Sachez que le livret du RPG Free Day de Paizo cette année sera évidemment dédié à Starfinder. Il contiendra 16 pages de races bizarres et d’aperçu du jeu, qui seront traduites comme tous les ans par la team du site Pathfinder-FR et proposées en PDF gratuit sur le site de BBE/Casus à la fin du printemps.

D’ici là, un peu de patience, mais n’hésitez pas à suivre les previews (nous allons parler planning, campagne et figurines, oui, oui) qui ne manqueront pas de soulager notre impatience avant la sortie du jeu aux USA pour la Gencon en août... et peu après en France, assurément !

Commentaires 38

Loki63
le 05/04/2017 à 17h06
D'ailleurs; si tu peux partager plus de données techniques sur le Solarian; je suis preneur😆
Loki63
le 05/04/2017 à 16h53
Merci pour la réponse.Je suis tombé amoureux du Cinétiste, et je suis très intrigué par le Solarian;)Le principe me fait penser à un personnage du comics Les Gardiens de la galaxie (Quasar).Je suis avide d'informations à son sujet.
Damien C BBE
le 05/04/2017 à 14h49
@Loki : non, le fait de choisir en permanence entre les deux tendances (un Solarian a des pouvoirs des deux tendances) fait que c'est relativement différent.
Loki63
le 05/04/2017 à 13h55
Coucou les gens; j'aurais juste une question très ciblée (^^): le Solarian est-il proche du Cinétiste (Aventures Occultes) de Pathfinder? Damien, ton avis sur la question ?;)
PierreB
le 05/04/2017 à 13h34
Dans univers de SF ou autre, le joueur/lecteur doit arriver à s'y projeter, à s'identifier, et souvent cela se fait grâce à des références qu'il connait, dans lesquelles il se reconnait et qui l'accroche (univers de film, de roman, transposition de notre propre monde dans le futur, etc.)
Ici on est dans une situation un peu bâtarde et pas forcément attractive au premier abord : le jeu est nouveau et propose un univers inconnu, dont sa seule référence est son nom qui est en "résonnance" avec Pathfinder et son système de jeu. Forcément l'interprétation que va faire le lecteur c'est : Starfinder = du Pathfinder dans les étoiles. Ce n'est pas forcément un nom très parlant ni très séduisant.
Il va falloir que Starfinder trouve son identité parmi les autres jeux de SF/Space Op, ce qui, sans ces fameux référentiels dont je parlais, est loin d'être gagné.
En tant que fan de Space Op, je pense qu'à l'instar de PF, c'est avant tout les campagnes qui vont être intéressantes et que peut être beaucoup vont les transposer à leur propre jeu ou univers. A voir et à suivre. Je suis curieux et interrogatif quand à cette gamme...
Federico67
le 05/04/2017 à 13h12
Bonne nouvelle, surtout s'il y a de bonnes campagnes (c'est un peu ce qui manque à la trilogie de jdr SW).
D'autant plus que le style graphique de Pathfinder n'a pas été repris - pour moi, ça a toujours été rédhibitoire smiley
Damien C BBE
le 05/04/2017 à 12h01
La gamme est totalement indépendante, mais reste compatible pour tous les mélanges possibles et iméginables (pour ceux qui veulent mélanger bien sûr !).
Menerst
le 05/04/2017 à 11h27
Hello,
La gamme sera indépendante ou la il faudra des livres Path pour y jouer ? et une campagne et prévue très vite aussi ?
Damien C BBE
le 05/04/2017 à 10h31
@Alain : ni l'un, ni l'autre. Les annonces commerciales ont déjà commencées par ailleurs et les avis de tests devront attendre de pouvoir mettre les mains dans le jeu final.
Il s'agit ici d'une note de blog et d'une simple partie de test. Je pense que le texte est clair à ce sujet de manière à ne prendre personne en traître. C'est un blog de personnes qui ne se cachent pas sous un faux compte où essaient de faire croire à des choses auxquelles ils ne croient pas (pas le style de la maison). Ce blog explique ce qu'on a pensé. Et si vous nous suivez depuis longtemps (dans nos critiques dans Casus ou sur les forum), vous savez à quoi vous en tenir sur la façon dont nous gérons la complexe dialectique "éditeurs-avec-des-intérêts-commerciaux"/"fan-désinterrés".
Ce n'est qu'un avis et vous aurez la possibilité de le confronter avec les avis et les tests complets d'autres, dans Casus ou sur le net !
#Spelljammer : ce jeu n'a jamais été traduit en français, ni Dragonstar, qui n'a d'ailleurs pas trouvé son public ni vraiment fait parler de lui à l'époque. Du fait de l'absence d'un jeu réussi et en plus traduit en français, Starfinder propose donc une forme "d'originalité" de proposer ce type d'univers puisqu'on en compte pratiquement aucun ! Original par le vide (spatial^^) en somme. smiley
L'originalité qu'on a ressenti est relative (Star Wars est bien une référence centrale), mais cependant, elle se ressent dans sa façon de mêler le passer et les peuples de Golarion à d'autres idées sympathiques (les Solariens).
Et comme d'autres, on place nos espoirs dans les campagnes. On espère que ce sera à la hauteur de Pathfinder a minima !
Dwilaseth
le 05/04/2017 à 09h43
J'ai tellement passé de temps dans les bouquins de règles & de backgrounds (ce que je ne regrette pas car Pathfinder et le d20 est une passion pour moi) que je doute pouvoir remettre çà avec une autre franchise Paizo. Financièrement aussi, je ne pense pas pouvoir tenir le cap si Paizo est aussi productif avec Starfinder ! En tout cas je vais surveiller cette sortie de près et attendre les premiers retours de la communauté.

Ajouter un commentaire