Moderniser le JdR ? Place des femmes et rapport sociaux 188

Forums > Communauté > Actualité JdR

avatar

Bonjour,

je vous invite à visionner cette interview sur le sexisme, et les discriminations.

Hors Plateau 14 - Lapin Marteau 10/11 - Le sexisme ordinaire dans le jeu de rôle (sexisme 2/2)

Selon moi la principale difficulté de ce loisir c'est qu'il concentre les représentations pour faciliter l'accès à l'imaginaire. Les PNJ suivent des archétypes, les PNJ femmes sont aussi "victimes" de ces archétypes. Ainsi je me pose la question, le registre Fantasy permet d'évoquer la différence et le racisme, comment aborder celui de la place de la femme dans la société ? Pensez-vous en tant que MJ à surprendre vos joueurs en sortant des archétypes usuels permettant d'aborder des thèmes d'actualités ?
Adaptez vous votre posture ou votre façon de jouer lors qu'il y a une femme à la table ? (prise de parole, discrimination positive).

BBE a une démarche volontariste dans l'initiation et l'accès au jeu de rôle et invite les MJ à ouvrir le JdR à un nouveau public (cf transmettre la flamme).Quels choix editoriaux faîtes vous pour prendre en compte ces problématiques et faciliter l'accès aux femmes dans ce loisir. J'ai apprécié dans les scénarii de Chroniques Oubliées le personnage de Andra Mortemir permet d'aborder cela.

Avec un public que l'on ne connait pas, avec des rapports sociaux qu'on ne peut prévoir ; le MJ et des joueurs peuvent se trouver dans des situations ambigues. La table de JdR doit elle laisser de la place au rapport de séduction ? le "En jeux" et le "Hors Jeux" est un terreau fertile pour des rapports sociaux qui peuvent être mal interprétés.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Xandrae
avatar

Merci pour le lien, c'est très intéressant.

A l'heure où on "transmet la flamme", les rôlistes se réjouissent de certaines initiatives comme Aventures ou Norman et le jeu de rôles.

Personnellement, en tant que femmes, quand je regarde ces petits films (j'ai tenu 4 minutes devant chaque, je pense), je me dis juste que c'est un truc réservé aux garçons/hommes qui veulent faire un truc "entre mecs". Je n'ai pas l'impression que ça fasse avancer grand-chose pour les femmes dans le milieu du jdr "de demain". Parce qu'avec des accroches pareilles, le milieu ne va clairement pas se féminiser, bien au contraire.

avatar

Considérant la femme comme mon égal, je la considère comme n'importe quel joueur. Je n'adapte en rien. Mes PNJ sont tel qu'ils sont. Mon scénar aussi. Et je pense que "ma" joueuse protesterait si je faisais autrement.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • Dohnar
  • et
  • Dohnar
avatar
alanthyr

Je pense que tu devrais lui demander son avis plutôt. C'est en général plus intéressant et enrichissant de discuter des choix avec les joueurs et joueuses plus que de penser à leur place.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • NIK0
avatar

Adaptez vous votre posture ou votre façon de jouer lors qu'il y a une femme à la table ? (prise de parole, discrimination positive).

Heroger

Honnêtement... non.

Parce que je n'ai pas l'impression dans mon contexte social que les femmes soient des minorités qu'il faille protéger, préserver ou qui ont besoin d'être valorisé. Pas plus que d'autres humains.

Je joue au jdr dans un contexte social défini, avec des amis, des connaissances. Et je me comporte (que ce soit en MJ ou en PJ) comme quelqu'un de respectable, soucieux des sensibilités et besoins d'autrui. Donc je ne vais pas adopter un comportement particulier parce que tel joueur est une femme. Je vais adopter un comportement particulier parce que tel joueur est une personne, avec une identité propre, une personnalité propre et des besoins propres. Au même titre que je le ferai avec n'importe quel homme, adolescent, enfant, etc.

Après clairement, dans des milieux plus ouverts et hétéroclites, moins basés sur les relations de conivences amicales comme les clubs de jdr ou les associations, je pense que ce type de réflexion est importante. Mais la réflexion ne devrait pas se limiter à un genre (bien qu'on puisse accepter que ledit genre souffre de discrimination sociale importante dans notre société).

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Grand_Ancien
avatar
alanthyr

Ta pensée est j'en suis sûr aucunement paternaliste mais involontairement ta formulation si. Quand tu dis "Considérant la femme comme mon égal", ça peut être interprété comme "moi je n'ai aucun effort à faire". Personnellement j'aurais plutôt dit "Me considérant l'égal de ma femme". Mais encore une fois aucun jugement de ma part à ton encontre, uniquement une précision sur la formulation de tes propos.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • alanthyr
avatar

Toutes les personnes à ma table sont égales, comme dans ma vie et cela va de soit, et déjà au collège en 1981 quand j'ai commencé c'etait comme ca. J'ai crée un club dans le collège (college de l'iroise brest), il y avait des filles et des garcons, pas de discrimination, pas même l'idée de discrimination. Maintenant, il y a des goujat partout, mais autour de mes tables, je n'y ai jamais été confronté. Je ne dis pas que ca n'existe pas, mais comme dans la vie, je fais le tri des personnes que je fréquente.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Dohnar
avatar
bougna

La question n'est à mon avis pas sur la goujaterie, point sur lequel j'espère il n'y a pas débat ici, mais plutôt sur le sexisme ordinaire et les stéréotypes de supériorité masculine que nous les hommes véhiculons souvent sans nous en rendre compte.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • bougna
avatar
Dohnar

Je trouve la position de LeoDanto plus responsable que celle de Dohnar.

@Dohnar : Ce conseil de " tu devrais lui demander son avis plutôt. C'est en général plus intéressant et enrichissant de discuter des choix avec les joueurs et joueuses plus que de penser à leur place. " est reducteur au possible.
LeoDanto ne sequestre pas ses joueurs, il n'impose pas son point de vue. Il s'agit d'un moment de partage où chacun peut, si le theme, l'angle d'attaque du sujet, le systeme, son/ses voisins, autre, ne convient pas, partir. ou simplement expliquer son désagrément.
LeoDanto n'a pas plus d'obligations envers une femme qu'un homme, qu'un être non binaire, qu'un LGBTQUIAPEFSW, ou autre.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Dohnar
avatar
NIK0

Si tu regardes bien, je ne répondais pas à LeoDanto, nos messages se sont croisés c'est tout.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • NIK0
avatar
Dohnar

Alors toutes mes excuses ,
J'ai pris la suite de messages pour une reponse donnée a son intervention.

Reste que mon message va dans le sens de LeoDanto.
Modulo un point, on agit pas en convention, comme on est en association, comme on passe du temps entre amis chez l'un d'entre nous.Il y a des degrès de laché-prise en fonction de l'environnement.
Mais dans chacun des cas, si il est judicieux de s'occuper des néophytes; accorder de l'importance a leur sexe, age, orientation sexuelle, pigmentation, ornements & oripeaux, est le meilleur moyen de les faire fuir.

avatar
Dohnar

je comprend ce que tu veux dire, mais je vais te citer un exemple de ma table, j'ai maitrisé une campagne de Bushido pendant 3-4 ans une table de 4-5 personnes régulières, et bien le sexisme et la superiorité masculine était tels que le personnage de la seule femme à la table a réussi par ses exploits, à devenir daimyo, tous les autres personnages étaient ses ministres. Cela n'a posé aucun problème, à aucun moment nous nous sommes posé la question de savoir si le sexe, la couleur de peau, les preference sexuelles, la couleur politique pouvait conditionner ou poser un quelconque problème. Et cette partie c'etait dans les années 2000. J'ai toujours joué ainsi, et accueilli les gens à mes tables. Je ne suis pas sur que le jdr, un loisir assez confidentiel soit le meilleur lieu, pour parler de sexisme ou tout autre forme d'exclusion ou de discrimination, si on désire être efficace. Surtout car le jdr se fait la plupart du temps entre potes, et donc tout le monde se connait en dehors de la table et ne vont donc pas specialement changer de comportement car ils jouent au jdr!!

avatar

Je crois, que vous ne parvenez pas à vous comprendre parce que vous n'avez pas le même référentiel et par conséquence, espace de compréhension.

Dohnar et Heroger font référence, peut être implicitement à des concepts que l'on peut retrouver en psychologie sociale, comme ceux de stéréotypes, d'heuristique de pensée ou de représentations sociales. Ces concepts renvoient à des comportements (langagiers notamment sémantique, moteur, proxémique, rituels...) dont vous n'avez pas forcément conscience et qui sont inscrits dans des habitudes culturement apprises.

La question qui est posée n'est pas celle de savoir si cela existe (car cela existe et tout le monde est dépendant de ces fonctionnements). La question est plutôt, comment faire, pour que dans un espace de jeu, on puisse limiter, contourner (notamment à des fins créatives, car tout stéréotype bride l'imagination même si à la base cela sert à avoir rapidement une information, car très disponible cognitivement). Mais sans forcément vouloir le mettre de côté voire les supprimer (ce qui est impossible pour diverses raisons), on peut utiliser les informations dont on dispose afin de questionner le phénomène, en prendre conscience, en le tournant en dérision, l'amplifiant par la caricatures ou mettre en lumière ces dysfonctionnements au travers de propositions dramaturgiques et scénaristiques.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • bougna
avatar
Heroger

N importe quel joueur ou joueuse va vouloir (globalement) avoir une personnalité dominante, homme ou femme, non?

Donc si le sexisme envers les femmes est toujours présent c'est peut etre parceque la majorité des joueurs sont encore des hommes.

Prenez un groupe de joueuses, allez leur demander si elle en font pas baver aux hommes. C'est aussi le jeu que de vouloir renverser la "tendance" sauf que nous hommes sommes deja la plupart du temps dans cette situation de supériorité ( donc on est obligés de partir a l aventure.) dans les univers.

Apres la question ne devrait meme pas se poser a table. Sauf pour des raisons scenaristiques, de temps en temps pour qui veux remuer le couteau dans la polemique.

avatar
Matheyi

Encore une fois à part quelques personnes à ton image qui vont se poser cette question, en quoi cela va toucher le reste de la population rolistique. N'y a t il pas des actions plus pertinentes que celles autour d'une table de jdr, frequentée par des potes ou des gens qui se connaissent, et qui restent entre eux. Cool que certains en parlent et en fassent le coeur de leur loisir, mais je ne suis pas sur que ca serve ni la lutte contre le sexisme, ni le develloppement du jdr.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Dohnar
avatar
Dohnar

Une pure interprétation de ta part, en effet ...

avatar
bougna

Le sexisme ordinaire touchant tous les milieux et tous les environnements, il n'y a aucune raison d'exclure le jdr de la réflexion.

Ce message a reçu 2 réponses de
  • bougna
  • et
  • Bruno8840
avatar
Dohnar

Ce n'est pas ce que je dis, je dis que c'est très bien d'en parler, mais quitte à depenser de l'energie pourquoi ne pas le faire de façon efficace? N'y a t il pas de milieux ou environnements plus pertinent, comme par exemple le monde du travail... L'un n'empeche pas l'autre certes, mais bon, c'est plus une question de se faire plaisir la que de faire avancer la question!

Et que penses tu de l'exemple que je donne, ai je la bonne approche, que dois je faire de plus?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Dohnar
avatar
bougna

Je pense que ceux qui veulent faire quelque chose le font au niveau qu'ils peuvent. La question initiale concernait le milieu du jdr, elle n'excluait pas les autres environnements.

Et c'est justement parce que le jdr est un milieu plus confidentiel et moins codifié que le message a plus de chances de passer, les personnes étant a priori plus ouvertes à la discussion.

Je ne vois rien à redire dans l'exemple que tu donnes.

La question à se poser est peut-être de savoir si en tant qu'hommes nous réagissons de façon identique dans nos rapports aux personnage féminins (PJ et/ou PNJ) quand nous sommes uniquement entre joueurs et quand nous sommes sur une table mixte. Je pense qu'inconsciemment oui, en tout cas pour ma part je dois avouer que oui même si j'essaie de ne pas faire de différences. Se poser la question ne peut pas nous faire du mal. Il faut aussi voir les deux cas plus ou moins bien distincts de la pratique du jdr chez soi entre amis et celle en club ou asso avec des connaissances occasionnelles.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • bougna
avatar
Dohnar

Absolument, c'est là une force et faiblesse du JDR qui peut toucher/aborder tous les sujets sociaux ou autres...

Son émancipation des jeux de plateaux notamment à travers des systèmes de règles faisant la part belle aux interprétations et imaginations présentes autour de la table permettent à chacun de s'exprimer au-delà d'un cadre prédéfini et contraint et donc donne une grande importance aux rapports humains qui existent autour de la table de jeu.

Pour éviter les éventuels conflits ou même malaises, quand je débute une partie avec un nouveau groupe je choisis en dernier le jeu ainsi que le scénario/campagne pour éviter ces écueils, de même que selon mon impression, je propose soit une création collective des personnages, des prétirés ou une création individuelle. J'insiste autant nécessaire sur la distantiation qu'il doit y avoir entre le(s) personnage(s) et le(s) joueur(s)/joueuse(s)

En résumé très succinct:

si la table est jeune/sensible, je vais privilégier un jeu plutôt tactique et bien équilibré (complexe du genre PF ou SR, ou bien plus simple comme CO ou un setting maison sur du SW)

si la table est plus mûre et a déjà une idée précise de ses envies d'univers/histoire, je prends un jeu plus typé (le choix est assez vaste pour cela, ces joueurs n'ont souvent pas besoin/envie de connaître les règles en détail pourvu que cela soit cohérent et corresponde un minimum à leurs attentes)

Dans le premier cas, la "place" des femmes (et aussi des joueuses) et les rapports sociaux se passent au second plan, les risques de dérapages sont plutôt au niveau de la réussite des personnages et rejoignent ceux qu'on peut trouver dans un jeu de plateau "classique".

Dans le second cas, le rôle des femmes (pour rester sur le sujet) dépend avant tout de l'univers et du scénario. Il peut être totalement secondaire voir même inexistant (si vous jouez par exemple un module de survie face à une horde de zombies dans un monde dévasté) ou primordial (si vous prenez un JDR historique et une époque où les femmes occupent une place particulière). Concernant les joueuses, si je me suis pas (trop) trompé, la maturité de la table, le choix du jeu et la distance qui existe avec les personnages évitent (en général) les problèmes... Une "astuce" pratique pour éviter des dérapages et des dérives est de conserver un rythme soutenu à la partie pour empêcher les digressions (dans ce cas, je m'assure que les règles ne vont pas trop ralentir les scènes, d'où le choix de certains systèmes plus que d'autres...)