Coc boîte initiation cthulhu 174

Forums > Jeux de rôle > JdR Black Book > Chroniques Oubliées Casus

avatar
Romje

Une technique commune au jeux léthaux est celle de faire de multiple personnage avec des liens les uns les autres.

Exemple pj: 1 journaliste

pj: 2 policier cousin de pj 1

pj 3 veuve de pj 1 etc etc

Ça évite de le faire en cours de partie et ça crée une raison de pourquoi pj 2 et soudainement impliqués.

C'est ce que je faisais à Dark sun.

avatar
Romje

Je fais trois persos par joueurs au début de la campagne. Tous se connaissent via un club d'amateurs des choses de l'étrange qui se réunissent 1 x par mois pour assister à une conférence suivie d'un bon repas.

Lorsque l'info d'un "phénomène étrange" survient, certains sont dispos professionnelement pour aller jeter un coup d'oeil, d'autres pas (un perso par joueur est dispo.

Si besoin (mort, folie, deux jambes cassées, etc), un second perso s'est libéré entre temps et peut rejoindre les investigateurs en place. Je posterai une liste de persos tout à l'heure.

avatar

Quelques persos vivant à Arkham ou Kindsport

Historique perso FR 2

Aaron FEIGEL

Aaron est né en 1869 à Arkham. Quatrième de 5 enfants (Adam, Abigail, Marthe, Aaron et Monica nés de l'union de Niklaus et de Anke BOMMEL), il suit les cours au lycée public d'Arkham East où il réalise une scolarité satisfaisante.

Il s'inscrit alors à l'Université MISKATONIC au département de littérature anglaise. S'il réussit sa première année laborieusement, il comprend que les hautes études ne lui réussiront pas et se mets en quête d'un emploi.

Après deux ans de petits boulots, il est engagé par le Boston Herald, journal créé à la fin du siècle dernier et qui se veut résolument « moderne », comme correspondant à Arkham pour la vallée de la Miskatonic.

Ses sujets de reportage vont de l'agenda des festivités ou des résultats des équipes sportives de l'Université aux enquêtes criminelles ou aux faits divers. Aaron a une prédilection pour les sujets touchant aux phénomènes étranges, pas si rares dans une région où on vécu les sorcières de Salem !

Il bénéficie du logement et des repas à la pension SZYMANSKI (574 Walmut street, quartier sud) et d'un vieille Ford T mise à disposition, en guise d'avantages professionnels offerts par l'employeur, ce qui compense un salaire peu généreux.

Etant amené à fréquenter parfois des endroits ou des gens peu recommandables, Aaron s'est armé d'un Browning FN 7-65 (il ne le porte qu'en cas de « sortie » risquée!)

Il fréquente les conférences et réunions du club « Secret Miskatonic », tant parce que le sujet l'intéresse que parce qu'il peut y trouver parfois des informations utiles à son travail.

Famille : ses parents sont décédés ;

  • Adam, mariés, père de 3 enfants (tu es parrain du 3°) a repris l'entreprise familiale de magasin de vêtements (« La boutique d'Attie », 388 west Church street dans le quartier marchand) du nom de son épouse Hattie O'Brian, de Boston, qui a modernisé le commerce) ;

  • Abigail a marié Albert LEWINSTEIN, frère de l'antiquaire d'Arkham, qui possède une boutique de prêt à porter bien placée à Nex York. Ils ont cinq enfants dont le troisième est ton filleul.

  • Marthe vit à la maison familiale où elle travaille à la boutique d'Adam et Hottie. Elle n'est pas mariée.

  • Monica est retournée dans l'Europe des ancêtres où elle vit à Londres avec son époux Harold SHELLER, peintre paysagiste et leurs trois enfants. Vous en avez de rares nouvelles épistolaires.

Historique perso Tim 2

Raymond PARTUS

Raymond est né à Arkham en 1885 mais a suivi ses parents à New York dès 1988.

Fils de Ranko, qui avait décroché un poste de vendeur d'automobile et de Simone DAMPSEY, comédienne, il vit dans la métropole jusqu'à la mort de son père en 1901.

Elève distrait de cours de commerce qu'il suit (ou non) à l'Université de la ville de NY ou plus appliqué à partir de 1914 au burlesque théâtre Apollo, il court de job en job (entre autre serveur au Cotton club à Harlem).

Il découvre progressivement qu'il n'aime pas travailler d'une part et qu'il plait aux dames d'autre part.

Il met donc à son profit son bagout, ses dons de comédien et son manque total de morale pour faire financer son existence pour des dames naïves, jeunes héritières ou veuves éplorées qui trouvent irrésistible son charme ravageur.

Tantôt prince russe en exil, tantôt aventurier revenu d'une expédition chez les sauvages, les dons de Raymond pour changer de peau l'aide à créer (un temps) l'illusion.

Des ennuis récurrents avec la justice ou les familles et prétendants de ses « victimes » le pousse à changer régulièrement de terrain de chasse. De NY, il passe à Providence et à Boston pour revenir s'installer depuis 1921 dans les lieux plus discrets de sa ville natale.

Il y est inscrit à la compagnie de théâtre amateur d'Arkham et au club « Secret Myskatonic » où il rencontre des gens intéressants avec qui partager son intérêt pour les choses inexpliquées.

Très peu travailleur et flambeur, Raymond est un éternel fauché qui trouve toujours bien une bonne âme pour le dépanner d'un repas, dû au sourire sympathique qu'il offre en permanence.

Il loge actuellement au dortoir du Foyer d'accueil du phare de l'espérance, maison de charité qui abrite les impécunieux jusqu'à ce qu'ils trouvent un travail. Il espère trouver mieux à l'avenir mais se contente de ce dépannage jusqu'ici.

Ayant été habitué lorsqu'il vivait à Harlem à devoir se défendre, Raymond garde sur lui un Browning « Baby ».

Historique perso Tim1

Timothy CHARLSBERG

Né en 1899, Timothy est le fils cadet de la maison « Textiles CHARLSBERG and co », une des plus florissante d'Arkham.

Père : Geraerd, bosseur invétéré, membre du Rotary, du club Miskatonic et de la chambre de Commerce d'Arkham, homme d'affaire avisé.

Mère : Louise STORNTON, mère et épouse dévouée, membre des filles de la Révolution d'Arkham.

Frère (né en 1897) : Joseph, dernière année de droit à Cambridge. Aussi bosseur que le père, plus intelligent et moins malin.

Soeur (née en 1894) : Angela, brillante cadre à la carrière prometteuse dans une importante société d'assurances new-yorkaise.

Timothy excelle surtout dans l'art de ne pas travailler et de se distraire. Passionné pour les engions motorisés (Chevrolet « Superior » Torpedo, moto « Ace four », licence d'aviation pour piloter un biplace.... grâce à la pension versée par le père), il pratique aussi l'escrime (une tradition familiale, parait-il...), le tir (Langenhahn 7,65), la chasse (Dakota M1910) et l'équitation.

Il fréquente peu la jeunesse d'Arkham lui préférant la plus mondaine et moderne compagnie des ressortissants de Boston (ou de New York, à l'occasion).

Il fréquente néanmoins régulièrement le club « Secret Myskatonic », découvrant chez ces passionnés d'étrange et de surnaturel des conversations (voire parfois des « expéditions »!) qui sortent des discours assommants de sa famille concernant le business, la politique ou la finance.

Il y recherche la compagnie d'Albert CURTOW qui partage sa passion pour tout ce qui porte un moteur et qui s'avère également un excellent coup de fusil à la chasse.

Les deux voient plus la chasse comme une aventure « sauvage » que comme une excursion organisée du dimanche après-midi entre hommes d'affaire.

Timothy demeure dans le manoir familial d'Arkham, à l'intersection des rues Brown et Curwen, ou dans leur résidence secondaire à une dizaine de km de Boston. Ancien ranch réaménagé, cette résidence abrite aussi les chevaux de cette famille de cavaliers.

Historique perso Fra 1

Albert CURTOW

Agé de 46 ans en 1924, Albert CURTOW est le seul concessionnaire automobile d'Arkham. De son nom d'origine CURTOWSKY, Albert est d'origine polonaise. Ses parents, Gregor et Irina SKALINK, se sont installés en Amérique en en 1875. Ouvrier en usine puis mécanicien à Boston, son père à créé le premier (et seul) atelier automobile à Arkham.

A son décès en 1914, Albert a repris l'affaire et l'a faite grandir. A travers un accord avec un grand concessionnaire de Boston, il est devenu non seulement garagiste mais vendeur d'automobiles. On trouve au garage CURTOW des véhicules d'occasion de toutes les marques mais aussi des FORD neuves. Le garage propose également les entretiens et réparations pour les véhicules de toutes marques.

Le personnel : Albert peut compter sur le personnel suivant :

  • sa mère Irina gère comme du temps de son époux l'administratif et la comptabilité. Son bureau se trouve à l'étage où elle bénéficie d'une chambre et d'un petit salon.

  • Roméo STANTON, vieux mécanicien nègre, 75 ans. Il ne sait ni lire ni écrire mais comprend la marche d'un moteur comme pas deux. Il loge dans une pièce aménagée au rez, près de l'atelier. Il est « logé et nourri » par la firme.

  • Luis GANSELVA, le frère de la maîtresse de René, 35 ans, est un ouvrier correct en carrosserie. Il retourne dîner au snack de sa soeur. Taiseux mais sérieux à la tâche.

  • Peter TOWNSEND, 14 ans, apprenti. L'ombre de Roméo qui partage son affection. Garçon dégourdi et motivé.

Albert bénéficie d'un espace cossu à l'étage (chambre, salon, salle à manger, salle de bain). Au rez se trouve la cuisine (aussi utilisée par Roméo), le garage, un « show room », un bureau peu utilisé et à l'arrière un jardin cloturé.

C'est un secret de polichinelle qu'Albert est l 'amant de Felicita GANSELVA, propriétaire et tenancière du « Café de la Nouvelle Angleterre », situé le long de l'autoroute d'Aylesbury à la sortie d'Arkham. On y propose du café, de 5hr à 17hr ainsi que différentes tartes, cookies etc. Les routiers constituent une belle partie de la clientèle.

Albert possède un petit appartement à PORTMOUTH, où il coule de doux moments avec son amante lorsque leurs horaires le permettent et où il aime à se reposer. Il y trouve d'ailleurs toujours un sommeil rapide et souvent empli de rêves souvent étranges.

Amateur de belles mécaniques, Albert possède en plus de sa camionnette de dépannage FORD une... et (son coup de folie financier) un petit aéroplane pouvant transporter jusqu'à 4 personnes en + du pilote.

C'est un amoureux de la nature sauvage. Lorsque ses temps libres ne sont pas partagés avec Felicita, il trouve son bonheur dans des expéditions en pleine nature dans les forêts et collines qui entourent Arkham et sa région. Vivant en trappeur en ces occasions, il chasse – c'est un bon coup de fusil- , pèche et découvre. Il partage parfois ses expéditions avec quelques copains.

Ses rencontres avec les tribus indiennes locales et ses lectures l'ont poussé à s'intéresser au surnaturel. Il est ainsi devenu un membres régulier du club « Secret Myskatonic » dont les membres se réunissent le premier vendredi de chaque mois en alternance à Arkham et à Boston pour partager le souper avant d'assister à une conférence ou une discussion concernant les sujets de l'étrange, du bizarre et de tout ce qui dépasse les sciences connues.

Quoiqu'un homme raisonnable (et en affaire dans le pays), Albert a parfois les poings faciles si c'est pour servir « une bonne cause » !

Historique perso Adr 1

James ENCOURT

Agé de 41 ans en 1924. Professeur d'archéologie et d'histoire du moyen-âge français et germanique, antiquité moyen orient. Mémoire de fin d'étude sur « L'ordre templier en France, du Moyen Age à nos jours. » Il a été intronisé Templier il y a 5 ans, à Loverval (Belgique, Europe) lors d'un voyage d'étude sur les ruines de l'abbaye cistercienne de Villers-la ville (même pays).

Quoique citoyen américain, James à des origines françaises au niveau de son grand-père paternel

Après de brillantes études réussies à Harvard, James fait son chemin dans le métier.

Son premier engagement consiste à superviser les achats de pièces relatives au mouvement templier en France pour le compte d'un riche excentrique américain (Mr Manning, pour son musée de New Sorans).

Il partage depuis ses occupations entre l'organisation de fouilles commanditées par des universités ou des musées, des conférences ou des modules de cours dans les universités d'Arkham et de Boston et la rédaction de livres ou d'articles relatant ses découvertes.

Etudiant, il a failli se diriger vers la boxe, détenteur d'une titre de vice champion amateur du Massachusset. Mais la raison l'a fait pencher vers la plus « sérieuse » de ses passions.

Il habite un bel appartement à Boston mais loge à la pension Smith (288 Lich street) lorsqu'il se trouve à Arkham.

Il est inscrit à la société des historiens à Arkham ainsi qu'à la « Secret Myskatonic », un club d'amateurs de surnaturel, spiritisme, occultisme, etc. Thèmes qui sont largement évoqués dans ses domaines d'étude. Ce club, « sponsorisé » par la maison d'édition « Strange world », tient ses réunions le dernier vendredi de chaque mois, en alternance à Arkham et à Boston.

S'il n'est pas dispendieux ni avide de luxe (on vit « à la dure » lors des expéditions au Moyen-Orient ! ), il a « investit » dans quelques valeurs auxquelles il attache de l'importance : son appartement de Boston est bien meublé et compte une seconde chambre ; comme véhicule, il a porté son choix sur une « française » : une Citroën B2 ; lors de ses expéditions archéologiques en milieu potentiellement dangereux, il s'accompagne d'un fusil également français : un Demas 500, assez rare, destiné à la chasse au gros gibier. Il n'est pas le plus précis mais est très fiable et dévastateur à courte portée. Américain malgré sa francophilie, il complète l'arsenal d'un Colt M1917 US army, arme fiable s'il en est.

Historique perso Rod 1

Jeffrey TIRLINE

Agé de 42 ans en 1924. Détective privé. Il travaille à Arkham et dans la vallée de la Myskatonic.

Il habite une petite maison située dans le quartier du fleuve à Arkham, sur North Sentinal street, en face du vitrier Schmidt.

Le rez de cette maison comporte le bureau et une salle d'attente à l'avant, une petite cuisine et une salle à manger à l'arrière. Le seul étage comporte la salle de bain, une chambre et une « pièce à rangement ».

Il possède une Fordt T 1915 d'occasion (5 places).

Une secrétaire, Sonia THURMAN, 24 ans, s'occupe de l'administratif et éventuellement de l'accueil le lundi, le mercredi et le vendredi de 9hr à midi, les mardi et jeudi de 10hr à 19hr (fermé de 12 à 13hr). « Pas moyen de l'engager à temps plein, ça m'obligerait à trop bosser ! »

Si de nombreuses enquêtes se réfèrent à des affaires de maris trompés, Jeffrey est également sollicité pour des affaires de vol, voire de disparitions. Lors de ces dernières, qu'il juge plus « intéressantes », il a été à plusieurs reprises confronté à des faits pour le moins étranges et mystérieux. Cela répond à son goût pour l'inhabituel.

A ce titre, Jeffrey fréquente régulièrement le club « Secret Myskatonic » qui regroupe des passionnés de surnaturel, de bizarre, de spiritisme et de fantastique. Les réunions se tiennent un vendredi soir par mois, en alternance à Arkham et à Boston.

Il est également membre du club de tir de la ville. Il possède un colt M 1911. Il s'agit d'une arme potentiellement mortelle. Son point de vue est qu'il est largement préférable de ne pas se servir d'armes à feu (en cas de besoin il se servira plus volontiers de ses poings) mais que si on en arrive à l'extrémité de devoir tirer, il faut que ça puisse être efficace.

Mesurant 1m70 pour 68kg, il n'est pas considéré comme un « costaud » mais bouge vite quand il le faut.

Quoique remarquablement intelligent, Jeffrey a terminé tôt ses études et sans y briller. Il y trouvait peu de goût et a rapidement opté pour un métier qu'il aime, ou l'adrénaline et la recherche donnent le piment qu'il recherche dans la vie, en plus d'un statut d'indépendant qui correspond à sa nature.

Il choisit plus volontiers des enquêtes passionnantes même si peu rémunératrices à des boulots mieux payés mais sans surprises.

Il lui arrive d'aller draguer au bar clandestin de North Garrison street. Il ramène ses éventuelles conquêtes à la maison. Il ne « s'attaque » pas à sa secrétaire : « ne pas mélanger le boulot et la gaudriole ! Et puis, si elle me quittait sur une affaire de ménage, je ferais quoi !? »

Historique perso P.R. 1

Samuel LEWINSTEIN

Agé de 62 ans en 1924. Antiquaire bien installé dans la Nouvelle Angleterre, Samuel vit dans une confortable demeure (« pas trop, le confort c'est bien, c'est désirable. Le luxe n'est pas utile : il suscite les convoitises. ») dans Main street à Arkham.

Elle se situe à l'opposé de la laiterie et est flanquée à l'arrière d'un coquet verger (« Un jardin, c'est bien pour mettre une chaise confortable et une petite table. Pour le reste, autant que sa rapporte, une pelouse ce n'est que de l'encadrement inutile ! »). A l'avant, une courette protégée d'une haute grille sépare le trottoir d'un hangar bien rangé où sont exposés les centaines d'articles composants la marchandise : tableaux, livres de collection, bijoux, décorations de prix... acheter à moindre prix des objets de valeur procure un plaisir volupte à Samuel !

Le reste du rez de chaussée est occupé à l'arrière par le bureau où il rédige ses écritures et reçoit les fournisseurs et clients, la cuisine, la salle à manger et la chambre du domestique, Jonas.

Le premier étage comprends la chambre, une grande bibliothèque, la salle de bain, une salle d'exposition des objets préférés de Samuel et une seconde chambre (« Elle ne sert à rien, ce n'est pas utile de recevoir des gens. C'est juste au cas où un membre de la famille viendrait me voir. Mais je préfère leur rendre visite moi-même. Et puis, les hôtels, ce n'est pas fait pour les chiens ! »).

Au second étage, une pièce vide jouxte un grenier remplit d'un capharnaum d'objets n'ayant pas trouvé place dans l'entrepôt (« Ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas une grande valeur qu'il faut les jeter. Ce serait du gaspillage et il ne faut jamais gaspiller ! »).

Le tout enfin est flanqué d'un garage abritant le véhicule, une Lincoln « L » (« Elle n'est pas sportive. C'est ridicule d'être sportif, ça ne sert à rien ! Elle est confortable, solide, spacieuse et roule quand même vite assez ! »).

Le personnel :

  • Lucy GRAHAM : gouvernante, âgée de 52 ans (en 1924), elle est engagée 6 jours semaine de 7hr à midi. De quoi assurer les tâches ménagères et les repas du matin et de midi (« pourquoi je devrais la prendre après-midi ? Je devrais la nourrir en plus et elle travaillerait moins vite pour s'occuper toute la journée ! »).

  • Jonah FOURMANN : âgé de 54 ans. Sert d'homme à tout faire, de garde du corps, jardinier, chauffeur... taillable et corvéable à merci (« Pourquoi j'ai engagé un nègre ? Il faut bien que ces gens là travaillent aussi. J'en ai eu pitié. Il mange et dort dans ma maison (pour la moitié de son salaire). Moi ça ne me dérange pas qu'il soit noir. Vous connaissez les exigences salariales des irlandais pour travailler à peine 80 heures pour semaine ? Les nègres comprennent bien mieux les contingences de la vie et savent se montrer raisonnables!).

  • Moïsche ELIPHAS : âgé de 28 ans, diplômé de la Myskatonic en Histoire ancienne et Beaux-Arts. Il s'occupe de répertorier, ranger, étiqueter et vendre (lorsque Samuel est absent) les objets exposés. Il ne compte pas ses heures (« Il vient ici pour apprendre le métier et il y a mille choses à apprendre ! J'ai la générosité de lui faire bénéficier de mes connaissances et de mon savoir faire parce que c'est une relation de la famille : il doit travailler le plus possible pour profiter au maximum de la chance qu'il a ! Et en plus, je le paie! Tout est donné à certains...S'il mange ici ? Il ne faut pas exagérer non plus !... »)

  • Etudiant : Samuel accepte souvent qu'un étudiant de la Myskatonic vienne réaliser un stage chez lui. Il s'agit d'étudiants en art, en archéologie, en histoire ancienne, en littérature... (« Il faut bien que les jeunes apprennent ! Et en plus c'est gratuit ! Je ne leur fais rien payer pour qu'ils puissent venir apprendre le travail ici ! »).

Samuel LEWINSTEIN tel qu'en lui même :

Samuel aime le travail et le travail bien fait : tous ceux qui travaillent pour lui le savent. Physiquement, il est obèse (110 kg pour 1m70). Il n'a jamais pratiqué le moindre sport et sa santé s'en ressent. Il marche peu (« Aller au restaurant à pieds ?! Jonah aime tant conduire l'auto. Et puis, je l'ai achetée pour ça ! Ca sert à quoi d'acheter une automobile si c'est pour marcher ? Si l'homme devait vivre debout, on n'aurait pas inventé la chaise : c'est une question de civilisation ! Et avec le fauteuil, on arrive dans une société de raffinements. »).

Tôt levé (« Un homme honnête ne dort pas plus de 6 heures par nuit ».), il profite après sa toilette du solide petit déjeuner préparé par Lucy en parcourant le journal. De 7,30hr à midi, il travaille à l'entrepôt au rangement des achats, réception des clients, etc. Après le repas de midi (copieux), il se partage entre la lecture (« Il faut toujours apprendre ! C'est le but de l'humanité : découvrir. Admirer la beauté des arts est son plaisir. Et manger, son carburant. Rien d'autre n'a de sens ni ne plait à Adonaï. ») et les visites des salles de ventes, boutiques de secondes mains, expositions artistiques ou culturelles.

Son rayon d'action est la Nouvelle Angleterre, les villes comme les villages (« En ville, les marchands connaissent les prix ; vous seriez curieux de voir ce qu'on trouve dans les granges des vieilles fermes ! Là, ça vaut la peine de salir ses bottes ! En ville, il faut aller pour visiter les expositions et pour vendre. Pas pour acheter. »). Au moins une fois par mois, il se rend à New York (« c'est là qu'est l'argent, encore plus qu'à Boston. Et puis, si je ne vais pas voir mon frère et mes soeurs, maman va se retourner dans sa tombe. C'est l'occasion d'aller à la synagogue, aussi. » pour un we.

Samuel est généralement armé et détenteur d'un port d'arme, aisément accessible vu son commerce et son activité : « un tout petit calibre, un Browning-FN « Baby ». Pourquoi devrai-je tirer sur quelqu'un qui est loin de moi ? Je ne fais pas la guerre. Descendre un gars qui est en face de moi, de l'autre côté du comptoir, et qui voudrait me voler me suffit amplement. Et puis Jonah est là. Je le paie pour ça. Il cache un gros gourdin avec le bout cerclé d'acier. Un crâne ne résiste pas à ça ! »).

Le soir, Samuel prend son repas au restaurant, à Arkham comme en déplacement. « Un homme ne doit pas vivre en reclus. Et il doit obtenir au moins un peu de satisfaction chaque jour, en retour de son travail. » Il termine généralement sa soirée par de la lecture jusqu'à ce que le sommeil l'emporte, entre minuit et 1 heure.

Samuel fréquente assidûment les réunions de la société « Secret Myskatonic », pour plusieurs raisons. D'abord, les réunions mensuelles, en alternance à Arkham et à Boston, ne sont pas trop contraignantes. Les discussions ou la conférence se déroulent après un agréable repas et sont souvent elles-mêmes instructives. Les personnes rencontrées, ensuite sont parfois des gens de qualité qui dans certains cas deviennent même des clients !

Enfin, les thèmes abordés, touchant au surnaturel, aux légendes, aux faits insolites, même s'ils peuvent paraître puérils de premier abord, ont suscité depuis longtemps son intérêt et sa curiosité. Tant les récits recueillis dans ces voyages à la campagne que ceux découverts au hasard des lectures de manuscrits anciens, autant que les découvertes d'objets parfois insolites tendent à démontrer que peut-être un fond de vérité serait caché dans ce qui semble souvent n'être qu'un fatras de contes de grand-mères.

Samuel, s'il n'est pas téméraire, peut faire preuve de courage. C'est quelqu'un de déterminé dans les affaires et il peut faire preuve de caractère dans toutes les circonstances de la vie. Toutefois, il s'agit avant tout d'un sage qui sait que le bien être et un certain confort ne sont sûrs que lors du vivant et que la réflexion, sauf en situation désespérée, doit précéder l'action.

Historique perso 2 Pasc

Josuah CARRINGTON

Il est né en 1885 à New York.

Passionné tant par la mer que par l'action (et les armes à feu!), Josuah s'est enrôlé à l'armée (marine) après ses études. Persévérant dans des cours qui l'intéressent maintenant davantage, il y obtient le grade de sous-lieutenant lorsque la guerre éclate en Europe. Un obus le défigure (visage, torse, avant-bras), le laissant mourant pendant trois semaines. Entre la vie et la mort, il est en proie à de nombreux rêves (et cauchemars) lui décrivant un monde parallèle étonnant de réalisme et d'exotisme.

Josuah retrouve la vue progressivement et est rapatrié aux Etats-Unis où il se voit remettre une médaille pour sa bravoure et une petite pension d'invalide (à vie).

De retour au pays, il décide de quitter New York, ne désirant pas exhiber sa « gueule cassée » à ses anciennes connaissances et acquiert un petit appartement avec vue sur mer, sur la côte, à Kingsport, non loin de Boston. Il y occupe le 3° (et dernier étage d'un immeuble situé sur le haut de Harborside, à côté du Foyer maritime St Erasme, Blaine street.

Là, il contemple la mer et profite de la moindre occasion pour aider à bord d'un bateau de pèche ou de plaisance.

Depuis son installation à Kingsport, il a retrouvé les rêves qui le hantait en France. Ils sont même plus intenses ici qu'en Europe.

Il a rejoint le cercle « Secret Myskatonic » où il espère percer le secret de ses songes et qui sait en apprendre plus sur les mille légendes (?) qui courent sur les sept mers ! Il semble aussi que les gens qui le fréquentent soient moins sectaires par rapport à son visage presque masqués et à sa voix déformée.

Quoi qu'il sache conduire,il ne possède pas de véhicule (pas les moyens).

Il part parfois quelques jours « en nature » camper avec le garagiste CURTOW (d'Arkham) et quelques autres.

Il a gardé son revolver S&W d'ordonnance et a acquis un fusil de chasse Dakota M1910.

Généralement très discret, Josuah peut se montrer bon camarade quand il est « apprivoisé ».

Il porte en permanence une veste dont il remonte le col ou a défaut un large foulard ou une écharpe. Un chapeau qu'il descend sur le front ne le quitte pas. Il porte toujours des vêtements à longues manches et des gants.

Historique perso 2 Rodr

Henderson VALLIER

Henderson est né à Arkham en 1889, d'un père d'origine française et d'une mère norvégienne. Il y exerce la profession d'infirmier indépendant.

Il a acquis un petit appartement 1 chambre au 3° étage d'un immeuble situé à côté de la bibliothèque municipale.

Grand et athlétique, il souffre d'un visage ingrat (très boutonneux).

Il pratique la boxe en amateur au gymnase de Luca MARUZZO.

Quoique s'en sortant sur le plan financier (sans plus), il a tendance a avoir les « mains longues » en visite chez ses patients. Plus que l'appât du gain, c'est devenu presque un réflexe ! Il en a honte mais s'en empêche difficilement.

Intéressé par l'histoire des sorcières de Salem et par les légendes scandinaves (Ah le temps des Vikings!), il a rejoint le club « Secret Myskatonic » pour rencontrer du monde (autres que les malades) et partager sa curiosité.

Il ne possède pas de véhicule (il ne travaille qu'à Arkham) et pas d'arme autres que ses poings.

Historique perso 2 Adr

Dimitri VERNON

Né en 1890 à Kingsport, Dimitri a réalisé ses études de pharmacien à l'université MISKATONIC d'ARKHAM. Peu après ses études, il épouse sa condisciple Cathlin HERBSFIRE avec qui il ouvre une pharmacie située 135 Eastchurch street dans le quartier marchand.

Ils ont deux enfants, Marion née en 1918 et Kate née en 1920.

Ils sont aidés à la pharmacie par Georgette QUINAN, 28 ans, assistant en pharmacie et un ou deux stagiaire de la Miskatonic univ.

Le couple vient d'acheter une Ford T neuve et se félicite du succès de leur officine.

Avec 1m88 pour 70kg, Dimitri ne passe pas inaperçu mais n'a rien d'un sportif. S'il nage un peu et pratique l'équitation (Cathlin est excellente cavalière!), il apprécie surtout la lecture et la sculpture.

Il est très méticuleux dans son travail et dans la vie.

Cela lui vaut d'être le secrétaire du club « Secret Myskatonic » qu'il fréquente volontiers, y trouvant un prolongement à ses lectures dans le domaine fascinant du surnaturel.

Les VERNON possède deux chevaux qu'ils confient à un manège situé au nord de Kingsport où la petite famille passe régulièrement ses dimanche après-midi.

Il possède un colt M1911 pour la sécurité de la maison, précautionneusement enfermé dans un tiroir du salon (les cartouches sont dans la chambre).

Il fait partie du Rotary et donne chaque trimestre un cours de secourisme aux scouts de la ville.

Historique perso 3 Rod

Roman HIGSLEY

Roman est né en 1873 à Arkham. Il a poussé ses études jusqu'à 3 ans en faculté de langues modernes à l'Université Miskatonic poussé par ses parents à choisir l'apprentissage de langues « modernes et utiles » à l'étude de la littérature qui le passionne nettement plus.

Il exerce la profession d'écrivain, essentiellement pour le compte des éditions « Strange World » depuis 1912. Auparavant, il a travaillé comme secrétaire aux Entreprises textiles CHARLSBERG , puis comme correcteur à l'Arkham Advertiser.

Il épouse Cécile GARDNER en 1895, sage institutrice qui enseigne à l'école publique Jenkin, dans le quartier nord.

Ils vivent dans un coquet appartement situé à north West street. Ils n'ont pas d'enfants.

Considéré comme très intelligent et instruit (du moins dans la domaine de la littérature, qui le passionne), Roman rédige des nouvelles mêlant les intrigues policières au « fantastique », souvent situées dans l'Europe médiévale. Pour se nourrir, il écrit aussi des articles bimestriels (essentiellement concernant des affaires criminelles bizarres et non élucidées) pour le magazine « Strange World ». L'astronomie lui sert parfois de « dérivatif » dans ses productions. Il sert parfois aussi de traducteur pour certains articles envoyés d'Europe. Son salaire est plutôt médiocre mais il est un des rares à bénéficier d'un fixe, qui lui assure de gérer les finances familiales sans trop de soucis.

Il fréquente assidûment le club « Secret Myskatonic » où les conférences et rencontres lui servent souvent d'inspiration. De plus, le président et créateur est son employeur. Son autre source d'inspiration est l'imposante bibliothèque ORNE, joyau de l'université.

Le couple possède une Ford T « Torpedo » (« Bien assez pour nous deux ! ») en bon état de marche.

Le plaisir du couple est de se promener le week-end à Kingsport où Roman trouve plus volontiers son inspiration face à la mer.

Grand et maigre (1m80 pour 62kg) il n'apprécie que modérément le sport, à l'exception de la plongée, qu'il pratique (très) occasionnellement.

Il est par contre un acharné de la lecture (passion qu'il partage avec Cécile) et de l'étude, ses sujets de prédilection outre l'occultisme et la littérature européenne, étant la psychologie, la sociologie et l'histoire. Il a également des notions de droit qui trouve sa justification dans le besoin de bien appréhender les notions de droit d'auteur.

Il possède un pistolet Browning-FN 1903, 7.65, qu'il n'a plus utilisé depuis 20 ans et qui se cache derrière les dictionnaires d'allemand et d'italien.

HISTORIQUE DE PERSO P.R.3

Père Edmond CARTWELL

Né en 1870 à Arkham, Edmond est l'aîné d'une fratrie de trois.

  • Harry, né en 1872, est père de six enfants et travaille en usine (comme son épouse Jenny) à Aylesbury. Ils se rencontrent parfois lorsque la petite famille vient passer une journée à Kingsport.

  • Terry, né en 1875, sorti avec grande distinction de la faculté d'ingénierie polytechnique de Cambridge, est le plus proche conseiller du maire de Boston. Il est resté célibataire, consacrant sa vie à sa carrière et à la politique. Ils se rencontrent occasionnelement lorsqu'Edmond réside à Boston.

Edmond a ressenti très tôt la vocation. A 15 ans, il rentre au nouvellement construit séminaire St John à Brighton (banlieue de Boston). Il termine ses études au séminaire diocésain de Pavie d'où il visite Rome et apprend (un peu) l'italien (25% - retirer 10% en occultisme, 10% en psychologie et 5% en histoire).

Il est ensuite renvoyé chez lui, à la paroisse St Stanislas d'Arkham, comme assistant du prêtre responsable de la paroisse et pour cloturer ses études à la faculté de Religion naturelle et révélée de l'Université Miskatonic d'Arkham.

Actuellement, Edmond, quoique techniquement lié à la paroisse St Stanislas où il n'a guère de fonctions contraignantes, visite volontiers les deux autres paroisses catholiques de St Michael et du Sacré Coeur.

Ses activités principales consistent en des cours de religion catholique et de religions comparées qu'il donne à la faculté de religions de l'Université Miskatonic (12 hr aux 1° année et 12hr au 2°) ainsi que des conférences annuelles au profit des étudiants de l'Université de Harvard (Cambridge – Boston) dans le cadre de la faculté des Sciences religieuses et philosophiques ; il rédige des articles e réflexion ou relatif aux fêtes religieuses pour certains journaux et est occasionnellement consulté par les éditions « Strange World » concernant des sujets comme les exorcismes ou les sectes ; son activité la plus plaisante consiste à accompagner des groupes de fidèles en pèlerinage à Rome ou à Jérusalem, en tant que guide spirituel et conférencier.

Le père Edmond ne conduit pas et n'est jamais armé même s'il admet qu'une certaine fermeté est parfois nécessaire mais exécutée par quelqu'un d'autre que lui (« votre jab du gauche, mon fils ! Utilisez votre gauche ! »).

avatar

Oui, quand un personnage meurt dans Cthulhu (ou Chroniques Oubliées Cthulhu), eh bien on en recrée un autre. Le plus dur est d'éviter que son arrivée ne fasse trop factice. Les idées évoquées par Tiramisu Rex pour ce faire sont excellentes...

Mais, si les personnages se montrent très prudents, ils meurent quand même moins souvent que dans les films d'horreur. Mes joueurs, par exemple, sont passés maîtres dans l'art de fuir le danger.. et d'appeler la police en cas de besoin (en ne leur disant que des demi-vérités, histoire de ne pas finir à l'asile, bien sûr). Du coup, ils peuvent profiter de leur expérience et survivre à plusieurs aventures...

Bref, il faut les prévenir. Attention ! Vous êtes des gens ordinaires, pas des héros. Un simple coup de couteau peut vous achever. Réagissez en faisant ce que vous feriez vraiment si vous y étiez vous-mêmes, sans quoi votre personnage y laissera très vite sa peau ! Et là, ils commencent à hésiter à jouer les gros bras, même face à un simple cultiste.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Tiramisu Rex
avatar
Gollum

Euh merci mais les excellentes idées de pnj sont de andre van malder. Je n'ai fait qu'évoquer une piste. Je ne veux pas m'attribuer le mérite d'une autre personne. Si c'est bien moi alors merci. D'ailleurs, ce n’est pas moi non plus qui est posé la question mais Romje.

D'ailleurs excellent question et excellent initiative de André. Ses pnj sont excellents.

Juste pour revenir sur un point. On peut jouer à ce JDR en mode musclé.

Je donne un exemple personnel.

Je me souviens de mon légionnaire, 1921 métro New York. Les meilleurs jets de des de toute ma vie, 4 réussite critique d'affilé. Je tues deux vampires stellaires. A l'époque, y a plus de 20 ans j'avais aucune idée de ce que c'était. J'ai joué mon perso comme un type très marqué par la guerre. Sa san n’était déjà pas très haute.

Il sauve le groupe de pj, se fait arrêter et meurt comme une bouse en prison d'une infection pulmonaire.

Le personnage que je devais jouer après au cas il mourrait, ce qui s'est passé était le médecin qui le suivait pour son trouble post traumatique.

Je n’ai pas eu l'opportunité de le jouer mais c'est comme ça que je construis tout mes persos pour les jeux létaux.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Gollum
avatar
Tiramisu Rex

Je parlais juste de l'idée que tu évoquais en haut de cette page : créer d'emblée plusieurs personnages liés les uns aux autres pour chacun des joueurs...

Ceci dit, les exemples donnés par André sont très bons aussi. La 7ème édition de L'appel de Cthulhu encourage d'ailleurs la creation de groupes d'investigateurs. Merci à toi, André !

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Tiramisu Rex
  • et
  • Andre VAN MALDER
avatar
Gollum

Ah et bien merci content

Petite question. Je connais pas la 7 eme édition. Qu'est ce qu'elle apporte de plus par rapport à des éditions plus anciennes en terme de bac ground utilisable pour COC?

avatar

Rien.

(monoligne informative)

avatar

Comme le dit Lothringer, le Manuel du gardien et le livre du joueur n'apportent pas grand chose (ou même rien) par rapport aux éditions précédentes en terme du background. Il s'agit surtout d'une refonte des règles.

Par contre, il y a des nouveaux suppléments qui permettent d'explorer de nouveaux horizons : Far West, révolution française...

Et comme tout reste 100% compatible avec les éditions précédentes (le seul fait notable est que les caractéristiques sont maintenant directement notées sur 100 ; il suffit donc de les diviser par 5), tu n'auras aucun problème si tu souhaites utiliser un des nouveaux bouquins et le convertir à Chroniques Oubliées Cthulhu. Enfin, pas plus de problèmes qu'avec n'importe quel autre supplément d'une édition précédente.

avatar

Ce qui me fait de l'½il c'est achtung Chtullu et la seconde guerre mondiale. Comme ça COC + achtung Chtullu = hello Hellboy.

avatar

Merci pour vos réponses, mais ma question était vraiment d'ordre "technique de MJ" : que faites vous quand le PJ d'un joueur meurt ? le joueur prend sa veste et s'en va ? surpris

On fait des sessions de 6/8h, s'il meurt à la première heure, c'est ballot...

Romje

C'est une excellente question, c'est très bien d'y penser avant la partie en tant que MJ.

Moi j'ai encore en souvenir ma première partie nocturne de l'Appel de Cthulhu (ça devait être la v4 à l'époque je crois). En ces temps là j'étais un jeune lycéen, comme mes camarades de jeux, habituellement on jouait le samedi après-midi, et on devait rentrer chez nos parents le soir avant le dernier bus.

Mais pour la première fois on avait négocié de jouer le samedi soir, et rester la nuit chez le pote qui hébergeait la partie. La soirée s'annonçait mémorable, d'ailleurs je m'en souvient encore très bien, mais pas pour les bonnes raisons... On avait donc décidé de jouer à l'Appel de Cthulhu qui se prêtait bien à l'ambiance nocturne, le MJ avait prévu des bougiez et tout, on jouait dans le sous sol, dans le noir éclairés à la bougie...

Au bout de 30 minutes de partie, nos investigateurs pénètrent dans une ancienne crypte abandonnée. Il y a un piège, je dois faire un jet d'esquive. Raté. Le MJ fait faire d'autres jets aux autres joueurs pour qu'ils aient une chance de me rattrapper au vol. Raté et raté...

Voilà mon personnage est mort, il est 21h15, la partie mémorable est terminée pour moi ! J'ai passé la soirée à lire des BD dans le canapé pendant que mes potes continuaient.

Inutile de dire que je l'avais mauvaise !

Donc oui, il faut prévoir ce genre de cas...

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Tiramisu Rex
avatar
MRick

Rollmaster est pas mieux dans ce genre. 4h de table pour créee un perso... 11 minute de jeu... bagarre dans une auberge ... j'ai plus jamais rejoué à ce jeu.

un autre conseil auqel je pense est de vérifier au minimum la période historique, les anachronismes comme des lunettes de soleil avant la guerre civile américaine c'est pas génant. Par Contre s'assurer que tel journal qui donne une informations existe bien à l'époque où tu joues renfoce l'authenticité.

Tu peux faire un journal fictif. Bon, je dis ça parceque je fais attention à ce genre de détail mais ne le fais pas si tu penses que ça va alourdir ton jeu.

Edit: ce post était pas spécialement pour Mrick juste la premiére partie.

avatar

Le bateau a bien déchargé ? Tout est arrivé sans encombre jusqu'aux locaux de BBE ? clin d'oeil

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Dohnar
avatar
Renfield

Je pense que dès que ce sera le cas on aura des photos.

avatar

Je pense que dès que ce sera le cas on aura des photos.

Dohnar

Exact ! On attend... on attend ! Tenez-bon !

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Scarash
avatar

On tient le coup. Mais on a déjà la bave aux babines et les tremblements d'une impatience de plus en plus difficile à contenir. Attendre est d'autant plus dur que l'échéance se rapproche !

Rhhhaaaaaaa. Trop tard. Jet de santé mentale raté !

mort de rire

avatar

Je le sens bien moi une belle livraison demain chez BBE 😁

avatar

Bon et bien je ferais un piètre voyant..... bouhouhou en larmes et ma séance programmer qui arrive, qui arrive.....

avatar

Ouaip... J'ai dû solidifier mon planning de parties pour les 2 mois qui viennent... et j'ai pas osé programmer "le one-shot" par crainte de me retrouver à le jouer sans avoir reçu le matos (justement dédié à ce one-shot)... Donc ce sera pour le printemps.. (et la mini-campagne, ben elle attendra cet automne...).

avatar
Gollum

Pour rassembler les persos et leur donner motivation à se "lancer à l'aventure". Et comment justifier, lorsqu'ils meurent que d'autres soient dispos pour venir "en renfort" :

Le club « Secret Miskatonic »

Ce club de férus de surnaturel, d'occultisme et d'étrangetés n'a rien de secret mais se penche sur les phénomènes mystérieux et inexpliqués.

Il a été crée par Angmar LUNDSON, le patron des éditions « Strange World », et rassemble des passionnés une fois par mois, en alternance à Arkham (où le club a été créé) et à Boston.

Les membres se réunissent le second vendredi de chaque mois (les mois impairs à Arkham) dans un restaurant de la ville où, après un repas convivial, ils échangent les résultats de leurs recherches ou lectures ou écoutent un orateur invité.

L'inscription se fait par parrainage de deux membres. Chaque membre peut parrainer une fois l'an.

Ceux qui le peuvent paient une cotisation de 50$ par an, ceux qui ne le peuvent pas se voient accueillis gracieusement.

Un voyage annuel est organisé aux U.S.A. ou à l'étranger sur un site digne d'intérêt mais certains membres (plus motivés ou plus aisés) se déplacent plus souvent là où des événements étranges attisent leur curiosité.

Il arrive que la « Strange World » finance un voyage (ou une « expédition ») en échange de l'exclusité concernant les découvertes et le compte-rendu de ceux-ci.

La « Strange World »

Cette importante maison d'édition de Boston édite de nombreux auteurs d'essais, romans et nouvelles concernant le fantastique, le surnaturel, la fiction, etc...

Outre la publication de livres, elle édite le fameux mensuel « Strange World », composé d'articles, analyses, reportages et nouvelles. Le magazine est traduit en français, allemand, espagnol et italien et compte de nombreux abonnés.