Homosexualité et piraterie 47

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Pavillon Noir

avatar

Simpliste comme analyse religieuse. Je pense qu’il y avait des conditions qui s’appliquaient aux classes sociales et également au fait que la porte était fermée ou non. Parce qu’il y a quand même un paquet de références sexuelles dans la littératures et récits de l’epoque Je suis pas sûr que nos aïeuls étaient vachement plus inhibés.

avatar
Darky

Mouais ... pas convaincu du truc ... je me dis quand même que si on veut absolument voir du cul quelque part, et bien on le voit ...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • DSC1978
avatar

Mouais ... pas convaincu du truc ... je me dis quand même que si on veut absolument voir du cul quelque part, et bien on le voit ...

alanthyr

Oui enfin il y a quand même eu quelques études sur le sujet... et il est établi, avec un consensus assez important, que bien des comptines parlent de sexualité. Enfin, pas forcément directement, mais d'une manière ou d'une autre, ce sont des leçons de vie, comme les contes. Et dans ce cadre, la sexualité a une place importante.

(et on ne parlera même pas effectivement de "il court il court le furet", qui, une fois la contrepèterie révélée, saute aux yeux)

C'est pas juste des suppositions, tout ça. C'est assez étayé. Il y a des lectures passionnantes sur le sujet d'ailleurs.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • alanthyr
avatar
alanthyr

J’avais lu fin des années 90 sur les recommendations de mon prof de philo un tel bouquin (Bettelheim de tête, mais pas sur de l’orthographe), et indéniablement, il y a effectivement un paquet d’avertissement, notamment par rapport au sexe, dans les contes de fées et fables pour enfants. Juste pas convaincu sur un petit navire pour ma part (qui la dernière fois que j’ai voulu la chanter à mon fils - passion de la mer oblige) m’a bien fait ch&@£ avec ses 12 couplets ou je sais plus combien!!

pour le curé furet, elle est connue, et à priori vraie. Un bon mot de la cour...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Julien Dutel
avatar
DSC1978

Pour le coup il était un petit navire semble ne pas vraiment parler de sexe. D'autant qu'au départ c'était un chant de marins, pas une comptine, et que sa forme actuelle est une réécriture musicale qui date du XIXe.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • DSC1978
avatar
Julien Dutel

Ou ai je dit que ça parlait de sexe?!? Je soutiens justement le contraire. Et on parle bien de sa forme actuelle je pense, qui est celle d’une comptine pour enfant. Si je me suis mal exprimé, je m’en excuse...

avatar
Julien Dutel

Qu'il y ait des gens qui aient fait des études là-dessus, et bien tant mieux, mais je m'en fous un peu. Je pense qu'il y a des sujet d'étude bien plus important que ça.
En fait, je donnais juste mon point de vue qui ne cherchait pas forcément de réponse.
Et quand tu dis que c'est passionnant ... pour certains ou même la plupart, sans aucun doute, mais pas du tout pour moi.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • DSC1978
avatar
alanthyr

Que ça ne t’interess pas, soit, mais je suis d’accord avec Julien sur ce coup, ça reste assez passionnant. C’est une tradition orale qui permet de passer des leçons et qui conditionne de manière inconsciente les adultes que nous sommes (si tant est que nous ayons été explosé à ces chansons).

avatar

La bougrerie dans la marine britannique

https://www.washingtoncitypaper.com/columns/straight-dope/article/13036233/buggery-and-the-british-navy

Still, Gilbert suggests, common is one thing, brazen is another. British naval buggery, however prevalent, was necessarily discreet: Sodomy was officially considered a grave offense, and punishment was harsh. Buggery “comyttid with mankynde or beaste” was first made a capital crime by Henry VIII in 1533; naval buggery was specifically made a hanging offense in 1627. In 1806 there were more hangings in England for sodomy than for murder. Punishment could be brutal even if you escaped the noose. A sailor convicted in 1757 of raping a boy received 500 lashes; in 1762 two seamen received 1,000 lashes each for consensual sex. That was an extreme case, but average lash counts for morals offenses were often double those for mutiny and desertion. Officers weren’t exempt: Capt. Henry Allen of the sloop Rattler was executed for sodomy in 1797, and Lieutenant William Berry was hanged in 1807 for buggering a boy. Conclusion: Whatever may have gone on beneath the poop deck, sex with boys at sea was never openly tolerated in the Royal Navy, let alone made a fixture of the officers’ mess.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • DSC1978
  • et
  • Sammy
avatar

(si tant est que nous ayons été explosé à ces chansons).

DSC1978

exposé suffira clin d'oeil mort de rire

Ce message a reçu 1 réponse de
  • DSC1978
avatar

Ou ai je dit que ça parlait de sexe?!? Je soutiens justement le contraire. Et on parle bien de sa forme actuelle je pense, qui est celle d’une comptine pour enfant. Si je me suis mal exprimé, je m’en excuse...

DSC1978

Ou sinon, parfois, on rebondit sur un propos et le fait de répondre ne veut pas dire "le contredire". C'est un peu comme ça, une discussion, aussi.

avatar
alanthyr

Oups - je mets ça sur le compte de mon téléphone. Mais elle est mignonne je trouve

avatar
SgtPerry

Je pense que ça règle la question du coup. Sachant qu’en uK c’etait Assez spécial (voir le cas Turing). Je sais pas si c’etait Valable ailleurs en Europe, mais la source me va content

avatar

En fait, je donnais juste mon point de vue qui ne cherchait pas forcément de réponse.

alanthyr

ah pardon, je pensais qu'on était sur un forum de discussion, pas juste un mur d'opinions. My bad. plaisantin

Ce message a reçu 1 réponse de
  • alanthyr
avatar

[HS] ca vaut sur tous les sujets dans ce cas là, genre les APs 😁 (je mets un smiley hein, c’est amical) [/HS]

avatar
avatar
SgtPerry

Article intéressant, mais sur la répression dans la marine Anglaise. Extrêment dur, je ne savais pas. En revanche, on n'en sait pas vraiment plus chez les pirates !

Je ne joue pas à Pavillon Noir, mais ce type de question quasi méta-physique qu'on ne trouve qu'entre universitaires hyper calés et rôlistes, je trouve çà plutôt fun ! Le jeu de rôle est décidément une porte ouverte sur la culture générale.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • alanthyr
avatar
Julien Dutel

Bienvenue au club.

avatar
Sammy

Je ne joue pas non plus à Pavillon Noir mais bientôt à 7th Sea, et donc des pirates, y'en a. D'ailleurs 7th Sea est un jeu où il me semble que la sexualité (au travers de certaines illustrations) est évoquée mais assez peu dans les textes (mais je n'ai pas tout lu). Et d'une manière générale, je n'ai pas l'impression que ce soit un sujet primordial dans le JDR. Quand je dis ça, je ne parle pas des joueurs et/ou joueuses mais des ouvrages (de ce que je connais en tout cas).
Mais selon vous, la sexualité devrait-elle être simplement évoquée de manière narrative ou devrait-elle être exploitée comme donnée technique sous forme de compétence, de dons, de capacités, etc .. ?
Après tout un Don Juan pourrait utiliser ses talents pour obtenir des informations, non ?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ombreloup
avatar

J’ai checké mes bouquins et c’est Robert Culliford qui pourrait avoir été considéré comme homosexuel. Mais bon, à prendre avec beaucoup de pincettes.