Ed Greewood : le pire écrivain de Fantasy de l’univers ? 137

Forums > Repaire des trolls (et des liches)

avatar
Panda Monk

Quel courage ! 😱

avatar

Je recommande également la lecture des romans Polaris. Il y a une ambiance originale qui se dégage de l'ensemble. De bonnes idées et quelques personnages haut en couleurs.

Après, tout dépend de ce que tu recherches comme lecture: çà reste du roman d'aventure, pas de la grande littérature. On pourra aussi reprocher les coquilles trop nombreuses et des invraisemblances dans l'univers.

Pour ma part, je n'ai pas regretté mon achat d'autant que ma femme est en train de terminer le 3ème tome, et qu'un ami m'a emprunté les 2 premiers... J'attends la sortie du prochain. content

Sammy

Même s'il existe nombre de romans d'aventure qui sont "de la grande littérature", on peut quand même demander, à ces romans inspirés par un JdR, d'être agréables à lire (et si possible pas chiantissimes).

Ce qui ne m'empêche pas de lire de temps à autre un R.A. Salvatore, dont les romans sont plus que perfectibles, mais dont j'accepte les défauts aussi longtemps qu'ils sont lisibles (et ne m'endorment pas aussi rapidement que le Cycle d'Opar de Farmer) parce qu'ils m'apportent un regard sur cet univers, des pistes de compréhension propres issues des idées d'un auteur qui n'en manque décidément pas, des inspirations, etc. et que je prends plaisir à les lire, plaisir simple, je le concède aisément... doublé d'un plaisir coupable découvert au fil de la lecture : celui de détecter les scènes qui sont techniquement rendues impossibles par le système D&D et qui pourtant surviennent dans les romans.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Lyle
avatar

Les seuls romans que j'ai lu concernant les RO, c'est La Séquence des Avatars :

  1. Valombre (1994), par Scott Ciencin, sous le pseudonyme Richard Awlinson
  2. Tantras (1994), par Scott Ciencin, sous le pseudonyme Richard Awlinson
  3. Eauprofonde (1994), par Troy Denning, sous le pseudonyme Richard Awlinson
  4. Le Prince des mensonges (1996), par James Lowder
  5. Le Procès de Cyric le fou (2005), par Troy Denning

Et j'avais bien aimé à l'époque (surtout le Prince des Mensonges), mais si je les relisais maintenant, est-ce que j'aimerai autant ?... va savoir ...

avatar

Merci pour ces avis. J'avais hésité à essayer de lire Valombre, précisément. Finalement, après avoir lu l'horrible L'anneau de l'hiver, je me suis dit que j'avais assez de lectures en suspens comme ça, sans avoir à me rajouter la lubie de tester les qualités littéraires respectives de ces romans RO. content

avatar
Jay

Ton post me permet de rebondir pour défendre un point important à mes yeux : aimer quelque chose est différent de la qualité de cette chose. Une erreur courante est de dire "J'aime pas, c'est de la merde." mais on exprime là deux choses fondamentalement différentes. Et on est totalement en droit d'aimer une oeuvre (qu'elle soit littéraire, cinématographique, musicale, picturale... peu importe) alors qu'elle est de piètre qualité. On est ici dans un débat entre le subjectif (le plaisir que l'on a face à une oeuvre) et l'objectif (la qualité de cette dernière).

Bref, on a le droit d'aimer des choses médiocres car elles ont une qualité qui nous parle personellement (ici, typiquement le fait que l'oeuvre se déroule dans les RO).

Néanmoins réussi à aimer la prose de Greenwood, je maintiens, c'est un acte d'abnégation absolue.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Jay
avatar

J ai tout lu ce qu il y a avait en VF sur les RO, Ravenloft et DragonLance de l'époque.

J ai racheté toutes les nouvelles traductions poches de Milady. Un effort a été fait pour la lecture (niveau traduction) et les romans ne sont pas censurés.

Franchement Ed Greenwood est le plus mauvais, bien que la saga sur le magefeu soit bien.

C'est le background sur l'univers qui est a prendre, rarement l intrigue. Il a de bon délire sur le Réseau Noir et les magiciens Rouge, mais ce qui fout tout en l'air c'est l overdose de puissance derrière dès qu il fait intervenir les élu-e-s de Mystra... a ce compte comment se fait il qu'ils n aient pas éradiqué le mal des RO... Et la survie d'Elminster en Enfer et son retour.... bof , et dire qu une déesse a eu besoin d'un groupe de PJs pour en revenir!

RA Salvator , c'est un epu mieux , amis ça tourne en rond et à forc ece n'est plus plausible.. Un de ses héros anéanti et brisé revient comme si de rien n'était en un roman.

Ce sont plus des "sourcebooks" que des romans....

Weiss et Hickman sont des écrivains de catégorie supérieure.

Je vous conseille le site : Le monde Toril

avatar

En BD cette année j'ai rattrapé mon retard en terminant de m'offrir la totale des ouvrages de Patrick Prugne dont les histoires et le coup de crayon sont superbes... sur les indiens d'Amérique du Nord... j'ai vu qu'il y avait des coffrets pour Noël je ne sais plus trop dans quel magasin de livres... mais en tout ca c'est vraiment chouette si vous ne connaissez pas

avatar
Lyle

Tout à fait d'accord avec cela.

Du reste, j'aime à croire que qui prétend que ses goûts rencontrent absolument toujours le "bon goût", ou qui prétend savoir être suffisamment objectif pour en toute occasion être capable d'émettre un jugement sur la qualité hors de tout parasitage par ses propres goûts, est doté d'un melon de taille transfinie.

Ce message a reçu 3 réponses de
  • Lyle
  • ,
  • Edwin
  • et
  • ellyrion
avatar
Jay

Exactement, c'est le genre de personne a inviter à manger car... c'est bon le melon. joyeux

PS : Et je prouve par ma réponse ci dessus que le bon goût et moi c'est pas trop ça.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Jay
avatar
Lyle

Oui, mais nous, nous sommes hors catégorie, question bon goût : déjà, on aime le jdr (et le melon). mort de rire

avatar

Au bout d'un moment, ça me donne envie de le lire pour voir à quel point c'est nul. C'est intéressant quand c'est très mauvais ou très bon, c'est au milieu que ça m'ennuie mort de rire

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Lyle
avatar
Florent

Oui, enfin, pour prendre une comparaison cinématographique ici on est pas dans le nanard, mais complètement dans le navet. (et le navet c'est moins bon que le melon)

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Jay
avatar
Lyle

Oui, c'est exactement cela, excellente comparaison !

avatar

Oui, enfin, pour prendre une comparaison cinématographique ici on est pas dans le nanard, mais complètement dans le navet. (et le navet c'est moins bon que le melon)

Lyle

Et pourtant dans le cinéma, il y a des fan d'Ed Wood... clin d'oeil

avatar
Et pourtant dans le cinéma, il y a des fan d'Ed Wood... clin d'oeil
Mordicus

oui , et des films de la hammer et universal et des giallo d'Argento et Mario Bava etc , dont je suis, mais là ce que j'ai lu d'Ed greenwood était juste mauvais et chiant, et la mouture fleuve noir était incompréhensible (caviardage, trad , coquilles etc).

avatar

Ed Wood. Ed Greenwood. C'est vrai que c'est proche ! 😂

avatar

Vous êtes vils ! à cause de vous (si si !) je viens de craquer en achetant le tome 6 de Drizzt. Fi !

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Lyle
avatar
Jay

Oh non ?!?!?

Jamais je ne me pardonnerai !

avatar
Jay

A l'époque, que les moins de 500 ans, ne peuvent pas connaître, il y avait des manuels pour former l'oeil et le bon goût, comme 'Il libro del cortegiano" de Castiglione.

Plus loin encore au Moyen-Age, il y avait les Miroirs des Princes.

Et ainsi de suite...

L'art de reconnaître le talent, la virtuosité technique, la parfaite alchimie des formes, des sons et des mots, est un long apprentissage... fait de culture, d'éveil à la sensibilité, de travail et d'expériences... Pas certain qu'aujourd'hui, il existe encore beaucoup de personnes qui possèdent vraiment cette capacité et puis, allez les différencier de tous ceux qui prétendent l'avoir...

Du coup, là, quand c'est flagrant, on s'accorde, quand ça l'est moins, le ressenti des uns n'est pas forcément celui des autres....

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Lyle
avatar
Edwin

Oui enfin a l'époque c'était vachement facile de normer les goûts, aujourd'hui avec les moyens de communication a notre disposition c'est tout de suite plus complexe car les gens ont bien plus facile de comparer.

Ensuite a l'époque cette capacité à connaitre le bon goût était un marqueur social (un peu comme l'étiquette dont la seule raison d'être est de pouvoir reconnaitre le manant de la personne bien née) aujourd'hui il y en a d'autres, au premier lieu desquels l'orthographe par exemple.

Bref, former au bon goût peut être mais la définition même de bon goût est discutable en soi. Une sorte d'épistémologie foireuse quoi.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Edwin