L'argent du jeu de rôles : T'as pas 1D100 balles? 6

Forums > Communauté > Actualité JdR

avatar
Bonjour à tous,
Je suis tombé sur ce document par hasard (promis, je ne me suis pas fait mal) et j'y ai vu une bonne opportunité de faire une ode au mérite de toutes les sociétés productrices de JdR français et en particulier à BBE, bien évidemment, en qui nous sommes très reconnaissants de publier nos jeux préférés. De plus, étant donné le statut de l'industrie de JdR, j'ai pensé que tout Joueur/MJ le trouverait intéressant pour se rendre compte du travail que cela représente vraiment et de l'engagement personnel que cela implique, que l'on soit auteur, traducteur ou revendeur.
Nous avons tous pu lire de vils propos concernant leur inconcevable malignité ou leur improbable orgie financière grâce aux vente de JdR et j'espère que l'article ci après pourra influencer le repentir de ces vils coquins qui ont osé avoir des critiques ineptes.
Il est bon de voir que certains articles ont été publié dans la presse afin de lever (un peu) le voile sur les chiffres qui déterminent la rentabilité d'un produit ou non. A noter, là encore, que BBE n'a rien à voir dans cet article car celui-ci date un peu. Pour une fois, quelqu'un d'autre met en avant le courage, la détermination et la prise de risque que ces société doivent avoir, et de façon la plus objective qui soit. Même si les chiffres ne sont plus vraiment à la page, les mécanismes et les impératifs, eux, sont resté les même et on en arrive à se demander comment une telle entreprise est encore possible. Avec tout cela en tête, personnellement, je dis chapeau BBE!
Ok, j'arrête mes blablatages; voici l'article, mis en ligne par FrogeSonges.
Le chapeau de l'article:
" Des produits planétaires, des millions dans les coffres, des filles plein la piscine, du champagne au frigo... Véritable incarnation du rêve américain, l'industrie du jeu de rôles n'y mis qu'une vingtaine d'années à s'imposer comme un modèle de réussite économique, mais à force d'étaler leurs frasques dans les journaux mondains, vautrés dans le stupre de leurs palaces dorés, les nababs de l'édition ont donné à l'argent une odeur de scandale et un arrière-goût de pot-de-vin. Enquête au pays des dessous de table et de la réussite critique..."
L'argent du jeu de rôles : T'as pas 1D100 balles?
avatar
Oula les chiffres de Backstab datent un peu Smiley, mais le fond reste vrai
c'était quasiment la belle époque. Maintenant les ventes sont 2 ou 3 fois inférieures à celles annoncées dans l'article.
avatar
Voui, on a dit des éditions du club Pythagore qu'elles prenaient un risque en tirant la troisième édition de Maléfices à 3000 exemplaires.
avatar
Je ne vous crois pas, c'est une blague, un poisson d'avril, tous le monde sait que les éditeurs de JDR roule en Rolls la semaine et en porsch le week-end!
Les auteurs sont un peu exploités, mais ils gagnent quand même bien leurs vie, villas multiples, voitures multiples, femmes multiples...
Si ça n'avait pas été le 1er avril, j'aurais déjà eu du mal à le croire...
C'est un complot pour nous faire acheter plus par solidarité! Puisque s'est ça, maintenant, je vais photocopier les livres de JDR!
avatar
Smiley
avatar
En effet c'est une excellente chose que de remettre ce sujet "sur la table" ... parce que si la critique est facile, il faut avant tout bien comprendre les coulisses de la "fabrication" d'un jeux de rôle (création / rachat / reprise de licence, traduction, relecture, impression, ...), et notament la partie financière du jeux de role.
S'engager sur un projet (une reprise comme earthdawn ou Shadowrun pour BBE ou Bloodlust pour les editions John Doe ou une nouveauté comme chroniques oubliès pour BBE ) n'est pas une mince affaires ... (en terme d'argent et de travail).
Et combien d'editeur du monde du JdR ont abandonné en route parce que pas assez "rentable". Je ne suis pas un spécialiste de l'edition du JdR mais, a part les plus anciens d'entre nous, qui se souvient de Multisim ou d'Hexagonal ou d'Oriflam ou de Jeux Descartes ou de FASA ou (plus recent) de Juda Prod ou même de TSR (racheté par Wizard of the Coast à une autre époque eux même racheté par la suite il me semble par Hasbro) par exemple ? Même des plus recent comme asmodé ont laché leur plus beau produit (INS, COPS et D&D) pour faire "autre choses" ...
Alors, et je l'ecris sans animosité aucune, je lis certain post sur ce forum de fan impatient mais parfois limite sur la politique commerciale de BBE, je dis "apprenez ce qu'il y a derrière TOUT ce travail, et encouragez les plutôt ! parce que si demain BBE ferme son activité parce "plus assez pognon", bin je le dit bien haut, on aura l'air con !"