Jouer un dieu 60

Forums > Jeux de rôle > Dungeons & Dragons ®

avatar

Bonjour à tous , je suis actuellement entrain de créer une campagne , et j aurai voulu incorporer un dieu avec statistique et tout ce qui faut pour en faire l ennemi de mes joueurs mais j ai du mal à trouver créer des stats pour celui ci .

je voudrai il soit sur-puissant sur le début de la partie mais qu’a la fin de ma campagne mes joueurs puissent rivaliser avec lui .

Des idées ??

Ce message a reçu 1 réponse de
  • alanthyr
avatar

Bah ... par définition un dieu transcende les mortels. Il ne devrait y avoir un toute logique aucune chance de les défaire par simple combat, donc pas de bloc de stats. C'est en tout cas le parti pris de Pathfinder, je pense que la plupart des éditions de Donj' suivent cette même voie.

A la limite un demi-dieu ou un seigneur démon, avec des niveaux s'approchant de 30. Là encore seuls des héros vraiment mythiques devraient pouvoir l'affronter.

avatar

Pour mon combat je me base sur l histoire justement de D&D ou Cyric a réussi à tué Bhaal et a ainsi pu devenir un dieu .

Apres oui au pire faire passer mon adversaire pour un demi-dieu voir juste un avatar du dieu qui lui peut être détruit mais pas le dieu en lui-même

avatar
Imaldius

Rien que ça ? Un dieu ? clin d'oeil
Après tout pourquoi pas, tu me diras. Je essayer de te donner un coup de main là-dessus. Mais il faut m'en dire plus.
Je suppose donc que tu veux faire finir tes joueurs au niveau 20.
Tu as quelques suppléments où tu les stats non pas de dieu mais de prince démon notamment dans le Mordenkain Tome of Foes ou Out of the Abyss). Je prend l'exemple d'Orcus ou de Tiamat (qui est je crois ce qu'il y a de plus gros dans D&D5 à l'heure actuelle)
Mais ce ne sont pas des dieux, ce sont des maîtres de plan et crois moi, en terme d'opposition c'est assez énorme.
Pour les dieux, même mineurs, c'est largement au delà de ça. Tu pourras trouver des stats mais ce sera du fait maison comme pour Lolth. Un dieu dans D&D, cela fera toujours plus vite, plus fort, plus puissant que ton groupe de PJ.
Là où une divinité est faillible, c'est plus sur sa psychologie, ses domaines de prédilection et ceux qui ne le sont pas, ses ennemis, ses envies, ses buts.
Si tu lis l'anglais, tu as des anciens scénarios ou campagne (AD&D) où les PJ affrontent une divinité ou presque.
Là de mémoire (Vecna Life et Throne of Bloodstone).

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Metatron13665
avatar

Je pense que le plus simple serait de partir sur un être très puissant considéré comme un dieu ... mais n’en étant en fait pas un.

Faire tomber le faux dieu pourrait être le but de la campagne. L’être en question peut être une créature ou un PNJ, doté de pouvoirs assez impressionnants pour avoir poussé des gens à lui vouer un culte.

Peut être est ce un vrai dieu qui missionne les héros pour faire tomber la fausse idole ?

avatar

Ah merci super pour les idées je pense que je vais partir sur ça .

Et oui en faite dans mon idée la destruction de ce « dieu » est le file rouge de la campagne, avec la vrai confrontation avec lui à la fin comme point culminant des aventures de mes joueurs , je voulais un adversaire vraiment costaud pour les pousser à s équiper à trouver le moyen de le battre et sur pour leur en faire baver mais avec à la clé une récompense qui vaut le coup

avatar

Par contre tu as pas précisé ... c’est en DD5 que tu vas faire ça ?

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Imaldius
avatar

Oulà! ça me rappelle la période AD&D1 où, techniquement, les PJs pouvaient casser du Dieu!!

Déjà il faut savoir dans quel type d'univers tu joues.

Comment les divinités fonctionnent et intreagissent dans cet univers?

Par définition un dieu est omniprésent et omnipotent, sa puissance est telle qu aucun mortel ne peut le regarder et encore moins l'approcher.

La plupart du temps le sPJs ne rencontrent que des intermédiaires voir des avatars divins. Peu de scénarios VF prévoient une rencontre avec un dieu "Une déesse en enfer", la boite des ruines de Chateau Zhentil me viennent à l'esprit et un scénario de Dragonlance.

La triologie des avatars (Romans D&D) pourrait t'inspirer.

Un Dieu en soit n'a pas besoin de stat. En AD&D2 il y a le sup "Religions et Avatars" , et D&D3.5 "Dogmes et Panthéons". Tous les avatars sont des extarplanaires à 20 DV, max PV sur chaque dé, ils cumulent tous des niveaux de classes de 1 à 4 entre le 10è et 20è, selon leur statut héro, demi dieu , divinité mineure, intermédiaire majeure représenté par un niveau divin qui se cumule (0 pour les héros à 21et + pour les entités qui commandent aux dieux, telle que Ao).

Ils ont une aura divine, des perceptions divines (sur 1,5km), des immunités divines, des pouvoirs de domaine à l infini ( c'est la source du domaine!), il lance des sorts comme des pouvoirs, ont des capacités "hors règle mortel", par ex un dieu de la guerre supérieur ne fait que des 20. Il n'ont pas forcément ue représentation humanoide, ex Talos est une tempète hors catégorie.

A PF il y a "Campagne Mythique" qui à une approche différente des héros (rang mythique de 1 à 10 en plus d'une classe), mais tu pourras t'en inspirer.

J avais fait une campagne (inspiré du Livre de Ptath) basée sur la rencontre d'un avatar (représentant l un des aspect) divin, suite à une guerre divine fratricide. Lorsque les PJs l'ont trouvé, il était nu et amnésique. Ses cractéristique était au delà des normes (époque AD&D1) entre 15 et 18, mais au début il était faible, sa puissance divine s'était adaptée pour permettre au corps de s'habituer. Au fur et à mesure des scénarios et de la campagne , ses pouvoirs augmentaient, faisant que le sjoueurs ne se posaient pa strop de question ssur ce PNJ jusqu' à la révélation finale.

Il y a aussi la possibilité qu'un fragment de la divinité prenne possession d un hôte, un prêtre, un élu un fervent ou un quidam, ou se réfugie dans un objet en rapport ou pas avec la divinité ( Mystra s'était réfugiée dans un médaillon).

Ce qui est important, je pense, est de respecter les domaine divin de l'aspect (un seul domaine ou tous), dans ce domaine il utilise ses pouvoirs sans limite et est capable de moduler les canalisations d'énergie à volonté. Pour le reste il est soumis aux règles, pour les données techniques les caract vont jusqu'à 30 pour les dieux.

Tout cela dépend de comment est défini une divinité dans ton univers.

avatar

Par définition un dieu est omniprésent et omnipotent, sa puissance est telle qu aucun mortel ne peut le regarder et encore moins l'approcher.

ça c'est vrai pour les religions monothéistes pas forcément pour toutes. Si tu prends le panthéon grec, ça interagit souvent avec les mortels,et ça perd parfois des épreuves contre eux (Arachnéa versu Athéna ...)

Quand les PJ arrivent à des niveaux super-héroïques (12+/15+) ce qu'ils font en pratique est proche de ce que font les dieux grecs, nordiques, celtes en pratiques

Donc suivant le panthéon / religion, avoir un dieu / avatar à ce niveau de puissance pourrait se tenir, à voir ensuite suivant la cohérence du monde

Tu peux aussi avori un élément important de ta campagne qui vise à obtenir un artefact/accomplir un puissant rituel qui va affaiblir le dieu/avatar afin qu'il soit à un niveau affrontable

Ce message a reçu 1 réponse de
  • MASTER
avatar

Pour mon combat je me base sur l histoire justement de D&D ou Cyric a réussi à tué Bhaal et a ainsi pu devenir un dieu .

De mémoire, si Cyric a pu tuer Bhaal, c'est parce que Bhaal (et tous les autres dieux d'ailleurs) ont été déchus par une puissante supérieure .

Si tu veux instaurer un adversaire de ce type, tu devrais peut être plutôt chercher par là et imaginer pour quelle raison un dieu se retrouverait réduit à l'état de mortel.

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Wilfried6244
avatar
NoObiwan

En fait, Cyric a pu tuer Bhaal à cause de deux choses. La première, et tu as raison, c'est parce que Ao a obligé les dieux à n'avoir qu'un seul avatar et aussi parce que cyric avait une arme spécial : Le dieu Mask était incarné en épée que Cyric portait. Techniquement c'est Mask qui a tué Bhaal et pas Cyric. Mais n'allez pas lui dire surtout 😰

avatar

Une autre option envisageable pour une campagne, et qui ne nécessite pas d'avoir le bloc de stat d'un dieu, c'est de partir sur un approche du conflit contre le dieu plus proche de ce qu'on voit dans les légendes antiques. C'est à dire que tes PJ, en utilisant les divers moyens à leur disposition (et sans doute une bonne dose de ruse), arriveraient à déjouer les plans du dieu de façon majeure et ce dernier, furieux enverrait à leurs trousses un monstre légendaire en guise de punition. Ils devront la défaire et entrerons ainsi dans la légende pour avoir été plus malin que le dieu et défait le monstre.

Tu conserves un souffle épique, la tension dramatique ducombat contre une entité que les PJ ne pourront jamais défaire, la victoire contre toute attente et l'opposition finale bien costaud... mais tu t'es débarassé du bloc de stat du dieu et prendre à la place un profil de monstre bien costaud existant (genre Tiamat) et l'arranger à ta sauce pour coller à l'univers.

avatar
Dany40

Oui oui sur D&D 5

avatar

Super merci a tous vraiment !!! je vais m'inspirer de tout ce que vous m'avait dit pour re-aranger mon scenario et reussir a faire quelque chose qui tienne la route content

avatar

Ah oui, un tout dernier conseil : n'oublies pas une chose quand tu interprétera ton dieu, les héros de l'histoire sont tes PJ, pas le PNJ.

(Pour l'avoir subit avec un certain MJ, cela peut être très frustrant 😉)

avatar

En fait tu peux aussi partir sur un veritable dieu. Pas besoin de stat au début de ta campagne. Ensuite pour le vaincre tes pj devront "l'affaiblir" par diverses quêtes jusqu'à le rendre accessible a leurs pouvoirs (et là tu leurs colles des stats de niveau 20).

avatar
Fenris

Pas vraiment. Dans les deux ouvrages des RO que je cite, les dieux sont repris comme étant omnipotent et omniprésent et peuvent apparaitre devant un mortel en déchainement pleinement leur magnificiance divine, c'était aussi le cas dans le Deities & Demigods (mais dans les pages avant les stats (que bien des MJs ne lisaient pas!).

Je ne sais pas dans quel livre de fantastique tu tires ta source : où ce que je dis est réservé au monothéisme.

Je ne suis pas franchement un expert, n'étant pas un fervent pratiquant, mais le jour où je me retrouverai en présence d'une divinité de notre monde, je viendrai faire un retour .. promis! clin d'oeil

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Fenris
avatar
MASTER

et bien je veux bien les citations exactes, parce que là j'ai pas réussi à trouver ...

ça va aussi un peu à l'encontre de la classification en dieux mineur et majeur, et j'avoue que j'ai du mal à imaginer une religion polytheiste avec deux dieux omniscients et omnipotents, si tu as un exempel je suis preneur, de la même manière que je t'ai donné des exemples de dieux non omniscients et non omnipotents, et même échouant face à de simples mortels mort de rire

avatar

Premièrement je souligne ce que des précédents posteurs ont indiqués :

Si Cyric a pu tuer Bhaal dans les RO, c'est parce que AO (le dieu des dieux des Royaumes Oubliés) avait déchu les Dieux de leurs pouvoir, qu'ils n'avaient plus qu'un seul avatar, et effectivement que l'épée de Cyric n'était autre de le dieu Mask qui avait choisi comme avatar une formée d'épée magique intelligente.

Bon, après ce préambule, je dois dire que moi aussi j'ai fait confronter mes joueurs à un avatar de Dieu. Et encore c'était un demi-dieu. Ils n'ont pas tué ce dieu, ils ont juste détruit son avatar, ce qui est déjà un exploit non-négligeable. C'était le point culminant de ma campagne, la dernière épreuve pour que le leader des PJ (celui qui avait survécu à toutes les aventures depuis le niveau 1 jusqu'au niveau 30) devienne lui-même un demi-dieu. C'était avec les règles de D&D 3.

Pour celà je me suis servi des indication des suppléments suivants :

Deities & Demigods, ainsi que Faiths ans Pantheons, qui est la déclinaison Royaumes Oubliés de Deities & Demigods.

Ces ouvrages ont une VF : Dieux et Demi-Dieux, et Dogmes et Panthéons.

J'aurais du mal à résumer tout ce qu'implique le fait d'être un personnage avec des rangs divins dans ce système. Clairement ils sont au dessus des mortels.

On parle de personnages qui ont beaucoup de niveaux dans plusieurs classes. A titre d'exemple puisqu'on a parlé de Cyric, après son ascension divine et quelques années, voici ce qu'il est devenu :

Roublard 20/Illusioniste 20/Guerrier 3/Assassin 10. Bon alors c'est du D&D 3 avec multiclassage dans tous les sens et classes de prestige, mais bon il est quand même niveau 53. Son avatar principal n'a que 661 PV (ce qui est plutôt faible comparé aux autres dieux), mais il a une CA de 83.

Même converti en D&D 5 ça donnerait une CA dans les 40 ou 50, quelque chose de largement hors de portée d'un perso seulement niveau 20.

Dans ma campagne, les PJs étaient aidés par leurs propres dieux (Eilistraée et Corellon Larethian).

Bref il faudrait retranscrire tout ça en D&D 5, c'est pas mal de boulot, mais ça me semble faisable.

avatar

Du coup je suis en train de me relire les scénarios de la trilogie des avatars, j’ai fini Shadowdale et ouais ça pique. Il y a des trucs sympa récupérable jusqu’au château, mais sinon il y a des grosses lacunes de partout (à l’époque j’avais mis de côté, car je voyais pas quoi en faire, maintenant je vois plus comment essayer de mettre ça en ½uvre)

Ce message a reçu 1 réponse de
  • Ethariel