Jeu de rôle au collège, pendant les heures de cours. 8

Forums > Communauté

avatar

Bonjour à tous,

Petit retour d'expérience d'un projet que nous avons monté. Il s'inscrit dans la remarquable continuité du projet JDR et psychiatrie que l’on peut lire dans ce forum.

Alors la petite histoire. Je suis ludothécaire et j'ai participé à une soirée (ma foi fort arrosée) où j'ai rencontré une professeure qui s'occupe de SEGPA, en collège. Nous avons discuté sur l'enseignement, le jeu etc et elle me parle d'une méthode pédagogique, nommée "simulation globale", dont voici un lien :

http://www.ac-grenoble.fr/casnav/accueil/enseigner-FLE-FLS/index.php?post/2011/02/14/Les-simulations-globales

En déconnant un peu, je lui dis : "Cool ! en fait vous faîtes du JDR à l'école !". Elle ne connait pas, ou très peu, et je lui explique comme je peux (rappel des faits, il est 5h du matin, ça tangue), et je lui dis que je masterise.

Chauds patates, on gribouille sur un coin de table un projet de JDR au collège pour sa classe de SEGPA qui a pour but avoué l'enseignement de l'histoire (ça tombe bien je suis passionné).

L'idée est de "faire vivre" l'histoire à ces enfants, qu'ils la voient comme une matière vivante et non plus comme une accumulation de documents dans un livre un peu austère. La professeure travaille le XIXième siècle en ce moment. On choisit donc de programmer 3 séances avec ses élèves.

Les thèmes retenus : l'esclavage aux USA, la révolution française (on est plus trop XIXième mais bon...) et les mineurs de charbon du début du siècle.

Je reviens donc à la ludo avec le projet sous le bras, en parle à mes deux acolytes qui sont on ne peut plus ravis. Nous travaillons les scénarios, on bricole un système ultra simple au D20, on fait même de beaux écrans en carton plume, des cartes pour les compétences etc.

5 mois après l'idée, après plusieurs réunions avec la professeure, a lieu la première partie avec les élèves, dans le cadre privilégié de leurs CDI, sous les yeux ébahis de la bibliothécaire que ça à l'air de faire kiffer. Les élèves en amont ont créé leurs personnages, les liens qui les unissent.

La séance durera 1h30, court certes mais suffisant pour que tous les élèves se plongent dans le jeu. Ils sont joués des personnages appartenant à l’Underground Railroad, qui a pour but de faire passer des esclaves en zone libre ( Union ou Canada). Les immanquables chasseurs d’esclaves seront de la partie, comme le télégraphe, le chemin de fer etc.

Il y avait 3 tables ( de 4 à 5 joueurs) et le constat est sans appel. Réussite critique !! Tous les élèves ont adoré, nous avons même eu droit aux applaudissements des joueurs. Ils sont adoré le suspense, le sentiment de liberté, la sensation de pourvoir changer l’histoire, affronter la réalité du quotidien de l’époque, apprendre de la période.

Du côté de l’équipe pédagogique, même constat. Ce sont des élèves qui sont parfois en difficulté dans la prise d’initiative, de parole, de confiance en soi. Les défis ont été relevés, haut la main. Les élèves auront pour but de coucher par écrit l’aventure qu’ils ont vécu, un compte rendu en somme.

Nous repartons donc du collège, le sourire aux lèvres. Les élèves nous attendent de pied ferme pour la prochaine (dans une semaine).

Nous avons le sentiment d’avoir fait quelque de bien pour eux, de les avoir sorti de leur condition d’élève SEGPA, de leura voir donner quelque chose qui leur servira.

Et d’avoir planter une petite graine dans le jardin du JDR et de leur imagination …

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Cindoc
avatar

Une vraiment chouette expérience ! oui

(sur l'academie de Grenoble du coup ?)

avatar

Super !

Il faudrait que ce genre d'initiatives soit étendues, y compris dans les filères classiques.

Pour jouer la guerre de cent ans et la fin du moyen-âge en général, il y a le JdR Joan of Arc qui va bientôt débarquer...

avatar
solea

Très intéressant ce retour d'expérience ! Merci !

Je suis moi-même professeur documentaliste (ton bibliothécaire de CDI !clin d'oeil) et j'ai acquis quelques JdR pour initier les collégiens. Serait-il possible d'avoir davantage de détails sur votre démarche et vos supports ?

avatar

Merci à vous.

Pour notre démarche et notre support :

Tout d'abord, à la ludo, nous avons axé notre politique d'acquisition et donc notre politique d'animation, sur un jeu expurgé de toute considération autre que le plaisir. C'est à dire que les considérations pédagogiques, sociologiques, psychologiques etc n'ont pas leur place chez nous. Cela peut choquer, mais nous l'assumons. Chez nous c'est le jeu pour le jeu, la culture de l'éphémère, de l'inutile.

Du coup c'est vrai qu'une démarche comme celle ci peut sembler à l'encontre de notre philosophie. C'est pour cela que la ludo dans ce projet ne s'occupe pas de la production d'écrit que doivent soumettre les joueurs (le compte rendu de fin de partie) à leur professeure.

Nous proposons à jouer, sans arrière pensée. La démarche pédagogique et ce que cela peut impliquer est du ressort de la professeure (de toute façon, nous ne sommes pas formés pour cela). A elle d'utiliser ce que nous proposons pour pouvoir avancer dans son projet péda. Nous avons vu ensemble ce qu'elle voulait faire paraitre dans les scénarios, mais nous avions le final cut, de manière à garder un interêt ludique. Mais tout cela s'est fait e toujours en parfaite symbiose, naturellement.

Pour le support, le côté technique, c'est ultrasimple. 4 caratéristiques, 40 points à répartir entre ces 4 caracs avec un max de 15 et un minimum de 5.

Une réussite c'est faire moins que sa carac au D20. ( avec quelques malus au besoin)

Pour les PV, c'est 10+ 1D6 en début de partie.

Pour les compétences, ils en ont deux chacun, sous forme de cartes. 1 générique ( athlétisme, tchatcheur etc) et 1 plus spécifique à l'aventure ( dans le cas de la première aventure, l'esclavage, il y avait équitation par exemple) associé à une carac ( dextérite pour l'exemple de l'équitation). Elles permettent 1 relance à chaque fois que la compétence est utilisée..

Donc très très simple, qui permet à tous de faire quelque chose.

Vous vous doutez bien que le roleplay dans ce cadre a une place minime en jeu.

S'agit il encore d'un jeu de rôles dans ce cas, je vous laisse en débattre. content

avatar

A savoir que l éditeur Livre de Pôche a axé sa nouvelle édition des nouvelles de Conan à orientation pédagogique en l intégrant au programme du Bac de Français (littérature du 18eme). De nombreux aqueduc sont en construction entre une activité de loisirs et l enseignement. Et c est cool !

Ce message a reçu 1 réponse de
  • berolson
avatar
Baladin

Quel rapport entre les écrits de R.E. Howard (que j'adore ) et la littérature du XVIII ème siècle ? (Vraie question, pas un trollage...)

avatar

C'est une super initiative ! Bravo ! Je connais l'usage du jdr dans le cadre de l'apprentissage des langues étrangères et c'est super intéressant !

Communauté

Le rôliste reconnaîtra les siens