Casus 34 82

Forums > Magazine & Site Internet

avatar

Il doit être en approche.

Il est doté d'un numéro de version mais pas en encore dispo...

patience

avatar

Il est dispo, je viens de le télécharger ! content

avatar

Je ne le vois pas dans ma bibliothèque

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Gollum
  • et
  • LeoDanto
avatar

Bien aimé l'article sur Birthright et sur la rétrospective de Casus (même si je n'ai commencé qu'au n°61)oui

avatar

Quand j'ai lu l'info sur l'arrivée d'un jdr dans l'univers de Sfar, mon coeur a cessé de battre, trop d'émotion !

avatar
ELarsen

Ca ne devrait pas tarder...

avatar
ELarsen

Alors normalement tu dois le voir dans ta bibliothèque. Au pire il serait indisponible.

Si tu ne le vois pas, est-ce que ce ne serait pas plutôt parce que c'est l'heure de renouveler ton abonnement par hasard? content

(Moi chaque fois que je m'abonne, j'ai les 6 numéros suivants qui apparaissent dans ma bibliothèque. Impossible à télécharger bien entendu, vu qu'ils n'existent pas encore, mais ils sont là).

Ce message a reçu 1 réponse de
  • ELarsen
avatar

Je vois qu'il y a l'interview d'un avocat sur l'"affaire Aventures". Pas sûr que ça améliore l'image du milieu jdr, mais c'est instructif.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ragnar
avatar
Florent

Le mag' s'adresse surtout aux rôlistes déjà acquis à la cause donc l'image du JdR depuis le temps hein, c'est pas ça qui va nous empêcher de continuer mort de rire et puis c'est bien de parler de tout justement. clin d'oeil

Après effectivement c'est plutôt ceux qui ont pledgé le jeu Aventures qui vont avoir une mauvaise image des financements en général, surtout les non rôlistes, mais ça c'est autre chose, les financements il y en a sur tous les sujets et pas qu'en JdR, la plupart se passant plutôt bien (retards et manque de communications mis à part, les "non livraisons" en JdR vf étant exceptionnelles).

avatar

Oui mais je veux dire, entre les affaires Sans Détour qui vont jusqu'en justice et les communications hasardeuses (comprendre "mensongères"), en gros les pratiques commerciales d'un autre âge, amateures dans le meilleur des cas, et malhonnêtes dans le pire, de QUELQUES acteurs, il ne faudrait pas que le jdr retombe dans la stigmatisation des années 90 dont il est à peine ressorti.

avatar

M'est avis que ne pas en parler serait pire, bien pire. L'ignorance ne m'a jamais semblé préférable au savoir, fût-il douloureux. Mais cela n'engage que moi.

avatar

Ah non mais moi je suis pour qu'on déballe tout, je vais même plus loin, faire une grande enquête à la Elyse Lucet sur les dérives du financement participatif. Ce qui nuit à l'image du jdr c'est la cause, à savoir ces abus, et non la conséquence, le fait qu'on en parle.

avatar
LeoDanto

En avril, je me suis réabonner trop tôt.

Je vais voir lundi s'il n'est pas trop tard pour se réabonner depuis le numéro 40

avatar

parti à l'impression le 30/07, donc une éventuelle réception en arbre mort avant le 15/08 ?.

avatar

Oui mais je veux dire, entre les affaires Sans Détour qui vont jusqu'en justice et les communications hasardeuses (comprendre "mensongères"), en gros les pratiques commerciales d'un autre âge, amateures dans le meilleur des cas, et malhonnêtes dans le pire, de QUELQUES acteurs, il ne faudrait pas que le jdr retombe dans la stigmatisation des années 90 dont il est à peine ressorti.

Florent

Je pense que la stigmatisation des années 90 portait plus sur l'idée que le jeu de rôle pouvait être "dangereux" (merci, Mireille...) que sur le fait que certains acteurs pouvaient abuser de la confiance de la clientèle. Pour le coup, les magouilles de Sans Détour sont relativement classique de la petite structure où les gérants sont "débrouillard" (terme à interpréter ici de manière négative).

La raison pour laquelle j'ai demandé à cet avocat de nous déchiffrer l'affaire est justement parce que en parlant avec lui, j'ai bien réalisé que les non-initiés au jargon et aux procédures juridiques ne pourraient pas forcément bien comprendre ce qui se passait. (soit que, en l'occurrence, aucune des deux parties ne fait quoi que ce soit pour que le jeu Aventures puisse sortir...). Avec SD qui vient de passer en liquidation judiciaire, l'affaire est close (en quelques sortes, au moins elle va prendre une tournure très différente).

C'est vraiment regrettable pour les personnes qui ont participé au crowdfunding, mais ça doit rappeler que (à la différence des précommandes participatives) un crowdfunding vient avec le risque que le projet n'aboutisse pas. Comme au poker, on paye pour voir...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Dohnar
avatar
belaran

C'est vraiment regrettable pour les personnes qui ont participé au crowdfunding, mais ça doit rappeler que (à la différence des précommandes participatives) un crowdfunding vient avec le risque que le projet n'aboutisse pas. Comme au poker, on paye pour voir...

Alors en fait non. Car un crowdfunding en France ça "n'existe" pas. Si tu parles d'Aventures l'argument n'est pas valable, pour Confrontation c'est à vérifier selon si c'est effectivement SD qui a lancé la préco ou si c'est une société tierce non domiciliée en France.

En France on est quand-même un peu plus protégé qu'ailleurs. Ça n'empêche bien sûr pas une boîte qui lance une PP de faire faillite ou autre et les produits de ne pas être livrés mais ni plus ni moins que pour tout achat en ligne.

avatar

C'est vraiment regrettable pour les personnes qui ont participé au crowdfunding, mais ça doit rappeler que (à la différence des précommandes participatives) un crowdfunding vient avec le risque que le projet n'aboutisse pas. Comme au poker, on paye pour voir...

Alors en fait non. Car un crowdfunding en France ça "n'existe" pas. Si tu parles d'Aventures l'argument n'est pas valable, pour Confrontation c'est à vérifier selon si c'est effectivement SD qui a lancé la préco ou si c'est une société tierce non domiciliée en France.

I stand corrrected!

En fait, je parlais du fait plus global (et hors des frontières de la France) que quelqu'un s'engage dans le financement d'un projet, quel qu'il soit, il y a un risque de ne pas être livré et de perdre son argent. Ce n’est généralement pas le cas, mais c'est toujours un risque (ce qui n'excuse en rien l'échec d'Aventures et les magouilles de SD, je ne suis pas en train de dire "bien fait" à ceux qui ont supporté le projet - juste pour être clair).

Dans le cas SD & Aventures, je ne sais pas si ça s'applique (je n'avais rien suivi à cette affaire avant d'en parler avec cet avocat, en fait de manière générale, je ne suis la scène du JDR française que depuis quelques années, donc il y a beaucoup de choses sur lequel "je débarque").

avatar

pfiou sacré morceau ce 34 ! l'article juridique sur aventure le jeu est bienvenu, funcraft top et c'est tres astucieux d'avoir repris les premiers scénars casus avec les profils funcarft ! le retour de tristan lhomme, encore des morceaux des premiers casus ... un beau numéro, un bel hommage !

bravo les gars !!!

avatar

J'attends avec impatience sa sortie en boutique.

avatar

Bonjour une idée de la date de dispo pour l achat du pdf de ce numero 34? J ai hate de lire la suite du scenario pour heros & dragons.